contes francais - [PDF Document] (2024)

contes francais - [PDF Document] (1)

CONTES FRANÇAIS

EDITED WITH NOTES AND VOCABULARY

BY

DOUGLAS LABAREE BUFFUM, PH. D.

Professor of Romance Languages in Princeton University.

PREFACE.

This edition of Contes Français follows the lines of my edition of French Short Stories, published in 1907.The stories have been chosen from representative authors of the nineteenth century with a view to: (1) literaryworth, (2) varied style and subject-matter, (3) large vocabulary, (4) interest for the student.

The vocabulary is large (between 6000 and 7000 words); it is hoped that it will be found to be complete, withthe exception of merely personal names, having no English equivalent and of no signification beyond thestory in which they occur. In a few instances words will be found in the text with special meanings; in thesecases the vocabulary contains the usual signification as well as the special. Irregularities in pronunciation areindicated in the vocabulary.

A knowledge of the elementary principles of French grammar on the part of the student is presupposed.Consequently the notes contain few grammatical explanations. Repetition of rules that may be found in theordinary grammars would be unnecessary, and the individual instructor will probably prefer to adapt this sideof the work to the needs of each class, Or better still to the needs of each student. Mere translations have alsobeen avoided in the notes; the complete vocabulary will enable the student to do this work himself. The bodyof the notes is devoted to the explanation of historical and literary references and to the explanation ofdifficult or exceptional grammatical constructions. A few general remarks have been made in connection witheach author in order to point out his place in French literature; bibliographical material for more detailedinformation has been indicated and the principal works of each author have been mentioned, together with oneor more editions of his works.

No alteration of any kind has been made in the French Text.

CONTES FRANÇAIS 1

contes francais - [PDF Document] (2)

CONTENTS

PRÉFACE

MÉRIMÉE--L'ENLÈVEMENT DE LA REDOUTE--LE COUP DE PISTOLET

MAUPASSANT--LA MAIN--UNE VENDETTA--L'AVENTURE DE WALTER SCHNAFFS--TOMBOUCTOU--EN MER--LES PRISONNIERS--LE BAPTÊME--TOINE--LE PÈRE MILON

DAUDET--LE CURÉ DE CUCUGNAN--LE SOUS-PRÉFET AUX CHAMPS--LE PAPE EST MORT--UN RÉVEILLON DANS LE MARAIS--LA VISION DU JUGE DE COLMAR

ERCKMANN-CHATRIAN--LA MONTRE DU DOYEN

COPPÉE--LE LOUIS D'OR--L'ENFANT PERDU

GAUTIER--LA MILLE ET DEUXIÈME NUIT

BALZAC--UN DRAME AU BORD DE LA MER.

MUSSET--CROISILLES

NOTES.

VOCABULARY.

Contes Français

CONTENTS 2

contes francais - [PDF Document] (3)

CONTES FRANÇAIS

Page 1

MÉRIMÉE

L'ENLÈVEMENT DE LA REDOUTE

Un militaire de mes amis, qui est mort de la fièvre enGrèce il y a quelques années, me conta un jour la premièreaffaire à laquelle il avait assisté. Son récit me frappatellement, que je l'écrivis de mémoire aussitôt que j'en[5]eus le loisir. Le voici:

Je rejoignis le régiment le 4 septembre au soir. Jetrouvai le colonel au bivac. Il me reçut d'abord assezbrusquement; mais, après avoir lu la lettre de recommandationdu général B * * *, il changea de manières, et[10]m'adressa quelques paroles obligeantes.

Je fus présenté par lui à mon capitaine, qui revenait àl'instant même d'une reconnaissance. Ce capitaine, queje n'eus guère le temps de connaître, était un grand hommebrun, d'une physionomie dure et repoussante. Il avait[15]été simple soldat, et avait gagné ses épaulettes et sa croixsur les champs de bataille. Sa voix, qui était enrouée etfaible, contrastait singulièrement avec sa stature presquegigantesque. On me dit qu'il devait cette voix étrange àune balle qui l'avait percé de part en part à la bataille[20]d'Iéna.

En apprenant que je sortais de l'école de Fontainebleau,il fit la grimace et dit:

Page 2

--Mon lieutenant est mort hier...

Je compris qu'il voulait dire: «C'est vous qui devez leremplacer, et vous n'en êtes pas capable.» Un mot piquantme vint sur les lèvres, mais je me contins.

[5]La lune se leva derrière la redoute de Cheverino, situéeà deux portées de canon de notre bivac. Elle était largeet rouge comme cela est ordinaire à son lever. Mais, cesoir-là elle me parut d'une grandeur extraordinaire. Pendantun instant, la redoute se détacha en noir sur le disque

Contes Français

CONTES FRANÇAIS 3

contes francais - [PDF Document] (4)

[10] éclatant de la lune. Elle ressemblait au cône d'un volcanau moment de l'éruption.

Un vieux soldat, auprès duquel je me trouvais, remarquala couleur de la lune.

--Elle est bien rouge, dit-il; c'est signe qu'il en coûtera[15] bon pour l'avoir, cette fameuse redoute! J'ai toujoursété superstitieux, et cet augure, dans ce moment surtout,m'affecta. Je me couchai, mais je ne pus dormir. Je melevai, et je marchai quelque temps, regardant l'immenseligne de feux qui couvrait les hauteurs au delà du village[20] de Cheverino.

Lorsque je crus que l'air frais et piquant de la nuit avaitassez rafraîchi mon sang, je revins auprès du feu; jem'enveloppai soigneusem*nt dans mon manteau, et jefermai les yeux, espérant ne pas les ouvrir avant le jour.[25] Mais le sommeil me tint rigueur. Insensiblement mespensées prenaient une teinte lugubre. Je me disais que jen'avais pas un ami parmi les cent mille hommes qui couvraientcette plaine. Si j'étais blessé, je serais dans un hôpital,traité sans égards par des chirurgiens ignorants. Ce que[30] j'avais entendu dire des opérations chirurgicales me revintà la mémoire. Mon coeur battait avec violence, et machinalementje disposais, comme une espèce de cuirasse,

Page 3

le mouchoir et le portefeuille que j'avais sur la poitrine.La fatigue m'accablait, je m'assoupissais à chaque instant,et à chaque instant quelque pensée sinistre se reproduisaitavec plus de force et me réveillait en sursaut.

[5]Cependant la fatigue l'avait emporté, et, quand onbattit la diane, j'étais tout à fait endormi. Nous nousmimes en bataille, on fit l'appel, puis on remit les armesen faisceaux, et tout annonçait que nous allions passerune journée tranquille.

[10] Vers trois heures, un aide de camp arriva, apportant unordre. On nous fit reprendre les armes; nos tirailleurs serépandirent dans la plaine; nous les suivîmes lentement,et, au bout de vingt minutes, nous vîmes tous les avant-postesdes Russes se replier et rentrer dans la redoute.

[15] Une batterie d'artillerie vint s'établir à notre droite,une autre à notre gauche, mais toutes les deux bien enavant de nous. Elles commencèrent un feu très vif sur

Contes Français

MÉRIMÉE 4

contes francais - [PDF Document] (5)

l'ennemi, qui riposta énergiquement, et bientôt la redoutede Cheverino disparut sous des nuages épais de fumée.

[20] Notre régiment était presque à couvert du feu desRusses par un pli de terrain. Leurs boulets, rares d'ailleurspour nous (car ils tiraient de préférence sur nos canonniers),passaient au-dessus de nos têtes, ou tout au plus nousenvoyaient de la terre et de petites pierres.

[25] Aussitôt que l'ordre de marcher en avant nous eut étédonné, mon capitaine me regarda avec une attention quim'obligea à passer deux ou trois fois la main sur ma jeunemoustache d'un air aussi dégagé qu'il me fut possible.Au reste, je n'avais pas peur, et la seule crainte que[30] j'éprouvasse, c'était que l'on ne s'imaginât que j'avaispeur. Ces boulets inoffensifs contribuèrent encore à memaintenir dans mon calme héroïque. Mon amour-propre

Page 4

me disait que je courais un danger réel, puisque enfinj'étais sous le feu d'une batterie. J'étais enchanté d'êtresi à mon aise, et je songeai au plaisir de raconter la prisede la redoute de Cheverino, dans le salon de madame de[5] B * * *, rue de Provence.

Le colonel passa devant notre compagnie; il m'adressala parole: «Eh bien, vous allez en voir de grises pour votredébut.»

Je souris d'un air tout à fait martial en brossant la[10] manche de mon habit, sur laquelle un boulet, tombé àtrente pas de moi, avait envoyé un peu de poussière.

Il parut que les Russes s'aperçurent du mauvais succèsde leurs boulets; car ils les remplacèrent par des obus quipouvaient plus facilement nous atteindre dans le creux où[15] nous étions postés. Un assez gros éclat m'enleva monschako et tua un homme auprès de moi.

--Je vous fais mon compliment, me dit le capitaine,comme je venais de ramasser mon schako, vous en voilàquitte pour la journée. Je connaissais cette superstition[20] militaire qui croit que l'axiome non bis in idem trouve sonapplication aussi bien sur un champ de bataille que dansune cour de justice. Je remis fièrement mon schako.

--C'est faire saluer les gens sans cérémonie, dis-je aussigaiement que je pus. Cette mauvaise plaisanterie, vu la

Contes Français

MÉRIMÉE 5

contes francais - [PDF Document] (6)

[25] circonstance, parut excellente.

--Je vous félicite, reprit le capitaine, vous n'aurez riende plus, et vous commanderez une compagnie ce soir; carje sens bien que le four chauffe pour moi. Toutes les foisque j'ai été blessé, l'officier auprès de moi a reçu quelque[30] balle morte, et, ajouta-t-il d'un ton plus bas et presquehonteux, leurs noms commençaient toujours par un P.

Je fis l'esprit fort; bien des gens auraient fait comme moi;

Page 5

bien des gens auraient été aussi bien que moi frappés deces paroles prophétiques. Conscrit comme je l'étais, jesentais que je ne pouvais confier mes sentiments à personne,et que je devais toujours paraître froidement[5] intrépide.

Au bout d'une demi-heure, le feu des Russes diminuasensiblement; alors nous sortîmes de notre couvert pourmarcher sur la redoute.

Notre régiment était composé de trois bataillons. Le[10] deuxième fut chargé de tourner la redoute du côté de lagorge; les deux autres devaient donner l'assaut. J'étaisdans le troisième bataillon.

En sortant de derrière l'espèce d'épaulement qui nousavait protégés, nous fûmes reçus par plusieurs décharges[15] de mousqueterie qui ne firent que peu de mal dans nosrangs. Le sifflement des balles me surprit: souvent jetournais la tête, et je m'attirai ainsi quelques plaisanteriesde la part de mes camarades plus familiarisés avec ce bruit.

--A tout prendre, me dis-je, une bataille n'est pas une[20] chose si terrible.

Nous avancions au pas de course, précédés de tirailleurs:tout à coup les Russes poussèrent trois hourras, troishourras distincts, puis demeurèrent silencieux et sanstirer.

[25]--Je n'aime pas ce silence, dit mon capitaine; cela nenous présage rien de bon.

Je trouvai que nos gens étaient un peu trop bruyants, etje ne pus m'empêcher de faire intérieurement la comparaisonde leurs clameurs tumultueuses avec le silence imposant

Contes Français

MÉRIMÉE 6

contes francais - [PDF Document] (7)

[30] de l'ennemi.

Nous parvînmes rapidement au pied de la redoute, lespalissades avaient été brisées et la terre bouleversée par

Page 6

nos boulets. Les soldats s'élancèrent sur ces ruinesnouvelles avec des cris de Vive l'empereur! plus fort qu'onne l'aurait attendu de gens qui avaient déjà tant crié.

Je levai les yeux, et jamais je n'oublierai le spectacle que[5]je vis. La plus grande partie de la fumée s'était élevée etrestait suspendue comme un dais à vingt pieds au-dessusde la redoute. Au travers d'une vapeur bleuâtre, on apercevaitderrière leur parapet à demi détruit les grenadiersrusses, l'arme haute, immobiles comme des statues. Je[10] crois voir encore chaque soldat, l'oeil gauche attaché surnous, le droit caché par son fusil élevé. Dans une embrasure,à quelques pieds de nous, un homme tenant unelance à feu était auprès d'un canon.

Je frissonnai, et je crus que ma dernière heure était[15] venue.

--Voilà la danse qui va commencer! s'écria mon capitaine.Bonsoir!

Ce furent les dernières paroles que je l'entendisprononcer.

[20] Un roulement de tambours retentit dans la redoute.Je vis se baisser tous les fusils. Je fermai les yeux; etj'entendis un fracas épouvantable, suivi de cris et degémissem*nts. J'ouvris les yeux, surpris de me trouverencore au monde. La redoute était de nouveau enveloppée[25] de fumée. J'étais entouré de blessés et de morts. Moncapitaine était étendu à mes pieds: sa tête avait été broyéepar un boulet, et j'étais couvert de sa cervelle et de sonsang. De toute ma compagnie, il ne restait debout quesix hommes et moi.

[30] A ce carnage succéda un moment de stupeur. Le colonel,mettant son chapeau au bout de son épée, gravit le premierle parapet en criant: Vive l'empereur! il fut suivi aussitôt

Page 7

Contes Français

MÉRIMÉE 7

contes francais - [PDF Document] (8)

de tous les survivants. Je n'ai presque plus de souvenirnet de ce qui suivit. Nous entrâmes dans la redoute, je nesais comment. On se battit corps à corps au milieu d'unefumée si épaisse, que l'on ne pouvait se voir. Je crois que[5] je frappai, car mon sabre se trouva tout sanglant. Enfinj'entendis crier: «Victoire!» et la fumée diminuant, j'aperçusdu sang et des morts sous lesquels disparaissait laterre de la redoute. Les canons surtout étaient enterréssous des tas de cadavres. Environ deux cents hommes[10] debout, en uniforme français, étaient groupés sans ordre,les uns chargeant leurs fusils, les autres essuyant leursbaïonnettes. Onze prisonniers russes étaient avec eux.

Le colonel était renversé tout sanglant sur un caissonbrisé, près de la gorge. Quelques soldats s'empressaient[15] autour de lui: je m'approchai.

--Où est le plus ancien capitaine? demandait-il à unsergent.

Le sergent haussa les épaules d'une manière trèsexpressive.

[20]--Et le plus ancien lieutenant?

--Voici monsieur qui est arrivé d'hier, dit le sergentd'un ton tout à fait calme.

Le colonel sourit amèrement.

--Allons; monsieur, me dit-il, vous commandez en chef;[25] faites promptement fortifier la gorge de la redoute avecces chariots, car l'ennemi est en force; mais le généralC ...va vous faire soutenir.

--Colonel, lui dis-je, vous êtes grièvement blessé?

--F..., mon cher, mais la redoute est prise!

Page 8

LE COUP DE PISTOLET

TRADUIT DE POUCHKINE

I«Nous fîmes feu l'un sur l'autre.»Bariatynski

Contes Français

MÉRIMÉE 8

contes francais - [PDF Document] (9)

«J'ai juré de le tuer selon le code du duel, et j'ai encore mon coup à tirer.»(Un soir au bivac.)

[5] Nous étions en cantonnement dans le village de * * *.On sait ce qu'est la vie d'un officier dans la ligne: le matin,l'exercice, le manège; puis le dîner chez le commandantdu régiment ou bien au restaurant juif; le soir, le punchet les cartes. A * * *, il n'y avait pas une maison qui reçût,[10] pas une demoiselle à marier. Nous passions notre tempsles uns chez les autres, et, dans nos réunions, on ne voyaitque nos uniformes.

Il y avait pourtant dans notre petite société un hommequi n'était pas militaire. On pouvait lui donner environ[15] trente-cinq ans; aussi nous le regardions comme un vieillard.Parmi nous, son expérience lui donnait une importanceconsidérable; en outre, sa taciturnité, son caractèrealtier et difficile, son ton sarcastique faisaient une grandeimpression sur nous autres jeunes gens. Je ne sais quel[20] mystère semblait entourer sa destinée. Il paraissait êtreRusse, mais il avait un nom étranger. Autrefois, il avaitservi dans un régiment de hussards et même y avait faitfigure; tout à coup, donnant sa démission, on ne savait

Page 9

pour quel motif, il s'était établi dans un pauvre villageoù il vivait très mal tout en faisant grande dépense. Ilsortait toujours à pied avec une vieille redingote noire, etcependant tenait table ouverte pour tous les officiers de[5] notre régiment. A la vérité, son dîner ne se composaitque de deux ou trois plats apprêtés par un soldat réformé,mais le champagne y coulait par torrents. Personne nesavait sa fortune, sa condition, et personne n'osait lequestionner à cet égard. On trouvait chez lui des livres,[10]--des livres militaires surtout,--et aussi des romans.Il les donnait volontiers à lire et ne les redemandait jamaispar contre, il ne rendait jamais ceux qu'on lui avaitprêtés. Sa grande occupation était de tirer le pistolet; lesmurs de sa chambre, criblés de balles, ressemblaient à des[15] rayons de miel. Une riche collection de pistolets, voilà leseul luxe de la misérable baraque qu'il habitait. L'adressequ'il avait acquise était incroyable, et, s'il avait pariéd'abattre le pompon d'une casquette, personne dans notrerégiment n'eût fait difficulté de mettre la casquette sur[20] sa tête. Quelquefois, la conversation roulait parmi noussur les duels. Silvio (c'est ainsi que je l'appellerai) n'yprenait jamais part. Lui demandait-on s'il s'était battu,

Contes Français

MÉRIMÉE 9

contes francais - [PDF Document] (10)

il répondait sèchement que oui, mais pas le moindredétail, et il était évident que de semblables questions ne[25] lui plaisaient point. Nous supposions que quelque victimede sa terrible adresse avait laissé un poids sur saconscience. D'ailleurs, personne d'entre nous ne se fûtjamais avisé de soupçonner en lui quelque chose de semblableà de la faiblesse. Il y a des gens dont l'extérieur[30] seul éloigne de pareilles idées. Une occasion imprévuenous surprit tous étrangement.

Un jour, une dizaine de nos officiers dînaient chez

Page 10

Silvio. On but comme de coutume, c'est-à-dire énormément.Le dîner fini, nous priâmes le maître de la maison de nousfaire une banque de pharaon. Après s'y être longtempsrefusé, car il ne jouait presque jamais, il fit apporter des[5] cartes, mit devant lui sur la table une cinquantaine deducats et s'assit pour tailler. On fit cercle autour de luiet le jeu commença. Lorsqu'il jouait, Silvio avait l'habituded'observer le silence le plus absolu; jamais de réclamations,jamais d'explications. Si un ponte faisait une[10] erreur, il lui payait juste ce qui lui revenait, ou bienmarquait à son propre compte ce qu'il avait gagné. Nous savionstout cela, et nous le laissions faire son petit ménageà sa guise; mais il y avait avec nous un officier nouvellementarrivé au corps, qui, par distraction, fit un faux[15] paroli. Silvio prit la craie et fit son compte à son ordinaire.L'officier, persuadé qu'il se trompait, se mit à réclamer.Silvio, toujours muet, continua de tailler. L'officier, perdantpatience, prit la brosse et effaça ce qui lui semblaitmarqué à tort. Silvio prit la craie et le marqua de[20]nouveau. Sur quoi, l'officier, échauffé par le vin, par le jeuet par les rires de ses camarades, se crut gravement offensé,et, saisissant, de fureur, un chandelier de cuivre, lejeta à la tête de Silvio, qui, par un mouvement rapide,eut le bonheur d'éviter le coup. Grand tapage! Silvio[25] se leva, pâle de fureur et les yeux étincelants:

--Mon cher monsieur, dit-il, veuillez sortir, et remerciezDieu que cela se soit passé chez moi.

Personne d'entre nous ne douta des suites de l'affaire,et déjà nous regardions notre nouveau camarade comme[30] un homme mort. L'officier sortit en disant qu'il était prêtà rendre raison à M. le banquier, aussitôt qu'il lui conviendrait.Le pharaon continua encore quelques minutes,

Contes Français

MÉRIMÉE 10

contes francais - [PDF Document] (11)

Page 11

mais on s'aperçut que le maître de la maison n'était plusau jeu; nous nous éloignâmes l'un après l'autre, et nousregagnâmes nos quartiers en causant de la vacance quiallait arriver.

[5] Le lendemain, au manège, nous demandions si le pauvrelieutenant était mort ou vivant, quand nous le vîmes paraîtreen personne. On le questionna, Il répondit qu'iln'avait pas eu de nouvelles de Silvio. Cela nous surprit.Nous allâmes voir Silvio, et nous le trouvâmes dans sa[10] cour, faisant passer balle sur balle dans un as cloué sur laporte. Il nous reçut à son ordinaire, et sans dire un motde la scène de la veille. Trois jours se passèrent et le lieutenantvivait toujours. Nous nous disions, tout ébahis:«Est-ce que Silvio ne se battra pas?» Silvio ne se battit[15] pas. Il se contenta d'une explication très légère et toutfut dit.

Cette longanimité lui fit beaucoup de tort parmi nosjeunes gens. Le manque de hardiesse est ce que la jeunessepardonne le moins, et, pour elle, le courage est le[20] premier de tous les mérites, l'excuse de tous les défauts.Pourtant, petit à petit, tout fut oublié, et Silvio repritparmi nous son ancienne influence.

Seul, je ne pus me rapprocher de lui. Grâce à mon imaginationromanesque, je m'étais attaché plus que personne[25] à cet homme dont la vie était une énigme, et j'en avaisfait le héros d'un drame mystérieux. Il m'aimait; dumoins, avec moi seul, quittant son ton tranchant et sonlangage caustique, il causait de différents sujets avecabandon et quelquefois avec une grâce extraordinaire.[30] Depuis cette malheureuse soirée, la pensée que son honneurétait souillé d'une tache, et que volontairement ilne l'avait pas essuyée, me tourmentait sans cesse et

Page 12

m'empêchait d'être à mon aise avec lui comme autrefois. Je mefaisais conscience de le regarder. Silvio avait trop d'espritet de pénétration pour ne pas s'en apercevoir et devinerla cause de ma conduite. Il m'en sembla peiné. Deux[5] fois, du moins, je crus remarquer en lui le désir d'avoirune explication avec moi, mais je l'évitai, et Silvio m'abandonna.Depuis lors, je ne le vis qu'avec nos camarades,et nos causeries intimes ne se renouvelèrent plus.

Contes Français

MÉRIMÉE 11

contes francais - [PDF Document] (12)

Les heureux habitants de la capitale, entourés de[10]distractions, ne connaissent pas maintes impressionsFamilières aux habitants des villages ou des petites villes, parexemple, l'attente du jour de poste. Le mardi et le vendredi,le bureau de notre régiment était plein d'officiers.L'un attendait de l'argent, un autre des lettres, celui-là[15] les gazettes. D'ordinaire, on décachetait sur place tousles paquets; on se communiquait les nouvelles, et le bureauprésentait le tableau le plus animé. Les lettres deSilvio lui étaient adressées à notre régiment, et il venaitles chercher avec nous autres. Un jour, on lui remit une[20] lettre dont il rompit le cachet avec précipitation. En laparcourant, ses yeux brillaient d'un feu extraordinaire.Nos officiers, occupés de leurs lettres, ne s'étaient aperçusde rien.

--Messieurs, dit Silvio, des affaires m'obligent à partir[25] précipitamment. Je me mets en route cette nuit; j'espèreque vous ne refuserez pas de dîner avec moi pour la dernièrefois.--Je compte sur vous aussi, continua-t-il en setournant vers moi. J'y compte absolument.

Là-dessus, il se retira à la hâte, et, après être convenus[30] de nous retrouver tous chez lui, nous nous en allâmeschacun de son côté.

J'arrivai chez Silvio à l'heure indiquée, et j'y trouvai

Page 13

presque tout le régiment. Déjà tout ce qui lui appartenaitétait emballé. On ne voyait plus que les murs nus etmouchetés de balles. Nous nous mîmes à table. Notrehôte était en belle humeur, et bientôt il la fit partager à[5] toute la compagnie. Les bouchons sautaient rapidement;la mousse montait dans les verres, vidés et remplis sansinterruption; et nous, pleins d'une belle tendresse, noussouhaitions au partant heureux voyage, joie et prospérité.Il était tard quand on quitta la table. Lorsqu'on[10] en fut à se partager les casquettes, Silvio dit adieu àchacun de nous, mais il me prit la main et me retint aumoment même où j'allais sortir.

--J'ai besoin de causer un peu avec vous, me dit-il toutbas.

[15] Je restai.

Contes Français

MÉRIMÉE 12

contes francais - [PDF Document] (13)

Les autres partirent et nous demeurâmes seuls, assisl'un en face de l'autre, fumant nos pipes en silence. Silviosemblait soucieux et il ne restait plus sur son front lamoindre trace de sa gaieté convulsive. Sa pâleur sinistre,[20] ses yeux ardents, les longues bouffées de fumée quisortaient de sa bouche, lui donnaient l'air d'un vrai démon.Au bout de quelques minutes, il rompit le silence.

--Il se peut, me dit-il, que nous ne nous revoyions jamais:avant de nous séparer, j'ai voulu avoir une[25]explication avec nous. Vous avez pu remarquer que je mesoucie peu de l'opinion des indifférents; mais je vousaime, et je sens qu'il me serait pénible de vous laisser demoi une opinion défavorable.

Il s'interrompit pour faire tomber la cendre de sa pipe.[30] Je gardai le silence et je baissai les yeux.

--Il a pu vous paraître singulier, poursuivit-il, que jen'aie pas exigé une satisfaction complète de cet ivrogne,

Page 14

de ce fou de R... Vous conviendrez qu'ayant le droitde choisir les armes, sa vie était entre mes mains, et queje n'avais pas grand risque à courir. Je pourrais appelerma modération de la générosité, mais je ne veux pas mentir.[5] Si j'avais pu donner une correction à R... sansrisquer ma vie, sans la risquer en aucune façon, il n'auraitpas été si facilement quitte avec moi.

Je regardai Silvio avec surprise. Un pareil aveu metroubla au dernier point. Il continua.

[10]--Eh bien, malheureusem*nt, je n'ai pas le droit dem'exposer à la mort. Il y a six ans, j'ai reçu un soufflet,et mon ennemi est encore vivant.

Ma curiosité était vivement excitée.

--Vous ne vous êtes pas battu avec lui? lui demandai-je.[15]Assurément, quelques circonstances particulières vousont empêché de le joindre?

--Je me suis battu avec lui, répondit Silvio, et voici unsouvenir de notre rencontre.

Il se leva et tira d'une boite un bonnet de drap rouge[20] avec un galon et un gland d'or, comme ce que les Français

Contes Français

MÉRIMÉE 13

contes francais - [PDF Document] (14)

appellent bonnet de police; il le posa sur sa tête; ilétait percé d'une balle à un pouce au-dessus du front.

--Vous savez, dit Silvio, que j'ai servi dans les hussardsde... Vous connaissez mon caractère. J'ai l'habitude[25] de la domination; mais, dans ma jeunesse, c'étaitchez moi une passion furieuse. De mon temps, les tapageursétaient à la mode: j'étais le premier tapageur del'armée. On faisait gloire de s'enivrer: j'ai mis sous latable le fameux B..., chanté par D. D... Tous les[30] jours, il y avait des duels dans notre régiment: tous lesjours, j'y jouais mon rôle comme second ou principal.Mes camarades m'avaient en vénération, et nos officiers

Page 15

supérieurs, qui changeaient sans cesse, me regardaientcomme un fléau dont on ne pouvait se délivrer.

«Pour moi, je suivais tranquillement (ou plutôt forttumultueusem*nt) ma carrière de gloire, lorsqu'on nous[5] envoya au régiment un jeune homme riche et d'une familledistinguée. Je ne vous le nommerai pas. Jamais il nes'est rencontré un gaillard doué d'un bonheur plus insolent.Figurez-vous jeunesse, esprit, jolie figure, gaietéenragée, bravoure insouciante du danger, un beau nom,[10] de l'argent tant qu'il en voulait, et qu'il ne pouvait venirà bout de perdre; et, maintenant, représentez-vous queleffet il dut produire parmi nous. Ma domination futébranlée. D'abord, ébloui de ma réputation, il recherchamon amitié. Mais je reçus froidement ses avances, et lui,[15] sans en paraître le moins du monde mortifié, me laissalà. Je le pris en grippe. Ses succès dans le régiment etparmi les dames me mettaient au désespoir. Je voulus luichercher querelle. A mes épigrammes, il répondit par desépigrammes qui, toujours, me paraissaient plus piquantes[20] et plus inattendues que les miennes, et qui, pour le moins,étaient beaucoup plus gaies. Il plaisantait; moi, jehaïssais. Enfin, certain jour, à un bal chez un propriétairepolonais, voyant qu'il était l'objet de l'attention deplusieurs dames, et notamment de la maîtresse de la[25] maison, avec laquelle j'étais fort bien, je lui dis à l'oreilleje ne sais quelle plate grossièreté. Il prit feu et me donnaun soufflet. Nous sautions sur nos sabres, les damess'évanouissaient; on nous sépara, et, sur-le-champ, noussortîmes pour nous battre.

[30] «Le jour paraissait. J'étais au rendez-vous avec mestrois témoins, attendant mon adversaire avec une impatience

Contes Français

MÉRIMÉE 14

contes francais - [PDF Document] (15)

indicible. Un soleil d'été se leva, et déjà la

Page 16

chaleur commençait à nous griller. Je l'aperçus de loin.Il s'en venait à pied en manches de chemise, son uniformesur son sabre, accompagné d'un seul témoin. Nousallâmes à sa rencontre. Il s'approcha, tenant sa casquette[5] pleine de guignes. Nos témoins nous placèrent à douzepas. C'était à moi de tirer le premier; mais la passion etla haine me dominaient tellement, que je craignis de n'avoirpas la main sûre, et, pour me donner le temps de me calmer,je lui cédai le premier feu. Il refusa. On convint de s'en[10] rapporter au sort. Ce fut à lui de tirer le premier, à lui,cet éternel enfant gâté de la fortune. Il fit feu et perçama casquette. C'était à mon tour. Enfin, j'étais maîtrede sa vie. Je le regardais avec avidité, m'efforçant desurprendre sur ses traits au moins une ombre d'émotion.[15] Non, il était sous mon pistolet, choisissant dans sacasquette les guignes les plus mûres et soufflant les noyaux,qui allaient tomber à mes pieds. Son sang-froid me faisaitendiabler.

«--Que gagnerai-je, me dis-je, à lui ôter la vie, quand[20] il en fait si peu de cas?

«Une pensée atroce me traversa l'esprit. Je désarmaimon pistolet:

«--Il parait, lui dis-je, que vous n'êtes pas d'humeurde mourir pour le moment. Vous préférez déjeuner. A[25] votre aise, je n'ai pas envie de vous déranger.

«--Ne vous mêlez pas de mes affaires, répondit-il, etdonnez-vous la peine de faire feu... Au surplus, commeil vous plaira: vous avez toujours votre coup à tirer, et,en tout temps, je serai à votre service.

[30]«Je m'éloignai avec les témoins, à qui je dis que, pourle moment, je n'avais pas l'intention de tirer; et ainsi setermina l'affaire.

Page 17

«Je donnai ma démission et me retirai dans ce village.Depuis ce moment, il ne s'est pas passé un jour sans queje songeasse à la vengeance. Maintenant, mon heure estvenue!...

Contes Français

MÉRIMÉE 15

contes francais - [PDF Document] (16)

[5]Silvio tira de sa poche la lettre qu'il avait reçue le matinet me la donna à lire. Quelqu'un, son homme d'affairescomme il semblait, lui écrivait de Moscou que la personneen question allait bientôt se marier avec une jeune et belledemoiselle.

[10]--Vous devinez, dit Silvio, quelle est la personne enquestion. Je pars pour Moscou. Nous verrons s'il regarderala mort, au milieu d'une noce, avec autant desang-froid qu'en face d'une livre de guignes!A ces mots, il se leva, jeta sa casquette sur le plancher,[15] et se mit à marcher par la chambre de long en large,comme un tigre dans sa cage. Je l'avais écouté, immobileet tourmenté par mille sentiments contraires.Un domestique entra et annonça que les chevaux étaientarrivés. Silvio me serra fortement la main; nous nous[20]embrassâmes. Il monta dans une petite calèche où il y avaitdeux coffres contenant, l'un ses pistolets, l'autre sonbagage. Nous nous dîmes adieu encore une fois, et leschevaux partirent.

II

Quelques années se passèrent, et des affaires de famille[25] m'obligèrent à m'exiler dans un misérable petit villagedu district de * * *. Occupé de mon bien, je ne cessais desoupirer en pensant à la vie de bruit et d'insouciance quej'avais menée jusqu'alors. Ce que je trouvai de pluspénible, ce fut de m'habituer à passer les soirées de[30]printemps et d'hiver dans une solitude complète. Jusqu'au

Page 18

diner, je parvenais tant bien que mal à tuer le temps,causant avec le staroste, visitant mes ouvriers, examinantmes constructions nouvelles. Mais, aussitôt qu'il commençaità faire sombre, je ne savais plus que devenir. Je[5] connaissais par coeur le petit nombre de livres que j'avaistrouvés dans les armoires et dans le grenier. Toutes leshistoires que se rappelait ma ménagère, la Kirilovna, jeme les étais fait conter et reconter. Les chansons despaysannes m'attristaient. Je me mis à boire des liqueurs[10]fraîches et autres, et cela me faisait mal à la tête. Oui,je l'avouerai, j'eus peur un instant de devenir ivrogne pardépit, autrement dit un des pires ivrognes, tel que notredistrict m'en offrait quantité de modèles.

Contes Français

MÉRIMÉE 16

contes francais - [PDF Document] (17)

De proches voisins, il n'y avait près de moi que deux[15]ou trois de ces ivrognes émérites dont la conversation neconsistait guère qu'en soupirs et en hoquets. Mieuxvalait la solitude. Enfin, je pris le parti de me coucherd'aussi bonne heure que possible, de dîner le plus tardpossible, en sorte que je résolus le problème d'accourcir[20]les soirées et d'allonger les jours, et je vis que cela était bon.

A quatre verstes de chez moi se trouvait une bellepropriété appartenant à la comtesse B * * *, mais il n'yavait là que son homme d'affaires; la comtesse n'avaithabité son château qu'une fois, la première année de son[25]mariage, et n'y était demeurée guère qu'un mois. Unjour, le second printemps de ma vie d'ermite, j'appris quela comtesse viendrait passer l'été avec son mari dans sonchâteau. En effet, ils s'y installèrent au commencementdu mois de juin.

[30] L'arrivée d'un voisin riche fait époque dans la vie descampagnards. Les propriétaires et leurs gens en parlentdeux mois à l'avance et trois ans après. Pour moi, je

Page 19

l'avoue, l'annonce de l'arrivée prochaine d'une voisinejeune et jolie m'agita considérablement. Je mouraisd'impatience de la voir, et, le premier dimanche qui suivitson établissem*nt, je me rendis après dîner au château[5] de * * * pour présenter mes hommages à madame lacomtesse en qualité de son plus proche voisin et son plushumble serviteur.

Un laquais me conduisit dans le cabinet du comte etsortit pour m'annoncer. Ce cabinet était vaste et meublé[10] avec tout le luxe possible. Le long des murailles, onvoyait des armoires remplies de livres, et sur chacune unbuste en bronze; au-dessus d'une cheminée de marbre,une large glace. Le plancher était couvert de drap vert,par-dessus lequel étaient étendus des tapis de Perse.[15] Déshabitué du luxe dans mon taudis, il y avait si longtempsque je n'avais vu le spectacle de la richesse, que je mesentis pris par la timidité, et j'attendis le comte avec uncertain tremblement, comme un solliciteur de provincequi va se présenter à l'audience d'un ministre. La porte[20] s'ouvrit, et je vis entrer un jeune homme de trente-deuxans, d'une charmante figure. Le comte m'accueillit de lamanière la plus ouverte et la plus aimable. Je fis un effortpour me remettre, et j'allais commencer mon complimentde voisinage, lorsqu'il me prévint en m'offrant sa maison

Contes Français

MÉRIMÉE 17

contes francais - [PDF Document] (18)

[25] de la meilleure grâce. Nous nous assîmes. La conversation,pleine de naturel et d'affabilité, dissipa bientôtma timide sauvagerie, et je commençais à me trouverdans mon assiette ordinaire, lorsque tout à coup parut lacomtesse, qui me rejeta dans un trouble pire que le[30]premier. C'était vraiment une beauté. Le comte me présenta.Je voulus prendre un air dégagé, mais plus jem'efforçais de paraitre à mon aise, plus je me sentais

Page 20

gauche et embarrassé. Mes hôtes, pour me donner letemps de me rassurer et de me faire à mes nouvelles connaissances,se mirent à parler entre eux, comme pour memontrer qu'ils me traitaient en bon voisin et sans cérémonie.[5]Cependant, j'allais et je venais dans le cabinet,regardant les livres et les tableaux. En matière de tableaux,je ne suis pas connaisseur, mais il y en eut un quiattira mon attention. C'était je ne sais quelle vue deSuisse, et le mérite du paysage ne fut pas ce qui me frappa[10] le plus. Je remarquai que la toile était percée de deuxballes évidemment tirées l'une sur l'autre.

--Voilà un joli coup! m'écriai-je en me tournant versle comte.

--Oui, dit-il, un coup assez singulier. Vous tirez le[15] pistolet, monsieur? ajouta-t-il.

--Mon Dieu, oui, passablement, répondis-je, enchantéde trouver une occasion de parler de quelque chose de macompétence. A trente pas, je ne manquerais pas unecarte, bien entendu avec des pistolets que je connaîtrais.

[20]--Vraiment? dit la comtesse avec un air de grand intérêt.Et toi, mon ami, est-ce que tu mettrais à trentepas dans une carte?

--Nous verrons cela, répondit le comte. De mon temps,je ne tirais pas mal, mais il y a bien quatre ans que je[25] n'ai touché un pistolet.

--Alors, monsieur le comte, repris-je, je parierais que,même à vingt pas, vous ne feriez pas mouche. Pour lepistolet, il faut une pratique continuelle. Je le sais parexpérience. Chez nous, dans notre régiment, je passais[30] pour un des meilleurs tireurs. Une fois, le hasard fit queje passai un mois sans prendre un pistolet; les miensétaient chez l'armurier. Nous allâmes au tir. Que

Contes Français

MÉRIMÉE 18

contes francais - [PDF Document] (19)

Page 21

pensez-vous qu'il m'arriva, monsieur le comte? La premièrefois que je m'y remis, je manquai quatre fois desuite une bouteille à vingt-cinq pas. Il y avait chez nousun chef d'escadron, bon enfant, grand farceur: «Parbleu![5] mon camarade, me dit-il, c'est trop de sobriété! tu respectestrop les bouteilles.» Croyez-moi, monsieur le comte, ilne faut pas cesser de pratiquer: on se rouille. Le meilleurtireur que j'aie rencontré tirait le pistolet tous les jours,au moins trois coups avant son diner; il n'y manquait[10] pas plus qu'à prendre son verre d'eau-de-vie avant lasoupe.

Le comte et la comtesse semblaient contents de m'entendrecauser.

--Et comment faisait-il? demanda le comte.

[15]--Comment? vous allez voir. Il apercevait une moucheposée sur le mur... Vous riez? madame la comtesse...Je vous jure que c'est vrai. «Eh! Kouzka! un pistolet!»Kouzka lui apporte un pistolet chargé.--Pan! voilà lamouche aplatie sur le mur.

[20]--Quelle adresse! s'écria le comte; et comment lenommez-vous?

--Silvio, monsieur le comte.

--Silvio! s'écria le comte sautant sur ses pieds; vousavez connu Silvio?

[25]--Si je l'ai connu, monsieur le comte! nous étions lesmeilleurs amis; il était avec nous autres, au régiment,comme un camarade. Mais voilà cinq ans que je n'en aipas eu la moindre nouvelle. Ainsi, il a l'honneur d'êtreconnu de vous, monsieur le comte?

[30]--Oui, connu, parfaitement connu.

--Vous a-t-il, par hasard, raconté une histoire assezdrôle qui lui est arrivée?

Page 22

Contes Français

MÉRIMÉE 19

contes francais - [PDF Document] (20)

--Un soufflet que, dans une soirée, il reçut d'un certainanimal...

--Et vous a-t-il dit le nom de cet animal?

--Non, monsieur le comte, il ne m'a pas dit...

[5] Ah! monsieur le comte, m'écriai-je devinant la vérité,pardonnez-moi... Je ne savais pas... Serait-cevous?...

--Moi-même, répondit le comte d'un air de confusion,et ce tableau troué est un souvenir de notre dernière[10] entrevue.

--Ah! cher ami, dit la comtesse, pour l'amour de Dieu,ne parle pas de cela! cela me fait encore peur.

--Non, dit le comte; il faut dire la chose à monsieur;il sait comment j'eus le malheur d'offenser son ami, il[15] est juste qu'il apprenne comment il s'est vengé.

Le comte m'avança un fauteuil, et j'écoutai avec laplus vive curiosité le récit suivant:

--Il y a cinq ans que je me mariai. Le premier mois,the honeymoon, je le passai ici, dans ce château. A ce[20] château se rattache le souvenir des moments les plusheureux de ma vie, et aussi d'un des plus pénibles.«Un soir, nous étions sortis tous les deux à cheval; lecheval de ma femme se défendait; elle eut peur; elle mitpied à terre et me pria de le ramener en main, tandis qu'elle[25] regagnerait le château à pied. A la porte, je trouvai unecalèche de voyage. On m'annonça que, dans mon cabinet,il y avait un homme qui n'avait pas voulu décliner sonnom, et qui avait dit seulement qu'il avait à me parlerd'affaires. J'entrai dans cette chambre-ci, et, dans le[30] demi-jour, je vis un homme à longue barbe et couvert depoussière, debout devant la cheminée. Je m'approchai,cherchant à me rappeler ses traits.

Page 23

«--Tu ne me reconnais pas, comte? me dit-il d'une voixTremblante.

«--Silvio! m'écriai-je.

«Et, je vous l'avouerai, je crus sentir mes cheveux se

Contes Français

MÉRIMÉE 20

contes francais - [PDF Document] (21)

[5] dresser sur mon front.

«--Précisément, continua-t-il, et c'est à moi de tirer.Je suis venu décharger mon pistolet. Es-tu prêt?«J'aperçus un pistolet qui sortait de sa poche de côté.Je mesurai douze pas, et j'allai me placer là, dans cet angle,[10] en le priant de se dépêcher de tirer avant que ma femmerentrât. Il ne voulut pas et demanda de la lumière. Onapporta des bougies.

«Je fermai la porte, je dis qu'on ne laissât entrer personne,et, de nouveau, je le sommai de tirer. Il leva son[15] pistolet et m'ajusta... Je comptais les secondes... Jepensais à elle... Cela dura une effroyable minute. Silviobaissa son arme.

«--J'en suis bien fâché, dit-il, mais mon pistolet n'estpas chargé de noyaux de guignes;... une balle est dure[20] ...Mais je fais une réflexion: ce que nous faisons neressemble pas trop à un duel, c'est un meurtre. Je nesuis pas accoutumé à tirer sur un homme désarmé. Recommençonstout cela; tirons au sort à qui le premierfeu.

[25] «La tête me tournait. Il parait que je refusai... Enfin,nous chargeâmes un autre pistolet; nous fîmes deux billetsqu'il jeta dans cette même casquette qu'autrefois ma balleavait traversée. Je pris un billet, et j'eus encore lenuméro 1.

[30] «--Tu es diablement heureux, comte! me dit-il avecun sourire que je n'oublierai jamais.

«Je ne comprends pas ce qui se passait en moi, et comment

Page 24

il parvint à me contraindre,... mais je fis feu, et maballe alla frapper ce tableau.

Le comte me montrait du doigt la toile trouée par lecoup de pistolet. Son visage était rouge comme le feu.

[5] La comtesse était plus pâle que son mouchoir, et, moi,j'eus peine à retenir un cri.

--Je tirai donc, poursuivit le comte, et, grâce à Dieu,je le manquai... Alors, Silvio... dans ce moment, il étaitvraiment effroyable! se mit à m'ajuster. Tout à coup la

Contes Français

MÉRIMÉE 21

contes francais - [PDF Document] (22)

[10] porte s'ouvrit. Macha se précipite dans le cabinet ets'élance à mon cou. Sa présence me rendit ma fermeté.

«--Ma chère, lui dis-je, est-ce que tu ne vois pas quenous plaisantons? Comme te voilà effrayée!... Va, vaboire un verre d'eau, et reviens-nous. Je te présenterai[15] un ancien ami et un camarade.

«Macha n'avait garde de me croire.

«--Dites-moi, est-ce vrai, ce que dit mon mari?demanda-t~elle au terrible Silvio. Est-il vrai que vousplaisantez?

[20] «--Il plaisante toujours, comtesse, répondit Silvio.Une fois, par plaisanterie, il m'a donné un soufflet; parplaisanterie, il m'a envoyé une balle dans ma casquette;par plaisanterie, il vient tout à l'heure de me manquerd'un coup de pistolet. Maintenant, c'est à mon tour de[25] rire un peu...

«A ces mots, il se remit à me viser... sous les yeux dema femme. Macha était tombée à ses pieds.

«--Lève-toi, Macha! n'as-tu point de honte! m'écriai-jeavec rage.--Et vous, monsieur, voulez-vous rendre folle[30] une malheureuse femme? Voulez-vous tirer, oui ou non?

«--Je ne veux pas, répondit Silvio. Je suis content.J'ai vu ton trouble, ta faiblesse; je t'ai forcé de tirer sur

Page 25

moi, je suis satisfait; tu te souviendras de moi, jet'abandonne à ta conscience.

«Il fit un pas vers la porte, et, s'arrêtant sur le seuil, iljeta un coup d'oeil sur le tableau troué, et, presque sans[5] ajuster, il fit feu et doubla ma balle, puis il sortit. Mafemme s'évanouit. Mes gens n'osèrent l'arrêter et s'ouvrirentdevant lui avec effroi. Il alla sur le perron, appela sonpostillon, et il était déjà loin avant que j'eusse recouvréma présence d'esprit...

[10] Le comte se tut.

C'est ainsi que j'appris la fin d'une histoire dont lecommencement m'avait tant intrigué. Je n'en ai jamaisrevu le héros. On dit que Silvio, au moment de l'insurrection

Contes Français

MÉRIMÉE 22

contes francais - [PDF Document] (23)

d'Alexandre Ypsilanti, était à la tête d'un corps[15] d'hétaïrismes, et qu'il fut tué dans la déroute de Skouliani.

Page 26

MAUPASSANT

LA MAIN

On faisait cercle autour de M. Bermutier, juge d'instruction,qui donnait son avis sur l'affaire mystérieusede Saint-Cloud. Depuis un mois, cet inexplicable crimeaffolait Paris. Personne n'y comprenait rien.

[5] M. Bermutier, debout, le dos à la cheminée, parlait,assemblait les preuves, discutait les diverses opinions,mais ne concluait pas.

Plusieurs femmes s'étaient levées pour s'approcher etdemeuraient debout, l'oeil fixé sur la bouche rasée du[10] magistrat d'où sortaient les paroles graves. Elles frissonnaient,vibraient, crispées par leur peur curieuse, parl'avide et insatiable besoin d'épouvante qui hante leurâme, les torture comme une faim.

Une d'elles, plus pâle que les autres, prononça pendant[15] un silence:

--C'est affreux. Cela touche au «surnaturel.» On nesaura jamais rien.

Le magistrat se tourna vers elle:

--Oui, madame, il est probable qu'on ne saura jamais[20] rien. Quant au mot surnaturel que vous venez d'employer,il n'a rien à faire ici. Nous sommes en présenced'un crime fort habilement conçu, fort habilement exécuté,si bien enveloppé de mystère que nous ne pouvonsle dégager des circonstances impénétrables qui l'entourent.[25] Mais j'ai eu, moi, autrefois, à suivre une affaire où

Page 27

Contes Français

MAUPASSANT 23

contes francais - [PDF Document] (24)

vraiment semblait se mêler quelque chose de fantastique. Ila fallu l'abandonner d'ailleurs, faute de moyens del'éclaircir.

Plusieurs femmes prononcèrent en même temps, si vite[5] que leurs voix n'en firent qu'une:

--Oh! dites-nous cela.

M. Bermutier sourit gravement, comme doit sourire unjuge d'instruction. Il reprit:

--N'allez pas croire, au moins, que j'aie pu, même un[10] instant, supposer en cette aventure quelque chose desurhumain. Je ne crois qu'aux causes normales. Maissi, au lieu d'employer le mot «surnaturel» pour exprimerce que nous ne comprenons pas, nous nous servions simplementdu mot «inexplicable,» cela vaudrait beaucoup mieux.[15] En tout cas, dans l'affaire que je vais vous dire, ce sontsurtout les circonstances environnantes, les circonstancespréparatoires qui m'ont ému. Enfin, voici les faits:

J'étais alors juge d'instruction à Ajaccio, une petiteville blanche, couchée au bord d'un admirable golfe[20] qu'entourent partout de hautes montagnes.

Ce que j'avais surtout à poursuivre là-bas, c'étaient lesaffaires de vendetta. Il y en a de superbes, de dramatiquesau possible, de féroces, d'héroïques. Nous retrouvons làles plus beaux sujets de vengeance qu'on puisse rêver, les[25] haines séculaires, apaisées un moment, jamais éteintes,les ruses abominables, les assassinats devenant des massacreset presque des actions glorieuses. Depuis deuxans, je n'entendais parler que du prix du sang, que de ceterrible préjugé corse qui force à venger toute injure surla personne qui l'a faite, sur ses descendants et ses proches.J'avais vu égorger des vieillards, des enfants, des cousins,j'avais la tête pleine de ces histoires.

Page 28

Or, j'appris un jour qu'un Anglais venait de louer pourplusieurs années une petite villa au fond du golfe. Ilavait amené avec lui un domestique français, pris à Marseilleen passant.

[5] Bientôt tout le monde s'occupa de ce personnage singulier,qui vivait seul dans sa demeure, ne sortant que pourchasser et pour pêcher. Il ne parlait à personne, ne venait

Contes Français

MAUPASSANT 24

contes francais - [PDF Document] (25)

jamais à la ville, et, chaque matin, s'exerçait pendant uneheure ou deux, à tirer au pistolet et à la carabine.

[10] Des légendes se firent autour de lui. On prétendit quec'était un haut personnage fuyant sa patrie pour desraisons politiques; puis on affirma qu'il se cachait aprèsavoir commis un crime épouvantable. On citait mêmedes circonstances particulièrement horribles.

[15] Je voulus, en ma qualité de juge d'instruction, prendrequelques renseignements sur cet homme; mais il me futimpossible de rien apprendre. Il se faisait appeler sirJohn Rowell.

Je me contentai donc de le surveiller de près; mais on[20] ne me signalait, en réalité, rien de suspect à son égard.

Cependant, comme les rumeurs sur son compte continuaient,grossissaient, devenaient générales, je résolusd'essayer de voir moi-même cet étranger, et je me mis àchasser régulièrement dans les environs de sa propriété.

[25] J'attendis longtemps une occasion. Elle se présentaenfin sous la forme d'une perdrix que je tirai et que je tuaidevant le nez de l'Anglais. Mon chien me la rapporta;mais, prenant aussitôt le gibier, j'allai m'excuser de moninconvenance et prier sir John Rowell d'accepter l'oiseau[30] mort.

C'était un grand homme à cheveux rouges, à barberouge, très haut, très large, une sorte d'hercule placide et

Page 29

poli. Il n'avait rien de la raideur dite britannique et ilme remercia vivement de ma délicatesse en un françaisaccentué d' outre-Manche. Au bout d'un mois, nousavions causé ensemble cinq ou six fois.

[5] Un soir enfin, comme je passais devant sa porte, jel'aperçus qui fumait sa pipe, à cheval sur une chaise dansson jardin. Je le saluai, et il m'invita à entrer pour boireun verre de bière. Je ne me le fis pas répéter.

Il me reçut avec toute la méticuleuse courtoisie anglaise,[10] parla avec éloge de la France, de la Corse, déclara qu'ilaimait beaucoup cette pays, et cette rivage.

Alors je lui posai, avec de grandes précautions et sous la

Contes Français

MAUPASSANT 25

contes francais - [PDF Document] (26)

forme d'un intérêt très vif, quelques questions sur sa vie,sur ses projets. Il répondit sans embarras, me raconta[15] qu'il avait beaucoup voyagé, en Afrique, dans les Indes,en Amérique. Il ajouta en riant:

--J'avé eu bôcoup d'aventures, oh! yes.

Puis je me remis à parler chasse, et il me donna desdétails les plus curieux sur la chasse à l'hippopotame, au[20] tigre, à l'éléphant et même la chasse au gorille.

Je dis:

--Tous ces animaux sont redoutables.

Il sourit:

--Oh! nô, le plus mauvais c'été l'homme.

[25] Il se mit à rire tout à fait, d'un bon rire de gros Anglaiscontent:

--J'avé beaucoup chassé l'homme aussi.

Puis il parla d'armes, et il m'offrit d'entrer chez luipour me montrer des fusils de divers systèmes.

[30] Son salon était tendu de noir, de soie noire brodée d'or.De grandes fleurs jaunes couraient sur l'étoffe sombre,brillaient comme du feu.

Page 30

Il annonça:

--C'été une drap japonaise.

Mais, au milieu du plus large panneau, une chose étrangeme tira l'oeil. Sur un carré de velours rouge, un objet[5] noir se détachait. Je m'approchai: c'était une main, unemain d'homme. Non pas une main de squelette, blancheet propre, mais une main noire desséchée, avec les onglesjaunes, les muscles à nu et des traces de sang ancien, desang pareil à une crasse, sur les os coupés net, comme[10] d'un coup de hache, vers le milieu de l'avant-bras.

Autour du poignet, une énorme chaine de fer, rivée,soudée à ce membre malpropre, l'attachait au mur parun anneau assez fort pour tenir un éléphant en laisse.

Contes Français

MAUPASSANT 26

contes francais - [PDF Document] (27)

Je demandai:

[15]--Qu'est-ce que cela?

L'Anglais répondit tranquillement:

--C'été ma meilleur ennemi. Il vené d'Amérique. Ilavé été fendu avec le sabre et arraché la peau avec unecaillou coupante, et séché dans le soleil pendant huit[20] jours. Aoh, très bonne pour moi, cette.

Je touchai ce débris humain qui avait dû appartenirà un colosse. Les doigts, démesurément longs, étaientattachés par des tendons énormes que retenaient deslanières de peau par places. Cette main était affreuse à[25] voir, écorchée ainsi, elle faisait penser naturellement àquelque vengeance de sauvage.

Je dis:

--Cet homme devait être très fort.

L'Anglais prononça avec douceur:

[30]--Aoh yes; mais je été plus fort que lui. J'avé miscette chaine pour le tenir.

Je crus qu'il plaisantait. Je dis:

Page 31

--Cette chaine maintenant est bien inutile, la main nese sauvera pas.

Sir John Rowell reprit gravement:

--Elle voulé toujours s'en aller. Cette chaine été[5] nécessaire.

D'un coup d'oeil rapide j'interrogeai son visage, medemandant:

--Est-ce un fou, ou un mauvais plaisant?

Mais la figure demeurait impénétrable, tranquille et[10] bienveillante. Je parlai d'autre chose et j'admirai lesfusils.

Contes Français

MAUPASSANT 27

contes francais - [PDF Document] (28)

Je remarquai cependant que trois revolvers chargésétaient posés sur les meubles, comme si cet homme eûtvécu dans la crainte constante d'une attaque. Je revins[15] plusieurs fois chez lui. Puis je n'y allai plus. On s'étaitaccoutumé à sa présence; il était devenu indifférent à tous.

Une année entière s'écoula. Or un matin, vers la fin denovembre, mon domestique me réveilla en m'annonçantque sir John Rowell avait été assassiné dans la nuit.

[20] Une demi-heure plus tard, je pénétrais dans la maisonde l'Anglais avec le commissaire central et le capitainede gendarmerie. Le valet, éperdu et désespéré, pleuraitdevant la porte. Je soupçonnai d'abord cet homme, maisil était innocent.

[25] On ne put jamais trouver le coupable.En entrant dans le salon de sir John, j'aperçus du premiercoup d'oeil le cadavre étendu sur le dos, au milieude la pièce.

Le gilet était déchiré, une manche arrachée pendait,tout annonçait qu'une lutte terrible avait eu lieu.

Page 32

L'Anglais était mort étranglé! Sa figure noire et gonflée,effrayante, semblait exprimer une épouvante abominable;il tenait entre ses dents serrées quelque chose; etle cou, percé de cinq trous qu'on aurait dit faits avec des[5] pointes de fer, était couvert de sang.

Un médecin nous rejoignit. Il examina longtemps lestraces des doigts dans la chair et prononça ces étrangesparoles:

--On dirait qu'il a été étranglé par un squelette.

[10] Un frisson me passa dans le dos, et je jetai les yeuxsur le mur, à la place où j'avais vu jadis l'horrible maind'écorché. Elle n'y était plus. La chaine, brisée,pendait.

Alors je me baissai vers le mort, et je trouvai dans[15] sa bouche crispée un des doigts de cette main disparue,coupé ou plutôt scié par les dents juste à la deuxièmephalange.

Puis on procéda aux constatations. On ne découvrit

Contes Français

MAUPASSANT 28

contes francais - [PDF Document] (29)

rien. Aucune porte n'avait été forcée, aucune fenêtre,[20] aucun meuble. Les deux chiens de garde ne s'étaient pasréveillés.

Voici, en quelques mots, la déposition du domestique:

Depuis un mois, son maître semblait agité. Il avait reçubeaucoup de lettres, brûlées à mesure.

[25] Souvent, prenant une cravache, dans une colère quisemblait de la démence, il avait frappé avec fureur cettemain séchée, scellée au mur et enlevée, on ne sait comment,à l'heure même du crime.

Il se couchait fort tard et s'enfermait avec soin. Il[30] avait toujours des armes à portée du bras. Souvent, lanuit, il parlait haut, comme s'il se fût querellé avec quelqu'un.

Page 33

Cette nuit-là, par hasard, il n'avait fait aucun bruit, etc'est seulement en venant ouvrir les fenêtres que le serviteuravait trouvé sir John assassiné. Il ne soupçonnaitpersonne.

[5] Je communiquai ce que je savais du mort aux magistratset aux officiers de la force publique, et on fit dans toutel'île une enquête minutieuse. On ne découvrit rien.

Or, une nuit, trois mois après le crime, j'eus un affreuxcauchemar. Il me sembla que je voyais la main, l'horrible[10] main, courir comme un scorpion ou comme une araignée lelong de mes rideaux et de mes murs. Trois fois, je me réveillai,trois fois je me rendormis, trois fois je revis lehideux débris galoper autour de ma chambre en remuantles doigts comme des pattes.

[15] Le lendemain, on me l'apporta, trouvé dans le cimetière,sur la tombe de sir John Rowell, enterré là; car onn'avait pu découvrir sa famille. L'index manquait.

Voilà, mesdames, mon histoire.. Je ne sais rien de plus.

Les femmes, éperdues, étaient pâles, frissonnantes.

[20] Une d'elles s'écria:

--Mais ce n'est pas un dénouement cela, ni une explication!

Contes Français

MAUPASSANT 29

contes francais - [PDF Document] (30)

Nous n'allons pas dormir si vous ne nous ditespas ce qui s'était passé, selon vous.

Le magistrat sourit avec sévérité:

[25]--Oh! moi, mesdames, je vais gâter, certes, vos rêvesterribles. Je pense tout simplement que le légitime propriétairede la main n'était pas mort, qu'il est venu lachercher avec celle qui lui restait. Mais je n'ai pu savoircomment il a fait, par exemple. C'est là une sorte de[30] vendetta.

Page 34

Une des femmes murmura:

--Non, ça ne doit pas être ainsi.

Et le juge d'instruction, souriant toujours, conclut:

--Je vous avais bien dit que mon explication ne vous[5] irait pas.

Page 35

UNE VENDETTA

La veuve de Paolo Saverini habitait seule avec son filsune petite maison pauvre sur les remparts de Bonifacio.La ville, bâtie sur une avancée de la montagne, suspenduemême par places au-dessus de la mer, regarde, par-dessus[5] le détroit hérissé d'écueils, la côte plus basse de laSardaigne. A ses pieds, de l'autre côté, la contournant presqueentièrement, une coupure de la falaise, qui ressemble à ungigantesque corridor, lui sert de port, amène jusqu'auxpremières maisons, après un long circuit entre deux[10] murailles abruptes, les petit* bateaux pêcheurs italiens ousardes, et, chaque quinzaine, le vieux vapeur poussif quifait le service d'Ajaccio.

Sur la montagne blanche, le tas de maisons pose unetache plus blanche encore. Elles ont l'air de nids d'oiseaux[15] sauvages, accrochées ainsi sur ce roc, dominant sur cepassage terrible où ne s'aventurent guère les navires. Levent, sans repos, fatigue la côte nue, rongée par lui, àpeine vêtue d'herbe; il s'engouffre dans le détroit, dont ilravage les deux bords. Les traînées d'écume pâle,

Contes Français

MAUPASSANT 30

contes francais - [PDF Document] (31)

[20] accrochées aux pointes noires des innombrables rocs quipercent partout les vagues, ont l'air de lambeaux de toilesflottant et palpitant à la surface de l'eau.

La maison de la veuve Saverini, soudée au bord mêmede la falaise, ouvrait ses trois fenêtres sur cet horizon sauvage[25] et désolé.

Elle vivait là, seule, avec son fils Antoine et leur chienne«Sémillante,» grande bête maigre, aux poils longs et rudes,

Page 36

de la race des gardeurs de troupeaux. Elle servait aujeune homme pour chasser.

Un soir, après une dispute, Antoine Saverini fut tuétraîtreusem*nt, d'un coup de couteau, par Nicolas[5] Ravolati, qui, la nuit même, gagna la Sardaigne.

Quand la vieille mère reçut le corps de son enfant, quedes passants lui rapportèrent, elle ne pleura pas, mais elledemeura longtemps immobile à le regarder; puis, étendantsa main ridée sur le cadavre, elle lui promit la vendetta.[10] Elle ne voulut point qu'on restât avec elle, et elles'enferma auprès du corps avec la chienne, qui hurlait. Ellehurlait, cette bête, d'une façon continue, debout au pieddu lit, la tête tendue vers son maître, et la queue serréeentre les pattes. Elle ne bougeait pas plus que la mère,[15] qui penchée maintenant sur le corps, l'oeil fixe, pleurait degrosses larmes muettes en le contemplant.

Le jeune homme, sur le dos, vêtu de sa veste de grosdrap, trouée et déchirée à la poitrine, semblait dormir;mais il avait du sang partout: sur la chemise arrachée[20] pour les premiers soins; sur son gilet, sur sa culotte, surla face, sur les mains. Des caillots de sang s'étaient figésdans la barbe et dans les cheveux.

La vieille mère se mit à lui parler. Au bruit de cettevoix, la chienne se tut.

[25]--Va, va, tu seras vengé, mon petit, mon garçon, monpauvre enfant. Dors, dors, tu seras vengé, entends-tu?C'est la mère qui le promet! Et elle tient toujours saparole, la mère, tu le sais bien.

Et lentement elle se pencha vers lui, collant ses lèvres[30] froides sur les lèvres mortes.

Contes Français

MAUPASSANT 31

contes francais - [PDF Document] (32)

Alors, Sémillante se remit à gémir. Elle poussait unelongue plainte monotone, déchirante, horrible.

Page 37

Elles restèrent là, toutes les deux, la femme et la bête,jusqu'au matin.

Antoine Saverini fut enterré le lendemain, et bientôt onne parla plus de lui dans Bonifacio.

[5] Il n'avait laissé ni frère, ni proches cousins. Aucunhomme n'était là pour poursuivre la vendetta. Seule, lamère y pensait, la vieille:

De l'autre côté du détroit, elle voyait du matin au soirun point blanc sur la côte. C'est un petit village sarde,[10] Longosardo, où se réfugient les bandits corses traqués detrop près. Ils peuplent presque seuls ce hameau, en facedes côtes de leur patrie, et ils attendent là le moment derevenir, de retourner au maquis. C'est dans ce village,elle le savait, que s'était réfugié Nicolas Ravolati.

[15] Toute seule, tout le long du jour, assise à sa fenêtre, elleregardait là-bas en songeant à la vengeance. Commentferait-elle sans personne, infirme, si près de la mort?Mais elle avait promis, elle avait juré sur le cadavre. Ellene pouvait oublier, elle ne pouvait attendre. Que ferait-elle?[20] Elle ne dormait plus la nuit; elle n'avait plus nirepos ni apaisem*nt; elle cherchait, obstinée. La chienne,à ses pieds, sommeillait, et, parfois, levant la tête, hurlaitau loin. Depuis que son maitre n'était plus là, elle hurlaitsouvent ainsi, comme si elle l'eût appelé, comme si[25] son âme de bête, inconsolable, eût aussi gardé le souvenirque rien n'efface.

Or, une nuit, comme Sémillante se remettait à gémir, lamère, tout à coup, eut une idée, une idée de sauvage vindicatifet féroce. Elle la médita jusqu'au matin; puis,[30] levée dès les approches du jour, elle se rendit à l'église.Elle pria, prosternée sur le pavé, abattue devant Dieu, le

Page 38

suppliant de l'aider, de la soutenir, de donner à son pauvrecorps usé la force qu'il lui fallait pour venger le fils.

Contes Français

MAUPASSANT 32

contes francais - [PDF Document] (33)

Puis elle rentra. Elle avait dans sa cour un ancienbaril défoncé, qui recueillait l'eau des gouttières; elle le[5] renversa, le vida, l'assujettit contre le sol avec des pieuxet des pierres; puis elle enchaîna Sémillante à cette niche,et elle rentra.

Elle marchait maintenant, sans repos, dans sa chambre,l'oeil fixé toujours sur la côte de Sardaigne. Il était[10] là-bas, l'assassin.La chienne, tout le jour et toute la nuit, hurla. Lavieille, au matin, lui porta de l'eau dans une jatte; maisrien de plus: pas de soupe, pas de pain.

La journée encore s'écoula. Sémillante, exténuée, dormait.[15] Le lendemain, elle avait les yeux luisants, le poilhérissé, et elle tirait éperdument sur sa chaîne.

La vieille ne lui donna encore rien à manger. La bête,devenue furieuse, aboyait d'une voix rauque. La nuitencore se passa.

[20] Alors, au jour levé, la mère Saverini alla chez le voisin,prier qu'on lui donnât deux bottes de paille. Elle prit devieilles hardes qu'avait portées autrefois son mari, et lesbourra de fourrage, pour simuler un corps humain.

Ayant piqué un bâton dans le sol, devant la niche de[25] Sémillante, elle noua dessus ce mannequin, qui semblaitainsi se tenir debout. Puis elle figura la tête au moyend'un paquet de vieux linge.

La chienne, surprise, regardait cet homme de paille, etse taisait bien que dévorée de faim.

[30] Alors la vieille alla acheter chez le charcutier un longmorceau de boudin noir. Rentrée chez elle, elle alluma unfeu de bois dans sa cour, auprès de la niche, et fit griller

Page 39

son boudin. Sémillante, affolée, bondissait, écumait, lesyeux fixés sur le gril, dont le fumet lui entrait au ventre.

Puis la mère fit de cette bouillie fumante une cravateà l'homme de paille. Elle la lui ficela longtemps autour[5] du cou, comme pour la lui entrer dedans. Quand ce fufini, elle déchaîna la chienne.

D'un saut formidable, la bête atteignit la gorge du mannequin,

Contes Français

MAUPASSANT 33

contes francais - [PDF Document] (34)

et, les pattes sur les épaules, se mit à la déchirer.Elle retombait, un morceau de sa proie à la gueule, puis[10] s'élançait de nouveau, enfonçait ses crocs dans les cordes,arrachait quelques parcelles de nourriture, retombait encore,et rebondissait, acharnée. Elle enlevait le visagepar grands coups de dents, mettait en lambeaux le colentier.

[15] La vieille, immobile et muette, regardait, l'oeil allumé.Puis elle renchaîna sa bête, la fit encore jeûner deux jours,et recommença cet étrange exercice.

Pendant trois mois, elle l'habitua à cette sorte de lutte,à ce repas conquis à coups de crocs. Elle ne l'enchaînait[20]plus maintenant, mais elle la lançait d'un geste sur lemannequin.

Elle lui avait appris à le déchirer, à le dévorer, sansmême qu'aucune nourriture fût cachée en sa gorge. Ellelui donnait ensuite, comme récompense, le boudin grillé[25]pour elle.

Dès qu'elle apercevait l'homme, Sémillante frémissait,puis tournait les yeux vers sa maîtresse, qui lui criait:«Va!» d'une voix sifflante, en levant le doigt.

Quand elle jugea le temps venu, la mère Saverini alla[30] se confesser et communia un dimanche matin, avec uneferveur extatique, puis, ayant revêtu des habits de mâle,

Page 40

semblable à un vieux pauvre déguenillé, elle fit marchéavec un pêcheur sarde, qui la conduisit, accompagnée desa chienne, de l'autre côté du détroit.

Elle avait, dans un sac de toile, un grand morceau de[5] boudin. Sémillante jeûnait depuis deux jours. La vieillefemme, à tout moment, lui faisait sentir la nourritureodorante, et l'excitait.

Elles entrèrent dans Longosardo. La Corse allait enboitillant. Elle se présenta chez un boulanger et demanda[10] la demeure de Nicolas Ravolati. Il avait repris son ancienmétier, celui de menuisier. Il travaillait seul au fond desa boutique.

La vieille poussa la porte et l'appela:

Contes Français

MAUPASSANT 34

contes francais - [PDF Document] (35)

--Hé! Nicolas!

[15] Il se tourna; alors, lâchant sa chienne, elle cria:

--Va, va, dévore, dévore!

L'animal, affolé, s'élança, saisit la gorge. L'hommeétendit les bras, l'étreignit, roula par terre. Pendantquelques secondes, il se tordit, battant le sol de ses pieds;[10] puis il demeura immobile, pendant que Sémillante luifouillait le cou, qu'elle arrachait par lambeaux. Deuxvoisins, assis sur leur porte, se rappelèrent parfaitementavoir vu sortir un vieux pauvre avec un chien noir efflanquéqui mangeait, tout en marchant, quelque chose de[25] brun que lui donnait son maître.

La vieille, le soir, était rentrée chez elle. Elle dormitbien, cette nuit-là.

Page 41

L'AVENTURE DE WALTER SCHNAFFS

A Robert Pinchon

Depuis son entrée en France avec l'armée d'invasion,Walter Schnaffs se jugeait le plus malheureux des hommes.Il était gros, marchait avec peine, soufflait beaucoup etsouffrait affreusem*nt des pieds qu'il avait fort plats et[5] fort gras. Il était en outre pacifique et bienveillant,nullement magnanime ou sanguinaire, père de quatre enfantsqu'il adorait et marié avec une jeune femme blonde,dont il regrettait désespérément chaque soir les tendresses,les petit* soins et les baisers. Il aimait se lever tard et se[10] coucher tôt, manger lentement de bonnes choses et boirede la bière dans les brasseries. Il songeait en outre quetout ce qui est doux dans l'existence disparaît avec la vie;et il gardait au coeur une haine épouvantable, instinctiveet raisonnée en même temps, pour les canons, les fusils, lesrevolvers et les sabres, mais surtout pour les baïonnettes,[15] se sentant incapable de manoeuvrer assez vivement cettearme rapide pour défendre son gros ventre.

Et, quand il se couchait sur la terre, la nuit venue, roulédans son manteau à côté des camarades qui ronflaient, il[20] pensait longuement aux siens laissés là-bas et aux dangerssemés sur sa route: S'il était tué, que deviendraient lespetit*? Qui donc les nourrirait et les élèverait? A l'heure

Contes Français

MAUPASSANT 35

contes francais - [PDF Document] (36)

même, ils n'étaient pas riches, malgré les dettes qu'ilavait contractées en partant pour leur laisser quelque[25] argent. Et Walter Schnaffs pleurait quelquefois.

Au commencement des batailles il se sentait dans les

Page 42

jambes de telles faiblesses qu'il se serait laissé tomber, s'iln'avait songé que toute l'armée lui passerait sur le corps.Le sifflement des balles hérissait le poil sur sa peau.

Depuis des mois il vivait ainsi dans la terreur et dans[5] l'angoisse.

Son corps d'armée s'avançait vers la Normandie, etil fut un jour envoyé en reconnaissance avec un faibledétachement qui devait simplement explorer une partie dupays et se replier ensuite. Tout semblait calme dans la[10] campagne; rien n'indiquait une résistance préparée.

Or, les Prussiens descendaient avec tranquillité dansune petite vallée que coupaient des ravins profonds,quand une fusillade violente les arrêta net, jetant bas unevingtaine des leurs; et une troupe de francs-tireurs,[15] sortant brusquement d'un petit bois grand comme la main,s'élança en avant, la baïonnette au fusil.

Walter Schnaffs demeura d'abord immobile, tellementsurpris et éperdu qu'il ne pensait même pas à fuir. Puisun désir fou de détaler le saisit; mais il songea aussitôt[20] qu'il courait comme une tortue en comparaison des maigresFrançais qui arrivaient en bondissant comme untroupeau de chèvres. Alors, apercevant à six pas devantlui un large fossé plein de broussailles couvertes de feuillessèches, il y sauta à pieds joints, sans songer même à la[25] profondeur, comme on saute d'un pont dans une rivière.

Il passa, à la façon d'une flèche, à travers une coucheépaisse de lianes et de ronces aiguës qui lui déchirèrent laface et les mains, et il tomba lourdement assis sur un litde pierres.

[30] Levant aussitôt les yeux, il vit le ciel par le trou qu'ilavait fait. Ce trou révélateur le pouvait dénoncer, et ilse traîna avec précaution, à quatre pattes, au fond de

Page 43

Contes Français

MAUPASSANT 36

contes francais - [PDF Document] (37)

cette ornière, sous le toit de branchages enlacés, allant leplus vite possible, en s'éloignant du lieu de combat.Puis il s'arrêta et s'assit de nouveau, tapi comme unlièvre au milieu des hautes herbes sèches.

Il entendit pendant quelque temps encore des détonations,[5] des cris et des plaintes. Puis les clameurs de lalutte s'affaiblirent, cessèrent. Tout redevint muet etcalme.

Soudain quelque chose remua: contre lui. Il eut un[10] sursaut épouvantable. C'était un petit oiseau qui, s'étantposé sur une branche, agitait des feuilles mortes. Pendantprès d'une heure, le coeur de Walter Schnaffs en battit àgrands coups pressés.

La nuit venait, emplissant d'ombre le ravin. Et le[15] soldat se mit à songer. Qu'allait-il faire? Qu'allait-ildevenir? Rejoindre son armée?... Mais comment?Mais par où? Et il lui faudrait recommencer l'horriblevie d'angoisses, d'épouvantes, de fatigues et de souffrancesqu'il menait depuis le commencement de la guerre! Non![20] Il ne se sentait plus ce courage. Il n'aurait plus l'énergiequ'il fallait pour supporter les marches et affronter lesdangers de toutes les minutes.

Mais que faire? Il ne pouvait rester dans ce ravin ets'y cacher jusqu'à la fin des hostilités. Non, certes. S'il[25] n'avait pas fallu manger, cette perspective ne l'auraitpas trop atterré; mais il fallait manger, manger tous lesjours.

Et il se trouvait ainsi tout seul, en armes, en uniforme,sur le territoire ennemi, loin de ceux qui le pouvaient[30] défendre. Des frissons lui couraient sur la peau.

Soudain il pensa: «Si seulement j'étais prisonnier!» Etson coeur frémit de désir, d'un désir violent, immodéré,

Page 44

d'être prisonnier des Français. Prisonnier! Il seraitsauvé, nourri, logé, à l'abri des balles et des sabres, sansappréhension possible, dans une bonne prison bien gardée.Prisonnier! Quel rêve!

[5] Et sa résolution fut prise immédiatement:

--Je vais me constituer prisonnier.

Contes Français

MAUPASSANT 37

contes francais - [PDF Document] (38)

Il se leva, résolu à exécuter ce projet sans tarder d'uneminute. Mais il demeura immobile, assailli soudain pardes réflexions fâcheuses et par des terreurs nouvelles.

[10] Où allait-il se constituer prisonnier? Comment? Dequel côté? Et des images affreuses, des images de mort,se précipitèrent dans son âme.

Il allait courir des dangers terribles en s'aventurantseul, avec son casque à pointe, par la campagne.

[15] S'il rencontrait des paysans? Ces paysans, voyant unPrussien perdu, un Prussien sans défense, le tueraientcomme un chien errant! Ils le massacreraient avec leursfourches, leurs pioches, leurs faux, leurs pelles! Ils enferaient une bouillie, une pâtée, avec l'acharnement des[20] vaincus exaspérés.

S'il rencontrait des francs-tireurs? Ces francs-tireurs,des enragés sans loi ni discipline, le fusilleraient pours'amuser, pour passer une heure, histoire de rire en voyantsa tête. Et il se croyait déjà appuyé contre un mur en[25] face de douze canons de fusils, dont les petit* trous rondset noirs semblaient le regarder.

S'il rencontrait l'armée française elle-même? Leshommes d'avant-garde le prendraient pour un éclaireur,pour quelque hardi et malin troupier parti seul en reconnaissance,[30] et ils lui tireraient dessus. Et il entendait déjàles détonations irrégulières des soldats couchés dans lesbroussailles, tandis que lui, debout au milieu d'un champ,

Page 45

affaissait, troué comme une écumoire par les balles qu'ilsentait entrer dans sa chair.

Il se rassit, désespéré. Sa situation lui paraissait sansissue.

[5] La nuit était tout à fait venue, la nuit muette et noire.Il ne bougeait plus. Tressaillant à tous les bruits inconnuset légers qui passent dans les ténèbres. Un lapin, tapantdu cul au bord d'un terrier, faillit faire s'enfuir WalterSchnaffs. Les cris des chouettes lui déchiraient l'âme, le[10] traversant de peurs soudaines, douloureuses comme desblessures. Il écarquillait ses gros yeux pour tâcher devoir dans l'ombre; et il s'imaginait à tout moment entendre

Contes Français

MAUPASSANT 38

contes francais - [PDF Document] (39)

marcher près de lui.

Après d'interminables heures et des angoisses de damné,[15] il aperçut, à travers son plafond de branchages, le ciel quidevenait clair. Alors, un soulagement immense le pénétra;ses membres se détendirent, reposés soudain; son coeurs'apaisa; ses yeux se fermèrent. Il s'endormit.

Quand il se réveilla, le soleil lui parut arrivé à peu près[20] au milieu du ciel; il devait être midi. Aucun bruit netroublait la paix morne des champs; et Walter Schnaffss'aperçut qu'il était atteint d'une faim aiguë.

Il bâillait, la bouche humide à la pensée du saucissondes soldats; et son estomac lui faisait mal.

[25] Il se leva, fit quelques pas, sentit que ses jambes étaientfaibles, et se rassit pour réfléchir. Pendant deux ou troisheures encore, il établit le pour et le contre, changeantà tout moment de résolution, combattu, malheureux,tiraillé par les raisons les plus contraires.

[30] Une idée lui parut enfin logique et pratique, c'était deguetter le passage d'un villageois seul, sans armes, et sansoutils de travail dangereux, de courir au-devant de lui et

Page 46

de se remettre en ses mains en lui faisant bien comprendrequ'il se rendait.

Alors il ôta son casque, dont la pointe le pouvait trahir,et il sortit sa tête au bord de son trou, avec des précautions[5] infinies.

Aucun être isolé ne se montrait à l'horizon. Là-bas,à droite, un petit village envoyait au ciel la fumée deses toits, la fumée de ses cuisines! Là-bas, à gauche; ilapercevait, au bout des arbres d'une avenue, un grand[10] château flanqué de tourelles.

Il attendit jusqu'au soir, souffrant affreusem*nt, nevoyant rien que des vols de corbeaux, n'entendant rienque les plaintes sourdes de ses entrailles.

Et la nuit encore tomba sur lui.

[15] Il s'allongea au fond de sa retraite et il s'endormit d'unsommeil fiévreux, hanté de cauchemars, d'un sommeil

Contes Français

MAUPASSANT 39

contes francais - [PDF Document] (40)

d'homme affamé.

L'aurore se leva de nouveau sur sa tête. Il se remit enobservation. Mais la campagne restait vide comme la[20] veille; et une peur nouvelle entrait dans l'esprit de WalterSchnaffs, la peur de mourir de faim! Il se voyait étenduau fond de son trou, sur le dos, les deux yeux fermés. Puisdes bêtes, des petites bêtes de toute sorte s'approchaientde son cadavre et se mettaient à le manger, l'attaquant[25] partout à la fois, se glissant sous ses vêtements pourmordre sa peau froide. Et un grand corbeau lui piquaitles yeux de son bec effilé.

Alors, il devint fou, s'imaginant qu'il allait s'évanouirde faiblesse et ne plus pouvoir marcher. Et déjà, il[30] s'apprêtait à s'élancer vers le village, résolu à tout oser, àtout braver, quand il aperçut trois paysans qui s'en allaientaux champs avec leurs fourches sur l'épaule, et il se replongeadans sa cachette.

Page 47

Mais, dès que le soir obscurcit la plaine, il sortit lentementdu fossé, et se mit en route, courbé, craintif, le coeurbattant, vers le château lointain, préférant entrerlà-dedans plutôt qu'au village qui lui semblait redoutable[5] comme une tanière pleine de tigres.

Les fenêtres d'en bas brillaient. Une d'elles était mêmeouverte; et une forte odeur de viande cuite s'en échappait,une odeur qui pénétra brusquement dans le nez et jusqu'aufond du ventre de Walter Schnaffs, qui le crispa, le fit[10] haleter, l'attirant irrésistiblement, lui jetant au coeur uneaudace désespérée.

Et brusquement, sans réfléchir, il apparut, casqué, dansle cadre de la fenêtre.

Huit domestiques dînaient autour d'une grande table.[15] Mais soudain une bonne demeura béante, laissant tomberson verre, les yeux fixes. Tous les regards suivirent le sien!

On aperçut l'ennemi!

Seigneur! les Prussiens attaquaient le château! ...

Ce fut d'abord un cri, un seul cri, fait de huit cris poussés[20] sur huit tons différents, un cri d'épouvante horrible, puisune levée tumultueuse, une bousculade mêlée, une fuite

Contes Français

MAUPASSANT 40

contes francais - [PDF Document] (41)

éperdue vers la porte du fond. Les chaises tombaient, leshommes renversaient les femmes et passaient dessus. Endeux secondes, la pièce fut vide, abandonnée, avec la table[25] couverte de mangeaille en face de Walter Schnaffs stupéfait,toujours debout dans sa fenêtre.

Après quelques instants d'hésitation, il enjamba le murd'appui et s'avança vers les assiettes. Sa faim exaspéréele faisait trembler comme un fiévreux: mais une terreur le[30] retenait, le paralysait encore. Il écouta. Toute la maisonsemblait frémir; des portes se fermaient, des pas rapidescouraient sur le plancher de dessus. Le Prussien inquiettendait l'oreille à ces confuses rumeurs; puis il entendit

Page 48

des bruits sourds comme si des corps fussent tombés dansla terre molle, au pied des murs, des corps humains sautantdu premier étage.

Puis tout mouvement, toute agitation cessèrent, et le[5] grand château devint silencieux comme un tombeau.Walter Schnaffs s'assit devant une assiette restée intacte,et il se mit à manger. Il mangeait par grandes bouchéescomme s'il eût craint d'être interrompu trop tôt, de nepouvoir engloutir assez. Il jetait à deux mains les[10] morceaux dans sa bouche ouverte comme une trappe; et despaquets de nourriture lui descendaient coup sur coup dansl'estomac, gonflant sa gorge en passant. Parfois, ils'interrompait, prêt à crever à la façon d'un tuyau tropplein. Il prenait à la cruche au cidre et se déblayait[15] l'oesophage comme on lave un conduit bouché.

Il vida toutes les assiettes, tous les plats et toutes lesbouteilles; puis, saoul de liquide et de mangeaille, abruti,rouge, secoué par des hoquets, l'esprit troublé et la bouchegrasse, il déboutonna son uniforme pour souffler, incapable[20] d'ailleurs de faire un pas. Ses yeux se fermaient, sesidées s'engourdissaient; il posa son front pesant dans sesbras croisés sur la table, et il perdit doucement la notiondes choses et des faits.

Le dernier croissant éclairait vaguement l'horizon au-dessus[25] des arbres du parc. C'était l'heure froide quiprécède le jour.

Des ombres glissaient dans les fourrés, nombreuses etmuettes; et parfois, un rayon de lune faisait reluire dansl'ombre une pointe d'acier.

Contes Français

MAUPASSANT 41

contes francais - [PDF Document] (42)

[30] Le château tranquille dressait sa grande silhouette noire.Deux fenêtres seules brillaient encore au rez-de-chaussée.

Page 49

Soudain, une voix tonnante hurla:

--En avant! nom d'un nom! à l'assaut! mes enfants!

Alors, en un instant, les portes, les contrevents et lesvitres s'enfoncèrent sous un flot d'hommes qui s'élança,[5] brisa, creva tout, envahit la maison. En un instant cinquantesoldats armés jusqu'aux cheveux, bondirent dansla cuisine où reposait pacifiquement Walter Schnaffs, et,lui posant sur la poitrine cinquante fusils chargés, le culbutèrent,le roulèrent, le saisirent, le lièrent des pieds à la[10] tête.

Il haletait d'ahurissem*nt, trop abruti pour comprendre,battu, crossé et fou de peur.

Et tout d'un coup, un gros militaire chamarré d'or luiplanta son pied sur le ventre en vociférant:

[15]--Vous êtes mon prisonnier, rendez-vous!

Le Prussien n'entendit que ce seul mot «prisonnier,» etil gémit: «ya, ya, ya.»

Il fut relevé, ficelé sur une chaise, et examiné avec unevive curiosité par ses vainqueurs qui soufflaient comme des[20] baleines. Plusieurs s'assirent, n'en pouvant plus d'émotionet de fatigue.

Il souriait, lui, il souriait maintenant, sûr d'être enfinprisonnier!

Un autre officier entra et prononça:

[25]--Mon colonel, les ennemis se sont enfuis; plusieurssemblent avoir été blessés. Nous restons maîtres de laplace.

Le gros militaire qui s'essuyait le front vociféra:

«Victoire!»

Et il écrivit sur un petit agenda de commerce tiré de sa[30] poche:

Contes Français

MAUPASSANT 42

contes francais - [PDF Document] (43)

«Après une lutte acharnée, les Prussiens ont dû battre

Page 50

en retraite, emportant leurs morts et leurs blessés, qu'onévalue à cinquante hommes hors»

Le jeune officier reprit:

[5]--Quelles dispositions dois-je prendre, mon colonel?

Le colonel répondit:

--Nous allons nous replier pour éviter un retour offensifavec de l'artillerie et des forces supérieures.

Et il donna l'ordre de repartir.

[10] La colonne se reforma dans l'ombre, sous les murs duchâteau, et se mit en mouvement, enveloppant de partoutWalter Schnaffs garrotté, tenu par six guerriers le revolverau poing.

Des reconnaissances furent envoyées pour éclairer la[15] route. On avançait avec prudence, faisant halte de tempsen temps.

Au jour levant, on arrivait à la sous-préfecture de laRoche-Oysel, dont la garde nationale avait accompli cefait d'armes.

[20] La population anxieuse et surexcitée attendait. Quandon aperçut le casque du prisonnier, des clameurs formidableséclatèrent. Les femmes levaient les bras; des vieillespleuraient; un aïeul lança sa béquille au Prussien et blessale nez d'un de ses gardiens.

[25] Le colonel hurlait.

--Veillez à la sûreté du captif.

On parvint enfin à la maison de ville. La prison futouverte, et Walter Schnaffs jeté dedans, libre de liens.Deux cents hommes en armes montèrent la garde autour[30] du bâtiment.

Alors, malgré des symptômes d'indigestion qui le tourmentaientdepuis quelque temps, le Prussien, fou de joie,

Contes Français

MAUPASSANT 43

contes francais - [PDF Document] (44)

Page 51

se mit à danser, à danser éperdument, en levant les bras etles jambes, à danser en poussant des cris frénétiques,jusqu'au moment où il tomba, épuisé au pied d'un mur.

Il était prisonnier! Sauvé!

[5] C'est ainsi que le château de Champignet fut repris àl'ennemi après six heures seulement d'occupation.

Le colonel Ratier, marchand de drap, qui enleva cetteaffaire à la tête des gardes nationaux de la Roche-Oysel,fut décoré.

Page 52

TOMBOUCTOU

Le boulevard, ce fleuve de vie, grouillait dans la poudred'or du soleil couchant. Tout le ciel était rouge, aveuglant;et, derrière la Madeleine, une immense nuéeflamboyante jetait dans toute la longue avenue une[5] oblique averse de feu, vibrante comme une vapeur debrasier.

La foule gaie, palpitante, allait sous cette brume enflamméeet semblait dans une apothéose. Les visagesétaient dorés; les chapeaux noirs et les habits avaient des[10] reflets de pourpre; le vernis des chaussures jetait desflammes sur l'asphalte des trottoirs.

Devant les cafés, un peuple d'hommes buvait les boissonsbrillantes et colorées qu'on aurait prises pour des pierresprécieuses fondues dans le cristal.

[15] Au milieu des consommateurs aux légers vêtements plusfoncés, deux officiers en grande tenue faisaient baissertous les yeux par l'éblouissem*nt de leurs dorures. Ilscausaient, joyeux sans motif, dans cette gloire de vie, dansce rayonnement radieux du soir; et ils regardaient la foule,[20] les hommes lents et les femmes pressées qui laissaientderrière elles une odeur savoureuse et troublante.

Tout à coup un nègre énorme, vêtu de noir, ventru,chamarré de breloques sur un gilet de coutil, la face luisante

Contes Français

MAUPASSANT 44

contes francais - [PDF Document] (45)

comme si elle eût été cirée, passa devant eux avec[25] un air de triomphe. Il riait aux passants, il riait auxvendeurs de journaux, il riait au ciel éclatant, il riait à Paris

Page 53

entier. Il était si grand qu'il dépassait toutes les têtes;et, derrière lui, tous les badauds se retournaient pour lecontempler de dos.

Mais soudain il aperçut les officiers, et, culbutant les[5] buveurs, il s'élança. Dès qu'il fut devant leur table, ilplanta sur eux ses yeux luisants et ravis, et les coins de sabouche lui montèrent jusqu'aux oreilles, découvrant sesdents blanches, claires comme un croissant de lune dansun ciel noir. Les deux hommes, stupéfaits, contemplaient[10] ce géant d'ébène, sans rien comprendre à sa gaieté.

Et il s'écria, d'une voix qui fit rire toutes les tables:

--Bonjou, mon lieutenant.

Un des officiers était chef de bataillon, l'autre colonel.

Le premier dit:

[15]--Je ne vous connais pas, monsieur; j'ignore ce quevous voulez.

Le nègre reprit:--Moi aimé beaucoup toi, lieutenant Védié, siège Bézi,beaucoup raisin, cherché moi.

[20] L'officier, tout à fait éperdu, regardait fixement l'homme,cherchant au fond de ses souvenirs; mais brusquement ils'écria:

--Tombouctou?

Le nègre, radieux, tapa sur sa cuisse en poussant un[25] rire d'une invraisemblable violence et beuglant:

--Si, si, ya, mon lieutenant, reconné Tombouctou. ya,bonjou.

Le commandant lui tendit la main en riant lui-même detout son coeur. Alors Tombouctou redevint grave. Il[30] saisit la main de l'officier, et, si vite que l'autre ne putl'empêcher, il la baisa, selon la coutume nègre et arabe.

Contes Français

MAUPASSANT 45

contes francais - [PDF Document] (46)

Confus, le militaire lui dit d'une voix sévère:

Page 54

--Allons, Tombouctou, nous ne sommes pas en Afrique.Assieds-toi là et dis-moi comment je te trouve ici.

Tombouctou tendit son ventre, et, bredouillant, tantil parlait vite:

[5]--Gagné beaucoup d'agent, beaucoup, grand'estaurant,bon mangé, Prussiens, moi, beaucoup volé, beaucoup,cuisine française, Tombouctou, cuisinié de l'Empéeu, deuxcent mille francs à moi. Ah! ah! ah! ah!

Et il riait, tordu, hurlant avec une folie de joie dans le[10] regard.

Quand l'officier, qui comprenait son étrange langage,l'eut interrogé quelque temps, il lui dit:

--Eh bien, au revoir, Tombouctou; à bientôt.

Le nègre aussitôt se leva, serra, cette fois, la main qu'on[15] lui tendait, et riant toujours, cria:

--Bonjou, bonjou, mon lieutenant!

Il s'en alla, si content, qu'il gesticulait en marchant, etqu'on le prenait pour un fou.

Le colonel demanda:

[20]--Qu'est-ce que cette brute?

--Un brave garçon et un brave soldat. Je vais vousdire ce que je sais de lui; c'est assez drôle.

Vous savez qu'au commencement de la guerre de 1870je fus enfermé dans Bézières, que ce nègre appelle Bézi.[25] Nous n'étions point assiégés, mais bloqués. Les lignesprussiennes nous entouraient de partout, hors de portée descanons, ne tirant pas non plus sur nous, mais nous affamantpeu à peu.

J'étais alors lieutenant. Notre garnison se trouvait

Page 55

Contes Français

MAUPASSANT 46

contes francais - [PDF Document] (47)

composée de troupes de toute nature, débris de régimentsécharpés, fuyards, maraudeurs, séparés des corps d'armée.Nous avions de tout enfin, même onze turcos arrivés unsoir on ne sait comment, on ne sait par où. Ils s'étaient[5] présentés aux portes de la ville, harassés, déguenillés,affamés et saouls. On me les donna.

Je reconnus bientôt qu'ils étaient rebelles à toute discipline,toujours dehors et toujours gris. J'essayai de lasalle de police, même de la prison, rien n'y fit. Mes[10] hommes disparaissaient des jours entiers, comme s'ils sefussent enfoncés sous terre, puis reparaissaient ivres àtomber. Ils n'avaient pas d'argent. Où buvaient-ils?Et comment, et avec quoi?

Cela commençait à m'intriguer vivement, d'autant plus[15] que ces sauvages m'intéressaient avec leur rire éternel etleur caractère de grands enfants espiègles.

Je m'aperçus alors qu'ils obéissaient aveuglément auplus grand d'eux tous, celui que vous venez de voir. Illes gouvernait à son gré, préparait leurs mystérieuses[20] entreprises en chef tout-puissant et incontesté. Je le fisvenir chez moi et je l'interrogeai. Notre conversation durabien trois heures, tant j'avais de peine à pénétrer son surprenantcharabia. Quant à lui, le pauvre diable, il faisaitdes efforts inouïs pour être compris, inventait des mots,[25] gesticulait, suait de peine, s'essuyait le front, soufflait,s'arrêtait et repartait brusquement, quand il croyait avoirtrouvé un nouveau moyen de s'expliquer.

Je devinai enfin qu'il était fils d'un grand chef, d'unesorte de roi nègre des environs de Tombouctou. Je lui[30] demandai son nom. Il répondit quelque chose commeChavaharibouhalikhranafotapolara. Il me parut plussimple de lui donner le nom de son pays: «Tombouctou.»

Page 56

Et, huit jours plus tard, toute la garnison ne le nommaitplus autrement.

Mais une envie folle nous tenait de savoir où cet ex-princeafricain trouvait à boire. Je le découvris d'une[5] singulière façon.

J'étais un matin sur les remparts, étudiant l'horizon,quand j'aperçus dans une vigne quelque chose qui remuait.On arrivait au temps des vendanges, les raisins

Contes Français

MAUPASSANT 47

contes francais - [PDF Document] (48)

étaient mûrs, mais je ne songeais guère à cela. Je pensai[10] qu'un espion s'approchait de la ville, et j'organisai uneexpédition complète pour saisir le rôdeur. Je pris moi-mêmele commandement, après avoir obtenu l'autorisationdu général.

J'avais fait sortir, par trois portes différentes, trois[15] petites troupes qui devaient se rejoindre auprès de la vignesuspecte et la cerner. Pour couper la retraite à l'espion,un de ces détachements avait à taire une marche d'uneheure au moins. Un homme resté en observation sur lesmurs m'indiqua par signe que l'être aperçu n'avait point[20] quitté le champ. Nous allions en grand silence, rampant,presque couchés dans les ornières. Enfin, nous touchonsau point désigné; je déploie brusquement mes soldats, quis'élancent dans la vigne, et trouvent.... Tombouctouvoyageant à quatre pattes au milieu des ceps et mangeant[25] du raisin, ou plutôt happant du raisin comme un chienqui mange sa soupe, à pleine bouche, à la plante même,en arrachant la grappe d'un coup de dent.

Je voulus le faire relever; il n'y fallait pas songer, et jecompris alors pourquoi il se traînait ainsi sur les mains[30] et sur les genoux. Dès qu'on l'eut planté sur ses jambesil oscilla quelques secondes, tendit les bras et s'abattit*ur le nez. Il était gris comme je n'ai jamais vu unhomme être gris.

Page 57

On le rapporta sur deux échalas, il ne cessa de riretout le long de la route en gesticulant des bras et desjambes.

C'était là tout le mystère. Mes gaillards buvaient au[5] raisin lui-même. Puis, lorsqu'ils étaient saouls à ne plusbouger, ils dormaient sur place.

Quant à Tombouctou, son amour de la vigne passaittoute croyance et toute mesure. Il vivait là-dedans à lafaçon des grives, qu'il haïssait d'ailleurs d'une haine de[10] rival jaloux. Il répétait sans cesse:

--Les gives mangé tout le raisin, capules!

Un soir on vint me chercher. On apercevait par laplaine quelque chose arrivant vers nous. Je n'avais pointpris ma lunette, et je distinguais fort mal. On eût dit un[15] grand serpent qui se déroulait, un convoi, que sais-je?

Contes Français

MAUPASSANT 48

contes francais - [PDF Document] (49)

J'envoyai quelques hommes au-devant de cette étrangecaravane qui fit bientôt son entrée triomphale. Tombouctouet neuf de ses compagnons portaient sur une sorted'autel, fait avec des chaises de campagne, huit têtes[20] coupées, sanglantes et grimaçantes. Le dixième turcotraînait un cheval à la queue duquel un autre était attaché,et six autres bêtes suivaient encore, retenues de la mêmefaçon.

Voici ce que j'appris. Étant partis aux vignes, mes[25] Africains avaient aperçu tout à coup un détachementprussien s'approchant d'un village. Au lieu de fuir, ilss'étaient cachés; puis, lorsque les officiers eurent mis piedà terre devant une auberge pour se rafraîchir, les onzegaillards s'élancèrent, mirent en fuite les uhlans qui se[30] crurent attaqués, tuèrent les deux sentinelles, plus lecolonel et les cinq officiers de son escorte.

Ce jour-là, j'embrassai Tombouctou. Mais je m'aperçus

Page 58

qu'il marchait avec peine. Je le crus blessé; il se mit àrire et me dit:

--Moi, povisions pou pays.

C'est que Tombouctou ne faisait point la guerre pour[5] l'honneur, mais bien pour le gain. Tout ce qu'il trouvait,tout ce qui lui paraissait avoir une valeur quelconque,tout ce qui brillait surtout, il le plongeait dans sa poche!Quelle poche! un gouffre qui commençait à la hanche etfinissait aux chevilles. Ayant retenu un terme de troupier,[10] il l'appelait sa «profonde,» et c'était sa profonde, en effet!

Donc il avait détaché l'or des uniformes prussiens, lecuivre des casques, les boutons, etc., et jeté le tout danssa «profonde» qui était pleine à déborder.

Chaque jour, il précipitait là-dedans tout objet luisant[15] qui lui tombait sous les yeux, morceaux d'étain ou piècesd'argent, ce qui lui donnait parfois une tournure infinimentdrôle.

Il comptait remporter cela au pays des autruches, dontil semblait bien frère, ce fils de roi, torturé par le besoin[20] d'engloutir les corps brillants. S'il n'avait pas eu saprofonde, qu'aurait-il fait? Il les aurait sans doute

Contes Français

MAUPASSANT 49

contes francais - [PDF Document] (50)

avalés.

Chaque matin sa poche était vide. Il avait donc unmagasin général où s'entassaient ses richesses. Mais où?[25] Je ne l'ai pu découvrir.

Le général, prévenu du haut fait de Tombouctou, fitbien vite enterrer les corps demeurés au village voisin,pour qu'on ne découvrit point qu'ils avaient été décapités.Les Prussiens y revinrent le lendemain. Le maire et sept[30] habitants notables furent fusillés sur-le-champ, parreprésailles, comme ayant dénoncé la présence des Allemands.

Page 59

L'hiver était venu. Nous étions harassés et désespérés.On se battait maintenant tous les jours. Les hommesaffamés ne marchaient plus. Seuls les huit turcos (troisavaient été tués) demeuraient gras et luisants, et vigoureux,[5] toujours prêts à se battre. Tombouctou engraissaitmême. Il me dit un jour:

--Toi beaucoup faim, moi bon viande.

Et il m'apporta en effet un excellent filet. Mais dequoi? Nous n'avions plus ni boeufs, ni moutons, ni chèvres,[10] ni ânes, ni porcs. Il était impossible de se procurerdu cheval. Je réfléchis à tout cela après avoir dévoréma viande. Alors une pensée horrible me vint. Cesnègres étaient nés bien près du pays où l'on mange deshommes! Et chaque jour tant de soldats tombaient[15] autour de la ville! J'interrogeai Tombouctou. Il ne voulutpas répondre. Je n'insistai point, mais je refusai désormaisses présents.

Il m'adorait. Une nuit, la neige nous surprit auxavant-postes. Nous étions assis par terre. Je regardais[20] avec pitié les pauvres nègres grelottant sous cettepoussière blanche et glacée. Comme j'avais grand froid, jeme mis à tousser. Je sentis aussitôt quelque chose s'abattresur moi, comme une grande et chaude couverture.C'était le manteau de Tombouctou qu'il me jetait sur les[25] épaules.

Je me levai et, lui rendant son vêtement:

--Garde ça, mon garçon; tu en as plus besoin que moi.

Il répondit:

Contes Français

MAUPASSANT 50

contes francais - [PDF Document] (51)

--Non, mon lieutenant, pou toi, moi pas besoin, moi[30] chaud, chaud.

Et il me contemplait avec des yeux suppliants.

Je repris:

Page 60

--Allons, obéis, garde ton manteau, je le veux.

Le nègre alors se leva, tira son sabre qu'il savait rendrecoupant comme une faulx, et tenant de l'autre main salarge capote que je refusais:

[5]--Si toi pas gadé manteau, moi coupé; pésonnemanteau.

Il l'aurait fait. Je cédai.

Huit jours plus tard, nous avions capitulé. Quelques-unsd'entre nous avaient pu s'enfuir. Les autres allaient[10] sortir de la ville et se rendre aux vainqueurs.

Je me dirigeais vers la place d'Armes où nous devionsnous réunir quand je demeurai stupide d'étonnement devantun nègre géant vêtu de coutil blanc et coiffé d'unchapeau de paille. C'était Tombouctou. Il semblait[15] radieux et se promenait, les mains dans ses poches, devantune petite boutique où l'on voyait en montre deuxassiettes et deux verres.

Je lui dis:

--Qu'est-ce que tu fais?

[20] Il répondit:

--Moi pas pati, moi bon cuisiné, moi fait mangé colonel,Algéie; moi mangé puss*ens, beaucoup volé, beaucoup.

Il gelait à dix degrés. Je grelottais devant ce nègre encoutil. Alors il me prit par le bras et me fit entrer.[25] J'aperçus une enseigne démesurée qu'il allait pendre devantsa porte sitôt que nous serions partis, car il avait quelquepudeur.

Et je lus, tracé par la main de quelque complice, cet

Contes Français

MAUPASSANT 51

contes francais - [PDF Document] (52)

appel:

Page 61

CUISINE MILITAIRE DE M. TOMBOUCTOUANCIEN CUISINER DE S. M. L'EMPEREUR.Artiste de Paris.--Prix modérés.

Malgré le désespoir qui me rongeait le coeur, je ne pus[5]m'empêcher de rire, et je laissai mon nègre à son nouveaucommerce.

Cela ne valait-il pas mieux que de le faire emmenerprisonnier?

Vous venez de voir qu'il a réussi, le gaillard.[10] Bézières, aujourd'hui, appartient à l'Allemagne. Lerestaurant Tombouctou est un commencement deRevanche.

Page 62

EN MER

A Henry Céard

On lisait dernièrement dans les journaux les lignessuivantes:

Boulogne-sur-Mer, 22 janvier.--On nous écrit:

«Un affreux malheur vient de jeter la consternation[5] parmi notre population maritime déjà si éprouvée depuisdeux années. Le bateau de pêche commandé par lepatron Javel, entrant dans le port, a été jeté à l'Ouest etest venu se briser sur les roches du brise-lames de la jetée.

«Malgré les efforts du bateau de sauvetage et des lignes[10] envoyées au moyen du fusil porte-amarre, quatre hommeset le mousse ont péri.

«Le mauvais temps continue. On craint de nouveauxsinistres.»

Quel est ce patron Javel? Est-il le frère du manchot?

[15] Si le pauvre homme roulé par la vague, et mort peut-être

Contes Français

MAUPASSANT 52

contes francais - [PDF Document] (53)

sous les débris de son bateau mis en pièces, est celuiauquel je pense, il avait assisté, voici dix-huit ans maintenant,à un autre drame, terrible et simple comme sonttoujours ces drames formidables des flots.

[20] Javel aîné était alors patron d'un chalutier.

Le chalutier est le bateau de pêche par excellence.Solide à ne craindre aucun temps, le ventre rond, roulésans cesse par les lames comme un bouchon, toujours dehors,toujours fouetté par les vents durs et salés de la[25] Manche, il travaille la mer, infatigable, la voile gonflée,

Page 63

traînant par le flanc un grand filet qui racle le fond del'Océan, et détache et cueille toutes les bêtes endormiesdans les roches, les poissons plats collés au sable, les crabeslourds aux pattes crochues, les homards aux moustaches[5] pointues.

Quand la brise est fraîche et la vague courte, le bateause met à pêcher. Son filet est fixé tout le long d'une grandetige de bois garnie de fer qu'il laisse descendre au moyende deux câbles glissant sur deux rouleaux aux deux bouts[10] de l'embarcation. Et le bateau, dérivant sous le vent etle courant, tire avec lui cet appareil qui ravage et dévastele sol de la mer.

Javel avait à son bord son frère cadet, quatre hommeset un mousse. Il était sorti de Boulogne par un beau[15] temps clair pour jeter le chalut.

Or, bientôt le vent s'éleva, et une bourrasque survenantforça le chalutier à fuir. Il gagna les côtes d'Angleterre;mais la mer démontée battait les falaises, se ruaitcontre la terre, rendait impossible l'entrée des ports. Le[20] petit bateau reprit le large et revint sur les côtes de France.La tempête continuait à faire infranchissables les jetées,enveloppant d'écume, de bruit et de danger tous les abordsdes refuges.

Le chalutier repartit encore, courant sur le dos des flots,[25] ballotté, secoué, ruisselant, souffleté par des paquets d'eau,mais gaillard, malgré tout, accoutumé à ces gros temps quile tenaient parfois cinq ou six jours errant entre les deuxpays voisins sans pouvoir aborder l'un ou l'autre.

Puis enfin l'ouragan se calma comme il se trouvait en

Contes Français

MAUPASSANT 53

contes francais - [PDF Document] (54)

[30] pleine mer, et, bien que la vague fût encore forte, lepatron commanda de jeter le chalut.

Donc le grand engin de pêche fut passé par-dessus bord,

Page 64

et deux hommes à l'avant, deux hommes à l'arrière, commencèrentà filer sur les rouleaux les amarres qui le tenaient.Soudain il toucha le fond, mais une haute lameinclinant le bateau, Javel cadet, qui se trouvait à l'avant[5] et dirigeait la descente du filet, chancela, et son bras setrouva saisi entre la corde un instant détendue par lasecousse et le bois où elle glissait. Il fit un effort désespéré,tâchant de l'autre main de soulever l'amarre, maisle chalut traînait déjà et le câble roidi ne céda point.

[10] L'homme crispé par la douleur appela. Tous accoururent.Son frère quitta la barre. Ils se jetèrent sur la corde,s'efforçant de dégager le membre qu'elle broyait. Cefut en vain. «Faut couper», dit un matelot, et il tira desa poche un large couteau, qui pouvait, en deux coups,[15] sauver le bras de Javel cadet.

Mais couper, c'était perdre le chalut, et ce chalut valaitde l'argent, beaucoup d'argent, quinze cents francs; et ilappartenait à Javel aîné, qui tenait à son avoir.

Il cria, le coeur torturé: «Non, coupe pas, attends, je[20] vas lofer.» Et il courut au gouvernail, mettant toute labarre dessous.

Le bateau n'obéit qu'à peine, paralysé par ce filet quiimmobilisait son impulsion, et entraîné d'ailleurs par laforce de la dérive et du vent.

[25] Javel cadet s'était laissé tomber sur les genoux, lesdents serrées, les yeux hagards. Il ne disait rien. Sonfrère revint, craignant toujours le couteau d'un marin:«Attends, attends, coupe pas, faut mouiller l'ancre.»

L'ancre fut mouillée, toute la chaine filée, puis on se[30] mit à virer au cabestan pour détendre les amarres duchalut. Elles s'amollirent, enfin, et on dégagea le brasinerte, sous la manche de laine ensanglantée.

Page 65

Contes Français

MAUPASSANT 54

contes francais - [PDF Document] (55)

Javel cadet semblait idiot. On lui retira la vareuse eton vit une chose horrible, une bouillie de chair dont lesang jaillissait à flots qu'on eût dit poussés par une pompe.Alors l'homme regarda son bras et murmura: «Foutu.»

[5]Puis, comme l'hémorragie faisait une mare sur le pontdu bateau, un des matelots cria: «Il va se vider, fautnouer la veine.»

Alors ils prirent une ficelle, une grosse ficelle brune etgoudronnée, et, enlaçant le membre au-dessus de la[10] blessure, ils serrèrent de toute leur force. Les jets de sangs'arrêtaient peu à peu; et finirent par cesser tout à fait.Javel cadet se leva, son bras pendait à son côté. Il leprit de l'autre main, le souleva, le tourna, le secoua. Toutétait rompu, les os cassés; les muscles seuls retenaient ce[15] morceau de son corps. Il le considérait d'un oeil morne,réfléchissant.. Puis il s'assit sur une voile pliée, et lescamarades lui conseillèrent de mouiller sans cesse la blessurepour empêcher le mal noir.

On mit un seau auprès de lui, et, de minute en minute, il[20] puisait dedans au moyen d'un verre, et baignait l'horribleplaie en laissant couler dessus un petit filet d'eau claire.

--Tu serais mieux en bas, lui dit son frère. Il descendit,mais au bout d'une heure il remonta, ne se sentantpas bien tout seul. Et puis, il préférait le grand air. Il[25] se rassit sur sa voile et recommença à bassiner son bras.

La pêche était bonne. Les larges poissons à ventreblanc gisaient à côté de lui, secoués par des spasmes demort; il les regardait sans cesser d'arroser ses chairsécrasées.

[30] Comme on allait regagner Boulogne, un nouveau coupde vent se déchaîna; et le petit bateau recommença sa

Page 66

course folle, bondissant et culbutant, secouant le tristeblessé.

La nuit vint. Le temps fut gros jusqu'à l'aurore. Ausoleil levant on apercevait de nouveau l'Angleterre, mais,[5] comme la mer était moins dure, on repartit pour la Franceen louvoyant.

Vers le soir, Javel cadet appela ses camarades et leur

Contes Français

MAUPASSANT 55

contes francais - [PDF Document] (56)

montra des traces noires, toute une vilaine apparence depourriture sur la partie du membre qui ne tenait plus à[10] lui.

Les matelots regardaient, disant leur avis.

--Ça pourrait bien être le Noir, pensait l'un.

--Faudrait de l'eau salée là-dessus, déclarait un autre.

On apporta donc de l'eau salée et on en versa sur le[15] mal. Le blessé devint livide, grinça des dents, se torditun peu; mais il ne cria pas.

Puis, quand la brûlure se fut calmée: «Donne-moi toncouteau», dit-il à son frère. Le frère tendit son couteau.

--«Tiens-moi le bras en l'air, tout drait, tire dessus.»

[20] On fit ce qu'il demandait.

Alors il se mit à couper lui-même. Il coupait doucement,avec réflexion, tranchant les derniers tendons avec cettelame aiguë, comme un fil de rasoir; et bientôt il n'eut plusqu'un moignon. Il poussa un profond soupir et déclara:[25] «Fallait ça. J'étais foutu.»

Il semblait soulagé et respirait avec force. Il recommençaà verser de l'eau sur le tronçon de membre qui luirestait.

La nuit fut mauvaise encore et on ne put atterrir.

[30] Quand le jour parut, Javel cadet prit son bras détachéet l'examina longuement. La putréfaction se déclarait.Les camarades vinrent aussi l'examiner, et ils se le

Page 67

passaient de main en main, le tâtaient, le retournaient, leflairaient.

Son frère dit: «Faut jeter ça à la mer à c't'-heure.»

Mais Javel cadet se fâcha: «Ah! mais non, ah! mais non.[5] J'veux point. C'est à moi, pas vrai, puisque c'est monbras.»

Il le reprit et le posa entre ses jambes.

Contes Français

MAUPASSANT 56

contes francais - [PDF Document] (57)

--Il va pas moins pourrir, dit l'aîné. Alors une idéevint au blessé. Pour conserver le poisson quand on tenait[10] longtemps la mer, on l'empilait en des barils de sel.

Il demanda: «J'pourrions t'y point l'mettre dans lasaumure?»

--Ça, c'est vrai, déclarèrent les autres.

Alors on vida un des barils, plein déjà de la pêche des[15] jours derniers; et, tout au fond, on déposa le bras. Onversa du sel dessus, puis on replaça, un à un, les poissons.

Un des matelots fit cette plaisanterie: «Pourvu que jel'vendions point à la criée.»

Et tout le monde rit, hormis les deux Javel.

[20] Le vent soufflait toujours. On louvoya encore en vuede Boulogne jusqu'au lendemain dix heures. Le blessécontinuait sans cesse à jeter de l'eau sur sa plaie.

De temps en temps il se levait et marchait d'un bout àl'autre du bateau.

[25] Son frère, qui tenait la barre, le suivait de l'oeil enhochant la tête.

On finit par rentrer au port.

Le médecin examina la blessure et la déclara en bonnevoie. Il fit un pansem*nt complet et ordonna le repos.

[30] Mais Javel ne voulut pas se coucher sans avoir repris sonbras, et il retourna bien vite au port pour retrouver lebaril qu'il avait marqué d'une croix.

Page 68

On le vida devant lui et il ressaisit son membre, bienconservé dans la saumure, ridé, rafraîchi. Il l'enveloppadans une serviette emportée à cette intention et rentrachez lui.

[5] Sa femme et ses enfants examinèrent longuement cedébris du père, tâtant les doigts, enlevant les brins de selrestés sous les ongles; puis on fit venir le menuisier pourun petit cercueil.

Contes Français

MAUPASSANT 57

contes francais - [PDF Document] (58)

Le lendemain l'équipage complet du chalutier suivit[10] l'enterrement du bras détaché. Les deux frères, côte àcôte, conduisaient le deuil. Le sacristain de paroissetenait son cadavre sous son aisselle.

Javel cadet cessa de naviguer. Il obtint un petitemploi dans le port, et, quand il parlait plus tard de son[15] accident, il confiait tout bas à son auditeur: «Si le frèreavait voulu couper le chalut, j'aurais encore mon bras,pour sûr. Mais il était regardant à son bien.»

Page 69

LES PRISONNIERS

Aucun bruit dans la forêt que le frémissem*nt léger dela neige tombant sur les arbres. Elle tombait depuis midi,une petite neige fine qui poudrait les branches d'unemousse glacée qui jetait sur les feuilles mortes des fourrés[5] un léger toit d'argent, étendait par les chemins un immensetapis moelleux et blanc, et qui épaississait le silence illimitéde cet océan d'arbres.

Devant la porte de la maison forestière, une jeunefemme, les bras nus, cassait du bois à coups de hache sur[10] une pierre. Elle était grande, mince et forte, une fille desforêts, fille et femme de forestiers.

Une voix cria de l'intérieur de la maison:

--Nous sommes seules, ce soir, Berthine, faut rentrer,v'là la nuit, y a p't-être bien des Prussiens et des loups qui[15] rôdent.

La bûcheronne répondit en fendant une souche à grandscoups qui redressaient sa poitrine à chaque mouvementpour lever les bras.

--J'ai fini, m'man. Me v'là, me v'là, y a pas de crainte;[20] il fait encore jour.

Puis elle rapporta ses fa*gots et ses bûches et les entassale long de la cheminée, ressortit pour fermer les auvents,d'énormes auvents en coeur de chêne, et rentrée enfin, ellepoussa les lourds verrous de la porte.

[25] Sa mère filait auprès du feu, une vieille ridée que l'âge

Contes Français

MAUPASSANT 58

contes francais - [PDF Document] (59)

avait rendue craintive:

--J'aime pas, dit-elle, quand le père est dehors. Deuxfemmes ça n'est pas fort.

Page 70

La jeune répondit:

--Oh! je tuerais ben un loup ou un Prussien tout demême.

Et elle montrait de l'oeil un gros revolver suspendu[5] au-dessus de l'âtre.

Son homme avait été incorporé dans l'armée au commencementde l'invasion prussienne; et les deux femmesétaient demeurées seules avec le père, le vieux gardeNicolas Pichon, dit l'Échasse, qui avait refusé obstinément[10] de quitter sa demeure pour rentrer à la ville.

La ville prochaine, c'était Rethel, ancienne place forteperchée sur un rocher. On y était patriote, et les bourgeoisavaient décidé de résister aux envahisseurs, de s'enfermerchez eux et de soutenir un siège selon la tradition de la[15] cité. Deux fois déjà, sous Henri IV et Louis XIV, leshabitants de Rethel s'étaient illustrés par des défenseshéroïques. Ils en feraient autant cette fois, ventrebleu!ou bien on les brûlerait dans leurs murs.

Donc, ils avaient acheté des canons et des fusils, équipé[20] une milice, formé des bataillons et des compagnies, et ilss'exerçaient tout le jour sur la place d'Armes. Tous,boulangers, épiciers, bouchers, notaires, avoués, menuisiers,libraires, pharmaciens eux-mêmes manoeuvraient àtour de rôle, à des heures régulières, sous les ordres de M.[25] Lavigne, ancien sous-officier de dragons, aujourd'huimercier, ayant épousé la fille et hérité de la boutique de M.Ravaudan, l'aîné.

Il avait pris le grade de commandant-major de la place,et tous les jeunes hommes étant partis à l'armée, il avait[30] enrégimenté tous les autres qui s'entraînaient pour larésistance. Les gros n'allaient plus par les rues qu'au pasgymnastique pour fondre leur graisse et prolonger leur

Page 71

Contes Français

MAUPASSANT 59

contes francais - [PDF Document] (60)

haleine, les faibles portaient des fardeaux pour fortifierleurs muscles.

Et on attendait les Prussiens. Mais les Prussiens neparaissaient pas. Ils n'étaient pas loin, cependant; car[5] deux fois déjà leurs éclaireurs avaient poussé à traversbois jusqu'à la maison forestière de Nicolas Pichon,dit l'Échasse.

Le vieux garde, qui courait comme un renard, était venuprévenir la ville. On avait pointé les canons, mais[10] l'ennemi ne s'était point montré.

Le logis de l'Échasse servait de poste avancé dans laforêt d'Aveline. L'homme, deux fois par semaine, allaitaux provisions et apportait aux bourgeois citadins desnouvelles de la campagne.

[15] Il était parti ce jour-là pour annoncer qu'un petitdétachement d'infanterie allemande s'était arrêté chez luil'avant-veille, vers deux heures de l'après-midi, puis étaitreparti presque aussitôt. Le sous-officier qui commandaitparlait français.

[20] Quand il s'en allait ainsi, le vieux, il emmenait ses deuxchiens, deux molosses à gueule de lion, par crainte desloups qui commençaient à devenir féroces, et il laissaitses deux femmes en leur recommandant de se barricaderdans la maison dès que la nuit approcherait.

[25] La jeune n'avait peur de rien, mais la vieille tremblaittoujours et répétait:

--Ça finira mal, tout ça, vous verrez que ça finira mal.

Ce soir-là, elle était encore plus inquiète que de coutume:

--Sais-tu à quelle heure rentrera le père? dit-elle.

[30]--Oh! pas avant onze heures, pour sûr. Quand il dînechez le commandant, il rentre toujours tard.

Page 72

Et elle accrochait sa marmite sur le feu pour faire lasoupe, quand elle cessa de remuer, écoutant un bruit vaguequi lui était venu par le tuyau de la cheminée.

Elle murmura:

Contes Français

MAUPASSANT 60

contes francais - [PDF Document] (61)

[5]--V'là qu'on marche dans le bois, il y a ben sept-huithommes, au moins.

La mère, effarée, arrêta son rouet en balbutiant:

--Oh! mon Dieu! et le père qu'est pas là!

Elle n'avait point fini de parler que des coups violents[10] firent trembler la porte.

Comme les femmes ne répondaient point, une voix forteet gutturale cria:

--Oufrez!

Puis, après un silence, la même voix reprit:

[15]--Oufrez ou che gasse la borte!

Alors Berthine glissa dans la poche de sa jupe le grosrevolver de la cheminée, puis, étant venue coller sonoreille contre l'huis, elle demanda:

--Qui êtes-vous?

[20] La voix répondit:

--Che suis le tétachement de l'autre chour.

La jeune femme reprit:

--Qu'est-ce que vous voulez?

--Che suis berdu tepuis ce matin, tans le pois, avec mon[25] tétachement. Oufrez ou che gasse la borte.

La forestière n'avait pas le choix; elle fit glisser vivementle gros verrou, puis tirant le lourd battant, elleaperçut dans l'ombre pâle des neiges, six hommes, sixsoldats prussiens, les mêmes qui étaient venus la veille.

[30] Elle prononça d'un ton résolu:

--Qu'est-ce que vous venez faire à cette heure-ci?

Le sous-officier répéta:

Page 73

Contes Français

MAUPASSANT 61

contes francais - [PDF Document] (62)

--Che suis berdu, tout à fait berdu, ché regonnu lamaison. Che n'ai rien manché tepuis ce matin, montétachement non blus.

Berthine déclara:

[5]--C'est que je suis toute seule avec maman, ce soir.

Le soldat, qui paraissait un brave homme, répondit:

--Ça ne fait rien. Che ne ferai bas de mal, mais fousnous ferez à mancher. Nous dombons te faim et tefatigue.

[10] La forestière se recula:

--Entrez, dit-elle.

Ils entrèrent, poudrés de neige, portant sur leurs casquesune sorte de crème mousseuse qui les faisait ressembler àdes meringues, et ils paraissaient las, exténués.

[15] La jeune femme montra les bancs de bois des deux côtésde la grande table.

--Asseyez-vous, dit-elle, je vais vous faire de la soupe.C'est vrai que vous avez l'air rendus.

Puis elle referma les verrous de la porte.

[20] Elle remit de l'eau dans la marmite, y jeta de nouveaudu beurre et des pommes de terre, puis décrochant unmorceau de lard pendu dans la cheminée, elle en coupala moitié qu'elle plongea dans le bouillon.

Les six hommes suivaient de l'oeil tous ses mouvements[25] avec une faim éveillée dans leurs yeux. Ils avaient poséleurs fusils et leurs casques dans un coin, et ils attendaient,sages comme des enfants sur les bancs d'une école.

La mère s'était remise à filer en jetant à tout momentdes regards éperdus sur les soldats envahisseurs. On n'entendait[30] rien autre chose que le ronflement léger du rouetet le crépitement du feu et le murmure de l'eau quiS'échauffait.

Page 74

Contes Français

MAUPASSANT 62

contes francais - [PDF Document] (63)

Mais soudain un bruit étrange les fit tous tressaillir,quelque chose comme un souffle rauque poussé sous laporte, un souffle de bête, fort et ronflant.

Le sous-officier allemand avait fait un bond vers les[5] fusils. La forestière l'arrêta d'un geste, et souriante:

--C'est les loups, dit-elle. Ils sont comme vous, ilsrôdent et ils ont faim.

L'homme incrédule voulut voir, et sitôt que le battantfut ouvert, il aperçut deux grandes bêtes grises qui[10] s'enfuyaient d'un trot rapide et allongé.

Il revint s'asseoir, en murmurant:

--Ché n'aurais pas gru:

Et il attendit que sa pâtée fût prête.

Ils la mangèrent voracement, avec des bouches fendues[15] jusqu'aux oreilles pour en avaler davantage, des yeuxronds s'ouvrant en même temps que les mâchoires, et desbruits de gorge pareils à des glouglous de gouttières.

Les deux femmes, muettes, regardaient les rapidesmouvements des grandes barbes rouges; et les pommes de[20] terre avaient l'air de s'enfoncer dans ces toisonsmouvantes,

Mais comme ils avaient soif, la forestière descendit à lacave leur tirer du cidre. Elle y resta longtemps; c'étaitun petit caveau voûté qui, pendant la révolution, avait[25] servi de prison et de cachette, disait-on. On y parvenaitau moyen d'un étroit escalier tournant fermé par unetrappe au fond de la cuisine.

Quand Berthine reparut, elle riait, elle riait toute seule,d'un air sournois. Et elle donna aux Allemands sa cruche[30] de boisson.

Puis elle soupa aussi, avec sa mère, à l'autre bout de laCuisine.

Page 75

Les soldats avaient fini de manger, et ils s'endormaienttous les six, autour de la table. De temps en temps unfront tombait sur la planche avec un bruit sourd, puis

Contes Français

MAUPASSANT 63

contes francais - [PDF Document] (64)

l'homme, réveillé brusquement, se redressait.

[5] Berthine dit au sous-officier:

--Couchez-vous devant le feu, pardi, il y a bien d'laplace pour six. Moi je grimpe à ma chambre avecmaman.

Et les deux femmes montèrent au premier étage. On[10] les entendit fermer leur porte à clef, marcher quelquetemps; puis elles ne firent plus aucun bruit.

Les Prussiens s'étendirent sur le pavé, les pieds au feu,la tête supportée par leurs manteaux roulés, et ils ronflèrentbientôt tous les six sur six tons divers, aigus ou[15] sonores, mais continus et formidables.

Ils dormaient certes depuis longtemps déjà quand uncoup de feu retentit, si fort, qu'on l'aurait cru tiré contreles murs de la maison. Les soldats se dressèrent aussitôt.Mais deux nouvelles détonations éclatèrent, suivies de[20] trois autres encore.

La porte du premier s'ouvrit brusquement, et la forestièreparut, nu-pieds, en chemise, en jupon court, unechandelle à la main, l'air affolé. Elle balbutia:

--V'là les Français, ils sont au moins deux cents. S'ils[25] vous trouvent ici, ils vont brûler la maison. Descendezdans la cave bien vite, et faites pas de bruit. Si vous faitesdu bruit, nous sommes perdus.

Le sous-officier, effaré, murmura:

--Che feux pien, che feux pien. Par où faut-il[30] tescendre?

La jeune femme souleva avec précipitation la trappe

Page 76

étroite et carrée, et les six hommes disparurent par le petitescalier tournant, s'enfonçant dans le sol l'un après l'autre,à reculons, pour bien tâter les marches du pied.

Mais quand la pointe du dernier casque eut disparu,[5] Berthine rabattant la lourde planche de chêne, épaissecomme un mur, dure comme de l'acier, maintenue par descharnières et une serrure de cachôt, donna deux longs

Contes Français

MAUPASSANT 64

contes francais - [PDF Document] (65)

tours de clef, puis elle se mit à rire, d'un rire muet et ravi,avec une envie folle de danser sur la tête de ses prisonniers.

[10] Ils ne faisaient aucun bruit, enfermés là-dedans commedans une boite solide, une boite de pierre, ne recevantque l'air d'un soupirail garni de barres de fer.

~-Berthine aussitôt ralluma son feu, remit dessus samarmite, et refit de la soupe en murmurant:

[15]--Le père s'ra fatigué cette nuit.

Puis elle s'assit et attendit. Seul, le balancier sonorede l'horloge promenait dans le silence son tic-tac régulier.

De temps en temps la jeune femme jetait un regard surle cadran, un regard impatient qui semblait dire:

[20]--Ça ne va pas vite.

Mais bientôt il lui sembla qu'on murmurait sous sespieds. Des paroles basses, confuses, lui parvenaient àtravers la voûte maçonnée de la cave. Les Prussienscommençaient à deviner sa ruse, et bientôt le sous-officier[25] remonta le petit escalier et vint heurter du poing latrappe. Il cria de nouveau:

--Oufrez.

Elle se leva, s'approcha et, imitant son accent:

--Qu'est-ce que fous foulez?

[30]--Oufrez.

--Che n'oufre pas.

L'homme se fâchait.

Page 77

--Oufrez ou che gasse la borte.

Elle se mit à rire:

--Casse, mon bonhomme, casse, mon bonhomme!

Et il commença à frapper avec la crosse de son fusil[5] contre la trappe de chêne, fermée sur sa tête. Mais elle

Contes Français

MAUPASSANT 65

contes francais - [PDF Document] (66)

aurait résisté à des coups de catapulte.

La forestière l'entendit redescendre. Puis les soldatsvinrent, l'un après l'autre, essayer leur force, et inspecterla fermeture. Mais, jugeant sans doute leurs tentatives[10] inutiles, ils redescendirent tous dans la cave etrecommencèrent à parler entre eux.

La jeune femme les écoutait, puis elle alla ouvrir laporte du dehors et elle tendit l'oreille dans la nuit.

Un aboiement lointain lui parvint. Elle se mit à siffler[15] comme aurait fait un chasseur, et, presque aussitôt, deuxénormes chiens surgirent dans l'ombre et bondirent sur elleen gambadant. Elle les saisit par le cou et les maintintpour les empêcher de courir. Puis elle cria de toute sa force:

--Ohé père!

[20] Une voix répondit, très éloignée encore:

~-Ohé Berthine!

Elle attendit quelques secondes, puis reprit:

--Ohé père!

La voix plus proche répéta:

[25]--Ohé Berthine!

La forestière reprit:

--Passe pas devant le soupirail. Y a des Prussiensdans la cave.

Et brusquement la grande silhouette de l'homme se[30] dessina sur la gauche, arrêtée entre deux troncs d'arbres.Il demanda, inquiet:

--Des Prussiens dans la cave. Qué qui font?

Page 78

La jeune femme se mit à rire:

--C'est ceux d'hier. Ils s'étaient perdus dans la forêt,je les ai mis au frais dans la cave.

Contes Français

MAUPASSANT 66

contes francais - [PDF Document] (67)

Et elle conta l'aventure, comment elle les avait effrayés[5] avec des coups de revolver et enfermés dans le caveau.

Le vieux toujours grave demanda:

--Qué que tu veux que j'en fassions à c't'heure?

Elle répondit:

--Va quérir M. Lavigne avec sa troupe. Il les fera[10] prisonniers. C'est lui qui sera content.

Et le père Pichon sourit:

--C'est vrai qu'i sera content.

Sa fille reprit:

~-T'as de la soupe, mange-la vite et pi repars.

[15] Le vieux garde s'attabla, et se mit à manger la soupeaprès avoir posé par terre deux assiettes pleines pour seschiens.

Les Prussiens, entendant parler, s'étaient tus.

L'Échasse repartit un quart d'heure plus tard. Et[20] Berthine, la tête dans ses mains, attendit.

Les prisonniers recommençaient à s'agiter. Ils criaientmaintenant, appelaient, battaient sans cesse de coups decrosse furieux la trappe inébranlable.

Puis ils se mirent à tirer des coups de fusil par le soupirail,[25] espérant sans doute être entendus si quelque détachementallemand passait dans les environs.

La forestière ne remuait plus; mais tout ce bruit l'énervait,l'irritait. Une colère méchante s'éveillait en elle;elle eût voulu les assassiner, les gueux, pour les faire taire.

[30] Puis son impatience grandissant, elle se mit à regarderl'horloge, à compter les minutes.

Page 79

Le père était parti depuis une heure et demie. Il avaitatteint la ville maintenant. Elle croyait le voir. Il racontaitla chose à M. Lavigne, qui pâlissait d'émotion et

Contes Français

MAUPASSANT 67

contes francais - [PDF Document] (68)

sonnait sa bonne pour avoir on uniforme et ses armes;[5] Elle entendait, lui semblait-il, le tambour courant par lesrues. Les têtes effarées apparaissaient aux fenêtres. Lessoldats citoyens sortaient de leurs maisons, à peine vêtus,essoufflés, bouclant leurs ceinturons, et partaient, au pasgymnastique, vers la maison du commandant.

[10] Puis la troupe, l'Échasse en tête, se mettait en marche,dans la nuit, dans la neige, vers la forêt.

Elle regardait l'horloge. «Ils peuvent être ici dans uneheure.»

Une impatience nerveuse l'envahissait. Les minutes[15] lui paraissaient interminables. Comme c'était long!

Enfin, le temps qu'elle avait fixé pour leur arrivée futmarqué par l'aiguille.

Et elle ouvrit de nouveau la porte, pour les écoutervenir. Elle aperçut une ombre marchant avec[20] précaution. Elle eut peur, poussa un cri. C'était sonpère.

Il dit:

--Ils m'envoient pour voir s'il n'y a rien de changé.

--Non, rien.

[25] Alors, il lança à son tour, dans la nuit, un coup de siffletstrident et prolongé. Et, bientôt, on vit une chose brunequi s'en venait, sous les arbres, lentement: l'avant-gardecomposée de dix hommes.

L'Échasse répétait à tout instant:

[30]--Passez pas devant le soupirail.

Et les premiers arrivés montraient aux nouveaux venusle soupirail redouté.

Page 80

Enfin le gros de la troupe se montra, en tout deux centshommes, portant chacun deux cents cartouches.

M. Lavigne, agité, frémissant, les disposa de façon à cernerde partout la maison en laissant un large espace libre

Contes Français

MAUPASSANT 68

contes francais - [PDF Document] (69)

[5] devant le petit trou noir, au ras du sol, par où la caveprenait de l'air.

Puis il entra dans l'habitation et s'informa de la forceet de l'attitude de l'ennemi, devenu tellement muet qu'onaurait pu le croire disparu, évanoui, envolé par le soupirail.

[10] M. Lavigne frappa du pied la trappe et appela:

--Monsieur l'officier prussien?

L'Allemand ne répondit pas.

Le commandant reprit:

--Monsieur l'officier prussien?

[15] Ce fut en vain. Pendant vingt minutes il somma cetofficier silencieux de se rendre avec armes et bagages, enlui promettant la vie sauve et les honneurs militaires pourlui et ses soldats. Mais il n'obtint aucun signe de consentementou d'hostilité. La situation devenait difficile.

[20] Les soldats-citoyens battaient la semelle dans la neige,se frappaient les épaules à grands coups de bras, commefont les cochers pour s'échauffer, et ils regardaient lesoupirail avec une envie grandissante et puérile de passerdevant.

[25] Un d'eux, enfin, se hasarda, un nommé Potdevin quiétait très souple. Il prit son élan et passa en courantcomme un cerf. La tentative réussit. Les prisonnierssemblaient morts.

30 ~~Y a personne.

Et un autre soldat traversa l'espace libre devant le troudangereux. Alors ce fut un jeu. De minute en minute, un

Page 81

homme se lançant, passait d'une troupe dans l'autrecomme font les enfants en jouant aux barres, et il lançaitderrière lui des éclaboussures de neige tant il agitait vivementles pieds. On avait allumé, pour se chauffer, de[5] grands feux de bois mort, et ce profil courant du gardenational apparaissait illuminé dans un rapide voyage ducamp de droite au camp de gauche.

Contes Français

MAUPASSANT 69

contes francais - [PDF Document] (70)

Quelqu'un cria:

--A toi, Maloison.

[10] Maloison était un gros boulanger dont le ventre donnaità rire aux camarades.

Il hésitait. On le blagua. Alors, prenant son parti ilse mit en route, d'un petit pas gymnastique régulier etessoufflé, qui secouait sa forte bedaine.

[15] Tout le détachement riait aux larmes. On criait pourl'encourager:

--Bravo, bravo, Maloison!

Il arrivait environ aux deux tiers de son trajet quandune flamme longue, rapide et rouge, jaillit du soupirail.[20] Une détonation retentit, et le vaste boulanger s'abattit*ur le nez avec un cri épouvantable.

Personne ne s'élança pour le secourir. Alors on le vit setrainer à quatre pattes dans la neige en gémissant, et,quand il fut sorti du terrible passage, il s'évanouit.

[25] Il avait une balle dans le gras de la cuisse, tout en haut.Après la première surprise et la première épouvante, unnouveau rire s'éleva.

Mais le commandant Lavigne apparut sur le seuil dela maison forestière. Il venait d'arrêter son plan d'attaque.

[30] Il commanda d'une voix vibrante:

--Le zingueur Planchut et ses ouvriers.

Page 82

Trois hommes s'approchèrent.

~-Descellez les gouttières de la maison.

Et en un quart d'heure on eut apporté au commandantvingt mètres de gouttières.

[5] Alors il fit pratiquer, avec mille précautions de prudence,un petit trou rond dans le bord de la trappe, et, organisantun conduit d'eau de la pompe à cette ouverture, il déclarad'un air enchanté:

Contes Français

MAUPASSANT 70

contes francais - [PDF Document] (71)

--Nous allons offrir à boire à messieurs les Allemands.

[10] Un hurrah frénétique d'admiration éclata suivi dehurlements de joie et de rires éperdus. Et le commandantorganisa des pelotons de travail qui se relayeraient decinq minutes en cinq minutes. Puis il commanda:

--Pompez.

[15] Et le volant de fer ayant été mis en branle, un petitbruit glissa le long des tuyaux et tomba bientôt dans lacave, de marche en marche, avec un murmure de cascade,un murmure de rocher à poissons rouges.

On attendit.

[20] Une heure s'écoula, puis deux, puis trois.Le commandant fiévreux se promenait dans la cuisine,collant son oreille à terre de temps en temps, cherchant àdeviner ce que faisait l'ennemi, se demandant s'il allaitbientôt capituler.

[25] Il s'agitait maintenant, l'ennemi. On l'entendait remuerles barriques, parler, clapoter.

Puis, vers huit heures du matin, une voix sortit dusoupirail:

--Ché foulé parlé à monsieur l'officier français.

[30] Lavigne répondit, de la fenêtre, sans avancer trop latête:

--Vous rendez-vous?

Page 83

--Che me rends.

--Alors passez les fusils dehors.

Et on vit aussitôt une arme sortir du trou et tomberdans la neige, puis deux, trois, toutes les armes. Et la[5] même voix déclara:

--Che n'ai blus. Tépêchez-fous. Ché suis noyé.

Le commandant commanda:

Contes Français

MAUPASSANT 71

contes francais - [PDF Document] (72)

--Cessez.

Le volant de la pompe retomba immobile.

[10] Et, ayant empli la cuisine de soldats qui attendaient,l'arme au pied, il souleva lentement la trappe de chêne.

Quatre têtes apparurent trempées, quatre têtes blondesaux longs cheveux pâles, et on vit sortir, l'un après l'autre,les six Allemands grelottants, ruisselants, effarés.

[15] Ils furent saisis et garrottés. Puis, comme on craignaitune surprise, on repartit tout de suite, en deux convois,l'un conduisant les prisonniers et l'autre conduisantMaloison sur un matelas posé sur des perches.

Ils rentrèrent triomphalement dans Rethel.

[20] M. Lavigne fut décoré pour avoir capturé une avant-gardeprussienne, et le gros boulanger eut la médaillemilitaire pour blessure reçue devant l'ennemi.

Page 84

LE BAPTÊME

A Guillemet

Devant la porte de la ferme, les hommes endimanchésattendaient. Le soleil de mai versait sa claire lumière surles pommiers épanouis, ronds comme d'immenses bouquetsblancs, roses et parfumés, et qui mettaient sur la cour[5] entière un toit de fleurs. Ils semaient sans cesse autourd'eux une neige de pétales menus, qui voltigeaient ettournoyaient en tombant dans l'herbe haute, où les pissenlitsbrillaient comme des flammes, où les coquelicotssemblaient des gouttes de sang.

[10] Une truie somnolait sur le bord du fumier, le ventreénorme, les mamelles gonflées, tandis qu'une troupe depetit* porcs tournait autour, avec leur queue roulée commeune corde.

Tout à coup, là-bas, derrière les arbres des fermes,[15] la cloche de l'église tinta. Sa voix de fer jetait dans leciel joyeux son appel faible et lointain. Des hirondellesfilaient comme des flèches à travers l'espace bleu qu'enfermaient

Contes Français

MAUPASSANT 72

contes francais - [PDF Document] (73)

les grands hêtres immobiles. Une odeur d'établepassait parfois, mêlée au souffle doux et sucré des[20] pommiers.

Un des hommes debout devant la porte se tourna verala maison et cria:

--Allons, allons, Mélina, v'là que ça sonne!

Il avait peut-être trente ans. C'était un grand paysan,[25] que les longs travaux des champs n'avaient point encorecourbé ni déformé. Un vieux, son père, noueux comme un

Page 85

tronc de chêne, avec des poignets bossués et des jambestorses, déclara:

--Les femmes, c'est jamais prêt, d'abord.

Les deux autres fils du vieux se mirent à rire, et l'un,[5] se tournant vers le frère ainé, qui avait appelé le premier,lui dit:

--Va les quérir, Polyte. All' viendront point avantmidi.

Et le jeune homme entra dans sa demeure.

[10] Une bande de canards arrêtée près des paysans se mit àcrier en battant des ailes; puis ils partirent vers la marede leur pas lent et balancé.

Alors, sur la porte demeurée ouverte, une grosse femmeparut qui portait un enfant de deux mois, Les brides[15] blanches de son haut bonnet lui pendaient sur le dos,retombant sur un châle rouge, éclatant comme un incendie,et le moutard, enveloppé de linges blancs, reposait sur leventre en bosse de la garde.

Puis la mère, grande et forte, sortit à son tour, à peine[20] âgée de dix-huit ans, fraîche et souriante, tenant le brasde son homme. Et les deux grand'mères vinrent ensuite,fanées ainsi que de vieilles pommes, avec une fatigueévidente dans leurs reins forcés, tournés depuis longtempspar les patientes et rudes besognes. Une d'elles était[25] veuve; elle prit le bras du grand-père, demeuré devant laporte, et ils partirent en tête du cortège, derrière l'enfantet la sage-femme. Et le reste de la famille se mit en route

Contes Français

MAUPASSANT 73

contes francais - [PDF Document] (74)

à la suite. Les plus jeunes portaient des sacs de papierpleins de dragées.

[30] Là-bas, la petite cloche sonnait sans repos, appelant detoute sa force le frêle marmot attendu. Des gaminsmontaient sur les fossés; des gens apparaissaient aux

Page 86

barrières; des filles de ferme restaient debout entre deuxseaux pleins de lait qu'elles posaient à terre pour regarderle baptême.

Et la garde, triomphante, portait son fardeau vivant,[5] évitait les flaques d'eau dans les chemins creux, entre lestalus plantés d'arbres. Et les vieux venaient avec cérémonie,marchant un peu de travers, vu l'âge et les douleurs;et les jeunes avaient envie de danser, et ils regardaient lesfilles qui venaient les voir passer; et le père et la mère[10] allaient gravement, plus sérieux, suivant cet enfant quiles remplacerait, plus tard, dans la vie, qui continueraitdans le pays leur nom, le nom des Dentu, bien connu parle canton.

Ils débouchèrent dans la plaine et prirent à travers les[15] champs pour éviter le long détour de la route.

On apercevait l'église maintenant, avec son clocherpointu. Une ouverture le traversait juste au-dessous dutoit d'ardoises; et quelque chose, remuait là-dedans, allantet venant d'un mouvement vif, passant et repassant[20] derrière l'étroite fenêtre. C'était la cloche qui sonnaittoujours, criant au nouveau-né de venir, pour la premièrefois, dans la maison du Bon Dieu.

Un chien s'était mis à suivre. On lui jetait des dragées,il gambadait autour des gens.

[25] La porte de l'église était ouverte. Le prêtre, un grandgarçon à cheveux rouges, maigre et fort, un Dentu aussi,lui, oncle du petit, encore un frère du père, attendaitdevant l'autel. Et il baptisa suivant les rites son neveuProsper-César, qui se mit à pleurer en goûtant le sel[30] symbolique.

Quand la cérémonie fut achevée, la famille demeura surle seuil pendant que l'abbé quittait son surplis; puis on se

Contes Français

MAUPASSANT 74

contes francais - [PDF Document] (75)

Page 87

remit en route. On allait vite maintenant, car on pensaitau diner. Toute la marmaille du pays suivait, et, chaquefois qu'on lui jetait une poignée de bonbons, c'était unemêlée furieuse, des luttes corps à corps, des cheveux arrachés;[5] et le chien aussi se jetait dans le tas pour ramasserles sucreries, tiré par la queue, par les oreilles, par lespattes, mais plus obstiné que les gamins.

La garde un peu lasse, dit à l'abbé qui marchait auprèsd'elle:

[10]--Dites donc, m'sieu le curé, si ça ne vous opposaitpas de m'tenir un brin vot'neveu pendant que je m'dégourdirai.J'ai quasiment une crampe dans les estomacs.

Le prêtre prit l'enfant, dont la robe blanche faisait unegrande tache éclatante sur la soutane noire, et il l'embrassa,[15] gêné par ce léger fardeau, ne sachant comment le tenir,comment le poser. Tout le monde se mit à rire. Une desgrand'mères demanda de loin:

--Ça ne t'fait-il point deuil, dis, l'abbé, qu'tu n'enauras jamais comme ça?

[20] Le prêtre ne répondit pas. Il allait à grandes enjambées,regardant fixement le moutard aux yeux bleus, dontil avait envie d'embrasser encore les joues rondes. Il n'ytint plus, et, le levant jusqu'à son visage, il le baisalonguement.

[25] Le père cria:

--Dis donc, curé, si t'en veux un, t'as qu'à le dire.

Et on se mit à plaisanter, comme plaisantent les gensdes champs.

Dès qu'on fut assis à table, la lourde gaieté campagnarde[30] éclata comme une tempête. Les deux autres fils allaientaussi se marier; leurs fiancées étaient là, arrivées seulementpour le repas; et les invités ne cessaient de lancer des

Page 88

allusions à toutes les générations futures que promettaientces unions.

Contes Français

MAUPASSANT 75

contes francais - [PDF Document] (76)

C'étaient des gros mots, fortement salés, qui faisaientricaner les filles rougissantes et se tordre les hommes. Ils[5] tapaient du poing sur la table, poussaient des cris. Lepère et le grand-père ne tarissaient point en propos polissons.La mère souriait; les vieilles prenaient leur part dejoie et lançaient aussi des gaillardises.

Le curé, habitué à ces débauches paysannes, restait tranquille,[10] assis à côté de la garde, agaçant du doigt la petitebouche de son neveu pour le faire rire. Il semblait surprispar la vue de cet enfant, comme s'il n'en avait jamaisaperçu. Il le considérait avec une attention réfléchie,avec une gravité songeuse, avec une tendresse inconnue,[15] singulière, vive et un peu triste, pour ce petit être fragilequi était le fils de son frère.

Il n'entendait rien, il ne voyait rien, il contemplaitl'enfant. Il avait envie de le prendre encore sur ses genoux,car il gardait, sur sa poitrine et dans son coeur, la sensation[20] douce de l'avoir porté tout à l'heure, en revenant de l'église.Il restait ému devant cette larve d'homme comme devantun mystère ineffable auquel il n'avait jamais pensé, unmystère auguste et saint, l'incarnation d'une âme nouvelle,le grand mystère de la vie qui commence, de l'amour[25] qui s'éveille, de la race qui se continue, de l'humanité quimarche toujours.

La garde mangeait, la face rouge, les yeux luisants, gênéepar le petit qui l'écartait de la table.

L'abbé lui dit:

[30]--Donnez-le-moi. Je n'ai pas faim.

Et il reprit l'enfant. Alors tout disparut autour delui, tout s'effaça: et il restait les yeux fixés sur cette figure

Page 89

rose et bouffie; et peu à peu, la chaleur du petit corps, àtravers les langes et le drap de la soutane, lui gagnait lesjambes, le pénétrait comme une caresse très légère, trèsbonne, très chaste, une caresse délicieuse qui lui mettait[5] des larmes aux yeux.

Le bruit des mangeurs devenait effrayant. L'enfant,agacé par ces clameurs, se mit à pleurer.

Une voix s'écria:

Contes Français

MAUPASSANT 76

contes francais - [PDF Document] (77)

--Dis donc, l'abbé, donne-lui à téter.

[10] Et une explosion de rires secoua la salle. Mais la mères'était levée; elle prit son fils et l'emporta dans la chambrevoisine. Elle revint au bout de quelques minutes en déclarantqu'il dormait tranquillement dans son berceau.

Et le repas continua. Hommes et femmes sortaient de[15] temps en temps dans la cour, puis rentraient se mettre àtable. Les viandes, les légumes, le cidre et le vin s'engouffraientdans les bouches, gonflaient les ventres, allumaientles yeux, faisaient délirer les esprits.

La nuit tombait quand on prit le café. Depuis[20] long-temps le prêtre avait disparu, sans qu'on s'étonnât de sonabsence.

La jeune mère enfin se leva pour aller voir si le petitdormait toujours. Il faisait sombre à présent: Elle pénétradans la chambre à tâtons; et elle avançait les bras[25] étendus, pour ne point heurter de meuble. Mais un bruitsingulier l'arrêta net; et elle ressortit effarée, sûre d'avoirentendu remuer quelqu'un. Elle rentra dans la salle, fortpâle, tremblante, et raconta la chose. Tous les hommesse levèrent en tumulte, gris et menaçants; et le père, une[30] lampe à la main, s'élança.

L'abbé, à genoux près du berceau, sanglotait, le frontsur l'oreiller où reposait la tête de l'enfant.

Page 90

TOlNE

I

On le connaissait à dix lieues aux environs le père Toine,le gros Toine, Toine-ma-Fine, Antoine Mâcheblé, ditBrûlot, le cabaretier de Tournevent.

Il avait rendu célèbre le hameau enfoncé dans un pli[5] du vallon qui descendait vers la mer, pauvre hameau paysancomposé de dix maisons normandes entourées defossés et d'arbres.

Elles étaient là, ces maisons, blotties dans ce ravin couvertd'herbe et d'ajonc, derrière la courbe qui avait fait

Contes Français

MAUPASSANT 77

contes francais - [PDF Document] (78)

[10] nommer ce lieu Tournevent. Elles semblaient avoircherché un abri dans ce trou comme les oiseaux qui secachent dans les sillons les jours d'ouragan, un abri contrele grand vent de mer, le vent du large, le vent dur et salé,qui ronge et brûle comme le feu, dessèche et détruit comme[15] les gelées d'hiver.

Mais le hameau tout entier semblait être la propriétéd'Antoine Mâcheblé, dit Brûlot, qu'on appelait d'ailleursaussi souvent Toine et Toine-ma-Fine, par suite d'unelocution dont il se servait sans cesse:

[20]--Ma Fine est la première de France.

Sa Fine, c'était son cognac, bien entendu.

Depuis vingt ans il abreuvait le pays de sa Fine et deses Brûlots, car chaque fois qu'on lui demandait:

--Qu'est-ce que j'allons bé, pé Toine?

[25] Il répondait invariablement:

Page 91

--Un brûlot, mon gendre, ça chauffe la tripe et çanettoie la tête; y a rien de meilleur pour le corps.

Il avait aussi cette coutume d'appeler tout le monde«mon gendre,» bien qu'il n'eût jamais eu de fille mariée[5] ou à marier.

Ah! oui, on le connaissait Toine Brûlot, le plus groshomme du canton, et même de l'arrondissem*nt. Sa petitemaison semblait dérisoirement trop étroite et trop bassepour le contenir, et quand on le voyait debout sur sa[10] porte où il passait des journées entières, on se demandaitcomment il pourrait entrer dans sa demeure. Il y rentraitchaque fois que se présentait un consommateur, carToine-ma-Fine était invité de droit à prélever son petitverre sur tout ce qu'on buvait chez lui.

[15] Son café avait pour enseigne: «Au rendez-vous desAmis,» et il était bien, le pé Toine, l'ami de toute lacontrée. On venait de Fécamp et de Montivilliers pour levoir et pour rigoler en l'écoutant, car il aurait fait rire unepierre de tombe, ce gros homme. Il avait une manière[20] de blaguer les gens sans les fâcher, de cligner de l'oeil pourexprimer ce qu'il ne disait pas, de se taper sur la cuisse

Contes Français

MAUPASSANT 78

contes francais - [PDF Document] (79)

dans ses accès de gaieté qui vous tirait le rire du ventremalgré vous, à tous les coups. Et puis c'était une curiositérien que de le regarder boire. Il buvait tant qu'on lui en[25] offrait, et de tout, avec une joie dans son oeil malin, unejoie qui venait de son double plaisir, plaisir de se régalerd'abord et d'amasser des gros sous, ensuite pour sarégalade.

Les farceurs du pays lui demandaient:

[30]--Pourquoi que tu ne bé point la mé, pé Toine?

Il répondait:

--Y a deux choses qui m'opposent, primo qu'al'est

Page 92

salée, et deusio qu'i faudrait la mettre en bouteille, vu quemon abdomin n'est point pliable pour bé à c'te tasse-là!

Et puis il fallait l'entendre se quereller avec sa femme.C'était une telle comédie qu'on aurait payé sa place de[5] bon coeur. Depuis trente ans qu'ils étaient mariés, ils sechamaillaient tous les jours. Seulement Toine rigolait,tandis que sa bourgeoise se fâchait. C'était une grandepaysanne, marchant à longs pas d'échassier, et portantune tête de chat-huant en colère. Elle passait son temps.[10] à élever des poules dans une petite cour, derrière le cabaret,et elle était renommée pour la façon dont elle savait engraisserles volailles.

Quand on donnait un repas à Fécamp chez des gens dela haute, il fallait, pour que le dîner fût goûté, qu'on y[15] mangeât une pensionnaire de la mé Toine.

Mais elle était née de mauvaise humeur et elle avaitcontinué à être mécontente de tout. Fâchée contre lemonde entier, elle en voulait principalement à son mari.Elle lui en voulait de sa gaieté, de sa renommée, de sa[20] santé et de son embonpoint. Elle le traitait de propre àrien, parce qu'il gagnait de l'argent sans rien faire, desapas, parée qu'il mangeait et buvait comme dix hommesordinaires, et il ne se passait point de jour sans qu'elledéclarât d'un air exaspéré:

[25]--Ça serait-il point mieux dans l'étable à cochons, unquétou comme ça? C'est que d'la graisse, que ça en faitmal au coeur.

Contes Français

MAUPASSANT 79

contes francais - [PDF Document] (80)

Et elle lui criait dans la figure:

--Espère, espère un brin; j'verrons c'qu'arrivera,[30] j'verrons ben! Ça crèvera comme un sac à grain, ce gros bouffi!

Toine riait de tout son coeur en se tapant sur le ventre etRépondait:

Page 93

--Eh! la mé Poule, ma planche, tâche d'engraissercomme ça d'la volaille. Tâche pour voir.

Et relevant sa manche sur son bras énorme:

--En v'là un aileron, la mé, en v'là un.

[5] Et les consommateurs tapaient du poing sur les tablesen se tordant de joie, tapaient du pied sur la terre du sol,et crachaient par terre dans un délire de gaieté.

La vieille furieuse reprenait:

--Espère un brin... espère un brin... j'verrons[10] c'qu'arrivera... ça crèvera comme un sac à grain...

Et elle s'en allait furieuse, sous les rires des buveurs.

Toine, en effet, était surprenant à voir, tant il étaitdevenu épais et gros, rouge et soufflant. C'était un de cesêtres énormes sur qui la mort semble s'amuser, avec des[15] ruses, des gaietés et des perfidies bouffonnes, rendantirrésistiblement comique son travail lent de destruction.Au lieu de se montrer comme elle fait chez les autres, lagueuse, de se montrer dans les cheveux blancs, dans lamaigreur, dans les rides, dans l'affaissem*nt croissant qui[20] fait dire avec un frisson: «Bigre! comme il a changé!»elle prenait plaisir à l'engraisser, celui-là, à le faire monstrueuxet drôle, à l'enluminer de rouge et de bleu, à lesouffler, à lui donner l'apparence d'une santé surhumaine;et les déformations qu'elle inflige à tous les êtres devenaient[25] chez lui risibles, cocasses, divertissantes, au lieu d'êtresinistres et pitoyables.

--Espère un brin, répétait la mère Toine, j'verrons cequ'arrivera.

Contes Français

MAUPASSANT 80

contes francais - [PDF Document] (81)

II

Il arriva que Toine eut une attaque et tomba paralysé.[30] On coucha ce colosse dans la petite chambre derrière la

Page 94

cloison du café, afin qu'il pût entendre ce qu'on disait àcôté, et causer avec les amis, car sa tête était demeuréelibre, tandis que son corps, un corps énorme, impossible àremuer, à soulever, restait frappé d'immobilité. On[5] espérait, dans les premiers temps, que ses grosses jambesreprendraient quelque énergie, mais cet espoir disparutbientôt, et Toine-ma-Fine passa ses jours et ses nuits dansson lit qu'on ne retapait qu'une fois par semaine, avec lesecours de quatre voisins qui enlevaient le cabaretier par[10] les quatre membres pendant qu'on retournait sa paillasse.

Il demeurait gai pourtant, mais d'une gaieté différente,plus timide, plus humble, avec des craintes de petit enfantdevant sa femme qui piaillait toute la journée:

--Le v'là, le gros sapas, le v'là, le propre à rien, le[15] faigniant, ce gros soûlot! C'est du propre, c'est du propre!

Il ne répondait plus. Il clignait seulement de l'oeilderrière le dos de la vieille et il se retournait sur sa couche,seul mouvement qui lui demeurât possible. Il appelaitcet exercice faire un «va-t-au nord,» ou un «va-t-au sud.»

[20] Sa grande distraction maintenant c'était d'écouter lesconversations du café, et de dialoguer à travers le mur;quand il reconnaissait les voix des amis, il criait:

--«Hé, mon gendre, c'est té Célestin?»

Et Célestin Maloisel répondait:

[25]--C'est mé, pé Toine. C'est-il que tu regalopes, groslapin?

Toine-ma-Fine prononçait:

--Pour galoper, point encore. Mais je n'ai pointmaigri, l'coffre est bon.

[30] Bientôt, il fit venir les plus intimes dans sa chambre eton lui tenait compagnie, bien qu'il se désolât de voir qu'onbuvait sans lui. Il répétait:

Contes Français

MAUPASSANT 81

contes francais - [PDF Document] (82)

Page 95

--C'est ça qui me fait deuil, mon gendre, de n'pu goûterd'ma fine, nom d'un nom. L'reste, j'm'en gargarise,mais de ne point bé ça me fait deuil.

Et la tête de chat-huant de la mère Toine apparaissait[5] dans la fenêtre. Elle criait:

--Guètez-le, guètez-le, à c't'heure ce gros faigniant,qu'y faut nourrir, qu'i faut laver, qu'i faut nettoyer commeun porc.

Et quand la vieille avait disparu, un coq aux plumes[10] rouges sautait parfois sur la fenêtre, regardait d'un oeilrond et curieux dans la chambre, puis poussait son crisonore. Et parfois aussi, une ou deux poules volaientjusqu'aux pieds du lit, cherchant des miettes sur lesol.

[15] Les amis de Toine-ma-Fine désertèrent bientôt la salledu café, pour venir, chaque après-midi, faire la causetteautour du lit du gros homme. Tout couché qu'il était, cefarceur de Toine, il les amusait encore. Il aurait faitrire le diable, ce malin-là. Ils étaient trois qui reparaissait[20] tous les jours: Célestin Maloisel, un grand maigre,un peu tordu comme un tronc de pommier, Prosper Horslaville,un petit sec avec un nez de furet, malicieux, futécomme un renard, et Césaire Paumelle, qui ne parlaitjamais, mais qui s'amusait tout de même.

[25] On apportait une planche de la cour, on la posait aubord du lit et on jouait aux dominos pardi, et on faisaitde rudes parties, depuis deux heures jusqu'à six.

Mais la mère Toine devint bientôt insupportable. Ellene pouvait point tolérer que son gros faignant d'homme[30] continuât à se distraire, en jouant aux dominos dans sonlit; et chaque fois qu'elle voyait une partie commencée,elle s'élançait avec fureur, culbutait la planche,

Page 96

saisissait le jeu, le rapportait dans le café et déclarait quec'était assez de nourrir ce gros suiffeux à ne rien fairesans le voir encore se divertir comme pour narguer lepauvre monde qui travaillait toute la journée.

Contes Français

MAUPASSANT 82

contes francais - [PDF Document] (83)

[5] Célestin Maloisel et Césaire Paumelle courbaient latête, mais Prosper Horslaville excitait la vieille, s'amusaitde ses colères.

La voyant un jour plus exaspérée que de coutume, illui dit:

[10]--Hé! la mé, savez-vous c'que j'f'rais, mé, si j'étais devous?

Elle attendit qu'il s'expliquât, fixant sur lui son oeil dechouette.

Il reprit:

[15]--Il est chaud comme un four, vot'homme, qui n'sortpoint d'son lit. Eh ben, mé, j'li f'rais couver des oeufs.

Elle demeura stupéfaite, pensant qu'on se moquaitd'elle, considérant la figure mince et rusée du paysan quicontinua:

[20]--J'y en mettrais cinq sous un bras, cinq sous l'autre,l'même jour que je donnerais la couvée à une poule. Çanaîtrait d'même. Quand ils seraient éclos j'porterais àvot' poule les poussins de vot' homme pour qu'a les élève.Ça vous en f'rait de la volaille, la mé!

[25] La vieille interdite demanda:

--Ça se peut-il?

L'homme reprit:

--Si ça s'peut! Pourqué que ça n'se pourrait point!Pisqu'on fait ben couver des oeufs dans une boite chaude,[30] on peut en mett' couver dans un lit.

Elle fut frappée par ce raisonnement et s'en alla, songeuseet calmée.

Page 97

Huit jours plus tard elle entra dans la chambre de Toineavec son tablier plein d'oeufs. Et elle dit:

--J'viens d'mett' la jaune au nid avec dix oeufs. Env'là dix pour té. Tâche de n'point les casser.

Contes Français

MAUPASSANT 83

contes francais - [PDF Document] (84)

[5] Toine éperdu, demanda:

--Qué que tu veux?

Elle répondit:

--J'veux qu'tu les couves, propre à rien.

Il rit d'abord; puis, comme elle insistait, il se fâcha, il[10] résista, il refusa résolument de laisser mettre sous ses grosbras cette graine de volaille que sa chaleur ferait éclore.

Mais la vieille, furieuse, déclara:

--Tu n'auras point d'fricot tant que tu n'les prendraspoint. J'verrons ben c'qu'arrivera.

[15] Toine, inquiet, ne répondit rien.

Quand il entendit sonner midi, il appela:

--Hé! la mé, la soupe est-elle cuite?

La vieille cria de sa cuisine:

--Y a point de soupe pour té, gros faigniant.

[20] Il crut qu'elle plaisantait et attendit, puis il pria,supplia, jura, fit des «va-t-au nord et des va-t-au sud»désespérés, tapa la muraille à coups de poing, mais il dut serésigner à laisser introduire dans sa couche cinq oeufscontre son flanc gauche. Après quoi il eut sa soupe.

[25] Quand ses amis arrivèrent, ils le crurent tout à faitmal, tant il paraissait drôle et gêné.

Puis on fit la partie de tous les jours. Mais Toine semblaitn'y prendre aucun plaisir et n'avançait la mainqu'avec des lenteurs et des précautions infinies.

[30]--T'as donc l'bras noué, demandait Horslaville.

Toine répondit:

--J'ai quasiment t'une lourdeur dans l'épaule.

Page 98

Contes Français

MAUPASSANT 84

contes francais - [PDF Document] (85)

Soudain, on entendit entrer dans le café, les joueurs seturent.

C'était le maire avec l'adjoint. Ils demandèrent deuxverres de fine et se mirent à causer des affaires du pays.[5] Comme ils parlaient à voix basse, Toine Brûlot voulutcoller son oreille contre le mur, et, oubliant ses oeufs, ilfit un brusque «va-t-au nord» qui le coucha sur uneomelette.

Au juron qu'il poussa, la mère Toine accourut, et[10] devinant le désastre, le découvrit d'une secousse. Elledemeura d'abord immobile, indignée, trop suffoquée pourparler devant le cataplasme jaune collé sur le flanc de sonhomme.

Puis, frémissant de fureur, elle se rua sur le paralytique[15] et se mit à lui taper de grands coups sur le ventre, commelorsqu'elle lavait son linge au bord de la mare. Ses mainstombaient l'une après l'autre avec un bruit sourd, rapidescomme les pattes d'un lapin qui bat du tambour.

Les trois amis de Toine riaient à suffoquer, toussant,[20] éternuant, poussant des cris, et le gros homme effaréparait les attaques de sa femme avec prudence, pour nepoint casser encore les cinq oeufs qu'il avait de l'autre côté.

III

Toine fut vaincu. Il dut couver, il dut renoncer auxparties de domino, renoncer à tout mouvement, car la[25] vieille le privait de nourriture avec férocité chaque foisqu'il cassait un oeuf.

Il demeurait sur le dos, l'oeil au plafond, immobile, lesbras soulevés comme des ailes, échauffant contre lui lesgermes de volailles enfermés dans les coques blanches.

Page 99

Il ne parlait plus qu'à voix basse comme s'il eût craintle bruit autant que le mouvement, et il s'inquiétait de lacouveuse jaune qui accomplissait dans le poulailler lamême besogne que lui.

[5] Il demandait à sa femme:

--La jaune a-t-elle mangé la nuit?

Contes Français

MAUPASSANT 85

contes francais - [PDF Document] (86)

Et la vieille allait de ses poules à son homme, et de sonhomme à ses poules, obsédée, possédée par la préoccupationdes petit* poulets qui mûrissaient dans le lit et dans[10] le nid.

Les gens du pays qui savaient l'histoire s'en venaient,curieux et sérieux, prendre des nouvelles de Toine. Ilsentraient à pas légers comme on entre chez les malades etdemandaient avec intérêt:

[15]-~Eh bien! ça va-t-il?

Toine répondait:

--Pour aller, ça va, mais j'ai maujeure tant que çam'échauffe. J'ai des frémis qui me galopent sur la peau.Or, un matin, sa femme entra très émue et déclara:

[20]--La jaune en a sept. Y avait trois oeufs de mauvais.Toine sentit battre son coeur.--Combien en aurait-il,lui?

Il demanda:

--Ce sera tantôt?--avec une angoisse de femme qui[25]va devenir mère.

La vieille répondit d'un air furieux, torturée par lacrainte d'un insuccès:

--Faut croire!

Ils attendirent. Les amis prévenus que les temps[30] étaient proches arrivèrent bientôt inquiets eux-mêmes.

On en jasait dans les maisons. On allait s'informer auxportes voisines.

Page 100

Vers trois heures, Toine s'assoupit. Il dormait maintenantla moitié des jours. Il fut réveillé soudain parun chatouillement inusité sous le bras droit. Il y portaaussitôt la main gauche et saisit une bête couverte de[5] duvet jaune, qui remuait dans ses doigts.

Son émotion fut telle, qu'il se mit à pousser des cris, etil lâcha le poussin qui courut sur sa poitrine. Le caféétait plein de monde. Les buveurs se précipitèrent, envahirent

Contes Français

MAUPASSANT 86

contes francais - [PDF Document] (87)

la chambre, firent cercle comme autour d'un[10] saltimbanque, et la vieille étant arrivée cueillit avecprécaution la bestiole blottie sous la barbe de son mari.

Personne ne parlait plus. C'était par un jour chaudd'avril. On entendait par la fenêtre ouverte glousser lapoule jaune appelant ses nouveau-nés.

[15] Toine, qui suait d'émotion, d'angoisse, d'inquiétude,murmura:

--J'en ai encore un sous le bras gauche, à c't'heure.

Sa femme plongea dans le lit sa grande main maigre, etramena un second poussin, avec des mouvements[20] soigneux de sage-femme.

Les voisins voulurent le voir. On se le repassa en le considérantattentivement comme s'il eût été un phénomène.Pendant vingt minutes, il n'en naquit pas, puis quatresortirent en même temps de leurs coquilles.

[25] Ce fut une grande rumeur parmi les assistants. EtToine sourit, content de son succès, commençant às'enorgueillir de cette paternité singulière. On n'en avaitpas souvent vu comme lui, tout de même! C'était undrôle d'homme, vraiment!

[30] Il déclara:

--Ça fait six. Nom de nom qué baptême!

Et un grand rire s'éleva dans le public. D'autres

Page 101

personnes emplissaient le café. D'autres encore attendaientdevant la porte. On se demandait:

--Combien qu'i en a?

--Yen a six.

[5]--La mère Toine portait à la poule cette famille nouvelle,et la poule gloussait éperdument, hérissait ses plumes,ouvrait les ailes toutes grandes pour abriter la troupegrossissante de ses petit*.

--En v'là encore un! cria Toine.

Contes Français

MAUPASSANT 87

contes francais - [PDF Document] (88)

[10] Il s'était trompé, il y en avait trois! Ce fut untriomphe! Le dernier creva son enveloppe à sept heuresdu soir. Tous les oeufs étaient bons! Et Toine affolé dejoie, délivré, glorieux, baisa sur le dos le frêle animal,faillit l'étouffer avec ses lèvres. Il voulut le garder dans[15] son lit, celui-là, jusqu'au lendemain, saisi par unetendresse de mère pour cet être si petiot qu'il avait donnéà la vie; mais la vieille l'emporta comme les autres sansécouter les supplications de son homme.

Les assistants, ravis, s'en allèrent en devisant de[20] l'événement, et Horslaville resté le dernier, demanda:

--Dis donc, pé Toine, tu m'invites à fricasser l'premier,pas vrai?

A cette idée de fricassée, le visage de Toine s'illumina,et le gros homme répondit:

[25]--Pour sûr que je t'invite, mon gendre.

Page 102

LE PÈRE MILON

Depuis un mois, le large soleil jette aux champs saflamme cuisante. La vie radieuse éclot sous cette aversede feu; la terre est verte à perte de vue. Jusqu'aux bordsde l'horizon, le ciel est bleu. Les fermes normandes[5] semées par la plaine semblent, de loin, de petit* bois,enfermées dans leur ceinture de hêtres élancés. De près,quand on ouvre la barrière vermoulue, on croit voir unjardin géant, car tous les antiques pommiers, osseuxcomme les paysans, sont en fleur. Les vieux troncs noirs,[10] crochus, tortus, alignés par la cour, étalent sous le cielleurs dômes éclatants, blancs et roses. Le doux parfumde leur épanouissem*nt se mêle aux grasses senteurs destables ouvertes et aux vapeurs du fumier qui fermente,couvert de poules.

[15] Il est midi. La famille dîne à l'ombre du poirier plantédevant la porte: le père, la mère; les quatre enfants, lesdeux servantes et les trois valets. On ne parle guère. Onmange la soupe, puis on découvre le plat de fricot pleinde pommes de terre au lard.

[20] De temps en temps, une servante se lève et va remplir

Contes Français

MAUPASSANT 88

contes francais - [PDF Document] (89)

au cellier la cruche au cidre.

L'homme, un grand gars de quarante ans, contemple,contre sa maison, une vigne restée nue, et courant, torduecomme un serpent, sous les volets, tout le long du mur.

[25] Il dit enfin: «La vigne au père bourgeonne de bonneheure c't'année. P't-être qu'a donnera.»

Page 103

La femme aussi se retourne et regarde, sans dire un mot.

Cette vigne est plantée juste à la place où le père a étéfusillé.

C'était pendant la guerre de 1870. Les Prussiens[5] occupaient tout le pays. Le général Faidherbe, avec l'arméedu Nord, leur tenait tête.

Or l'état-major prussien s'était posté dans cette ferme.Le vieux paysan qui la possédait, le père Milon, Pierre,les avait reçus et installés de son mieux.

[10] Depuis un mois l'avant-garde allemande restait enobservation dans le village. Les Français demeuraientimmobiles, à dix lieues de là; et cependant, chaque nuit,des uhlans disparaissaient.

Tous les éclaireurs isolés, ceux qu'on envoyait faire des[15] rondes, alors qu'ils partaient à deux ou trois seulement,ne rentraient jamais.

On les ramassait morts, au matin, dans un champ, aubord d'une cour, dans un fossé. Leurs chevaux eux-mêmesgisaient le long des routes, égorgés d'un coup de[20] sabre.

Ces meurtres semblaient accomplis par les mêmeshommes, qu'on ne pouvait découvrir.

Le pays fut terrorisé. On fusilla des paysans sur unesimple dénonciation, on emprisonna des femmes; on voulut[25] obtenir, par la peur, des révélations des enfants. On nedécouvrit rien.

Mais voilà qu'un matin, on aperçut le père Milon étendudans son écurie, la figure coupée d'une balafre.

Contes Français

MAUPASSANT 89

contes francais - [PDF Document] (90)

Deux uhlans éventrés furent retrouvés à trois kilomètres[30] de la ferme. Un d'eux tenait encore à la main sonarme ensanglantée. Il s'était battu, défendu.

Page 104

Un conseil de guerre ayant été aussitôt constitué, enplein air, devant la ferme, le vieux fut amené.

Il avait soixante-huit ans. Il était petit, maigre, un peutors, avec de grandes mains pareilles à des pinces de crabe.[5] Ses cheveux ternes, rares et légers comme un duvet dejeune canard, laissaient voir partout la chair du crâne.La peau brune et plissée du cou montrait de grosses veinesqui s'enfonçaient sous les mâchoires et reparaissaient auxtempes. Il passait dans la contrée pour avare et difficile[10] en affaires.

On le plaça debout, entre quatre soldats, devant latable de cuisine tirée dehors. Cinq officiers et le colonels'assirent en face de lui.

Le colonel prit la parole en français.

[15]--Père Milon, depuis que nous sommes ici, nous n'avonseu qu'à nous louer de vous. Vous avez toujours été complaisantet même attentionné pour nous. Mais aujourd'huiune accusation terrible pèse sur vous, et il faut que lalumière se fasse. Comment avez-vous reçu la blessure que[20] vous portez sur la figure?

Le paysan ne répondit rien.

Le colonel reprit:

--Votre silence vous condamne, père Milon. Mais jeveux que vous me répondiez, entendez-vous? Savez-vous[25] qui a tué les deux uhlans qu'on a trouvés ce matin près duCalvaire?

Le vieux articula nettement:

--C'est mé.

Le colonel, surpris, se tut une seconde, regardant[30] fixement le prisonnier. Le père Milon demeurait impassible,avec son air abruti de paysan, les yeux baissés comme s'ileût parlé à son curé. Une seule chose pouvait révéler un

Contes Français

MAUPASSANT 90

contes francais - [PDF Document] (91)

Page 105

trouble intérieur, c'est qu'il avalait coup sur coup sasalive, avec un effort visible, comme si sa gorge eût ététout à fait étranglée.

La famille du bonhomme, son fils Jean, sa bru et deux[5] petit* enfants se tenaient à dix pas en arrière, effarés etconsternés.

Le colonel reprit:

--Savez-vous aussi qui a tué tous les éclaireurs de notrearmée qu'on retrouve chaque matin, par la campagne,[10] depuis un mois?

Le vieux répondit avec la même impassibilité de brute:

--C'est mé.

~-C'est vous qui les avez tués tous?

--Tretous, oui, c'est mé.

[15]--Vous seul?

--Mé seul.

--Dites-moi comment vous vous y preniez.

Cette fois l'homme parut ému; la nécessité de parlerlongtemps le gênait visiblement. Il balbutia:

[20]--Je sais-ti, mé? J'ai fait ça comme ça s'trouvait.

Le colonel reprit:

--Je vous préviens qu'il faudra que vous me disieztout. Vous ferez donc bien de vous décider immédiatement.Comment avez-vous commencé?

[25] L'homme jeta un regard inquiet sur sa famille attentivederrière lui. Il hésita un instant encore, puis, tout à coup,se décida.

--Je r'venais un soir, qu'il était p't-être dix heures, lelend'main que vous étiez ici. Vous, et pi vos soldats,vous m'aviez pris pour pu de chinquante écus de fourrageavec une vaque et deux moutons. Je me dis: Tant qu'i

Contes Français

MAUPASSANT 91

contes francais - [PDF Document] (92)

me prendront de fois vingt écus, tant que je leur y revaudrai

Page 106

ça. Et pi j'avais d'autres choses itou su l'coeur, quej'vous dirai. V'là qu'j'en aperçois un d'vos cavaliers quifumait sa pipe su mon fossé, derrière ma grange. J'allaidécrocher ma faux et je r'vins à p'tit* pas par derrière,[5] qu'il n'entendit seulement rien. Et j'li coupai la têted'un coup, d'un seul, comme un épi, qu'il n'a pas seulementdit «ouf!» Vous n'auriez qu'à chercher au fond d'la mare;vous le trouveriez dans un sac à charbon, avec une pierrede la barrière.

[10] «J'avais mon idée. J'pris tous ses effets d'puis lesbottes jusqu'au bonnet et je les cachai dans le four àplâtre du bois Martin, derrière la cour.»

Le vieux se tut. Les officiers, interdits, se regardaient.L'interrogatoire recommença; et voici ce qu'ils apprirent:

[15] Une fois son meurtre accompli, l'homme avait vécu aveccette pensée: «Tuer des Prussiens!» Il les haïssait d'unehaine sournoise et acharnée de paysan cupide et patrioteaussi. Il avait son idée, comme il disait. Il attenditquelques jours.

[20] On le laissait libre d'aller et de venir, d'entrer et desortir à sa guise, tant il s'était montré humble envers lesvainqueurs, soumis et complaisant. Or il voyait, chaquesoir, partir les estafettes; et il sortit, une nuit, ayantentendu le nom du village où se rendaient les cavaliers, et[25] ayant appris, dans la fréquentation des soldats, les quelquesmots d'allemand qu'il lui fallait.

Il sortit de sa cour, se glissa dans le bois, gagna le fourà plâtre, pénétra au fond de la longue galerie et, ayantretrouvé par terre les vêtements du mort, il s'en vêtit.

[30] Alors il se mit à rôder par les champs, rampant, suivant

Page 107

les talus pour se cacher, écoutant les moindres bruits,inquiet comme un braconnier.

Lorsqu'il crut l'heure arrivée, il se rapprocha de la routeet se cacha dans une broussaille. Il attendit encore.

Contes Français

MAUPASSANT 92

contes francais - [PDF Document] (93)

[5] Enfin, vers minuit, un galop de cheval sonna sur la terredure du chemin. L'homme mit l'oreille à terre pours'assurer qu'un seul cavalier s'approchait, puis ils'apprêta.

Le uhlan arrivait au grand trot, rapportant des dépêches.[10] Il allait, l'oeil en éveil, l'oreille tendue. Dès qu'il ne futplus qu'à dix pas, le père Milon se traîna en travers de laroute en gémissant: «Hilfe! Hilfe! A l'aide, à l'aide!»Le cavalier s'arrêta, reconnut un Allemand démonté, lecrut blessé, descendit de cheval, s'approcha sans soupçonner[15] rien, et, comme il se penchait sur l'inconnu, il reçut aumilieu du ventre la longue lame courbée du sabre. Ils'abattit, sans agonie, secoué seulement par quelques frissonssuprêmes.

Alors le Normand, radieux, d'une joie muette de vieux[20] paysan, se releva, et, pour son plaisir, coupa la gorge ducadavre. Puis, il le traîna jusqu'au fossé et l'y jeta.

Le cheval, tranquille, attendait son maître. Le pèreMilon se mit en selle, et il partit au galop à travers lesplaines.

[25] Au bout d'une heure, il aperçut encore deux uhlanscôte à côte qui rentraient au quartier. Il alla droit sureux, criant encore: «Hilfe! Hilfe!» Les Prussiens lelaissaient venir, reconnaissant l'uniforme, sans méfiance.aucune. Et il passa, le vieux, comme un boulet entre les[30] deux, les abattant l'un et l'autre avec son sabre et unrevolver.

Puis il égorgea les chevaux, des chevaux allemands!

Page 108

Puis il rentra doucement au four à plâtre et cacha uncheval au fond de la sombre galerie. Il y quitta son uniforme,reprit ses hardes de gueux et, regagnant son lit,dormit jusqu'au matin.

[5] Pendant quatre jours, il ne sortit pas, attendant la finde l'enquête ouverte; mais, le cinquième jour, il repartit,et tua encore deux soldats par le même stratagème. Dèslors, il ne s'arrêta plus. Chaque nuit, il errait, il rôdait àl'aventure, abattant des Prussiens tantôt ici, tantôt là,[10] galopant par les champs déserts, sous la lune, uhlan perdu,chasseur d'hommes. Puis, sa tâche finie, laissant derrièrelui des cadavres couchés le long des routes, le vieux cavalier

Contes Français

MAUPASSANT 93

contes francais - [PDF Document] (94)

rentrait cacher au fond du tour à plâtre son cheval et sonuniforme.

[15] Il allait vers midi, d'un air tranquille, porter de l'avoineet de l'eau à sa monture restée au fond du souterrain, etil la nourrissait à profusion, exigeant d'elle un grandtravail.

Mais, la veille, un de ceux qu'il avait attaqués se tenait[20] sur ses gardes et avait coupé d'un coup de sabre la figuredu vieux paysan.

Il les avait tués cependant tous les deux! Il étaitrevenu encore, avait caché le cheval et repris ses humbleshabits; mais, en rentrant, une faiblesse l'avait saisi et il[25] s'était traîné jusqu'à l'écurie, ne pouvant plus gagner lamaison.

On l'avait trouvé là tout sanglant, sur la paille...

Quand il eut fini son récit, il releva soudain la tête etregarda fièrement les officiers prussiens.

[30] Le colonel, qui tirait sa moustache, lui demanda:

Page 109

--Vous n'avez plus rien à dire?

--Non, pu rien; l'compte est juste: j'en ai tué seize, pasun de pus, pas un de moins.

--Vous savez que vous allez mourir?

[5]--J'vous ai pas d'mandé de grâce.

--Avez-vous été soldat?

--Oui. J'ai fait campagne, dans le temps. Et puis,c'est vous qu'avez tué mon père, qu'était soldat del'Empereur premier. Sans compter que vous avez tué mon[10] fils cadet, François, le mois dernier, auprès d'Évreux. Jevous en devais, j'ai payé. Je sommes quittes.

Les officiers se regardaient.

Le vieux reprit:

--Huit pour mon père, huit pour mon fieu, je sommes

Contes Français

MAUPASSANT 94

contes francais - [PDF Document] (95)

[15] quittes. J'ai pas été vous chercher querelle, mé! J'vousconnais point! J'sais pas seulement d'où qu'vous v'nez.Vous v'là chez mé, que vous y commandez comme sic'était chez vous. Je m'suis vengé su l's autres. J'm'enr'pens point.

[20] Et, redressant son torse ankylosé, le vieux croisa sesbras dans une pose d'humble héros.

Les Prussiens se parlèrent bas longtemps. Un capitaine,qui avait aussi perdu son fils, le mois dernier, défendait cegueux magnanime.

[25] Alors le colonel se leva et, s'approchant du père Milon,baissant la voix:

--Écoutez, le vieux, il y a peut-être un moyen de voussauver la vie, c'est de...

Mais le bonhomme n'écoutait point, et, les yeux plantés[30] droit sur l'officier vainqueur, tandis que le vent agitait lespoils follets de son crâne, il fit une grimace affreuse quicrispa sa maigre face toute coupée par la balafre, et,

Page 110

gonflant sa poitrine, il cracha, de toute sa force, en pleinefigure du Prussien.

Le colonel, affolé, leva la main, et l'homme, pour laseconde fois, lui cracha par la figure.

[5] Tous les officiers s'étaient dressés et hurlaient des ordresen même temps.

En moins d'une minute, le bonhomme, toujours impassible,fut collé contre le mur et fusillé, alors qu'il envoyaitdes sourires à Jean, son fils ainé; à sa bru et aux deux petit*,[10] qui regardaient, éperdus.

Page 111

Contes Français

MAUPASSANT 95

contes francais - [PDF Document] (96)

DAUDET

LE CURÉ DE CUCUGNAN

Tous les ans, à la Chandeleur, les poètes provençauxpublient en Avignon un joyeux petit livre rempli jusqu'auxbords de beaux vers et de jolis contes. Celui de cetteannée m'arrive à l'instant, et j'y trouve un adorable[5] fabliau que je vais essayer de vous traduire en l'abrégeantun peu... Parisiens, tendez vos mannes. C'est de lafine fleur de farine provençale qu'on va vous servir cettefois...

........................................................

L'abbé Martin était curé... de Cucugnan.

[10] Bon comme le pain, franc comme l'or, il aimaitpaternellement ses Cucugnanais; pour lui, son Cucugnan auraitété le paradis sur terre, si les Cucugnanais lui avaientdonné un peu plus de satisfaction. Mais, hélas! lesaraignées filaient dans son confessionnal, et, le beau jour[15] de Pâques, les hosties restaient au fond de son saint-ciboire.Le bon prêtre en avait le coeur meurtri, et toujoursil demandait à Dieu la grâce de ne pas mourir avantd'avoir ramené au bercail son troupeau dispersé.

Or, vous allez voir que Dieu l'entendit.

[20] Un dimanche, après l'Évangile, M. Martin monta enchaire.

......................................................

--Mes frères, dit-il, vous me croirez si vous voulez:l'autre nuit, je me suis trouvé, moi misérable pécheur, àla porte du paradis.

Page 112

«Je frappai: saint Pierre m'ouvrit!

«--Tiens! c'est vous, mon brave monsieur Martin, mefit-il; quel bon vent...? et qu'y a-t-il pour votre service?

«--Beau saint Pierre, vous qui tenez le grand livre et[5] la clef, pourriez-vous me dire, si je ne suis pas trop curieux,

Contes Français

DAUDET 96

contes francais - [PDF Document] (97)

combien vous avez de Cucugnanais en paradis?

«--Je n'ai rien à vous refuser, monsieur Martin; asseyez-vous,nous allons voir la chose ensemble.

«Et saint Pierre prit son gros livre, l'ouvrit, mit ses[10] besicles:

«--Voyons un peu: Cucugnan, disons-nous. Cu...Cu. ..Cucugnan. Nous y sommes. Cucugnan... Monbrave monsieur Martin, la page est toute blanche. Pasune âme. ..Pas plus de Cucugnanais que d'arêtes dans[15] une dinde.

«--Comment! Personne de Cucugnan ici? Personne?Ce n'est pas possible! Regardez mieux...

«--Personne, saint homme. Regardez vous-même, sivous croyez que je plaisante.

[20] «Moi, pécaïre! je frappais des pieds, et, les mains jointes,je criais miséricorde. Alors, saint Pierre:

«--Croyez-moi, monsieur Martin, il ne faut pas ainsivous mettre le coeur à l'envers, car vous pourriez en avoirquelque mauvais-coup de sang. Ce n'est pas votre faute,[25] après tout. Vos Cucugnanais, voyez-vous, doivent faireà coup sûr leur petite quarantaine en purgatoire.

«-Ah! par charité, grand saint Pierre! faites que jepuisse au moins les voir et les consoler.

«--Volontiers, mon ami... Tenez, chaussez vite ces[30] sandales, car les chemins ne sont pas beaux de reste...Voilà qui est bien... Maintenant, cheminez droit devantvous. Voyez~vous là-bas, au fond, en tournant? Vous

Page 113

trouverez une porte d'argent toute constellée de croixnoires... a main droite... Vous frapperez, on vousouvrira... Adessias! Tenez-vous sain et gaillardet.

...................................................

«Et je cheminai... je cheminai! Quelle battue! j'ai[5] la chair de poule, rien que d'y songer. Un petit sentier,plein de ronces, d'escarboucles qui luisaient et de serpentsqui sifflaient, m'amena jusqu'à la porte d'argent.

Contes Français

DAUDET 97

contes francais - [PDF Document] (98)

«--Pan! pan!

«--Qui frappe? me fait une voix rauque et dolente.

[10] «--Le curé de Cucugnan.

«--De...?

«--De Cucugnan.

«--Ah!... Entrez.

«J'entrai. Un grand bel ange, avec des ailes sombres[15] comme la nuit, avec une robe resplendissante comme lejour, avec une clef de diamant pendue a sa ceinture, écrivait,cra-cra, dans un grand livre plus gros que celui desaint Pierre...

«--Finalement, que voulez-vous et que demandez-vous?[20] dit l'ange.

«--Bel ange de Dieu, je veux savoir,--je suis biencurieux peut-être,--si vous avez ici les Cucugnanais.

«--Les...?

«--Les Cucugnanais, les gens de Cucugnan... que[25] c'est moi qui suis leur prieur.

«--Ah! l'abbé Martin, n'est-ce pas?

«--Pour vous servir, monsieur l'ange.

«--Vous dites donc Cucugnan...

«Et l'ange ouvre et feuillette son grand livre,

Page 114

mouillant son doigt de salive pour que le feuillet glissemieux...

«--Cucugnan, dit-il poussant un long soupir... MonsieurMartin, nous n'avons en purgatoire personne de[5] Cucugnan.

«--Jésus! Marie! Joseph! personne de Cucugnan enpurgatoire! O grand Dieu! où sont-ils donc?

Contes Français

DAUDET 98

contes francais - [PDF Document] (99)

«--Eh! saint homme, ils sont en paradis. Où diantrevoulez-vous qu'ils soient?

[10] «--Mais j'en viens, du paradis...

«--Vous en venez!!... Eh bien?

«--Eh bien! ils n'y sont pas!... Ah! bonne mère desanges!...

«--Que voulez-vous, monsieur le curé? s'ils ne sont ni[15] en paradis ni en purgatoire, il n'y a pas de milieu, ilssont....

«--Sainte croix! Jésus, fils de David! Aï! aï! aï! est-ilpossible?... Serait-ce un mensonge du grand saint Pierre?...Pourtant je n'ai pas entendu chanter le coq!... Aï[20] pauvres nous! comment irai-je en paradis si mesCucugnanais n'y sont pas?

«--Écoutez, mon pauvre monsieur Martin, puisquevous voulez, coûte que coûte, être sûr de tout ceci, et voirde vos yeux de quoi il retourne, prenez ce sentier, filez[25] en courant, si vous savez courir... Vous trouverez, àgauche, un grand portail. Là, vous vous renseignerez surtout. Dieu vous le donne!

«Et l'ange ferma la porte.

«C'était un long sentier tout pavé de braise rouge. Je[30] chancelais comme si j'avais bu; à chaque pas, je

Page 115

trébuchais; j'étais tout en eau, chaque poil de mon corps avaitsa goutte de sueur, et je haletais de soif... Mais, ma foi,grâce aux sandales que le bon saint Pierre m'avait prêtées,je ne me brûlai pas les pieds.

[5] «Quand j'eus fait assez de faux pas clopin-clopant, jevis à ma main gauche une porte... non, un portail, unénorme portail, tout bâillant, comme la porte d'un grandfour. Oh! mes enfants, quel spectacle! Là on ne demandepas mon nom; là, point de registre. Par fournées et à[10] pleine porte, on entra là, mes frères, comme le dimanchevous entrez au cabaret.

«Je suais à grosses gouttes, et pourtant j'étais transi,

Contes Français

DAUDET 99

contes francais - [PDF Document] (100)

j'avais le frisson. Mes cheveux se dressaient. Je sentaisle brûlé, la chair rôtie, quelque chose comme l'odeur qui[15] se répand dans notre Cucugnan quand Éloy, le maréchal,brûle pour la ferrer la botte d'un vieil âne. Je perdaishaleine dans cet air puant et embrasé; j'entendais uneclameur horrible, des gémissem*nts, des hurlements et desjurements.

[20] «--Eh bien! entres-tu ou n'entres~tu pas, toi?me fait, en me piquant de sa fourche, un démoncornu.

«--Moi? Je n'entre pas. Je suis un ami de Dieu.

«--Tu es un ami de Dieu... Eh! b... de teigneux![25] que viens-tu faire ici?...

«--Je viens... Ah! ne m'en parlez pas, que je ne puisplus me tenir sur mes jambes... Je viens... je viens deloin... humblement vous demander... si... si, parcoup de hasard... vous n'auriez pas ici... quelqu'un[30] ...quelqu'un de Cucugnan...

«--Ah! feu de Dieu! tu fais la bête, toi, comme si tune savais pas que tout Cucugnan est ici. Tiens, laid

Page 116

corbeau, regarde, et tu verras comme nous les arrangeons ici,tes fameux Cucugnanais...

..........................................................

«Et je vis, au milieu d'un épouvantable tourbillon deflamme:

[5] «Le long Coq-Galine,--vous l'avez tous connu, mesfrères,--Coq-Galine, qui se grisait si souvent, et si souventsecouait les puces à sa pauvre Clairon.

«Je vis Catarinet... cette petite gueuse... avec sonnez en l'air... qui couchait toute seule à la grange... Il[10] vous en souvient, mes drôles!... Mais passons, j'en aitrop dit.

«Je vis Pascal Doigt-de-Poix, qui faisait son huile avecles olives de M. Julien.

«Je vis Babet la glaneuse, qui, en glanant, pour avoir

Contes Français

DAUDET 100

contes francais - [PDF Document] (101)

[15] plus vite noué sa gerbe, puisait à poignées aux gerbiers.

«Je vis maître Grapasi, qui huilait si bien la roue de sabrouette.

«Et Dauphine, qui vendait si cher l'eau de sonpuits.

[20] «Et le Tortillard, qui, lorsqu'il me rencontrait portantle bon Dieu, filait son chemin, la barrette sur la tête et lapipe au bec... et fier comme Artaban... comme s'ilavait rencontré un chien.

«Et Coulau avec sa Zette, et Jacques, et Pierre, et[25] Toni...

...........................................................

Ému, blême de peur, l'auditoire gémit, en voyant, dansl'enfer tout ouvert, qui son père et qui sa mère, qui sagrand'mère et qui sa soeur...

--Vous sentez bien, mes frères, reprit le bon abbé,

Page 117

Martin, vous sentez bien que ceci ne peut pas durer. J'aicharge d'âmes, et je veux, je veux vous sauver de l'abîmeoù vous êtes tous en train de rouler tête première. Demainje me mets à l'ouvrage, pas plus tard que demain.[5] Et l'ouvrage ne manquera pas! Voici comment je m'yprendrai. Pour que tout se fasse bien, il faut tout faireavec ordre. Nous irons rang par rang, comme à Jonquièresquand on danse.

«Demain lundi, je confesserai les vieux et les vieilles.[10] Ce n'est rien.

«Mardi, les enfants. J'aurai bientôt fait.

«Mercredi, les garçons et les filles. Cela pourra êtrelong.

«Jeudi, les hommes. Nous couperons court.

[15] «Vendredi, les femmes. Je dirai: Pas d'histoires!

«Samedi, le meunier!... Ce n'est pas trop d'un jourpour lui tout seul...

Contes Français

DAUDET 101

contes francais - [PDF Document] (102)

«Et, si dimanche nous avons fini, nous serons bienheureux.

[20] «Voyez-vous, mes enfants, quand le blé est mûr, il fautle couper; quand le vin est tiré, il faut le boire. Voilàassez de linge sale, il s'agit de le laver, et de le bien laver.

«C'est la grâce que je vous souhaite. Amen!

......................................................

Ce qui fut dit fut fait. On coula la lessive.

[25] Depuis ce dimanche mémorable, le parfum des vertusde Cucugnan se respire à dix lieues à l'entour.

Et le bon pasteur M. Martin, heureux et plein d'allégresse,a rêvé l'autre nuit que, suivi de tout son troupeau,il gravissait, en resplendissante procession, au milieu des[30] cierges allumés, d'un nuage d'encens qui embaumait et

Page 118

des enfants de choeur qui chantaient Te Deum, le cheminéclairé de la cité de Dieu.

Et voilà l'histoire du curé de Cucugnan, telle que m'aordonné de vous le dire ce grand gueusard de Roumanille,[5] qui la tenait lui-même d'un autre bon compagnon.

Page 119

LE SOUS-PRÉFET AUX CHAMPS

M. le sous-préfet est en tournée. Cocher devant, laquaisderrière, la calèche de la sous-préfecture l'emportemajestueusem*nt au concours régional de la Combe-aux-Fées.Pour cette journée mémorable, M. le sous-préfet a[5] mis son bel habit brodé, son petit claque, sa culottecollante à bandes d'argent et son épée de gala à poignée denacre... Sur ses genoux repose une grande serviette enchagrin gaufré qu'il regarde tristement.

M. le sous-préfet regarde tristement sa serviette en[10] chagrin gaufré; il songe au fameux discours qu'il va falloirprononcer tout à l'heure devant les habitants de laCombe-aux-Fées:

Contes Français

DAUDET 102

contes francais - [PDF Document] (103)

--Messieurs et chers administrés...

Mais il a beau tortiller la soie blonde de ses favoris et[15] répéter vingt fois de suite:

--Messieurs et chers administrés... la suite du discoursne vient pas.

La suite du discours ne vient pas... Il fait si chauddans cette calèche!... A perte de vue, la route de la[20] Combe-aux-Fées poudroie sous le soleil du Midi...L'air est embrasé... et sur les ormeaux du bord duch*emin, tout couverts de poussière blanche, des milliersde cigales se répondent d'un arbre à l'autre... Tout àcoup M. le sous-préfet tressaille. Là-bas, au pied d'un[25]coteau, il vient d'apercevoir un petit bois de chênes vertsqui semble lui faire signe.

Le petit bois de chênes verts semble lui faire signe:

Page 120

--Venez donc par ici, monsieur le sous-préfet; pourcomposer votre discours, vous serez beaucoup mieux sousmes arbres...

M. le sous-préfet est séduit; il saute à bas de sa calèche[5] et dit à ses gens de l'attendre, qu'il va composer sondiscours dans le petit bois de chênes verts.

Dans le petit bois de chênes verts il y a des oiseaux, desviolettes, et des sources sous l'herbe fine... Quand ilsont aperçu M. le sous-préfet avec sa belle culotte et sa[10] serviette en chagrin gaufré, les oiseaux ont eu peur et sesont arrêtés de chanter, les sources n'ont plus osé faire debruit, et les violettes se sont cachées dans le gazon.Tout ce petit monde-là n'a jamais vu de sous-préfet, et sedemande à voix basse quel est ce beau seigneur qui se[15] promène en culotte d'argent.

A voix basse, sous la feuillée, on se demande quel estce beau seigneur en culotte d'argent... Pendant cetemps-là, M. le sous-préfet, ravi du silence et de la fraîcheurdu bois, relève les pans de son habit, pose son claque[20] sur l'herbe et s'assied dans la mousse au pied d'un jeunechêne; puis il ouvre sur ses genoux sa grande serviette dechagrin gaufré et en tire une large feuille de papierministre.

Contes Français

DAUDET 103

contes francais - [PDF Document] (104)

--C'est un artiste! dit la fauvette.

[25]--Non, dit le bouvreuil, ce n'est pas un artiste, puisqu'ila une culotte en argent; c'est plutôt un prince.

--C'est plutôt un prince, dit le bouvreuil.

~-Ni un artiste, ni un prince, interrompt un vieux rossignol,qui a chanté toute une saison dans les jardins de[30] la sous-préfecture... Je sais ce que c'est: c'est unsous-préfet!

Et tout le petit bois va chuchotant:

Page 121

--C'est un sous-préfet! c'est un sous-préfet!--Comme il est chauve! remarque une alouette à grandehuppe.

Les violettes demandent:

[5]--Est-ce que c'est méchant?

--Est-ce que c'est méchant? demandent les violettes.

Le vieux rossignol répond:

--Pas du tout!

Et sur cette assurance, les oiseaux se remettent à[10] chanter, les sources à courir, les violettes à embaumer,comme si le monsieur n'était pas là... Impassible aumilieu de tout ce joli tapage, M. le sous-préfet invoquedans son coeur la Muse des comices agricoles, et, le crayonlevé, commence à déclamer de sa voix de cérémonie:

[15]--Messieurs et chers administrés...

--Messieurs et chers administrés, dit le sous-préfet desa voix de cérémonie...

Un éclat de rire l'interrompt; il se retourne et ne voitrien qu'un gros pivert qui le regarde en riant, perché sur[20] son claque. Le sous-préfet hausse les épaules et veutcontinuer son discours; mais le pivert l'interrompt encoreet lui crie de loin:

Contes Français

DAUDET 104

contes francais - [PDF Document] (105)

--A quoi bon?

--Comment! à quoi bon? dit le sous-préfet, qui devient[25] tout rouge; et, chassant d'un geste cette bêteeffrontée, il reprend de plus belle:

--Messieurs et chers administrés...

--Messieurs et chers administrés..., a repris le sous-préfetde plus belle.

[30] Mais alors, voilà, les petites violettes qui se haussentvers lui sur le bout de leurs tiges et qui lui disentdoucement:

Page 122

--Monsieur le sous-préfet, sentez-vous comme noussentons bon?

Et les sources lui font sous la mousse une musique divine;et dans les branches, au-dessus de sa tête, des tas[5] de fauvettes viennent lui chanter leurs plus jolis airs; ettout le petit bois conspire pour l'empêcher de composerson discours.

Tout le petit bois conspire pour l'empêcher de composerson discours... M. le sous-préfet, grisé de parfums, ivre[10] de musique, essaye vainement de résister au nouveaucharme qui l'envahit. Il s'accoude sur l'herbe, dégrafeson bel habit, balbutie encore deux ou trois fois:

--Messieurs et chers administrés... Messieurs etchers admi... Messieurs et chers...

[15] Puis il envoie les administrés au diable; et la Muse descomices agricoles n'a plus qu'à se voiler la face.

Voile-toi la face, ô Muse des comices agricoles!... Lorsque,au bout d'une heure, les gens de la sous-préfecture,inquiets de leur maître sont entrés dans le petit bois, ils[20] ont vu un spectacle qui les a fait reculer d'horreur...M. le sous-préfet était couché sur le ventre, dans l'herbe,débraillé comme un bohème. Il avait mis son habit bas;...et, tout en mâchonnant des violettes, M. le sous-préfetfaisait des vers.

Page 123

Contes Français

DAUDET 105

contes francais - [PDF Document] (106)

LE PAPE EST MORT

J'ai passé mon enfance dans une grande ville de provincecoupée en deux par une rivière très-encombrée, très-remuante,où j'ai pris de bonne heure le goût des voyageset la passion de la vie sur l'eau. Il y a surtout un coin de[5] quai, près d'une certaine passerelle Saint-Vincent, auquelje ne pense jamais, même aujourd'hui, sans émotion.Je revois l'écriteau cloué au bout d'une vergue: Cornet,bateaux de louage, le petit escalier qui s'enfonçait dansl'eau, tout glissant et noirci de mouillure, la flottille de[10] petit* canots fraîchement peints de couleurs vives s'alignantau bas de l'échelle, se balançant doucement bord àbord, comme allégés par les jolis noms qu'ils portaient àleur arrière en lettres blanches: l'Oiseau-Mouche,l'Hirondelle.

[15] Puis, parmi les longs avirons reluisants de céruse quiétaient en train de sécher contre le talus, le père Cornets'en allant avec son seau à peinture, ses grands pinceaux,sa figure tannée, crevassée, ridée de mille petites fossettescomme la rivière un soir de vent frais... Oh! ce père[20] Cornet. Ç'a été le satan de mon enfance, ma passiondouloureuse, mon péché, mon remords. M'en a-t-il faitcommettre des crimes avec ses canots! Je manquaisl'école, je vendais mes livres. Qu'est-ce que je n'auraispas vendu pour une après-midi de canotage!

[25] Tous mes cahiers de classe au fond du bateau, la vesteà bas, le chapeau en arrière, et dans les cheveux le boncoup d'éventail de la brise d'eau, je tirais ferme sur mesrames, en fronçant les sourcils pour bien me donner la

Page 124

tournure d'un vieux loup de mer. Tant que j'étais enville, je tenais le milieu de la rivière, a égale distance desdeux rives, où le vieux loup de mer aurait pu être reconnu.Quel triomphe de me mêler à ce grand mouvement de[5] barques, de radeaux, de trains de bois, de mouches àvapeur qui se côtoyaient, s'évitaient, séparés seulementpar un mince liséré d'écume! Il y avait de lourds bateauxqui tournaient pour prendre le courant, et cela endéplaçait une foule d'autres.

[10] Tout à coup les roues d'un vapeur battaient l'eau prèsde moi; ou bien une ombre lourde m'arrivait dessus,c'était l'avant d'un bateau de pommes.

Contes Français

DAUDET 106

contes francais - [PDF Document] (107)

«Gare donc, moucheron!» me criait une voix enrouée;et je suais, je me débattais, empêtré dans le va-et-vient[15] de cette vie du fleuve que la vie de la rue traversaitincessamment par tous ces ponts, toutes ces passerelles quimettaient des reflets d'omnibus sous la coupe des avirons.Et le courant si dur à la pointe des arches, et les remous,les tourbillons, le fameux trou de la Mort-gui-trompe![20] Pensez que ce n'était pas une petite affaire de se guiderlà-dedans avec des bras de douze ans et personne pourtenir la barre.

Quelquefois j'avais la chance de rencontrer la chaîne.Vite je m'accrochais tout au bout de ces longs trains de[25] bateaux qu'elle remorquait, et, les rames immobiles,étendues comme des ailes qui planent, je me laissais aller àcette vitesse silencieuse qui coupait la rivière en longsrubans d'écume et faisait filer des deux côtés les arbres,les maisons du quai. Devant moi, loin, bien loin, j'entendais[30] le battement monotone de l'hélice, un chien quiaboyait sur un des bateaux de la remorque, où montaitd'une cheminée basse un petit filet de fumée; et tout cela

Page 125

me donnait l'illusion d'un grand voyage, de la vraie viede bord.

Malheureusem*nt, ces rencontres de la chaîne étaientrares. Le plus souvent il fallait ramer et ramer aux heures[5] de soleil. Oh! les pleins midis tombant d'aplomb sur larivière, il me semble qu'ils me brillent encore. Toutflambait, tout miroitait. Dans cette atmosphère aveuglanteet sonore qui flotte au-dessus des vagues et vibre àtous leurs mouvements, les courts plongeons de mes rames,[10] les cordes des haleurs soulevées de l'eau toutes ruisselantesfaisaient passer des lumières vives d'argent poli.Et je ramais en fermant les yeux. Par moments, à lavigueur de mes efforts, à l'élan de l'eau sous ma barque,je me figurais que j'allais très-vite; mais en relevant la[15] tête, je voyais toujours le même arbre, le même mur enface de moi sur la rive.

Enfin, à force de fatigues, tout moite et rouge de chaleur,je parvenais à sortir de la ville. Le vacarme des bainsfroids, des bateaux de blanchisseuses, des pontons[20] d'embarquement diminuait. Les ponts s'espaçaient sur larive élargie. Quelques jardins de faubourg, une cheminéed'usine, s'y reflétaient de loin en loin. A l'horizontremblaient des îles vertes. Alors, n'en pouvant plus, je venais

Contes Français

DAUDET 107

contes francais - [PDF Document] (108)

me ranger contre la rive, au milieu des roseaux tout[25] bourdonnants; et là, abasourdi par le soleil, la fatigue,cette chaleur lourde qui montait de l'eau étoilée de largesfleurs jaunes, le vieux loup de mer se mettait à saigner dunez pendant des heures. Jamais mes voyages n'avaientun autre dénoûment. Mais que voulez-vous? Je trouvais[30] cela délicieux.

Le terrible, par exemple, c'était le retour, la rentrée.J'avais beau revenir à toutes rames, j'arrivais toujours

Page 126

trop tard, longtemps après la sortie des classes. L'impressiondu jour qui tombe, les premiers becs de gaz dansle brouillard, la retraite, tout augmentait mes transes,mon remords. Les gens qui passaient, rentrant chez eux[5] bien tranquilles, me faisaient envie; et je courais la têtelourde, pleine de soleil et d'eau, avec des ronflements decoquillages au fond des oreilles, et déjà sur la figure lerouge du mensonge que j'allais dire.

Car il en fallait un chaque fois pour faire tête à ce[10] terrible «d'où viens-tu?» qui m'attendait en travers de laporte. C'est cet interrogatoire de l'arrivée qui m'épouvantaitle plus. Je devais répondre là, sur le palier, aupied levé, avoir toujours une histoire prête, quelquechose à dire, et de si étonnant, de si renversant, que la[15] surprise coupât court à toutes les questions. Cela medonnait le temps d'entrer, de reprendre haleine; et pour enarriver là, rien ne me coûtait. J'inventais des sinistres, desrévolutions, des choses terribles, tout un côté de la villequi brûlait, le pont du chemin de fer s'écroulant dans la[20] rivière. Mais ce que je trouvai encore de plus fort, le voici:

Ce soir-là, j'arrivai très en retard. Ma mère, qui m'attendaitdepuis une grande heure, guettait, debout, en hautde l'escalier.

«D'où viens-tu?» me cria-t-elle.

[25] Dites-moi ce qu'il peut tenir de diableries dans une têted'enfant. Je n'avais rien trouvé, rien préparé. J'étaisvenu trop vite... Tout à coup il me passa une idée folle.Je savais la chère femme très-pieuse, catholique enragéecomme une Romaine, et je lui répondis dans tout[30] l'essoufflement d'une grande émotion:

«O maman... Si vous saviez!...

Contes Français

DAUDET 108

contes francais - [PDF Document] (109)

--Quoi donc?...Qu'est-ce qu'il y a encore?...

Page 127

--Le pape est mort.

--Le pape est mort!...» fit la pauvre mère, et elles'appuya toute pâle contre la muraille. Je passai vitedans ma chambre, un peu effrayé de mon succès et de[5]l'énormité du mensonge; pourtant, j'eus le courage de lesoutenir jusqu'au bout. Je me souviens d'une soirée funèbreet douce; le père très-grave, la mère atterrée. ..Oncausait bas autour de la table. Moi, je baissais les yeux;mais mon escapade s'était si bien perdue dans la désolation[10] générale que personne n'y pensait plus.

Chacun citait à l'envi quelque trait de vertu de ce pauvrePie IX; puis, peu à peu, la conversation s'égarait àtravers l'histoire des papes. Tante Rose parla de Pie VII,qu'elle se souvenait très-bien d'avoir vu passer dans le[15] Midi, au fond d'une chaise de poste, entre des gendarmes.On rappela la fameuse scène avec l'empereur: Comediante!...tragediante!... C'était bien la centième fois que jel'entendais raconter, cette terrible scène, toujours avecles mêmes intonations, les mêmes gestes, et ce stéréotypé[20] des traditions de famille qu'on se lègue et qui restent là,puériles et locales, comme des histoires de couvent.

C'est égal, jamais elle ne m'avait paru si intéressante.

Je l'écoutais avec des soupirs hypocrites, des questions,un air de faux intérêt, et tout le temps je me disais:

[25] «Demain matin, en apprenant que le pape n'est pasmort, ils seront si contents que personne n'aura le couragede me gronder.»

Tout en pensant à cela, mes yeux se fermaient malgrémoi, et j'avais des visions de petit* bateaux peints en[30] bleu, avec des coins de Saône alourdis par la chaleur, etde grandes pattes d'argyronètes courant dans tous les senset rayant l'eau vitreuse, comme des pointes de diamant.

Page 128

UN RÉVEILLON DANS LE MARAIS

Contes Français

DAUDET 109

contes francais - [PDF Document] (110)

CONTE DE NOËL

M. Majesté, fabricant d'eau de Seltz dans le Marais,vient de faire un petit réveillon chez des amis de la placeRoyale, et regagne son logis en fredonnant... Deuxheures sonnent à Saint-Paul. «Comme il est tard!» se[5] dit le brave homme, et il se dépêche; mais le pavé glisse,les rues sont noires, et puis dans ce diable de vieux quartier,qui date du temps où les voitures étaient rares, il y aun tas de tournants, d'encoignures, de bornes devant lesportes à l'usage des cavaliers. Tout cela empêche d'aller[10] vite, surtout quand on a déjà les jambes un peu lourdes,et les yeux embrouillés par les toasts du réveillon...Enfin M. Majesté arrive chez lui. Il s'arrête devant ungrand portail orné, où brille au clair de lune un écusson,doré de neuf, d'anciennes armoiries repeintes dont il a fait[15] marque de fabrique:

HÔTEL CI-DEVANT DE NESMONDMAJESTÉ JEUNEFABRICANT D'EAU DE SELTZ

Sur tous les siphons de la fabrique, sur les bordereaux,[20] les têtes de lettres, s'étalent ainsi et resplendissent lesvieilles armes des Nesmond.

Après le portail, c'est la cour, une large cour aérée etclaire, qui dans le jour en s'ouvrant fait de la lumière àtoute la rue. Au fond de la cour, une grande bâtisse très[25] ancienne, des murailles noires, brodées, ouvragées, desbalcons de fer arrondis, des balcons de pierre à pilastres,

Page 129

d'immenses fenêtres très-hautes, surmontées de frontons,de chapiteaux qui s'élèvent aux derniers étages commeautant de petit* toits dans le toit, et enfin sur le faite, aumilieu des ardoises, les lucarnes des mansardes, rondes,[5] coquettes, encadrées de guirlandes comme des miroirs.Avec cela un grand perron de pierre, rongé et verdi parla pluie, une vigne maigre qui s'accroche aux murs, aussinoire, aussi tordue que la corde qui se balance là-haut àla poulie du grenier, je ne sais quel grand air de vétusté et[10] de tristesse... C'est l'ancien hôtel de Nesmond.

En plein jour, l'aspect de l'hôtel n'est pas le même. Lesmots: Caisse, Magasin, Entrée des ateliers éclatent partouten or sur les vieilles murailles, les font vivre, lesrajeunissent. Les camions des chemins de fer ébranlent

Contes Français

DAUDET 110

contes francais - [PDF Document] (111)

[15] le portail; les commis s'avancent au perron la plume àl'oreille pour recevoir les marchandises. La cour estencombrée de caisses, de paniers, de paille, de toiled'emballage. On se sent bien dans une fabrique... Mais avecla nuit, le grand silence, cette lune d'hiver qui, dans le[20] fouillis des toits compliqués, jette et entremêle des ombres,l'antique maison des Nesmond reprend ses allures seigneuriales.Les balcons sont en dentelle; la cour d'honneurs'agrandit, et le vieil escalier, qu'éclairent des joursinégaux, vous a des recoins de cathédrale, avec des niches[25] vides et des marches perdues qui ressemblent à des autels.

Cette nuit-là surtout, M. Majesté trouve à sa maisonun aspect singulièrement grandiose. En traversant lacour déserte, le bruit de ses pas l'impressionne. L'escalierlui parait immense, surtout très lourd à monter. C'est le[30] réveillon sans doute... Arrivé au premier étage, ils'arrête pour respirer, et s'approche d'une fenêtre. Ceque c'est que d'habiter une maison historique! M. Majesté

Page 130

n'est pas poète, oh! non; et pourtant, en regardant cettebelle cour aristocratique, où la lune étend une nappe delumière bleue, ce vieux logis de grand seigneur qui a sibien l'air de dormir avec ses toits engourdis sous leur[5] capuchon de neige, il lui vient des idées de l'autre monde:

«Hein?... tout de même, si les Nesmond revenaient...»

A ce moment, un grand coup de sonnette retentit. Leportail s'ouvre à deux battants, si vite, si brusquement,que le réverbère s'éteint; et pendant quelques minutes il[10] se fait là-bas, dans l'ombre de la porte, un bruit confus defrôlements, de chuchotements. On se dispute, on sepresse pour entrer. Voici des valets, beaucoup de valets,des carrosses tout en glaces miroitant au clair de lune,des chaises à porteurs balancées entre deux torches qui[15] s'avivent au courant d'air du portail. En rien de temps,la cour est encombrée. Mais au pied du perron, la confusioncesse. Des gens descendent des voitures, se saluent,entrent en causant comme s'ils connaissaient lamaison. Il y a là, sur ce perron, un froissem*nt de soie,[20] cliquetis d'épées. Rien que des chevelures blanches,alourdies et mates de poudre; rien que des petites voixclaires, un peu tremblantes, des petit* rires sans timbre,des pas légers. Tous ces gens ont l'air d'être vieux, vieux.Ce sont des yeux effacés, des bijoux endormis, d'anciennes[25] soies brochées, adoucies de nuances changeantes, que la

Contes Français

DAUDET 111

contes francais - [PDF Document] (112)

lumière des torches fait briller d'un éclat doux; et surtout cela flotte un petit nuage de poudre, qui monte descheveux échafaudés, roulés en boucles, à chacune de cesjolies révérences, un peu guindées par les épées et les[30] grands paniers... Bientôt toute la maison a l'air d'êtrehantée. Les torches brillent de fenêtre en fenêtre, montentet descendent dans le tournoiement des escaliers, jusqu'aux

Page 131

lucarnes des mansardes qui ont leur étincelle de fête etde vie. Tout l'hôtel de Nesmond s'illumine, comme si ungrand coup de soleil couchant avait allumé ses vitres.«Ah! mon Dieu! ils vont mettre le feu!...» se dit M.[5] Majesté. Et, revenu de sa stupeur, il tâche de secouerl'engourdissem*nt de ses jambes et descend vite dans lacour, où les laquais viennent d'allumer un grand feu clair.M. Majesté s'approche; il leur parle. Les laquais ne luirépondent pas, et continuent de causer tout bas entre eux,[10] sans que la moindre vapeur s'échappe de leurs lèvres dansl'ombre glaciale de la nuit, M. Majesté n'est pas content,cependant une chose le rassure, c'est que ce grand feu quiflambe si haut et si droit est un feu singulier, une flammesans chaleur, qui brille et ne brûle pas. Tranquillisé de[15] ce côté, le bonhomme franchit le perron et entre dans sesmagasins.

Ces magasins du rez-de-chaussée devaient faire autrefoisde beaux salons de réception. Des parcelles d'or ternibrillent encore à tous les angles. Des peintures[20] mythologiques tournent au plafond, entourent les glaces, flottentau-dessus des portes dans des teintes vagues, un peuternes, comme le souvenir des années écoulées. Malheureusem*ntil n'y a plus de rideaux, plus de meubles.Rien que des paniers, de grandes caisses pleines de siphons[25] à têtes d'étain, et les branches desséchées d'un vieux lilasqui montent toutes noires derrière les vitres. M. Majesté,en entrant, trouve son magasin plein de lumière et demonde. Il salue, mais personne ne fait attention à lui.Les femmes aux bras de leurs cavaliers continuent à[30] minauder cérémonieusem*nt sous leurs pelisses de satin. Onse promène, on cause, on se disperse. Vraiment tous cesvieux marquis ont l'air d'être chez eux. Devant un

Page 132

trumeau peint, une petite ombre s'arrête, toute tremblante:«Dire que c'est moi, et que me voilà!» et elle regarde en

Contes Français

DAUDET 112

contes francais - [PDF Document] (113)

souriant une Diane qui se dresse dans la boiserie,--minceet rose, avec un croissant au front.

[5] «Nesmond, viens donc voir tes armes!» et tout le monderit en regardant le blason des Nesmond qui s'étale sur unetoile d'emballage, avec le nom de Majesté au-dessous.

«Ah! ah! ah!... Majesté!... Il y en a donc encore desMajestés en France?»

[10] Et ce sont des gaietés sans fin, de petit* rires à son deflûte, des doigts en l'air, des bouches qui minaudent...

Tout à coup quelqu'un crie:

«Du champagne! du champagne!

--Mais non...

[15]--Mais si!... si, c'est du champagne... Allons,comtesse, vite un petit réveillon.»

C'est de l'eau de Seltz de M. Majesté qu'ils ont prisepour du champagne. On le trouve bien un peu éventé;mais bah! on le boit tout de même; et comme ces pauvres[20] petites ombres n'ont pas la tête bien solide, peu à peucette mousse d'eau~de Seltz les anime, les excite, leur donneenvie de danser. Des menuets s'organisent. Quatre finsviolons que Nesmond a fait venir commencent un air deRameau, tout en triolets, menu et mélancolique dans sa[25] vivacité. Il faut voir toutes ces jolies vieilles tournerlentement, saluer en mesure d'un air grave. Leurs atoursen sont rajeunis, et aussi les gilets d'or, les habits brochés,les souliers à boucles de diamants. Les panneaux eux-mêmessemblent revivre en entendant ces anciens airs.[30] La vieille glace, enfermée dans le mur depuis deux centsans, les reconnaît aussi, et tout, éraflée, noircie aux angles,elle s'allume doucement et renvoie aux danseurs leur

Page 133

image, un peu effacée, comme attendrie d'un regret. Aumilieu de toutes ces élégances, M. Majesté se sent gêné.Il s'est blotti derrière une caisse et regarde...

Petit à petit cependant le jour arrive. Par les portes[5] vitrées du magasin, on voit la cour blanchir, puis le hautdes fenêtres, puis tout un côté du salon. A mesure quela lumière vient, les figures s'effacent, se confondent.

Contes Français

DAUDET 113

contes francais - [PDF Document] (114)

Bientôt M. Majesté ne voit plus que deux petit* violonsattardés dans un coin, et que le jour évapore en les[10] touchant. Dans la cour, il aperçoit encore, mais si vague, laforme d'une chaise à porteurs, une tête poudrée seméed'émeraudes, les dernières étincelles d'une torche que leslaquais ont jetée sur le pavé, et qui se mêlent avec le feudes roues d'une voiture de roulage entrant à grand bruitpar le portail ouvert...

Page 134

LA VISION DU JUGE DE COLMAR

Avant qu'il eût prêté serment à l'empereur Guillaume,il n'y avait pas d'homme plus heureux que le petit jugeDollinger, du tribunal de Colmar, lorsqu'il arrivait àl'audience avec sa toque sur l'oreille, son gros ventre, sa[5] lèvre en fleur et ses trois mentons bien posés sur un rubande mousseline.

--«Ah! le bon petit somme que je vais faire,» avait-ill'air de se dire en s'asseyant, et c'était plaisir de le voirallonger ses jambes grassouillettes, s'enfoncer sur son[10] grand fauteuil, sur ce rond de cuir frais et moelleux auquelil devait d'avoir encore l'humeur égale et le teint clair,après trente ans de magistrature assise.

Infortuné Dollinger!

C'est ce rond de cuir qui l'a perdu. Il se trouvait si[15] bien dessus, sa place était si bien faite sur ce coussinet demoleskine, qu'il a mieux aimé devenir Prussien que debouger de là. L'empereur Guillaume lui a dit: «Restezassis, monsieur Dollinger!» et Dollinger est resté assis;et aujourd'hui le voilà conseiller à la cour de Colmar,[20] rendant bravement la justice au nom de Sa Majestéberlinoise.

Autour de lui, rien n'est changé: c'est toujours le mêmetribunal fané et monotone, la même salle de catéchismeavec ses bancs luisants, ses murs nus, son bourdonnement[25] d'avocats, le même demi-jour tombant des hautes fenêtresà rideaux de serge, le même grand christ poudreux qui

Page 135

penche la tête, les bras étendus. En passant à la Prusse,la cour de Colmar n'a pas dérogé: il y a toujours un buste

Contes Français

DAUDET 114

contes francais - [PDF Document] (115)

d'empereur au fond du prétoire... Mais c'est égal!Dollinger se sent dépaysé. Il a beau se rouler dans son[5] fauteuil, s'y enfoncer rageusem*nt; il n'y trouve plus lesbons petit* sommes d'autrefois, et quand par hasard il luiarrive encore de s'endormir à l'audience, c'est pour fairedes rêves épouvantables...

Dollinger rêve qu'il est sur une haute montagne, quelque[10] chose comme le Honeck ou le ballon d'Alsace... Qu'est-cequ'il fait là, tout seul, en robe de juge, assis sur son grandfauteuil à ces hauteurs immenses où l'on ne voit plus rienque des arbres rabougris et des tourbillons de petitesmouches?... Dollinger ne le sait pas. Il attend, tout[15] frissonnant de la sueur froide et de l'angoisse du cauchemar.Un grand soleil rouge se lève de l'autre côté duRhin, derrière les sapins de la forêt Noire, et, à mesureque le soleil monte, en bas, dans les vallées de Thann, deMunster, d'un bout à l'autre de l'Alsace, c'est un roulement[20] confus, un bruit de pas, de voitures en marche, etcela grossit, et cela s'approche, et Dollinger a le coeurserré! Bientôt, par la longue route tournante qui grimpeaux flancs de la montagne, le juge de Colmar voit venir àlui un cortège lugubre et interminable, tout le peuple[25] d'Alsace qui s'est donné rendez-vous à cette passe desVosges pour émigrer solennellement.

En avant montent de longs chariots attelés de quatreboeufs, ces longs chariots à claire-voie que l'on rencontretout débordants de gerbes au temps des moissons, et qui[30] maintenant s'en vont chargés de meubles, de hardes,d'instruments de travail. Ce sont les grands lits, les hautesarmoires, les garnitures d'indienne, les huches, les rouets,

Page 136

les petites chaises des enfants, les fauteuils des ancêtres,vieilles reliques entassées, tirées de leurs coins, dispersantau vent de la route la sainte poussière des foyers. Desmaisons entières partent dans ces chariots. Aussi[5] n'avancent-ils qu'en gémissant, et les boeufs les tirent avecpeine, comme si le sol s'attachait aux roues, comme si cesparcelles de terre sèche restées aux herses, aux charrues,aux pioches, aux râteaux, rendant la charge encore pluslourde, faisaient de ce départ un déracinement. Derrière[10] se presse une foule silencieuse, de tout rang, de tout âge,depuis les grands vieux à tricorne qui s'appuient entremblant sur des bâtons, jusqu'aux petit* blondins frisés,vêtus d'une bretelle et d'un pantalon de futaine, depuisl'aïeule paralytique que de fiers garçons portent sur leurs

Contes Français

DAUDET 115

contes francais - [PDF Document] (116)

[15] épaules, jusqu'aux enfants de lait que les mères serrentcontre leurs poitrines; tous, les vaillants comme les infirmes,ceux qui seront les soldats de l'année prochaine et ceuxqui ont fait la terrible campagne, des cuirassiers amputésqui se traînent sur des béquilles, des artilleurs hâves,[20] exténués, ayant encore dans leurs uniformes en loque lamoisissure des casemates de Spandau; tout cela défilefièrement sur la route, au bord de laquelle le juge de Colmarest assis, et, en passant devant lui, chaque visage sedétourne avec une terrible expression de colère et de[25] dégoût...

Oh! le malheureux Dollinger! il voudrait se cacher, s'enfuir;mais impossible. Son fauteuil est incrusté dans lamontagne, son rond de cuir dans son fauteuil, et lui dansson rond de cuir. Alors il comprend qu'il est là comme au[30] pilori, et qu'on a mis le pilori aussi haut pour que sa hontese vît de plus loin... Et le défilé continue, village parvillage, ceux de la frontière suisse menant d'immenses

Page 137

troupeaux, ceux de la Saar poussant leurs durs outils defer dans des wagons à minerais. Puis les villes arrivent,tout le peuple des filatures, les tanneurs, les tisserands,les ourdisseurs, les bourgeois, les prêtres, les rabbins, les[5] magistrats, des robes noires, des robes rouges. ..Voilà letribunal de Colmar, son vieux président en tête. EtDollinger, mourant de honte, essaye de cacher sa figure,mais ses mains sont paralysées; de fermer les yeux,mais ses paupières restent immobiles et droites. Il faut[10] qu'il voie et qu'on le voie, et qu'il ne perde pas un desregards de mépris que ses collègues lui jettent enpassant...

Ce juge au pilori, c'est quelque chose de terrible! Maisce qui est plus terrible encore, c'est qu'il a tous les siens[15] dans cette foule, et que pas un n'a l'air de le reconnaître.Sa femme, ses enfants passent devant lui en baissantla tête. On dirait qu'ils ont honte, eux aussi! Jusqu'àson petit Michel qu'il aime tant, et qui s'en va pour toujourssans seulement le regarder. Seul, son vieux président[20] s'est arrêté une minute pour lui dire à voix basse:

«Venez avec nous, Dollinger. Ne restez pas là, monami...»

Mais Dollinger ne peut pas se lever. Il s'agite, il appelle,et le cortège défile pendant des heures; et lorsqu'il

Contes Français

DAUDET 116

contes francais - [PDF Document] (117)

[25] s'éloigne au jour tombant, toutes ces belles vallées pleinesde clochers et d'usines se font silencieuses. L'Alsaceentière est partie. Il n'y a plus que le juge de Colmarqui reste là-haut, cloué sur son pilori, assis etinamovible...

[30]...Soudain la scène change. Des ifs, des croix noires,des rangées de tombes, une foule en deuil. C'est le

Page 138

cimetière de Colmar, un jour de grand enterrement. Toutesles cloches de la ville sont en branle. Le conseiller Dollingervient de mourir. Ce que l'honneur n'avait pas pufaire, la mort s'en est chargée. Elle a dévissé de son rond[5] de cuir le magistrat inamovible, et couché tout de sonlong l'homme qui s'entêtait à rester assis...

Rêver qu'on est mort et se pleurer soi-même, il n'y apas de sensation plus horrible. Le coeur navré, Dollingerassiste à ses propres funérailles; et ce qui le désespère[10] encore plus que sa mort, c'est que dans cette foule immensequi se presse autour de lui, il n'a pas un ami, pasun parent. Personne de Colmar, rien que des Prussiens!Ce sont des soldats prussiens qui ont fourni l'escorte, desmagistrats prussiens qui mènent le deuil, et les discours[15] qu'on prononce sur sa tombe sont des discours prussiens,et la terre qu'on lui jette dessus et qu'il trouve si froideest de la terre prussienne, hélas!

Tout à coup la foule s'écarte, respectueuse; un magnifiquecuirassier blanc s'approche, cachant sous son manteau[20] quelque chose qui a l'air d'une grande couronned'immortelles. Tout autour on dit:

«Voilà Bismarck...voilà Bismarck...» Et le juge deColmar pense avec tristesse:

«C'est beaucoup d'honneur que vous me faites, monsieur[25] le comte, mais si j'avais là mon petit Michel...»

Un immense éclat de rire l'empêche d'achever, un rirefou, scandaleux, sauvage, inextinguible.

«Qu'est-ce qu'ils ont donc?» se demande le juge épouvanté.Il se dresse, il regarde... C'est son rond, son rond[30] de cuir que M. de Bismarck vient de déposer religieusem*ntsur sa tombe avec cette inscription en entouragedans la moleskine:

Contes Français

DAUDET 117

contes francais - [PDF Document] (118)

Page 139

AU JUGE DOLLINGERHONNEUR DE LA MAGISTRATURE ASSISESOUVENIRS ET REGRETS

D'un bout à l'autre du cimetière, tout le monde rit, tout[5] le monde se tord, et cette grosse gaieté prussienne résonnejusqu'au fond du caveau, où le mort pleure de honte,écrasé sous un ridicule éternel...

Page 140

ERCKMANN-CHATRIAN

LA MONTRE DU DOYEN

ILe jour d'avant la Noël 1832, mon ami Wilfrid, sacontre-basse en sautoir, et moi mon violon sous le bras,nous allions de la Forêt Noire à Heidelberg. Il faisait untemps de neige extraordinaire; aussi loin que s'étendaient[5] nos regards sur l'immense plaine déserte, nous ne découvrionsplus de trace de route, de chemin, ni de sentier.La bise sifflait son ariette stridente avec une persistancemonotone, et Wilfrid, la besace aplatie sur sa maigre échine,ses longues jambes de héron étendues, la visière de sa[10] petite casquette plate rabattue sur le nez, marchait devantmoi, fredonnant je ne sais quelle joyeuse chanson. J'emboîtaisle pas, ayant de la neige jusqu'aux genoux, et jesentais la mélancolie me gagner insensiblement.

Les hauteurs de Heidelberg commençaient à poindre[15] tout au bout de l'horizon, et nous espérions arriver avantla nuit close, lorsque nous entendîmes un cheval galoperderrière nous. Il était alors environ cinq heures du soir,et de gros flocons de neige tourbillonnaient dans l'airgrisâtre. Bientôt le cavalier fut à vingt pas. Il ralentit[20] sa marche, nous observant du coin de l'oeil; de notre part,nous l'observions aussi.

Figurez-vous un gros homme roux de barbe et decheveux, coiffé d'un superbe tricorne, la capote brune,recouverte d'une pelisse de renard flottante, les mains

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 118

contes francais - [PDF Document] (119)

Page 141

enfoncées dans des gants fourrés remontant jusqu'auxcoudes: quelque échevin ou bourgmestre à large panse,une belle valise établie sur la croupe de son vigoureuxroussin. Bref, un véritable personnage.

[5] «Hé! hé! mes garçons, fit-il en sortant une de ses grossesmains des moufles suspendues à sa rhingrave, nous allonsà Heidelberg, sans doute, pour faire de la musique?»

Wilfrid regarda le voyageur de travers et réponditbrusquement:

[10] «Cela vous intéresse, monsieur?

--Eh! oui... J'aurais un bon conseil à vous donner.

--Un conseil?

--Mon Dieu... Si vous le voulez bien.»

Wilfrid allongea le pas sans répondre, et, de mon côté,[15] je m'aperçus que le voyageur avait exactement la mined'un gros chat: les oreilles écartées de la tête, les paupièresdemi-closes, les moustaches ébouriffées, l'air tendre etpaterne.

«Mon cher ami, reprit-il en s'adressant à moi, franchement,[20] vous feriez bien de reprendre la route d'où vousvenez.

--Pourquoi, monsieur?

--L'illustre maëstro Pimenti, de Novare, vient d'annoncerun grand concert à Heidelberg pour Noël; toute[25] la ville y sera, vous ne gagnerez pas un kreutzer.»

Mais Wilfrid, se retournant de mauvaise humeur, luirépliqua:

«Nous nous moquons de votre maëstro et de tous lesPimenti du monde. Regardez ce jeune homme, regardez-le[30] bien! Ça n'a pas encore un brin de barbe au menton; çan'a jamais joué que dans les petit* bouchons de la ForêtNoire pour faire danser les bourengrédel et les

Page 142

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 119

contes francais - [PDF Document] (120)

charbonnières. Eh bien, ce petit bonhomme, avec ses longuesboucles blondes et ses grands yeux bleus, défie tous voscharlatans italiens; sa main gauche renferme des trésorsde mélodie, de grâce et de souplesse... Sa droite a le plus[5] magnifique coup d'archet que le Seigneur-Dieu daigneaccorder parfois aux pauvres mortels, dans ses momentsde bonne humeur.

--Eh! eh! fit l'autre, en vérité?

--C'est comme je vous le dis,» s'écria Wilfrid, se[10] remettant à courir, en soufflant dans ses doigts rouges.

Je crus qu'il voulait se moquer du voyageur, qui noussuivait toujours au petit trot.

Nous fîmes ainsi plus d'une demi-lieue en silence. Toutà coup l'inconnu, d'une voix brusque, nous dit:

[15] «Quoi qu'il en soit de votre mérite, retournez dans laForêt Noire; nous avons assez de vagabonds à Heidelberg,sans que vous veniez en grossir le nombre... Je vousdonne un bon conseil, surtout dans les circonstancesprésentes... Profitez-en!»

[20] Wilfrid indigné allait lui répondre, mais il avait pris legalop et traversait déjà la grande avenue de l'Électeur.Une immense file de corbeaux: venaient de s'élever dans laplaine, et semblaient suivre le gros homme, en remplissantle ciel de leurs clameurs.

[25] Nous arrivâmes à Heidelberg vers sept heures du soir,et nous vîmes, en effet, l'affiche magnifique de Pimenti surtoutes les murailles de la ville: «Grand concerto, solo, etc.»

Dans la soirée même, en parcourant les brasseries desthéologiens et des philosophes, nous rencontrâmes plusieurs[30] musiciens de la Forêt Noire, de vieux camarades, qui nousengagèrent dans leur troupe. Il y avait le vieux Brêmer,le violoncelliste; ses deux fils Ludwig et Karl, deux bons

Page 143

seconds violons; Heinrich Siebel, la clarinette; la grandeBerthe avec sa harpe; puis Wilfrid et sa contre-basse, etmoi comme premier violon.

Il fut arrêté que nous irions ensemble, et qu'après la[5] Noël, nous partagerions en frères. Wilfrid avait déjà

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 120

contes francais - [PDF Document] (121)

loué, pour nous deux, une chambre au sixième étage dela petite auberge du Pied-de-Mouton, à quatre kreutzersla nuit. A proprement parler, ce n'était qu'un grenier;mais heureusem*nt il y avait un fourneau de tôle, et nous[10] y fimes du feu pour nous sécher.

Comme nous étions assis tranquillement à rôtir desmarrons et à boire une cruche de vin, voilà que la petiteAnnette, la fille d'auberge, en petite jupe coquelicot etcornette de velours noir, les joues vermeilles, les lèvres roses[15] comme un bouquet de cerises... Annette monte l'escalierquatre à quatre, frappe à la porte, et vient se jeter dans,mes bras, toute réjouie.

Je connaissais cette jolie petite depuis longtemps, nousétions du même village, et puisqu'il faut tout vous dire, ses[20]yeux pétillants, son air espiègle m'avaient captivé le coeur.

«Je viens causer un instant avec toi, me dit-elle, ens'asseyant sur un escabeau. Je t'ai vu monter tout àl'heure, et me voilà!»

Elle se mit alors à babiller, me demandant des nouvelles[25] de celui-ci, de celui-là, enfin de tout le village: c'était àpeine si j'avais le temps de lui répondre. Parfois elles'arrêtait et me regardait avec une tendresse inexprimable.Nous serions restés là jusqu'au lendemain, si la mère GrédelDick ne s'était mise à crier dans l'escalier:

[30] «Annette! Annette! viendras-tu?

--Me voilà, madame, me voilà!» fit la pauvre enfant, selevant toute surprise. Elle me donna une petite tape sur

Page 144

la joue et s'élança vers la porte; mais au moment de sortirelle s'arrêta:

«Ah! s'écria-t-elle en revenant, j'oubliais de vous dire;avez-vous appris?

[5]--Quoi donc?

--La mort de notre pro-recteur Zâhn!

--Et que nous importe cela?

--Oui, mais prenez garde, prenez garde, si vos papiers

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 121

contes francais - [PDF Document] (122)

ne sont pas en règle. Demain à huit heures, on viendra[10] vous les demander. On arrête tant de monde, tant demonde depuis quinze jours! Le pro-recteur a été assassinédans la bibliothèque du cloître Saint-Christophe hiersoir. La semaine dernière on a pareillement assassiné levieux sacrificateur Ulmet Élias, de la rue des Juifs![15] Quelques jours avant, on a tué la vieille Christina Hâas et lemarchand d'agates Séligmann! Ainsi, mon pauvre Kasper,fit-elle tendrement, veille bien sur toi, et que tous vospapiers soient en ordre.»

Tandis qu'elle parlait, on criait toujours d'en bas:[20] «Annette! Annette! viendras-tu? Oh! la malheureuse,qui me laisse toute seule!»

Et les cris des buveurs s'entendaient aussi, demandantdu vin, de la bière, du jambon, des saucisses. Il fallutbien partir. Annette descendit en courant comme elle[25]était venue, et répondant de sa voix douce:

«Mon Dieu!... mon Dieu!... qu'y a-t-il donc, madame,pour crier de la sorte?... Ne croirait-on pas que le feu estdans la maison!...»

Wilfrid alla refermer la porte, et, ayant repris sa place,[30] nous nous regardâmes, non sans quelque inquiétude.

«Voilà de singulières nouvelles, dit-il... Au moins tespapiers sont-ils en règle?

Page 145

--Sans doute.»

Et je lui fis voir mon livret.

«Bon, le mien est là... Je l'ai fait viser avant de partir...Mais c'est égal, tous ces meurtres ne nous annoncent[5] rien de bon... Je crains que nous ne fassions pas nosaffaires ici... Bien des familles sont dans le deuil... etd'ailleurs les ennuis, les inquiétudes...

--Bah! tu vois tout en noir,» lui dis-je.

Nous continuâmes à causer de ces événements étranges[10] jusque passé minuit. Le feu de notre petit poêle éclairaittoute la chambre. De temps en temps une souris attiréepar la chaleur glissait comme une flèche le long du mur.On entendait le vent s'engouffrer dans les hautes cheminées

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 122

contes francais - [PDF Document] (123)

et balayer la poussière de neige des gouttières. Je songeais[15] à Annette. Le silence s'était rétabli.

Tout à coup Wilfrid, ôtant sa veste, s'écria:

«Il est temps de dormir... Mets encore une bûche aufourneau et couchons-nous.

--Oui, c'est ce que nous avons de mieux à faire.»

[20] Ce disant, je tirai mes bottes, et deux minutes aprèsnous étions étendus sur la paillasse, la couverture tiréejusqu'au menton, un gros rondin sous la tête pour oreiller.Wilfrid ne tarda point à s'endormir. La lumière du petitpoêle allait et venait... Le vent redoublait au dehors...[25] et, tout en rêvant, je m'endormis à mon tour comme unbienheureux.

Vers deux heures du matin je fus éveillé par un bruitinexplicable; je crus d'abord que c'était un chat courantsur les gouttières; mais ayant mis l'oreille contre les[30] bardeaux, mon incertitude ne fut pas longue: quelqu'unmarchait sur le toit.

Je poussai Wilfrid du coude pour l'éveiller.

Page 146

«Chut!» fit-il en me serrant la main.

Il avait entendu comme moi. La flamme jetait alorsses dernières lueurs, qui se débattaient contre la murailledécrépite. J'allais me lever, quand, d'un seul coup, la[5] petite fenêtre, fermée par un fragment de brique, futpoussée et s'ouvrit: une tête pâle, les cheveux roux, lesyeux phosphorescents, les joues frémissantes, parut...,regardant à l'intérieur. Notre saisissem*nt fut tel quenous n'eûmes pas la force de jeter un cri. L'homme passa[10] une jambe, puis l'autre, par la lucarne et descendit dansnotre grenier avec tant de prudence, que pas un atome nebruit sous ses pas.

Cet homme, large et rond des épaules, court, trapu, laface crispée comme celle d'un tigre à l'affût, n'était autre[15] que le personnage bonasse qui nous avait donné des conseilssur la route de Heidelberg. Que sa physionomie nousparut changée alors! Malgré le froid excessif, il était enmanches de chemise; il ne portait qu'une simple culotteserrée autour des reins, des bas de laine et des souliers à

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 123

contes francais - [PDF Document] (124)

[20] boucles d'argent. Un long couteau taché de sang brillaitdans sa main.

Wilfrid et moi nous nous crûmes perdus... Mais luine parut pas nous voir dans l'ombre oblique de la mansarde,quoique la flamme se fût ranimée au courant d'air glacial[25] de la lucarne. Il s'accroupit sur un escabeau et se prit àgrelotter d'une façon bizarre... subitement ses yeux, d'unvert jaunâtre, s'arrêtèrent sur moi..., ses narines sedilatèrent..., il me regarda plus d'une longue minute...Je n'avais plus une goutte de sang dans les veines! Puis,[30] se tournant vers le poêle, il toussa d'une voix rauque,pareille à celle d'un chat, sans qu'un seul muscle de sa facetressaillit. Il tira du gousset de sa culotte une grosse

Page 147

montre, fit le geste d'un homme qui regarde l'heure, et,soit distraction ou tout autre motif, il la déposa sur latable. Enfin, se levant comme incertain, il considéra lalucarne, parut hésiter et sortit, laissant la porte ouverte[5] tout au large.

Je me levai aussitôt pour pousser le verrou, mais déjàles pas de l'homme criaient dans l'escalier à deux étagesen dessous. Une curiosité invincible l'emporta sur materreur, et, comme je l'entendais ouvrir une fenêtre donnant[10] sur la cour, moi-même je m'inclinai vers la lucarnede l'escalier en tourelle du même côté. La cour de cettehauteur était profonde comme un puits; un mur, haut decinquante à soixante pieds, la partageait en deux. Sacrête partait de la fenêtre que l'assassin venait d'ouvrir, et[15] s'étendait en ligne droite, sur le toit d'une vaste et sombredemeure en face. Comme la lune brillait entre de grandsnuages chargés de neige, je vis tout cela d'un coup d'oeil,et je frémis en apercevant l'homme fuir sur la haute muraille,la tête penchée en avant et son long couteau à la[20] main, tandis que le vent soufflait avec des sifflementslugubres.

Il gagna le toit en face et disparut dans une lucarne.Je croyais rêver. Pendant quelques instants je restailà, bouche béante, la poitrine nue, les cheveux flottants,[25] sous le grésil qui tombait du toit. Enfin, revenant de mastupeur, je rentrai dans notre réduit et trouvai Wilfrid,qui me regarda tout hagard et murmurant uneprière à voix basse. Je m'empressai de remettre dubois au fourneau, de passer mes habits et de fermer le[30] verrou.

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 124

contes francais - [PDF Document] (125)

«Eh bien? demanda mon camarade en se levant.

--Eh bien! lui répondis-je, nous en sommes réchappés

Page 148

...Si cet homme ne nous a pas vus, c'est que Dieu ne veutpas encore notre mort.

--Oui, fit-il... oui! c'est l'un des assassins dont nousparlait Annette... Grand Dieu!... quelle figure... et[5] quel couteau!»

Il retomba sur la paillasse... Moi, je vidai d'un trait cequi restait de vin dans la cruche, et comme le feu s'étaitranimé, que la chaleur se répandait de nouveau dans lachambre, et que le verrou me paraissait solide, je repris[10] courage.

Pourtant, la montre était là... l'homme pouvait revenirla chercher!... Cette idée nous glaça d'épouvante.

«Qu'allons-nous faire, maintenant? dit Wilfrid. Notreplus court serait de reprendre tout de suite le chemin de la[15] Forêt Noire!

--Pourquoi?

--Je n'ai plus envie de jouer de la contre-basse...Arrangez-vous comme vous voudrez.

--Mais pourquoi donc? Qu'est-ce qui nous force à[20] partir? Avons-nous commis un crime?

--Parle bas... parle bas... fit-il... Rien que ce motcrime, si quelqu'un l'entendait, pourrait nous faire prendre...De pauvres diables comme nous servent d'exemplesaux autres... On ne regarde pas longtemps s'ils commettent[25] des crimes... Il suffit qu'on trouve cette montreici...

--Écoute, Wilfrid, lui dis-je, il ne s'agit pas de perdrela tête. Je veux bien croire qu'un crime a été commis cesoir dans notre quartier... Oui, je le crois... c'est même[30] très-probable... mais, en pareille circonstance, que doitfaire un honnête homme? Au lieu de fuir, il doit aider lajustice, il doit...

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 125

contes francais - [PDF Document] (126)

Page 149

--Et comment, comment l'aider?

--Le plus simple sera de prendre la montre et d'aller laremettre demain au grand bailli, en lui racontant ce quis'est passé.

[5]--Jamais... jamais... je n'oserai toucher cettemontre!

--Eh bien! moi, j'irai. Couchons-nous et tâchons dedormir encore s'il est possible.

--Je n'ai plus envie de dormir.

[10]--Alors, causons... allume ta pipe... attendons lejour... Il Y a peut-être encore du monde à l'auberge...si tu veux, nous descendrons.

--J'aime mieux rester ici.

--Soit!»

[15] Et nous reprîmes notre place au coin du feu.Le lendemain, dès que le jour parut, j'allai prendre lamontre sur la table. C'était une montre très-belle, àdouble cadran marquait les heures, l'autre les minutes.Wilfrid parut plus rassuré.

[20] «Kasper, me dit-il, toute réflexion faite, il convientmieux que j'aille voir le bailli. Tu es trop jeune pourentrer dans de telles affaires... Tu t'expliquerais mal!

--C'est comme tu voudras.

--Oui, il paraîtrait bien étrange qu'un homme de mon[25] âge envoyât un enfant.

--Bien... bien... je comprends, Wilfrid»

Il prit la montre, et je remarquai que son amour-propreseul le poussait à cette résolution: il aurait rougi, sansdoute, devant ses camarades, d'avoir montré moins de[30] courage que moi.

Nous descendîmes du grenier tout méditatifs. Entraversant l'allée qui donne sur la rue Saint-Christophe,

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 126

contes francais - [PDF Document] (127)

Page 150

nous entendîmes le cliquetis des verres et des fourchettes...Je distinguai la voix du vieux Brêmer et de ses deuxfils, Ludwig et Karl.

«Ma foi, dis-je à Wilfrid, avant de sortir, nous ne ferions[5] pas mal de boire un bon coup.»

En même temps je poussai la porte de la salle. Toutenotre société était là, les violons, les cors de chassesuspendus à la muraille; la harpe dans un coin. Nous fûmesaccueillis par des cris joyeux. On s'empressa de nous[10] faire place à table.

«Hé! disait le vieux Brêmer, bonne journée, camaradesDu vent... de la neige... Toutes les brasseriesseront pleines de monde; chaque flocon qui tourbillonnedans l'air est un florin qui nous tombera dans la poche!»

[15] J'aperçus ma petite Annette, fraîche, dégourdie, mesouriant des yeux et des lèvres avec amour. Cette vueme ranima... Les meilleures tranches de jambon étaientpour moi, et chaque fois qu'elle venait déposer une crucheà ma droite, sa douce main s'appuyait avec expression sur[20] mon épaule.

Oh! que mon coeur sautillait, en songeant aux marronsque nous avions croqués la veille ensemble! Pourtant,la figure pâle du meurtrier passait de temps en tempsdevant mes yeux et me faisait tressaillir... Je regardais[25] Wilfrid, il était tout méditatif. Enfin, au coup de huitheures, notre troupe allait partir, lorsque la porte s'ouvrit,et que trois escogriffes, la face plombée, les yeux brillantscomme des rats, le chapeau déformé, suivis de plusieursautres de la même espèce, se présentèrent sur le seuil.[30] L'un d'eux, au nez long, un énorme gourdin suspendu aupoignet, s'avança en s'écriant:

«Vos papiers, messieurs?»

Page 151

Chacun s'empressa de satisfaire à sa demande. Malheureusem*ntWilfrid, gui se trouvait debout auprès duPoêle, fut pris d'un tremblement subit, et comme l'agentde police, à l'oeil exercé, suspendait sa lecture pour[5] l'observer d'un regard équivoque, il eut la funeste idée de

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 127

contes francais - [PDF Document] (128)

faire glisser la montre dans sa botte, mais, avantqu'elle eût atteint sa destination, l'agent de police frappaitsur la cuisse de mon camarade et s'écriait d'un tongoguenard:

[10] «Hé, hé! il parait que ceci nous gêne?»

Alors Wilfrid tomba en faiblesse, à la grande stupéfactionde tout le monde, il s'affaissa sur un banc, pâle commela mort, et Madoc, le chef de la police, sans gêne, ouvritson pantalon et en retira la montre avec un méchant éclat[15] de rire... Mais à peine l'eut-il regardée, qu'il devintgrave, et se tournant vers ses agents:

«Que personne ne sorte! s'écria-t-il d'une voix terrible.Nous tenons la bande... Voici la montre du doyen DanielVan den Berg... Attention... Les menottes!»

[20] Ce cri nous traversa jusqu'à la moelle des os. Il se fitun tumulte épouvantable... Moi, nous sentant perdus,je me glissai sous le banc, près du mur, et comme on enchaînaitle pauvre vieux Brêmer, ses fils Heinrich et Wilfrid,qui sanglotaient et protestaient... je sentis une[25] petite main me passer sur le cou.. la douce main d'Annette,où j'imprimai mes lèvres pour dernier adieu...Mais elle me prit par l'oreille, m'attira doucement...doucement... Je vis la porte du cellier ouverte sous unbout de la table... Je m'y laissai glisser... La porte se[30] referma!

Ce fut l'affaire d'une seconde, au milieu de la bagarre.

A peine au fond de mon trou, on trépignait déjà sur la

Page 152

porte... puis tout devint silencieux: mes pauvres camaradesétaient partis!--La mère Grédel Dick jetait soncri de paon sur le seuil de son allée, disant que l'aubergedu Pied-de-Mouton était déshonorée.

[5] Je vous laisse à penser les réflexions que je dus fairedurant tout un jour, blotti derrière une futaille, les reinscourbés, les jambes repliées sous moi, songeant que si unchien descendait à la cave... que s'il prenait fantaisie àla cabaretière de venir elle-même remplir la cruche. ..[10] que si la tonne se vidait dans le jour et qu'il fallût enmettre une autre en perce... que le moindre hasard enfinpouvait me perdre.

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 128

contes francais - [PDF Document] (129)

Toutes ces idées et mille autres me passaient par latête. Je représentais mes camarades déjà pendus au gibet.[15] Annette, non moins troublée que moi, par excès de prudencerefermait la porte chaque fois qu'elle remontait ducellier.--J'entendis la vieille lui crier:

«Mais laisse donc cette porte. Es-tu folle de perdre lamoitié de ton temps à l'ouvrir?»

[20] Alors, la porte resta entre-bâillée, et du fond de l'ombreje vis les tables se garnir de nouveaux buveurs... J'entendaisdes cris, des discussions, des histoires sans fin sur lafameuse bande.

«Oh! les scélérats, disait l'un, grâce au ciel on les tient![25] Quel fléau pour Heidelberg!... On n'osait plus se hasarderdans les rues après dix heures... Le commerce en souffrait...Enfin, c'est fini, dans quinze jours, tout serarentré dans l'ordre.

--Voyez-vous ces musiciens de la Forêt Noire, criait[30] un autre... c'est un tas de bandits! ils s'introduisent dansles maisons sous prétexte de faire de la musique... Ilsobservent les serrures, les coffres, les armoires, les issues,

Page 153

et puis, un beau matin, on apprend que maître un tel aeu la gorge coupée dans son lit... que sa femme a étémassacrée... ses enfants égorgés... la maison pillée defond en comble... qu'on a mis le feu à la grange... ou[5]autre chose dans ce genre... Quels misérables! Ondevrait les exterminer tous sans miséricorde... au moinsle pays serait tranquille.

--Toute la ville ira les voir pendre, disait la mèreGrédel... Ce sera le plus beau jour de ma vie!

[10]--Savez-vous que sans la montre du doyen Daniel, onn'aurait jamais trouvé leur trace? Hier soir la montredisparaît... Ce matin, maître Daniel en donne le signalementà la police... une heure après, Madoc mettait lamain sur toute la couvée... hé! hé! hé!»

[15]Et toute la salle de rire aux éclats. La honte,l'indignation, la peur, me faisaient frémir tour à tour.Cependant la nuit vint. Quelques buveurs seulsrestaient encore à table. On avait veillé la nuit précédente;

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 129

contes francais - [PDF Document] (130)

j'entendais la grosse propriétaire qui bâillait et[20]murmurait:

«Ah! mon Dieu, quand pourrons-nous aller nouscoucher?»

Une seule chandelle restait allumée dans la salle.

«Allez dormir, madame, dit la douce voix d'Annette, je[25]veillerai bien toute seule jusqu'à ce que ces messieurs s'enaillent.»

Quelques ivrognes comprirent cette invitation et seretirèrent; il n'en restait plus qu'un, assoupi en face de sacruche. Le wachtmann, étant venu faire sa ronde,[30]l'éveilla, et je l'entendis sortir à son tour, grognant ettrébuchant jusqu'à la porte.

«Enfin, me dis-je, le voilà parti; ce n'est pas malheureux.

Page 154

La mère Grédel va dormir, et la petite Annette ne tarderapoint à me délivrer.»

Dans cette agréable pensée je détirais déjà mes membresengourdis, quand ces paroles de la grosse cabaretière[5] frappèrent mes oreilles:

«Annette, va fermer, et n'oublie pas de mettre la barre.Moi, je descends à la cave.»

Il parait qu'elle avait cette louable habitude pours'assurer que tout était en ordre.

[10] «Mais, madame, balbutia la petite, le tonneau n'est pasvide; vous n'avez pas besoin...

--Mêle-toi de tes affaires,» interrompit la grosse femme,dont la chandelle brillait déjà sur l'escalier.

Je n'eus que le temps de me replier de nouveau derrière[15] la futaille. La vieille, courbée sous la voûte basse ducellier, allait d'une tonne à l'autre, et je l'entendaismurmurer:

«Oh! la coquine, comme elle laisse couler le vin! At~tends, attends, je vais t'apprendre à mieux fermer les[20] robinets. A-t-on jamais vu! A-t-on jamais vu!»

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 130

contes francais - [PDF Document] (131)

La lumière projetait les ombres contre le mur humide.Je me dissimulais de plus en plus.

Tout à coup, au moment où je croyais la visite terminée,j'entendis la grosse mère exhaler un soupir, mais un soupir[25] si long, si lugubre, que l'idée me vint aussitôt qu'il sepassait quelque chose d'extraordinaire. Je hasardai unoeil... le moins possible; et qu'est-ce que je vis? DameGrédel Dick, la bouche béante, les yeux hors de la tête,contemplant le dessous de la tonne, derrière laquelle je[30] me tenais immobile. Elie venait d'apercevoir un de mespieds sous la solive servant de cale, et s'imaginait sansdoute avoir découvert le chef des brigands, caché là pour

Page 155

l'égorger pendant la nuit. Ma résolution fut prompte:je me redressai en murmurant:

«Madame, au nom du ciel! ayez pitié de moi. Jesuis...»

[5] Mais alors, elle, sans me regarder, sans m'écouter, seprit à jeter des cris de paon, des cris à vous déchirer lesoreilles, tout en grimpant l'escalier aussi vite que le luipermettait son énorme corpulence. De mon côté, saisid'une terreur inexprimable, je m'accrochai à sa robe, pour[10] la prier à genoux. Mais ce fut pis encore:

«Au secours! à l'assassin! Oh! ah! mon Dieu! Lâchez-moi.Prenez mon argent. Oh! oh!»

C'était effrayant. J'avais beau lui dire:

«Madame, regardez-moi. Je ne suis pas ce que vous[15] pensez...»

Bah! elle était folle d'épouvante, elle radotait, ellebégayait, elle piaillait d'un accent si aigu que si nousn'eussions été sous terre, tout le quartier en eût été éveillé.Dans cette extrémité, ne consultant que ma rage, je lui[20] grimpai sur le dos, et j'atteignis avant elle la porte, queje lui refermai sur le nez comme la foudre, ayant soind'assujettir le verrou. Pendant la lutte, la lumière s'étaitéteinte, dame Grédel restait dans les ténèbres, et sa voixne s'entendait plus que faiblement, comme dans le[25] lointain.

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 131

contes francais - [PDF Document] (132)

Moi, épuisé, anéanti, je regardais Annette dont letrouble égalait le mien. Nous n'avions plus la force denous dire un mot; et nous écoutions ces cris expirants, quifinirent par s'éteindre: la pauvre femme s'était évanouie.

[30] «Oh! Kasper, me dit Annette en joignant les mains,que faire, mon Dieu, que faire? Sauve-toi... Sauve-toi...On a peut-être entendu... Tu l'as donc tuée?

Page 156

--Tuée... moi?

--Eh bien!... échappe-toi... Je vais t'ouvrir.»

En effet, elle leva la barre, et je me pris à courir dans larue, sans même la remercier. ..Ingrat! Mais j'avais si[5] peur... le danger était si pressant... le ciel si noir! Ilfaisait un temps abominable: pas une étoile au ciel...pas un réverbère allumé... Et le vent... et la neige!Ce n'est qu'après avoir couru au moins une demi-heure,que je m'arrêtai pour reprendre haleine... Et qu'on[10] s'imagine mon épouvante quand, levant les yeux, je mevis juste en face du Pied-de-Mouton. Dans ma terreur,j'avais fait le tour du quartier, peut-être trois ou quatrefois de suite... Mes jambes étaient lourdes, boueuses...mes genoux vacillaient.

[15] L'auberge, tout à l'heure déserte, bourdonnait commeune ruche; des lumières couraient d'une fenêtre à l'autre...Elle était sans doute pleine d'agents de police. Alors,malheureux, épuisé par le froid et la faim, désespéré, nesachant où trouver un asile, je pris la plus singulière de[20] toutes les résolutions:

«Ma foi, me dis-je, mourir pour mourir... autantêtre pendu que de laisser ses os en plein champ sur laroute de la Forêt Noire!»

Et j'entrai dans l'auberge, pour me livrer moi-même à[25] la justice. Outre les individus râpés, aux chapeauxdéformés, aux triques énormes, que j'avais déjà vus le matin,et qui allaient, venaient, furetaient et s'introduisaientpartout, il y avait alors devant une table le grandbailli Zimmer, vêtu de noir, l'air grave, l'oeil pénétrant, et[30] le secrétaire Rôth, avec sa perruque rousse, sa grimaceimposante et ses larges oreilles plates comme des écaillesd'huîtres. C'est à peine si l'on fit attention à moi,

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 132

contes francais - [PDF Document] (133)

Page 157

circonstance qui modifia tout de suite ma résolution. Jem'assis dans l'un des coins de la salle, derrière le grandfourneau de fonte, en compagnie de deux ou trois voisins,accourus pour voir ce qui se passait, et je demandai[5] tranquillement une chopine de vin et un plat dechoucroute.

Annette faillit me trahir:

«Ah! mon Dieu, fit-elle, est-ce possible?»

Mais une exclamation de plus ou de moins dans une[10] telle cohue ne signifiait absolument rien... Personne n'yprit garde; et, tout en mangeant du meilleur appétit,j'écoutai l'interrogatoire que subissait dame Grédel,accroupie dans un large fauteuil, les cheveux épars et lesyeux encore écarquillés par la peur.

[15] «Quel âge paraissait avoir cet homme? lui demanda lebailli.

--De quarante à cinquante ans, monsieur... C'étaitun homme énorme, avec des favoris noirs... ou bruns...je ne sais pas au juste... le nez long... les yeux[20] verts.

--N'avait-il pas quelques signes particuliers... destaches au visage... des cicatrices?

--Non... je ne me rappelle pas... Il n'avait qu'ungros marteau... et des pistolets...

[25]-Fort bien. Et que vous a-t-il dit?

--Il m'a prise à la gorge... Heureusem*nt j'ai crié sihaut que la peur l'a saisi... et puis, je me suis défendueavec les ongles... Ah! quand on veut vous massacrer...on se défend, monsieur!...

[30]--Rien de plus naturel, de plus légitime, madame...Écrivez, monsieur Rôth... Le sang-froid de cette bonnedame a été vraiment admirable!»

Page 158

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 133

contes francais - [PDF Document] (134)

Ainsi du reste de la déposition.

On entendit ensuite Annette, qui déclara simplementavoir été si troublée qu'elle ne se souvenait de rien.

«Cela suffit, dit le bailli; s'il nous faut d'autres[5] renseignements, nous reviendrons demain.»

Tout le monde sortit, et je demandai à la dame Grédelune chambre pour la nuit. Elle, n'eut pas le moindresouvenir de m'avoir vu... tant la peur lui avait troubléla cervelle.

[10] «Annette, dit-elle, conduis monsieur à la petite chambreverte du troisième. Moi, je ne tiens plus sur mes jambes...Ah mon Dieu... mon Dieu... à quoi n'est-on pasexposé dans ce monde!»

Elle se prit à sangloter, ce qui la soulagea.

[15] Annette, ayant allumé une chandelle, me conduisitdans la chambre désignée, et quand nous fûmes seuls:

«Oh! Kasper... Kasper... s'écria-t-elle naïvement...qui aurait jamais cru que tu étais de la bande? Je ne meconsolerai jamais d'avoir aimé un brigand!

[20]--Comment, Annette... toi aussi! lui répondis-je enm'asseyant désolé... Ah! tu m'achèves!»

J'étais prêt à fondre en larmes... Mais elle, revenantaussitôt de son injustice et m'entourant de ses bras:

«Non! non! fit-elle... Tu n'es pas de la bande... Tu[25] es trop gentil pour cela, mon bon Kasper... Maisc'est égal... tu as un fier courage tout de même d'êtrerevenu!»

Je lui dis que j'allais mourir de froid dehors, et que celaseul m'avait décidé. Nous restâmes quelques instants[30] tout pensifs, puis elle sortit pour ne pas éveiller lessoupçons de dame Grédel. Quand je fus seul, après m'êtreassuré que les fenêtres ne donnaient sur aucun mur et

Page 159

que le verrou fermait bien, je remerciai le Seigneur dem'avoir sauvé dans ces circonstances périlleuses. Puism'étant couché, je m'endormis profondément.

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 134

contes francais - [PDF Document] (135)

II

Le lendemain, je m'éveillai vers huit heures. Le temps[5] était humide et terne. En écartant le rideau de mon lit,je remarquai que la neige s'était amoncelée au bord desfenêtres: les vitres en étaient toutes blanches. Je me prisà rêver tristement au sort de mes camarades; ils avaientdû bien souffrir du froid... la grande Berthe et le vieux[10] Brêmer surtout! Cette idée me serra le coeur.Comme je rêvais ainsi, un tumulte étrange s'éleva dehors.Il se rapprochait de l'auberge, et ce n'est pas sans inquiétudeque je m'élançai vers une fenêtre, pour juger de cenouveau péril.

[15] On venait confronter la fameuse bande avec dame GrédelDick, qui ne pouvait sortir après les terribles émotionsde la veille. Mes pauvres compagnons descendaient larue bourbeuse entre deux files d'agents de police, etsuivis d'une avalanche de gamins, hurlant et sifflant[20] comme de vrais sauvages. Il me semble encore voir cettescène affreuse: le pauvre Brêmer, enchaîné avec son filsLudwig, puis Karl et Wilfrid, et enfin la grande Berthe,qui marchait seule derrière et criait d'une voixlamentable:

[25] «Au nom du ciel, messieurs, au nom du ciel... ayezpitié d'une pauvre harpiste innocente!... Moi... tuer!...moi... voler. Oh! Dieu! est-ce possible.»

Elle se tordait les mains. Les autres étaient mornes, latête penchée, les cheveux pendant sur la face.

Page 160

Tout ce monde s'engouffra dans l'allée sombre de l'auberge.Les gardes en expulsèrent les étrangers... On refermala porte, et la foule avide resta dehors, les piedsdans la boue, le nez aplati contre les fenêtres.

[5] Le plus profond silence s'établit alors dans la maison.M'étant habillé, j'entr'ouvris la porte de ma chambrepour écouter, et voir s'il ne serait pas possible de reprendrela clef des champs.

J'entendis quelques éclats de voix, des allées et des[10]venues aux étages inférieurs, ce qui me convainquit queles issues étaient bien gardées. Ma porte donnait sur le

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 135

contes francais - [PDF Document] (136)

palier, juste en face de la fenêtre que l'homme avaitouverte pour fuir. Je n'y fis d'abord pas attention...Mais comme je restais là, tout à coup je m'aperçus que la[15]fenêtre était ouverte, qu'il n'y avait point de neige surson bord, et, m'étant approché, je vis de nouvelles tracessur le mur. Cette découverte me donna le frisson.

L'homme était revenu!... Il revenait peut-être toutes lesnuits: le chat, la fouine, le furet... tous les carnassiers[20]ont ainsi leur passage habituel. Quelle révélation! Touts'éclairait dans mon esprit d'une lumière mystérieuse.

«Oh! si c'était vrai, me dis-je, si le hasard venait de melivrer le sort de l'assassin... mes pauvres camarades seraientsauvés!»

[25]Et je suivis des yeux cette trace, qui se prolongeait avecune netteté surprenante, jusque sur le toit voisin.

En ce moment, quelques paroles de l'interrogatoirefrappèrent mes oreilles... On venait d'ouvrir la portede la salle pour renouveler l'air... J'entendis:

[30]«Reconnaissez-vous avoir, le 20 de ce mois, participé àl'assassinat du sacrificateur Ulmet Élias?»

Puis quelques paroles inintelligibles.

Page 161

«Refermez la porte, Madoc, dit la voix du bailli...refermez la porte... Madame est souffrante...»

Je n'entendis plus rien.

La tête appuyée sur la rampe, une grande résolution[5] se débattait alors en moi.

«Je puis sauver mes camarades, me disais-je; Dieu vientde m'indiquer le moyen de les rendre à leurs familles...Si la peur me fait reculer devant un tel devoir, c'est moiqui les aurai assassinés... Mon repos, mon honneur,[10] seront perdus à jamais... Je me jugerai le plus lâche...le plus vil des misérables!»

Longtemps j'hésitai; mais tout à coup ma résolutionfut prise... Je descendis et je pénétrai dans la cuisine.

«N'avez-vous jamais vu cette montre, disait le bailli à

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 136

contes francais - [PDF Document] (137)

[15] dame Grédel; recueillez bien vos souvenirs, madame.»Sans attendre la réponse, je m'avançai dans la salle, et,d'une voix ferme, je répondis:

«Cette montre, monsieur le bailli... je l'ai vue entreles mains de l'assassin lui-même... Je la reconnais...[20] Et quant à l'assassin, je puis vous le livrer ce soir, si vousdaignez m'entendre.»

Un silence profond s'établit autour de moi; tous lesassistants se regardaient l'un l'autre avec stupeur; mespauvres camarades parurent se ranimer.

[25] «Qui êtes-vous, monsieur? me demanda le bailli revenude son émotion.

--Je suis le compagnon de ces infortunés, et je n'en aipas honte, car tous, monsieur le bailli, tous, quoiquepauvres, sont d'honnêtes gens... Pas un d'entre eux[30] n'est capable de commettre les crimes qu'on leurimpute.»

Il y eut un nouveau silence. La grande Berthe se prit

Page 162

sangloter tout bas; le bailli parut se recueillir. Enfin,me regardant d'un oeil fixe:

«Où donc prétendez-vous nous livrer l'assassin?

--Ici même, monsieur le bailli... dans cette maison[5] ...Et, pour vous convaincre, je ne demande qu'un instantd'audience particulière.

--Voyons,» dit-il en se levant.

Il fit signe au chef de la police secrète, Madoc, de noussuivre, aux autres de rester. Nous sortîmes.

[10] Je montai rapidement l'escalier. Ils étaient sur mespas. Au troisième, m'arrêtant devant la fenêtre etleur montrant les traces de l'homme imprimées dans laneige:

«Voici les traces de l'assassin, leur dis-je... C'est ici[15] qu'il passe chaque soir... Il est venu hier à deux heureslu matin... Il est revenu cette nuit... Il reviendra sansdoute ce soir.»

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 137

contes francais - [PDF Document] (138)

Le bailli et Madoc regardèrent les traces quelquesinstants sans murmurer une parole.

[20] «Et qui vous dit que ce sont les pas du meurtrier?me demanda le chef de la police d'un air de doute.

Alors je leur racontai l'apparition de l'assassin dansnotre grenier. Je leur indiquai, au-dessus de nous, lalucarne d'où je l'avais vu fuir au clair de lune, ce que[25] n'avait pu faire Wilfrid, puisqu'il était resté couché... Jeleur avouai que le hasard seul m'avait fait découvrir lesempreintes de la nuit précédente.

«C'est étrange, murmurait le bailli; ceci modifie beaucoupla situation des accusés. Mais comment nous[30] expliquez-vous la présence du meurtrier dans la cave del'auberge?

--Ce meurtrier, c'était moi, monsieur le bailli!»

Page 163

Et je lui racontai simplement ce qui s'était passé laveille, depuis l'arrestation de mes camarades jusqu'à lanuit close, au moment de ma fuite.

«Cela suffit,» dit-il.

[5] Et se tournant vers le chef de la police:

«Je dois vous avouer, Madoc, que les dépositions de cesménétriers ne m'ont jamais paru concluantes; elles étaientloin de me confirmer dans l'idée de leur participation auxcrimes... D'ailleurs, leurs papiers étaient, pour plusieurs,[10] un alibi très difficile à démentir. Toutefois, jeunehomme, malgré la vraisemblance des indices que vous nousdonnez, vous resterez en notre pouvoir jusqu'à la vérificationdu fait... Madoc, ne le perdez pas de vue, etprenez vos mesures en conséquence.»

[15] Le bailli descendit alors tout méditatif, et, repliant sespapiers, sans ajouter un mot à l'interrogatoire:

«Qu'on reconduise les accusés à la prison,» dit-il enlançant à la grosse cabaretière un regard de mépris.

Il sortit suivi de son secrétaire.

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 138

contes francais - [PDF Document] (139)

[20] Madoc resta seul avec deux agents.

«Madame, dit-il à l'aubergiste, vous garderez le plusgrand silence sur ce qui vient de se passer. De plus, vousrendrez à ce brave jeune homme la chambre qu'il occupaitavant-hier.»

[25] Le regard et l'accent de Madoc n'admettaient pas deréplique: dame Grédel promit de faire ce que l'on voudrait,pourvu qu'on la débarrassât des brigands.

«Ne vous inquiétez pas des brigands, répliqua Madoc;nous resterons ici tout le jour et toute la nuit pour vous[30] garder... Vaquez tranquillement à vos affaires, etcommencez par nous servir à déjeuner... Jeune homme, vousme ferez l'honneur de déjeuner avec nous?»

Page 164

Ma situation ne me permettait pas de décliner cetteoffre... J'acceptai.

Nous voilà donc assis en face d'un jambon et d'unecruche de vin du Rhin. D'autres individus vinrent boire[5] comme d'habitude, provoquant les confidences de dameGrédel et d'Annette; mais elles se gardèrent bien de parleren notre présence, et furent extrêmement réservées, cequi dut leur paraitre fort méritoire.

Nous passâmes toute l'après-midi à fumer des pipes, à[10] vider des petit* verres et des chopes; personne ne faisaitattention à nous.

Le chef de la police, malgré sa figure plombée, son regardperçant, ses lèvres pâles et son grand nez en bec d'aigle,était assez bon enfant après boire. Il nous racontait des[15] gaudrioles avec verve et facilité. Il cherchait à saisir lapetite Annette au passage. A chacune de ses paroles,les autres éclataient de rire; moi, je restais morne,silencieux.

«Allons, jeune homme, me disait-il en riant, oubliez la[20] mort de votre respectable grand'mère... Nous sommestous mortels, que diable!... Buvez un coup et chassez cesidées nébuleuses.»

D'autres se mêlaient à notre conversation, et le tempss'écoulait ainsi au milieu de la fumée du tabac, du[25] cliquetis des verres et du tintement des canettes.

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 139

contes francais - [PDF Document] (140)

Mais à neuf heures, après la visite du wachtmann, toutchangea de face; Madoc se leva et dit:

«Ah! çà! procédons à nos petites affaires... Fermez laporte et les volets... et lestement! Quant à vous, madame[30] et mademoiselle, allez vous coucher!»

Ces trois hommes, abominablement déguenillés, semblaientêtre plutôt de véritables brigands que les soutiens

Page 165

de l'ordre et de la justice. Ils tirèrent de leur pantalon destiges de fer, armées à l'extrémité d'une boule de plomb...Le brigadier Madoc, frappant sur la poche de sa redingote,s'assura qu'un pistolet s'y trouvait... Un instant après,[5]il le sortit pour y mettre une capsule.

Tout cela se faisait froidement... Enfin, le chef de lapolice m'ordonna de les conduire dans mon grenier.

Nous montâmes.

Arrivés dans le taudis, où la petite Annette avait eu[10] soin de faire du feu, Madoc, jurant entre ses dents,s'empressa de jeter de l'eau sur le charbon; puis m'indiquantla paillasse:

«Si le coeur vous en dit, vous pouvez dormir.»

Il s'assit alors avec ses deux acolytes, au fond de la[15] chambre, près du mur, et l'on souffla la lumière.

Je m'étais couché, priant tout bas le Seigneur d'envoyerl'assassin.

Le silence, après minuit, devint si profond, qu'on ne seserait guère douté que trois hommes étaient là, l'oeil[20] ouvert, attentifs au moindre bruit comme des chasseursà l'affût de quelque bête fauve. Les heures s'écoulaientlentement... lentement... Je ne dormais pas... Milleidées terribles me passaient par la tête... J'entendissonner une heure... deux heures... et rien... rien[25] n'apparaissait!

A trois heures, un des agents de police bougea... jecrus que l'homme arrivait... mais tout se tut de nouveau.Je me pris alors à penser que Madoc devait me prendre

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 140

contes francais - [PDF Document] (141)

pour un imposteur, qu'il devait terriblement m'en vouloir,[30] que le lendemain il me maltraiterait... que, bienloin d'avoir servi mes camarades, je serais mis à lachaine.

Page 166

Après trois heures, le temps me parut extrêmementrapide; j'aurais voulu que la nuit durât toujours, pourconserver au moins une lueur d'espérance.

Comme j'étais ainsi à ressasser les mêmes idées pour la[5] centième fois... tout à coup, sans que j'eusse entendu lemoindre bruit... la lucarne s'ouvrit... deux yeux brillèrentà l'ouverture... rien ne remua dans le grenier.

«Les autres se seront endormis,» me dis-je.

La tête restait toujours là... attentive... On eût dit[10] que le scélérat se doutait de quelque chose... Oh! quemon coeur galopait... que le sang coulait vite dans mesveines... et pourtant le froid de la peur se répandait surma face... Je ne respirais plus!

Il se passa bien quelques minutes ainsi... puis...[15] subitement... l'homme parut se décider... il se glissadans notre grenier, avec la même prudence que la veille.

Mais au même instant un cri terrible... un cri bref,vibrant... retentit:

«Nous le tenons!»

[20] Et toute la maison fut ébranlée de fond en comble...des cris... des trépignements... des clameurs rauques...me glacèrent d'épouvante... L'homme rugissait...les autres respiraient haletants... puis il y eut un chocqui fit craquer le plancher... je n'entendis plus qu'un[25] grincement de dents... un cliquetis de chaînes...

«De la lumière!» cria le terrible Madoc.

Et tandis que le soufre flambait, jetant dans le réduitsa lueur bleuâtre, je distinguai vaguement les agents depolice accroupis sur l'homme en manches de chemise: l'un[30] le tenait à la gorge, l'autre lui appuyait les deux genouxsur la poitrine; Madoc lui serrait les poings dans desmenottes à faire craquer les os; l'homme semblait inerte;

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 141

contes francais - [PDF Document] (142)

Page 167

seulement une de ses grosses jambes, nue depuis le genoujusqu'à la cheville, se relevait de temps en temps et frappaitle plancher par un mouvement convulsif... Les yeuxlui sortaient littéralement de la tête... une écume[5] sanglante s'agitait sur ses lèvres.

A peine eus-je allumé la chandelle, que les agents depolice firent une exclamation étrange.

«Notre doyen!...»

Et tous trois se relevant... je les vis se regarder pâles[10] de terreur.

L'oeil de l'assassin bouffi de sang se tourna vers Madoc...Il voulut parler... mais seulement au bout de quelquessecondes... je l'entendis murmurer:

«Quel rêve!... mon Dieu... quel rêve!»

[15] Puis il fit un soupir et resta immobile.Je m'étais approché pour le voir... C'était bien lui...L'homme qui nous avait donné de si bons conseils sur laroute de Heidelberg... Peut-être avait-il pressenti quenous serions la cause de sa perte: on a parfois de ces[20] pressentiments terribles! Comme il ne bougeait plus etqu'un filet de sang glissait sur le plancher poudreux,Madoc, revenu de sa surprise, se pencha sur lui et déchirasa chemise; nous vîmes alors qu'il s'était donné un coupde son grand couteau dans le coeur.

[25] «Eh! fit Madoc avec un sourire sinistre, M, le doyen afait banqueroute à la potence... Il connaissait la bonneplace et ne s'est pas manqué! Restez ici, vous autres...Je vais prévenir le bailli.»

Puis il ramassa son chapeau, tombé pendant la lutte,[30] et sortit sans ajouter un mot.

Je restai seul en face du cadavre avec les deux agentsde police.

Page 168

Le lendemain, vers huit heures, tout Heidelberg appritla grande nouvelle. Ce fut un événement pour le pays.

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 142

contes francais - [PDF Document] (143)

Daniel Van den Berg, doyen des drapiers, jouissait d'unefortune et d'une considération si bien établies, que[5] beaucoup de gens se refusèrent à croire aux abominablesinstincts qui le dominaient.

On discuta ces événements de mille manières différentes.Les uns disaient que le riche doyen était somnambule, etpar conséquent irresponsable de ses actions... les autres,[10] qu'il était assassin par amour du sang, n'ayant aucunintérêt sérieux à commettre de tels crimes... Peut-êtreétait-il l'un et l'autre!

C'est un fait incontestable que l'être moral, la volonté,l'âme, n'existe pas chez le somnambule. Or l'animal, abandonné[15] à lui-même, subit l'impulsion naturelle de ses instinctspacifiques ou sanguinaires, et la face ramassée demaître Daniel van den Berg, sa tête plate, renflée derrièreles oreilles, ses longues moustaches hérissées, ses yeux verts,tout prouve qu'il appartenait malheureusem*nt à la famille[20] des chats, race terrible, qui tue pour le plaisir de tuer.

Quoi qu'il en soit, mes compagnons furent rendus à laliberté. On cita la petite Annette, pendant quinze jours,comme un modèle de dévouement. Elle fut même recherchéeen mariage par le fils du bourgmestre Trungott, jeune[25] homme romanesque, qui fera le malheur de sa famille.Moi, je m'empressai de retourner dans la Forêt Noire, où,depuis cette époque, je remplis les fonctions de chef d'orchestreau bouchon du Sabre-Vert, sur la route de Tubingue.S'il vous arrive de passer par là, et que mon histoire[30] vous ait intéressé, venez me voir... nous viderons deux outrois bouteilles ensemble... et je vous raconterai certainsdétails, qui vous feront dresser les cheveux sur la tête!...

Page 169

COPPÉE

LE LOUIS D'OR

(CONTE DE NOËL)

A mon cher cousin Édouard Tramasset

Lorsque Lucien de Hem eut vu son dernier billet decent francs agrippé par le râteau du banquier, et qu'il sefut levé de la table de roulette où il venait de perdre les

Contes Français

COPPÉE 143

contes francais - [PDF Document] (144)

débris de sa petite fortune, réunis par lui pour cette[5] suprême bataille, il éprouva comme un vertige et crut qu'ilallait tomber.

La tête troublée, les jambes molles, il alla se jeter sur lalarge banquette de cuir qui faisait le tour de la salle dejeu. Pendant quelques minutes, il regarda vaguement le[10] tripot clandestin dans lequel il avait gâché les plus bellesannées de sa jeunesse, reconnut les têtes ravagées desjoueurs, crûment éclairées par les trois grands abat-jour,écouta le léger frottement de l'or sur le tapis, songea qu'ilétait ruiné, perdu, se rappela qu'il avait chez lui, dans un[15] tiroir de commode, les pistolets d'ordonnance dont sonpère, le général de Hem, alors simple capitaine, s'était sibien servi à l'attaque de Zaatcha; puis, brisé de fatigue, ils'endormit d'un sommeil profond.

Quand il se réveilla, la bouche pâteuse, il constata, par[20] un regard jeté à la pendule, qu'il avait dormi une demi-heureà peine, et il éprouva un impérieux besoin de respirerl'air de la nuit. Les aiguilles marquaient sur le cadranminuit moins le quart. Tout en se levant et en s'étirant

Page 170

les bras, Lucien se souvint alors qu'on était à la veille deNoël, et, par un jeu ironique de la mémoire, il se revitsoudain tout petit enfant et mettant, avant de se coucher,ses souliers dans la cheminée.

[5] En ce moment, le vieux Dronski--un pilier du tripot,le Polonais classique, portant le caban râpé, tout orné desoutaches et d'olives--s'approcha de Lucien et marmottaquelques mots dans sa sale barbiche grise:

«Prêtez-moi donc une pièce de cinq francs, monsieur.[10] Voilà deux jours que je n'ai pas bougé du cercle, et depuisdeux jours le «dix-sept» n'est pas sorti... Moquez-vousde moi, si vous voulez; mais je donnerais mon poing àcouper que tout à l'heure, au coup de minuit, le numérosortira.»

[15] Lucien de Hem haussa les épaules; il n'avait même plusdans sa poche de quoi acquitter cet impôt que les habituésde l'endroit appelaient «les cent sous du Polonais.»Il passa dans l'antichambre, mit son chapeau et sa pelisse,et descendit l'escalier avec l'agilité des gens qui ont la[20] fièvre.

Contes Français

COPPÉE 144

contes francais - [PDF Document] (145)

Depuis quatre heures que Lucien était enfermé dans letripot, la neige était tombée abondamment, et la rue--unerue du centre de Paris, assez étroite et bâtie de hautesmaisons--était toute blanche. Dans le ciel purgé, d'un[25] bleu noir, de froides étoiles scintillaient.

Le joueur décavé frissonna sous ses fourrures et se mità marcher, roulant toujours dans son esprit des pensées dedésespoir et songeant plus que jamais à la boite de pistoletsqui l'attendait dans le tiroir de sa commode; mais,[30] après avoir fait quelques pas, il s'arrêta brusquementdevant un navrant spectacle.

Sur un banc de pierre placé, selon l'usage d'autrefois,

Page 171

près de la porte monumentale d'un hôtel, une petite fillede six ou sept ans, à peine vêtue d'une robe noire enloques, était assise dans la neige. Elle s'était endormie là,malgré le froid cruel, dans une attitude effrayante de[5] fatigue et d'accablement, et sa pauvre petite tête et sonépaule mignonne étaient comme écroulées dans un anglede la muraille et reposaient sur la pierre glacée. Unedes savates dont l'enfant était chaussée s'était détachéede son pied qui pendait, et gisait lugubrement devant[10] elle.

D'un geste machinal, Lucien de Hem porta la main à songousset; mais il se souvint qu'un instant auparavant iln'y avait même pas trouvé une pièce de vingt sous oubliée,et qu'il n'avait pas pu donner de pourboire au garçon du[15] cercle. Cependant, poussé par un instinctif sentiment depitié, il s'approcha de la petite fille, et il allait peut-êtrel'emporter dans ses bras et lui donner asile pour la nuit,lorsque, dans la savate tombée sur la neige, il vit quelquechose de brillant.

[20] Il se pencha. C'était un louis d'or.

Une personne charitable, une femme sans doute, avaitpassé par là, avait vu, dans cette nuit de Noël, cettechaussure devant cette enfant endormie, et, se rappelantla touchante légende, elle avait laissé tomber, d'une main[25] discrète, une magnifique aumône, pour que la petiteabandonnée crût encore aux cadeaux faits par l'Enfant-Jésuset conservât, malgré son malheur, quelque confianceet quelque espoir dans la bonté de la Providence.

Contes Français

COPPÉE 145

contes francais - [PDF Document] (146)

Un louis! c'étaient plusieurs jours de repos et de richesse[30] pour la mendiante; et Lucien était sur le point de l'éveillerpour lui dire cela, quand il entendit près de son oreille,

Page 172

comme dans une hallucination, une voix--la voix duPolonais avec son accent traînant et gras--qui murmuraittout bas ces mots:

«Voilà deux jours que je n'ai pas bougé du cercle, et[5] depuis deux jours le «dix-sept» n'est pas sorti... Jedonnerais mon poing à couper que tout à l'heure, au coupde minuit, le numéro sortira.»

Alors ce jeune homme de vingt-trois ans, qui descendaitd'une race d'honnêtes gens, qui portait un superbe nom[10] militaire, et qui n'avait jamais failli à l'honneur, conçutune épouvantable pensée; il fut pris d'un désir fou,hystérique, monstrueux. D'un regard il s'assura qu'ilétait bien seul dans la rue déserte, et, pliant le genou,avançant avec précaution sa main frémissante, il vola le[15] louis d'or dans la savate tombée! Puis, courant de toutesses forces, il revint à la maison de jeu, grimpa l'escalier enquelques enjambées, poussa d'un coup de poing la porterembourrée de la salle maudite, y pénétra au momentprécis où la pendule sonnait le premier coup de minuit,[20] posa la pièce d'or sur le tapis vert et cria:

«En plein sur le «dix-sept!»

Le «dix-sept» gagna.

D'un revers de main, Lucien poussa les trente-six louissur la rouge.

[25] La rouge gagna.

Il laissa les soixante-douze louis sur la même couleur.La rouge sortit de nouveau.

Il fit encore le paroli deux fois, trois fois, toujours avecle même bonheur. Il avait maintenant devant lui un tas[30] d'or et de billets, et il se mit à poudrer le tapis,frénétiquement. La «douzaine,» la «colonne,» le «numéro,» toutesles combinaisons lui réussissaient. C'était une chance

Page 173

Contes Français

COPPÉE 146

contes francais - [PDF Document] (147)

inouïe, surnaturelle. On eût dit que la petite bille d'ivoire,sautillant dans les cases de la roulette, était magnétisée,fascinée par le regard de ce joueur, et lui obéissait. Ilavait rattrapé, en une dizaine de coups, les quelques[5] misérables billets de mille francs, sa dernière ressource,qu'il avait perdus au commencement de la soirée. A présent,pontant des deux ou trois cents louis à la fois, etservi par sa veine fantastique, il allait bientôt regagner,et au delà, le capital héréditaire qu'il avait gaspillé en si[10] peu d'années, reconstituer sa fortune. Dans son empressem*ntà se mettre au jeu, il n'avait pas quitté sa lourdepelisse; déjà il en avait gonflé les grandes poches de liassesde bank-notes et de rouleaux de pièces d'or; et, ne sachantplus où entasser son gain, il bourrait maintenant de monnaie[15] et de papier les poches intérieures et extérieures desa redingote, les goussets de son gilet et de son pantalon,son porte-cigares, son mouchoir, tout ce qui pouvait servirde récipient. Et il jouait toujours, et il gagnait toujours,comme un furieux! comme un homme ivre! et il jetait ses[20] poignées de louis sur le tableau, au hasard, à la vanvole,avec un geste de certitude et de dédain!

Seulement, il avait comme un fer rouge dans le coeur,et il ne pensait qu'à la petite mendiante endormie dans laneige, à l'enfant qu'il avait volée.

[25] «Elle est encore à la même place! Certainement, elledoit y être encore!... Tout à l'heure... oui, quand uneheure sonnera... je me le jure!... je sortirai d'ici, j'iraila prendre, tout endormie, dans mes bras, je l'emporteraichez moi, je la coucherai sur mon lit... Et je l'élèverai,[30] je la doterai, je l'aimerai comme ma fille, et j'aurai soind'elle toujours, toujours!»

Mais la pendule sonna une heure, et le quart, et la

Page 174

demie, et les trois quarts... et Lucien était toujoursassis à la table infernale.

Enfin, une minute avant deux heures, le chef de partiese leva brusquement et dit à voix haute:

[5] «La banque a sauté, messieurs... Assez pouraujourd'hui!»

D'un bond, Lucien fut debout. Écartant avec brutalitéles joueurs qui l'entouraient et le regardaient avec une

Contes Français

COPPÉE 147

contes francais - [PDF Document] (148)

envieuse admiration, il partit vivement, dégringola les[10] étages et courut jusqu'au banc de pierre. De loin, à lalueur d'un bec de gaz, il aperçut la petite fille.

«Dieu soit loué! s'écria-t-il. Elle est encore là!»

Il s'approcha d'elle, lui saisit la main:

«Oh! qu'elle a froid! Pauvre petite!»

[15] Il la prit sous les bras, la souleva pour l'emporter. Latête de l'enfant retomba en arrière, sans qu'elle s'éveillât:

«Comme on dort, à cet âge-là!»

Il la serra contre sa poitrine pour la réchauffer, et, prisd'une vague inquiétude, il voulut, afin de la tirer de ce[20] lourd sommeil, la baiser sur les yeux, comme il faisaitnaguère à sa maîtresse la plus chérie.

Mais alors il s'aperçut avec terreur que les paupières del'enfant étaient entr'ouvertes et laissaient voir à demiles prunelles vitreuses, éteintes, immobiles. Le cerveau[25] traversé d'un horrible soupçon, Lucien mit sa bouche toutprès de la bouche de la petite fille; aucun souffle n'ensortit.

Pendant qu'avec le louis d'or qu'il avait volé à cettemendiante Lucien gagnait au jeu une fortune, l'enfant[30] sans asile était morte, morte de froid!

Étreint à la gorge par la plus effroyable des angoisses,Lucien voulut pousser un cri... et, dans l'effort qu'il fit,

Page 175

il se réveilla de son cauchemar sur la banquette du cercle,où il s'était endormi un peu avant minuit et où le garçondu tripot, s'en allant le dernier vers cinq heures du matin,l'avait laissé tranquille, par bonté d'âme pour le décavé.

[5] Une brumeuse aurore de décembre faisait pâlir les vitresdes croisées. Lucien sortit, mit sa montre en gage, pritun bain, déjeuna, et alla au bureau de recrutement signerun engagement volontaire au 1er régiment de chasseursd'Afrique.

[10] Aujourd'hui, Lucien de Hem est lieutenant; il n'a quesa solde pour vivre, mais il s'en tire, étant un officier très

Contes Français

COPPÉE 148

contes francais - [PDF Document] (149)

rangé et ne touchant jamais une carte. Il parait mêmequ'il trouve encore moyen de faire des économies; carl'autre jour, à Alger, un de ses camarades, qui le suivait à[15] quelques pas de distance dans une rue montueuse de laKasba, le vit faire l'aumône à une petite Espagnoleendormie sous une porte, et eut l'indiscrétion de regarderce que Lucien avait donné à la pauvresse. Le curieux futtrès surpris de la générosité du pauvre lieutenant.

[20] Lucien de Hem avait mis un louis d'or dans la main dela petite fille.

Page 176

L'ENFANT PERDU

(CONTE DE NOËL)

A Jules Claretie

I

Ce matin-là, qui était la veille de Noël, deux événementsd'importance eurent lieu simultanément. Le soleil se leva,--et M. Jean-Baptiste Godefroy aussi.

Sans doute, le soleil,--au coeur de l'hiver, après quinze[5] jours de brume et de ciel gris, quand par bonheur le ventpasse au nord-est et ramène le temps sec et clair,--lesoleil, inondant tout à coup de lumière le Paris matinal,est un vieux camarade que chacun revoit avec plaisir. Ilest d'ailleurs un personnage considérable. Jadis il a été[10] Dieu: il s'est appelé Osiris, Apollon, est-ce que je sais?et il n'y a pas deux siècles qu'il régnait en France sous lenom de Louis XIV. Mais M. Jean-Baptiste Godefroy,financier richissime, directeur du Comptoir général decrédit, administrateur de plusieurs grandes compagnies,[15] député et membre du Conseil général de l'Eure, officier dela Légion d'honneur, etc., etc., n'était pas non plus unhomme à dédaigner. Et puis l'opinion que le soleil peutavoir sur son propre compte n'est certainement pas plusflatteuse que celle que M. Jean-Baptiste Godefroy avait[20] de lui-même. Nous sommes donc autorisé à dire que, lematin en question, vers huit heures moins le quart, lesoleil et M. Jean-Baptiste Godefroy se levèrent.

Par exemple, le réveil de ces puissants seigneurs fut toutà fait différent. Le bon vieux soleil, lui, commença par

Contes Français

COPPÉE 149

contes francais - [PDF Document] (150)

Page 177

faire une foule de choses charmantes. Comme le grésil,pendant la nuit, avait confit dans du sucre en poudre lesplatanes dépouillés du boulevard Malesherbes, où estsitué l'hôtel Godefroy, ce magicien de soleil s'amusa[5] d'abord à les transformer en gigantesques bouquets de corailrose; et, tout en accomplissant ce délicieux tour de fantasmagorie,il répandit, avec la plus impartiale bienveillance,ses rayons sans chaleur, mais joyeux, sur tous les humblespassants que la nécessité de gagner leur vie forçait à être[10] dehors de si bonne heure. Il eut le même sourire pour lepetit employé en paletot trop mince se hâtant vers sonbureau, pour la grisette frissonnant sous sa «confection»à bon marché, pour l'ouvrier portant la moitié d'un painrond sous son bras, pour le conducteur de tramway faisant[15] sonner son compteur, pour le marchand de marrons entrain de griller sa première poêlée. Enfin ce brave hommede soleil fit plaisir à tout le monde. M. Jean-BaptisteGodefroy, au contraire, eut un réveil assez maussade. Ilavait assisté, la veille, chez le ministre de l'Agriculture, à[20] un dîner encombré de truffes, depuis le relevé du potagejusqu'à la salade, et son estomac de quarante-sept anséprouvait la brûlante morsure du pyrosis. Aussi, à la façondont M. Godefroy donna son premier coup de sonnette,Charles, le valet de chambre, tout en prenant de l'eau[25] chaude pour la barbe du patron, dit à la fille de cuisine:

«Allons, bon!... Le «singe» est encore d'une humeurmassacrante, ce matin... Ma pauvre Gertrude, nousallons avoir une sale journée.»

Puis, marchant sur la pointe du pied, les yeux modestement[30] baissés, il entra dans la chambre à coucher, ouvritles rideaux, alluma le feu et prépara tout ce qu'il fallaitpour la toilette, avec les façons discrètes et, les gestes

Page 178

respectueux d'un sacristain disposant les objets du cultesur l'autel, avant la messe de M. le curé...

«Quel temps ce matin? demanda d'une voix brève M.Godefroy en boutonnant son veston de molleton gris sur[5] un abdomen un peu trop majestueux déjà.

-Très froid, monsieur, répondit Charles. A six heures,le thermomètre marquait sept degrés au-dessous de zéro.

Contes Français

COPPÉE 150

contes francais - [PDF Document] (151)

Mais monsieur voit que le ciel s'est éclairci, et je crois quenous aurons une belle matinée.»

[10] Tout en repassant son rasoir, M. Godefroy s'approchade la fenêtre, écarta l'un des petit* rideaux, vit leboulevard baigné de lumière et fit une légère grimace quiressemblait à un sourire. Mon Dieu, oui! On a beauêtre plein de morgue et de tenue, et savoir parfaitement[15] qu'il est du plus mauvais genre de manifester quoi que cesoit devant les domestiques, l'apparition de ce gueusardde soleil, en plein mois de décembre, donne une sensationsi agréable qu'il n'y a guère moyen de la dissimuler. M.Godefroy daigna donc sourire. Si quelqu'un lui avait dit[20] alors que cette satisfaction instinctive lui était communeavec l'apprenti typographe en bonnet de papier qui faisaitune glissade sur le ruisseau gelé d'en face, M. Godefroyeût été profondément choqué. C'était ainsi pourtant; et,pendant une minute, cet homme écrasé d'affaires, ce gros[25] bonnet du monde politique et financier, fit cet enfantillagede regarder les passants et les voitures qui filaient joyeusem*ntdans la brume dorée.

Mais, rassurez-vous, cela ne dura qu'une minute.Sourire à un rayon de soleil, c'est bon pour des gens[30] inoccupés, pas sérieux; c'est bon pour les femmes, lesenfants, les poètes, la canaille. M. Godefroy avait d'autreschats à fouetter, et, précisément pour cette journée qui

Page 179

commençait, son programme était très chargé. De huitheures et demie à dix heures, il avait rendez-vous, dansson cabinet, avec un certain nombre de messieurs trèsagités, tous habillés et rasés comme lui dès l'aurore et[5] comme lui sans fraîcheur d'âme, qui devaient venir luiparler de toutes sortes d'affaires, ayant tous le même but:gagner de l'argent. Après déjeuner,--et il ne fallait pass'attarder aux petit* verres,--M. Godefroy était obligéde sauter dans son coupé et de courir à la Bourse, pour y[10] échanger quelques paroles avec d'autres messieurs quis'étaient aussi levés de bonne heure et qui n'avaient pasnon plus de petite fleur bleue dans l'imagination; et celatoujours pour le même motif: gagner de l'argent. De là,sans perdre un instant, M. Godefroy, allait présider,[15] devant une table verte encombrée d'encriers siphoïdes,un nouveau groupe de compagnons dépourvus de tendresseet s'entretenir avec eux de divers moyens de gagner del'argent. Après quoi, il devait paraître, comme député,dans trois ou quatre commissions et sous-commissions,

Contes Français

COPPÉE 151

contes francais - [PDF Document] (152)

[20] toujours avec tables vertes et encriers siphoïdes, où ilrejoindrait d'autres personnages peu sentimentaux, tousincapables aussi, je vous prie de le croire, de négliger lamoindre occasion de gagner de l'argent, mais qui avaientpourtant la bonté de sacrifier quelques précieuses heures[25] de l'après-midi pour assurer, par-dessus le marché, lagloire et le bonheur de la France.

Après s'être vivement rasé, en épargnant toutefois lecollier de barbe poivre et sel qui lui donnait un air defamille avec les Auvergnats et les singes de la grande[30] espèce, M. Godefroy revêtit un «complet» du matin, dontla coupe élégante et un peu jeunette prouvait que ce veufcinglant vers la cinquantaine, n'avait pas absolument

Page 180

renoncé à plaire. Puis il descendit dans son cabinet, oùcommença le défilé des hommes peu tendres et sans rêverieuniquement préoccupés d'augmenter leur bien-aimécapital. Ces messieurs parlèrent de plusieurs entreprises[5] en projet, également considérables, notamment d'unenouvelle ligne de chemin de fer à lancer à travers un désertsauvage, d'une usine monstre à fonder aux environsde Paris, et d'une mine de n'importe quoi à exploiterdans je ne sais plus quelle république de l'Amérique[10] du Sud. Bien entendu, on n'agita pas un seul instantla question de savoir si le futur railway aurait à transporterun grand nombre de voyageurs et une grande quantitéde marchandises, si l'usine fabriquerait du sucre oudes bonnets de coton, si la mine produirait de l'or[15] vierge ou du cuivre de deuxième qualité. Non! Lesdialogues de M. Godefroy et de ses visiteurs matinaux roulèrentexclusivement sur le bénéfice plus ou moins gros àréaliser, dans les huit jours qui suivraient l'émission, enspéculant sur les actions de ces diverses affaires, actions[20] très probablement destinées du reste, et dans un bref délai,à n'avoir plus d'autre valeur que le poids du papier et lemérite de la vignette.

Ces conversations nourries de chiffres durèrent jusqu'àdix heures précises, et M. le directeur du Comptoir[25] général de crédit, qui était honnête homme pourtant, autantqu'on peut l'être dans les «affaires,» reconduisit jusque surle palier, avec les plus grands égards, son dernier visiteur,vieux filou cousu d'or qui, par un hasard assez fréquent,jouissait de la considération générale, au lieu d'être logé à[30] Poissy ou à Gaillon aux frais de l'État pendant un laps detemps fixé par les tribunaux, et de s'y livrer à une besogne

Contes Français

COPPÉE 152

contes francais - [PDF Document] (153)

honorable et hygiénique telle que la confection des chaussons

Page 181

de lisière ou de la brosserie à bon marché. Puis M. ledirecteur consigna sa porte impitoyablement--il fallaitêtre à la Bourse à onze heures--et passa dans la salle àmanger.

[5] Elle était somptueuse. On aurait pu constituer le trésord'une cathédrale avec les massives argenteries quiencombraient bahuts et dressoirs. Néanmoins, malgrél'absorption d'une dose copieuse de bicarbonate de soude,le pyrosis de M. Godefroy était à peine calmé, et le financier[10] ne s'était commandé qu'un déjeuner de dyspeptique.Au milieu de ce luxe de table, devant ce décor qui célébraitla bombance, et sous l'oeil impassible d'un maîtred'hôtel à deux cents louis de gage, qui s'en faisait deuxfois autant par la vertu de l'anse du panier, M. Godefroy[15] ne mangea donc, d'un air assez piteux, que deux oeufs àla coque et la noix d'une côtelette; et encore, l'un des oeufssentait la paille. L'homme plein d'or chipotait sondessert,--oh! presque rien, un peu de roquefort, à peine pourdeux ou trois sous, je vous assure,--lorsqu'une porte[20] s'ouvrit, et soudain, gracieux et mignon, bien qu'un peuchétif dans son costume de velours bleu et trop pâlot sousson énorme feutre à plume blanche, le fils de M. le directeur,le jeune Raoul, âgé de quatre ans, entra dans lasalle à manger, conduit par son Allemande.

[25] Cette apparition se produisait chaque jour, à onzeheures moins le quart exactement, lorsque le coupé, attelépour la Bourse, attendait devant le perron, et quel'alezan brûlé, vendu à M. Godefroy, par les soins de soncocher, mille francs de plus qu'il ne valait, grattait, d'un[30] sabot impatient, le dallage de la cour. L'illustre brasseurd'argent s'occupait de son fils de dix heures quarante-cinqà onze heures. Pas plus, pas moins, il n'avait qu'un

Page 182

quart d'heure, juste, à consacrer au sentiment paternel.Non qu'il n'aimât pas son fils, grand dieu! Il l'adorait,à sa façon. Mais, que voulez-vous, les affaires!...

A quarante-deux ans, plus que mûr et passablement[5] fripé, il s'était cru très amoureux, par pur snobisme, dela fille d'un de ses camarades de cercle, le marquis de

Contes Français

COPPÉE 153

contes francais - [PDF Document] (154)

Neufontaine, vieux chat teint, joueur comme les cartes, qui,sans la compassion vaniteuse de M. Godefroy, eût étéplus d'une fois affiché au club. Ce gentilhomme effondré,[10] mais toujours très chic, et qui venait encore de «lancer»ne casquette pour bains de mer, fut trop heureux de devenirle beau-père d'un homme qui payerait ses dettes, etlivra sans scrupule au banquier fatigué une ingénue dedix-sept ans, d'une beauté suave et frêle, sortant d'un[15] couvent de province, et n'ayant pour dot que son trousseaude pensionnaire et qu'un trésor de préjugés aristocratiqueset d'illusions romanesques. M. Godefroy, filsd'un avoué grippe-sou des Andelys, était resté «peuple»même fort vulgaire, malgré son fabuleux avancement dans[20] la hiérarchie sociale. Il blessa tout de suite sa jeunefemme dans toutes ses délicatesses; et les choses allaientmal tourner, quand la pauvre enfant fut emportée, à sapremière couche. Presque élégiaque lorsqu'il parlait de sadéfunte épouse, avec laquelle il eût sans doute divorcé si[25] elle avait vécu six mois de plus, M. Godefroy aimait sonpetit Raoul pour plusieurs raisons: d'abord à titre de filsunique, puis comme produit rare et distingué d'un Godefroyet d'une Neufontaine, enfin et surtout par le respectqu'inspirait à cet homme d'argent l'héritier d'une fortune[30] de plusieurs millions. Le bébé fit donc ses premièresdents sur un hochet d'or et fut élevé comme un Dauphin.Seulement, son père, accablé de besogne, débordé

Page 183

d'occupations, ne pouvait lui consacrer que quinze minutespar jour,--comme aujourd'hui, au moment duroquefort,--et l'abandonnait aux domestiques.

«Bonjour, Raoul.

[5]--Bonzou, p'pa,»

Et M. le directeur du Comptoir général de crédit, ayantjeté sa serviette, installa sur sa cuisse gauche le jeuneRaoul, prit dans sa grosse patte la petite main de l'enfantet la baisa plusieurs fois, oubliant, ma parole d'honneur![10] la hausse de vingt-cinq centimes sur le trois pour cent, lestables couleur de pâturage et les encriers volumineux devantlesquels il devait traiter tout à l'heure de si grossesquestions d'intérêt, et même son vote de l'après-midi pourou contre le ministère, selon qu'il obtiendrait ou non, en[15] faveur de son bourg-pourri, une place de sous-préfet,deux de percepteur, trois de garde champêtre, quatrebureaux de tabac, plus une pension pour le cousin issu de

Contes Français

COPPÉE 154

contes francais - [PDF Document] (155)

germain d'une victime du Deux Décembre.

«P'pa, et le p'tit Noël... y mettra-ti' tet' chose dans[20] mon soulier?» demanda tout à coup Raoul, dans sonsabir enfantin.

Le père, après un: «Oui, si tu as été sage,» fort surprenantchez ce député libre penseur, qui, à la Chambre,appuyait d'un énergique: «Très bien!» toutes les propositions[25] anticléricales, prit note, dans le meilleur coin desa mémoire, qu'il aurait à acheter des joujoux. Puis,s'adressant à la gouvernante:

«Vous êtes toujours contente de Raoul, mademoiselleBertha?»

[30] L'Allemande, qui se faisait passer pour Autrichienne,cela va sans dire, mais qui était, en réalité, la fille d'unpasteur poméranien affligé de quatorze enfants, devint rouge

Page 184

comme une tomate sous ses cheveux blond albinos, commesi la question toute simple qu'on lui adressait eût été dela pire indécence, et, après avoir donné cette preuve derespect intimidé, répondit par un petit rire imbécile, qui[5] parut satisfaire pleinement la curiosité de M. Godefroysur la conduite de son fils.

«Il fait beau aujourd'hui, reprit le financier, mais froid.Si vous menez Raoul au parc Monceau, mademoiselle,vous aurez soin, n'est-ce pas? de le bien couvrir.»

[10] La «fraulein», par un second accès de rire idiot, ayantrassuré M. Godefroy sur ce point essentiel, il embrassaune dernière fois le bébé, se leva de table--onze heuressonnaient au cartel--et s'élança vers le vestibule, oùCharles, le valet de chambre, lui enfila sa pelisse et referma[15] sur lui la portière du coupé. Après quoi, ce serviteur fidèlecourut immédiatement au petit café de la rue de Miromesnil,où il avait rendez-vous avec le groom de la baronned'en face, pour une partie de billard, en trente liés, avecdéfense de «queuter», bien entendu.

II

[20] Grâce au bai brun,--payé mille francs de trop, à lasuite d'un déjeuner d'escargots offert par le maquignonau cocher de M. Godefroy,--grâce à cet animal d'un

Contes Français

COPPÉE 155

contes francais - [PDF Document] (156)

prix excessif mais qui filait bien tout de même, M. ledirecteur du Comptoir général de crédit put accomplir, sans[25] aucun retard, sa tournée d'affaires. Il parut à la Bourse,siégea devant plusieurs encriers monumentaux, et même,vers cinq heures moins le quart, il rassura la France etl'Europe inquiète des bruits de crise, en votant pour leministère; car il avait obtenu les faveurs sollicitées, y compris

Page 185

la pension pour celui de ses électeurs dont l'oncle, à lamode de Bretagne, avait été révoqué d'un emploi desurnuméraire non rétribué, à l'époque du coup d'État.

Attendri sans doute par la satisfaction d'avoir contribué[5] à cet acte de justice tardive, M. Godefroy se souvintalors de ce que lui avait dit Raoul au sujet des présents dupetit Noël, et jeta à son cocher l'adresse d'un grand marchandde jouets. Là, il acheta et fit transporter dans savoiture un cheval fantastique en bois creux monté sur[10] roulettes, avec une manivelle dans chaque oreille; uneboite de soldats de plomb aussi semblables les uns auxautres que les grenadiers de ce régiment russe, du tempsde Paul 1er, qui tous avaient les cheveux noirs et le nezretroussé; vingt autres joujoux éclatants et magnifiques.[15] Puis, en rentrant chez lui, doucement bercé sur lescoussins de son coupé bien suspendu, l'homme riche, qui aprèstout, avait des entrailles de père, se mit à penser à sonfils avec orgueil.

L'enfant grandirait, recevrait l'éducation d'un prince,[20] en serait un, parbleu! puisque, grâce aux conquêtes de89, il n'y avait plus d'aristocratie que celle de l'argent, etque Raoul aurait, un jour, vingt, vingt-cinq, qui sait?trente millions de capital. Si son père, petit provincial,fils d'un méchant noircisseur de papier timbré; son père,[25] qui avait dîné à vingt sous jadis au Quartier Latin, et serendait bien compte chaque soir, en mettant sa cravateblanche, qu'il avait l'air d'un marié du samedi; si ce père,malgré sa tache originelle, avait pu accumuler une énormefortune, devenir fraction de roi sous la République parlementaire[30] et obtenir en mariage une demoiselle dont un ancêtreétait mort à Marignan, à quoi donc ne pouvait pasprétendre Raoul, dès l'enfance beau comme un gentilhomme.

Page 186

Contes Français

COPPÉE 156

contes francais - [PDF Document] (157)

Raoul au sang affiné par l'atavisme maternel, Raoul dequi l'intelligence serait cultivée comme une fleur rare, quiapprenait déjà les langues étrangères dès le berceau, qui,l'an prochain, aurait le derrière sur une selle de poney,[5] Raoul, qui serait un jour autorisé à joindre à son nomcelui de sa mère, et s'appellerait ainsi Godefroy deNeufontaine, Godefroy devenant le prénom, et quel prénom!royal, moyenâgeux, sentant à plein nez la croisade?...

Avec des millions, quel avenir! quelle carrière!... Et le[10] démocrate--il y en a plus d'un comme celui-ci, n'endoutez pas!--imaginait naïvement la monarchie restaurée,--enFrance, tout arrive,--voyait son Raoul,non! son Godefroy de Neufontaine marié au Faubourg,bien vu au château, puis, qui sait? tout près du trône,[15] avec une clef de chambellan dans le dos et un blason toutbattant neuf sur son argenterie et sur les panneaux de soncarrosse!... O sottise, sottise! Ainsi rêvait le parvenugorgé d'or, dans sa voiture qu'encombraient tous ces joujouxachetés pour la Noël,--sans se rappeler, hélas! que[20] c'était, ce soir-là, la fête d'un très pauvre petit enfant, filsd'un couple vagabond, né dans une étable, où l'on avaitlogé ses parents par charité.

Mais le cocher a crié: «Port' siou p'ait!» On rentre àl'hôtel; et, franchissant les degrés du perron, M. Godefroy[25] se dit qu'il n'a que le temps de faire sa toilette du soir,lorsque, dans le vestibule, il voit tous ses domestiques, encercle devant lui, l'air consterné, et, dans un coin, affaléesur une banquette, l'Allemande, qui pousse un cri en l'apercevant,et cache aussitôt dans ses deux mains son[30] visage bouffi de larmes. M. Godefroy a le pressentimentd'un malheur.

«Qu'est-ce que cela veut dire? Qu'y a-t-il?»

Page 187

Charles, le valet de chambre,--un drôle de la pire espèce,pourtant,--regarde son maître avec des yeux pleinsde pitié, et bégayant et troublé: «Monsieur Raoul!...

--Mon fils?...

[5]--Perdu, monsieur!... Cette stupide Allemande!...Perdu depuis quatre heures de l'après-midi!...»

Le père recule de deux pas en chancelant, comme unsoldat frappé d'une balle; et l'Allemand se jette à ses

Contes Français

COPPÉE 157

contes francais - [PDF Document] (158)

pieds, hurlant d'une voix de folle: «Pardon!... Pardon!»[10] et les laquais parlent tous à la fois.

«Bertha n'était pas allée au parc Monceau... C'estlà-bas, sur les fortifications, qu'elle a laissé se perdre lepetit... On a cherché partout M. le directeur; on est alléau Comptoir, à la Chambre; il venait de partir...[15] Figurez-vous que l'Allemande rejoignait tous les jours sonamoureux, au delà du rempart, près de la porte d'Asnières...Quelle horreur!... Un quartier plein de bohémiens,de saltimbanques! Qui sait si l'on n'a pas volél'enfant?... Ah! le commissaire était déjà prévenu... Mais[20] conçoit-on cela? Cette sainte-nitouche!... Des rendez-vousavec un amant, un homme de son pays!... Un espionprussien, pour sûr!...»

Son fils! Perdu! M. Godefroy entend l'orage de l'apoplexiegronder dans ses oreilles. Il bondit sur l'Allemande,[25] l'empoigne par le bras, la secoue avec fureur.

«Où l'avez-vous perdu de vue, misérable?... Dites lavérité, ou je vous écrase!... Où çà? Où çà?...»

Mais la malheureuse fille ne sait que pleurer et criergrâce. Voyons, du calme!... Son fils! son fils à lui, perdu,[30] volé? Ce n'est pas possible! On va le lui retrouver, lelui rendre tout de suite. Il peut jeter l'or à poignées,mettre toute la police en l'air. Ah! pas un instant à perdre,

Page 188

«Charles, qu'on ne dételle pas... Vous autres, gardez-moicette coquine... Je vais à la Préfecture.»

Et M. Godefroy, le coeur battant à se rompre, les cheveuxsoulevés d'épouvante, s'élance de nouveau dans[5] son coupé, qui repart d'un trot enragé. Quelle ironie!La voiture est pleine de jouets étincelants, où chaque becde gaz, chaque boutique illuminée, allume au passage centpaillettes de feu. C'est aujourd'hui, la fête des enfants, nel'oublions pas, la fête du nouveau-né divin, que sont venus[10] adorer les mages et les bergers conduits par une étoile.

«Mon Raoul!... mon fils!... Où est mon fils?...»se répète le père crispé par l'angoisse en déchirant sesongles au cuir des coussins. A quoi lui servent maintenantses titres, ses honneurs, ses millions, à l'homme[15] riche, au gros personnage? Il n'a plus qu'une idée, fixéecomme un clou de feu, là, entre ses deux sourcils, dansson cerveau douloureux et brûlant: «Mon enfant, où est

Contes Français

COPPÉE 158

contes francais - [PDF Document] (159)

mon enfant?...»

Voici la Préfecture de police. Mais il n'y a plus[20] personne; les bureaux sont désertés depuis longtemps.

«Je suis M. Godefroy, député de l'Eure... Mon fils estperdu dans Paris; un enfant de quatre ans... Je veuxabsolument voir M. le préfet.»

Et un louis dans la main du concierge.

[25] Le bonhomme, un vétéran à moustaches grises, moinspour la pièce d'or que par compassion pour ce pauvrepère, le conduit aux appartements privés du préfet, l'aideà forcer les consignes. Enfin, M. Godefroy est introduitdevant l'homme en qui repose à présent toute son espérance,[30] un beau fonctionnaire, en tenue de soirée,--il allaitsortir,--l'air réservé, un peu prétentieux, le monocle àl'oeil.

Page 189

M. Godefroy, les jambes cassées par l'émotion, tombedans un fauteuil, fond en larmes, et raconte son malheur,en phrases bredouillées, coupées de sanglots.

Le préfet--il est père de famille, lui aussi,--a le coeur[5] tout remué; mais, par profession, il dissimule son accès desensibilité, se donne de l'importance.

«Et vous dites, monsieur le député, que l'enfant a dûse perdre vers quatre heures?

--Oui, monsieur le préfet.

[10]--A la nuit tombante... Diable!... Et il n'est pasavancé pour son âge; il parle mal, ignore son adresse, nesait pas prononcer son nom de famille?

--Oui!... Hélas! Oui!...

--Du côté de la porte d'Asnières?... Quartier suspect[15] ...Mais remettez-vous... Nous avons par là un commissairede police très intelligent... Je vais téléphoner.»L'infortuné père reste seul pendant cinq minutes. Quelleatroce migraine! quels battements de coeur fous! Puisbrusquement, le préfet reparaît, le sourire aux lèvres, un[20] contentement dans le regard: «Retrouvé!»

Contes Français

COPPÉE 159

contes francais - [PDF Document] (160)

Oh! le cri de joie furieuse de M. Godefroy! Comme ilse jette sur les mains du préfet, les serre à les broyer!«Et il faut convenir, monsieur le député, que nousavons de la chance... Un petit blond, n'est-ce pas? un[25] peu pâle?... Costume de velours bleu?... Chapeau defeutre à plume blanche?...

--Oui, parfaitement... C'est lui! c'est mon petitRaoul!

--Eh bien, il est chez un pauvre diable qui loge de ce[30] côté-là; et qui est venu tout à l'heure faire sa déclarationau commissariat... Voici l'adresse par écrit: Pierron, ruedes Cailloux, à Levallois-Perret. Avec une bonne voiture,

Page 190

vous pourrez revoir votre fils avant une heure. Parexemple, ajoute le fonctionnaire, vous n'allez pas retrouvervotre enfant dans un milieu bien aristocratique,dans la «haute,» comme disent nos agents. L'homme[5] qui l'a recueilli est tout simplement un marchand desquatre saisons... Mais qu'importe! n'est-ce pas?...

Ah, oui, qu'importe! M. Godefroy remercie le préfetavec effusion, descend l'escalier quatre à quatre, remonteen coupé, et, dans ce moment, je vous en réponds, si le[10] marchand des quatre saisons était là, il lui sauterait aucou. Oui, M. Godefroy, directeur du Comptoir général decrédit, député, officier de la Légion d'honneur, etc., etc.,accolerait ce plébéien! Mais, dites-moi donc, est-ce que,par hasard, il y aurait autre chose, dans ce richard, que[15] la frénésie de l'or et des vanités? A partir de cette minute,il reconnaît seulement à quel point il aime son enfant.Fouette, cocher! Celui que tu emportes, dans un coupé,par cette froide nuit de Noël, ne songe plus à entasserpour son fils millions sur millions, à le faire éduquer comme[20] un Fils de France, à le lancer dans le monde; et pas dedanger, désormais, qu'on le laisse aux mains des mercenaires!A l'avenir, M. Godefroy sera capable de négligerses propres affaires et celles de la France--qui ne s'enportera pas plus mal--pour s'occuper un peu plus sérieusem*nt[25] de son petit Raoul. Il fera venir des Andelys lasoeur de son père, la vieille tante restée à moitié paysanne,dont il avait la sottise de rougir. Elle scandalisera lavaletaille par son accent normand et ses bonnets delinge. Mais elle veillera sur son petit-neveu, la bonne[30] femme. Fouette, fouette, cocher! Ce patron, toujours sipressé, que tu as conduit à tant de rendez-vous intéressés,

Contes Français

COPPÉE 160

contes francais - [PDF Document] (161)

à tant de réunions de gens cupides, est, ce soir, encore

Page 191

plus impatient d'arriver, et il a un autre souci que degagner de l'argent. C'est la première fois de sa vie qu'ilva embrasser son enfant pour de bon. Fouette donc,cocher! Plus vite! Plus vite!

[5] Cependant, par la nuit froide et claire, le coupé rapidea de nouveau traversé Paris, dévoré l'interminable boulevardMalesherbes; et, le rempart franchi, après les maisonsmonumentales et les élégants hôtels, tout de suite voicila solitude sinistre, les ruelles sombres de la banlieue. On[10] s'arrête, et M. Godefroy, à la clarté des lanternes éclatantesde sa voiture, voit une basse et sordide baraque deplâtras, un bouge. C'est bien le numéro, c'est là que logece Pierron. Aussitôt la porte s'ouvre, et un homme parait,un grand gaillard, une tête bien française, à moustaches[15] rousses. C'est un manchot, et la manche gauche de sontricot de laine est pliée en deux sous l'aisselle. Il regardel'élégant coupé, le bourgeois en belle pelisse, et ditgaiement:

«Alors, monsieur, c'est vous qui êtes le papa?... Ayez[20] pas peur... Il n'est rien arrivé au gosse.»

Et, s'effaçant pour permettre au visiteur d'entrer, ilajoute, en mettant un doigt sur sa bouche: «Chut! il faitdodo.»

III

Un bouge, en vérité! A la lueur d'une petite lampe à[25] pétrole qui éclaire très mal et qui sent très mauvais, M.Godefroy distingue une commode à laquelle manque untiroir, quelques chaises éclopées, une table ronde où flânentun litre à moitié vide, trois verres, du veau froid dansune assiette, et, sur le plâtre nu de la muraille, deux[30] chromos: l'Exposition de 89 à vol d'oiseau, avec la tour

Page 192

Eiffel en bleu de perruquier, et le portrait du généralBoulanger, jeune et joli comme un sous-lieutenant. Excusezcette dernière faiblesse chez l'habitant de ce pauvrelogis: elle a été partagée par presque toute la France.[5] Mais le manchot a pris la lampe et, marchant sur la

Contes Français

COPPÉE 161

contes francais - [PDF Document] (162)

pointe du pied, éclaire un coin de chambre, où; sur un litassez propre, deux petit* garçons sont profondément endormis.Dans le plus jeune des enfants, que l'autre envelopped'un bras protecteur et serre contre son épaule,[10] M. Godefroy reconnaît son fils.

«Les deux mômes mouraient de sommeil, dit Pierron,en essayant d'adoucir sa voix rude. Comme je ne savaispas quand on viendrait réclamer le petit aristo, je leurai donné mon «pieu,» et, dès qu'ils ont tapé de l'oeil, j'ai[15] été faire ma déclaration au commissaire... D'ordinaire,Zidore a son petit lit dans la soupente; mais je me suis dit:Ils seront mieux là. Je veillerai, voilà tout. Je seraiplus tôt levé demain, pour aller aux Halles.»

Mais M. Godefroy écoute à peine. Dans un trouble[20] tout nouveau pour lui, il considère les deux enfantsendormis. Ils sont dans un méchant lit de fer, sur unecouverture grise de caserne ou d'hôpital. Pourtant quelgroupe touchant et gracieux! Et comme Raoul, qui agardé son joli costume de velours, et qui reste blotti avec[25] une confiance peureuse dans les bras de son camarade enblouse, semble faible et délicat! Le père, un instant privéde son fils, envie presque le teint brun et l'énergique visagedu petit faubourien.

«C'est votre fils? demande-t-il au manchot.

[30]--Non, monsieur, répond l'homme. Je suis garçon etje ne me marierai sans doute pas, rapport à mon accident...oh! bête comme tout! un camion qui m'a passé sur le

Page 193

bras... Mais voilà. Il y a deux ans, une voisine, unepauvre fille plantée là par un coquin avec un enfant surles bras, est morte à la peine. Elle travaillait dans lescouronnes de perles, pour les cimetières. On n'y gagne[5] pas sa vie, à ce métier-là. Elle a élevé son petit jusqu'àl'âge de cinq ans, et puis, ç'a été pour elle, à son tour,que les voisines ont acheté des couronnes. Alors je mesuis chargé du gosse. Oh! je n'ai pas eu grand mérite, etj'ai été bien vite récompensé. A sept ans, c'est déjà un[10] petit homme, et il se rend utile. Le dimanche et le jeudi,et aussi les autres jours, après l'école, il est avec moi,tient les balances, m'aide à pousser ma charrette, ce quine m'est pas trop commode, avec mon aileron... Direqu'autrefois j'étais un bon ajusteur, à dix francs par[15] jour!... Allez! Zidore est joliment débrouillard. C'est

Contes Français

COPPÉE 162

contes francais - [PDF Document] (163)

lui qui a ramassé le petit bourgeois.

--Comment? s'écrie M. Godefroy. C'est cet enfant?...

--Un petit homme, que je vous dis. Il sortait de laclasse, quand il a rencontré l'autre qui allait tout droit.[20] devant lui, sur le trottoir, en pleurant comme une fontaine.Il lui a parlé comme à un copain, l'a consolé, rassurédu mieux qu'il a pu. Seulement, on ne comprendpas bien ce qu'il raconte, votre bonhomme. Des motsd'anglais, des mots d'allemand; mais pas moyen de lui[25] tirer son nom et son adresse... Zidore me l'a amené;je n'étais pas loin de là, à vendre mes salades. Alors lescommères nous ont entourés, en coassant comme des grenouilles:«Faut le mener chez le commissaire.» MaisZidore a protesté. «Ça fera peur au môme,» qu'il disait.[30] Car il est comme tous les Parisiens: il n'aime pas lessergots. Et puis votre gamin ne voulait plus le quitter.Ma foi, tant pis! j'ai raté ma vente, et je suis rentré ici

Page 194

avec les mioches. Ils ont mangé un morceau ensemble,comme une paire d'amis, et puis, au dodo!... Sont-ilsgentils tout de même, hein?»

C'est étrange, ce qui se passe dans l'âme de M. Godefroy.[5] Tout à l'heure, dans sa voiture, il se proposait bien,sans doute, de donner à celui qui avait recueilli son filsune belle récompense, une poignée de cet or si facilementgagné en présence des encriers siphoïdes. Mais on vientde lever devant l'homme un coin du rideau qui cache la[10] vie des pauvres, si vaillants dans leur misère, sicharitables entre eux. Le courage de cette fille-mère se tuantde travail pour son enfant, la générosité de cet infirmeadoptant un orphelin, et surtout l'intelligente bonté de cegamin de la rue, de ce petit homme secourable pour un[15] plus petit, le recueillant, se faisant tout de suite son amiet son frère aîné, et lui épargnant, par un instinct délicat,le grossier contact de la police, tout cela émeut M. Godefroyet lui donne à réfléchir. Non, il ne se contentera pasd'ouvrir son portefeuille. Il veut faire mieux et plus pour[20] Zidore et pour Pierron le manchot, assurer leur avenir,les suivre de sa bienveillance. Ah! si les peu sentimentauxpersonnages qui viennent constamment parler d'affairesà M. le directeur du Comptoir général de créditpouvaient lire en ce moment dans son esprit, ils seraient[25] profondément étonnés; et pourtant M. le directeur vientde faire la meilleure affaire de sa vie: il vient de se découvrir

Contes Français

COPPÉE 163

contes francais - [PDF Document] (164)

un coeur de brave homme. Oui, monsieur le directeur,vous comptiez offrir une gratification à ces pauvresgens, et voilà que ce sont eux qui vous font un magnifique[30] cadeau, celui, d'un sentiment, et du plus doux, du plusnoble de tous, la pitié. Car M. Godefroy songe, à présent,--et il s'en souviendra,--qu'il y a d'autres estropiés que

Page 195

Pierron, l'ancien ajusteur devenu marchand de verdure,d'autres orphelins que le petit Zidore. Bien plus, il sedemande, avec une inquiétude profonde, si l'argent nedoit vraiment servir qu'à engendrer l'argent, et si l'on n'a[5] pas mieux à faire, entre ses repas, que de vendre en haussedes valeurs achetées en baisse et d'obtenir des places pourses électeurs.

Telle est sa rêverie devant le groupe des deux enfantsqui dorment. Enfin il se détourne, regarde en face le[10] marchand des quatre saisons; il est charmé par l'expressionloyale de ce visage de guerrier gaulois, aux yeuxclairs, aux moustaches ardentes.

«Mon ami, dit M. Godefroy, vous venez de me rendre,vous et votre fils adoptif, un de ces services! ...Bientôt,[15] vous aurez la preuve que je ne suis pas un ingrat. Mais,dès aujourd'hui... Je vois bien que vous n'êtes pas àl'aise et je veux vous laisser un premier souvenir.»

Mais de son unique main le manchot arrête le bras deM. Godefroy, qui plonge déjà sous le revers de la[20] redingote, du côté des bank-notes.

«Non, monsieur, non! N'importe qui aurait agi commenous... Je n'accepterai rien, soit dit sans vous offenser...On ne roule pas sur l'or, c'est vrai, mais, excusez lafierté, on a été soldat,--j'ai ma médaille du Tonkin, là,[25] dans le tiroir,--et on ne veut manger que le pain qu'ongagne.

--Soit, reprend le financier. Mais, voyons, un bravehomme comme vous, un ancien militaire... Vous meparaissez capable de mieux faire que de pousser une charrette[30] à bras... On s'occupera de vous, soyez tranquille.»

Mais l'estropié se contente de répondre froidement, avecun sourire triste qui révèle bien des déceptions, tout un

Contes Français

COPPÉE 164

contes francais - [PDF Document] (165)

Page 196

passé de découragement: «Enfin, si monsieur veut biensonger à moi!...»

Quelle surprise pour les loups-cerviers de la Bourse etles intrigants du Palais-Bourbon s'ils pouvaient savoir![5] Voilà que M. Godefroy est désolé, à présent, de la méfiancede ce pauvre diable. Attendez un peu! Il saurabien lui apprendre à ne pas douter de sa reconnaissance.Il y a de bonnes places de surveillants et de garçons decaisse, au Comptoir. Qu'est-ce que vous direz, monsieur[10] le sceptique, quand vous aurez un bel habit de drap gris-bleu,avec votre médaille du Tonkin à côté de la plaqued'argent? Et ce sera fait dès demain, n'ayez pas peur!Et c'est vous qui serez bien attrapé, ah! ah! ...

«Et Zidore? s'écrie M. Godefroy avec plus de chaleur[15] que s'il s'agissait de faire un bon coup sur les valeurs àturban. Vous permettrez bien que je m'occupe un peu deZidore?...

--Ah! pour ça, oui! répond joyeusem*nt Pierron.Souvent, quand je songe que le pauvre petit n'a que moi[20] au monde, je me dis: «Quel dommage!...» Car il est pleinde moyens. Les maîtres sont enchantés de lui, à l'écoleprimaire.»

Mais Pierron s'interrompt brusquement, et, dans sonregard de franchise, M. Godefroy lit encore, et très clairement,[25] cette arrière-pensée: «C'est trop beau, tout ça...Le bourgeois nous oubliera, une fois le dos tourné.»

«Maintenant, dit le manchot, je crois que nous n'avonsplus qu'à transporter votre gamin dans la voiture; carvous devez bien vous dire qu'il sera mieux chez vous qu'ici[30] ...Oh! vous n'avez qu'à le prendre dans vos bras; il nese réveillera même pas... On dort si bien à cet âge-là...Seulement il faudrait d'abord lui remettre ses souliers.»

Page 197

Et, suivant le regard du marchand des quatre saisons,M. Godefroy aperçoit devant le foyer, où se meurt unpetit feu de co*ke, deux paires de chaussures enfantines:les fines bottines de Raoul et les souliers à clous de Zidore;[5] et chacune des paires de chaussures contient un pantin dedeux sous et un cornet de bonbons de chez l'épicier.

Contes Français

COPPÉE 165

contes francais - [PDF Document] (166)

«Ne faites pas attention, monsieur, murmure alorsPierron d'une voix presque honteuse. C'est Zidore, avantde se jeter sur le lit, qui a mis là ses souliers et ceux de[10] votre fils... A la laïque, on a beau leur dire que c'est dela blague, les enfants croient encore à la Noël... Alors,moi, en revenant de chez le commissaire, comme je nesavais pas, après tout, si votre gamin ne passerait pas lanuit dans ma turne, j'ai acheté ces bêtises-là... vous[15] comprenez... pour que les gosses... à leur réveil...»

Ah! c'est à présent que les bras leur tomberaient, auxdéputés qui ont vu si souvent M. Godefroy voter pour lalibre pensée;--au fond, il s'en moquait pas mal, mais laréélection!--C'est à présent qu'ils jetteraient leur langue[20] au chat, tous les messieurs durs et secs qui siégeaient avecM. Godefroy autour des tables vertes et qui l'admiraientcomme un maître pour sa sécheresse et pour sa dureté.Est-ce que, par hasard, ce serait aujourd'hui la fin dumonde?... M. Godefroy a les yeux pleins de larmes!

[25] Tout à coup, il s'élance hors de la baraque, y rentre aubout d'une minute, les bras chargés du superbe chevalmécanique, de la grosse boite de soldats de plomb, desautres jouets magnifiques achetés par lui dans l'après-midiet restés dans sa voiture; et, devant Pierron stupéfait,[30] il dépose son fardeau doré et verni auprès des petit*souliers. Puis, saisissant la main du manchot dans lessiennes, et d'une voix que l'émotion fait trembler:

Page 198

«Mon ami, mon cher ami, dit-il au marchand des quatresaisons, voici les cadeaux que Noël apportait à mon petitRaoul. Je veux qu'il les trouve ici, en se réveillant, etqu'il les partage avec Zidore, qui sera désormais son[5] camarade... Maintenant, vous me croyez, n'est-ce pas?...Je me charge de vous et du gamin...et je resteencore votre obligé; car vous ne m'avez pas seulementaidé à retrouver mon fils perdu; vous m'avez aussi rappeléqu'il y avait des pauvres gens, à moi, mauvais[10] riche qui vivais sans y songer. Mais, je le jure par cesdeux enfants endormis, je ne l'oublierai plus, désormais!»...Tel est le miracle, messieurs et mesdames, accomplile 24 décembre dernier, à Paris, en plein égoïsme moderne.Il est très invraisemblable, j'en conviens; et, en dépit des[15] anciens votes anticléricaux de M. Godefroy et de l'éducationpurement laïque reçue par Zidore à l'école primaire,je suis bien forcé d'attribuer cet événement merveilleuxà la grâce de l'Enfant divin, venu au monde, il y a près

Contes Français

COPPÉE 166

contes francais - [PDF Document] (167)

de dix-neuf cents ans, pour ordonner aux hommes de[20] s'aimer les uns les autres.

Page 199

GAUTIER

LA MILLE ET DEUXIÈME NUIT

IL y avait une fois dans la ville du Caire un jeune hommenommé Mahmoud-Ben-Ahmed, qui demeurait sur la placede l'Esbekick.

Son père et sa mère étaient morts depuis quelques années[5] en lui laissant une fortune médiocre, mais suffisante pourqu'il pût vivre sans avoir recours au travail de ses mains:d'autres auraient essayé de charger un vaisseau demarchandises ou de joindre quelques chameaux chargésd'étoffes précieuses à la caravane qui va de Bagdad à[10] la Mecque; mais Mahmoud-Ben-Ahmed préférait vivre.tranquille, et ses plaisirs consistaient à fumer du tombekidans son narguilhé, en prenant des sorbets et en mangeantdes confitures sèches de Damas.

Quoiqu'il fût bien fait de sa personne, de visage régulier[15] et de mine agréable, il ne cherchait pas les aventures, etavait répondu plusieurs fois aux personnes qui le pressaientde se marier et lui proposaient des partis riches et convenables,qu'il n'était pas encore temps et qu'il ne sesentait nullement d'humeur à prendre femme.

[20] Mahmoud-Ben-Ahmed avait reçu une bonne éducation:il lisait couramment dans les livres les plus anciens,possédait une belle écriture, savait par coeur les versets duCoran, les remarques des commentateurs, et eût récitésans se tromper d'un vers les Moallakats des fameux[25] poètes affichés aux portes des mosquées; il était un peu

Page 200

poète lui-même et composait volontiers des vers assonantset rimés, qu'il déclamait sur des airs de sa façon avecbeaucoup de grâce et de charme.

Contes Français

GAUTIER 167

contes francais - [PDF Document] (168)

A force de fumer son narguilhé et de rêver à la fraîcheur[5] du soir sur les dalles de marbre de sa terrasse, la tête deMahmoud-Ben-Ahmed s'était un peu exaltée: il avaitformé le projet d'être l'amant d'une péri ou tout au moinsd'une princesse du sang royal. Voilà le motif secret quilui faisait recevoir avec tant d'indifférence les propositions[10] de mariage et refuser les offres des marchandsd'esclaves. La seule compagnie qu'il pût supporter étaitcelle de son cousin Abdul-Malek, jeune homme doux ettimide qui semblait partager la modestie de ses goûts.

Un jour, Mahmoud-Ben-Ahmed se rendait au bazar pour[15] acheter quelques flacons d'atar-gull et autres drogueriesde Constantinople, dont il avait besoin. Il rencontra,dans une rue fort étroite, une litière fermée par des rideauxde velours incarnadin, portée par deux mules blanches etprécédée de zebeks et de chiaoux richement costumés. Il[20] se rangea contre le mur pour laisser passer le cortège;mais il ne put le faire si précipitamment qu'il n'eût letemps de voir, par l'interstice des courtines, qu'une follebouffée d'air souleva, une fort belle dame assise sur descoussins de brocart d'or. La dame, se fiant sur l'épaisseur[25] des rideaux et se croyant à l'abri de tout regard téméraire,avait relevé son voile à cause de la chaleur. Ce ne futqu'un éclair; cependant cela suffit pour faire tourner latête du pauvre Mahmoud-Ben-Ahmed: la dame avait leteint d'une blancheur éblouissante, des sourcils que l'on[30] eût pu croire tracés au pinceau, une bouche de grenadequi en s'entr'ouvrant laissait voir une double file de perlesd'Orient plus fines et plus limpides que celles qui forment

Page 201

les bracelets et le collier de la sultane favorite, un airagréable et fier, et dans toute sa personne je ne sais quoide noble et de royal.

Mahmoud-Ben-Ahmed, comme ébloui de tant de[5] perfections, resta longtemps immobile à la même place, et,oubliant qu'il était sorti pour faire des emplettes, il retournachez lui les mains vides, emportant dans son coeurla radieuse vision.

Toute la nuit il ne songea qu'à la belle inconnue, et dès[10] qu'il fut levé il se mit à composer en son honneur unelongue pièce de poésie, où les comparaisons les plus fleurieset les plus galantes étaient prodiguées.

Ne sachant que faire, sa pièce achevée et transcrite sur

Contes Français

GAUTIER 168

contes francais - [PDF Document] (169)

une belle feuille de papyrus avec de belles majuscules en[15] encre rouge et des fleurons dorés, il la mit dans sa mancheet sortit pour montrer ce morceau à son ami Abdul, pourlequel il n'avait aucune pensée secrète.

En se rendant à la maison d'Abdul, il passa devant lebazar et entra dans la boutique du marchand de parfums[20] pour prendre les flacons d'atar-gull. Il y trouva une belledame enveloppée d'un long voile blanc qui ne laissaitdécouvert que l'oeil gauche. Mahmoud-Ben-Ahmed, surce seul oeil gauche, reconnut incontinent la belle dame dupalanquin. Son émotion fut si forte, qu'il fut obligé de[25] s'adosser à la muraille.

La dame au voile blanc s'aperçut du trouble deMahmoud-Ben-Ahmed, et lui demanda obligeamment ce qu'ilavait et si, par hasard, il se trouvait incommodé.

Le marchand, la dame et Mahmoud-Ben-Ahmed passèrent[30] dans l'arrière-boutique. Un petit nègre apportasur un plateau un verre d'eau de neige, dontMahmoud-Ben-Ahmed but quelques gorgées.

Page 202

«Pourquoi donc ma vue vous a-t-elle causé une si viveimpression?» dit la dame d'un ton de voix fort doux et oùperçait un intérêt assez tendre.

Mahmoud-Ben-Ahmed lui raconta comment il l'avait[5] vue près de la mosquée du sultan Hassan à l'instant où lesrideaux de sa litière s'étaient un peu écartés, et que depuiscet instant il se mourait d'amour pour elle.

«Vraiment, dit la dame, votre passion est née si subitementque cela? je ne croyais pas que l'amour vînt si vite.[10] Je suis effectivement la femme que vous avez rencontréehier; je me rendais au bain dans ma litière, et comme lachaleur était étouffante, j'avais relevé mon voile. Maisvous m'avez mal vue, et je ne suis pas si belle que vous ledites.»

[15] En disant ces mots, elle écarta son voile et découvrit unvisage radieux de beauté, et si parfait, que l'envie n'auraitpu y trouver le moindre défaut.

Vous pouvez juger quels furent les transports deMahmoud-Ben-Ahmed à une telle faveur; il se répandit en[20] compliments qui avaient le mérite, bien rare pour des

Contes Français

GAUTIER 169

contes francais - [PDF Document] (170)

compliments, d'être parfaitement sincères et de n'avoirrien d'exagéré. Comme il parlait avec beaucoup de feuet de véhémence, le papier sur lequel ses vers étaienttranscrits s'échappa de sa manche et roula sur le plancher.[25] «Quel est ce papier? dit la dame, l'écriture m'en paraîtfort belle et annonce une main exercée.

--C'est, répondit le jeune homme en rougissant beaucoup,une pièce de vers que j'ai composée cette nuit, nepouvant dormir. J'ai tâché d'y célébrer vos perfections;[30] mais la copie est bien loin de l'original, et mes vers n'ontpoint les brillants qu'il faut pour célébrer ceux de vosYeux.»

Page 203

La jeune dame lut ces vers attentivement, et dit en lesmettant dans sa ceinture:

«Quoiqu'ils contiennent beaucoup de flatteries, ils nesont vraiment pas mal tournés.»

[5] Puis elle ajusta son voile et sortit de la boutique enlaissant tomber avec un accent qui pénétra le coeur deMahmoud-Ben-Ahmed:

«Je viens quelquefois, au retour du bain, acheter desessences et des boites de parfumerie chez Bedredin.»

[10] Le marchand félicita Mahmoud-Ben-Ahmed de sabonne fortune, et, l'emmenant tout au fond de sa boutique,il lui dit bien bas à l'oreille:

«Cette jeune dame n'est autre que la princesse Ayesha,fille du calife.»

[15] Mahmoud-Ben-Ahmed rentra chez lui tout étourdi deson bonheur et n'osant y croire. Cependant, quelquemodeste qu'il fût, il ne pouvait se dissimuler que la princesseAyesha ne l'eût regardé d'un oeil favorable. Lehasard, ce grand entremetteur, avait été au delà de ses[20] plus audacieuses espérances. Combien il se félicita alorsde ne pas avoir cédé aux suggestions de ses amis quil'engageaient à prendre femme, et aux portraits séduisantsque lui faisaient les vieilles des jeunes filles à marier quiont toujours, comme chacun le sait, des yeux de gazelle,[25] une figure de pleine lune, des cheveux plus longs que laqueue d'Al Borack, la jument du Prophète, une bouchede jaspe rouge, avec une haleine d'ambre gris, et mille

Contes Français

GAUTIER 170

contes francais - [PDF Document] (171)

autres perfections qui tombent avec le haïck et le voilenuptial: comme il fut heureux de se sentir dégagé de tout[30] lien vulgaire, et libre de s'abandonner tout entier à sanouvelle passion!

Il eut beau s'agiter et se tourner sur son divan, il ne

Page 204

put s'endormir; l'image de la princesse Ayesha, étincelantecomme un oiseau de flamme sur un fond de soleilcouchant, passait et repassait devant ses yeux. Ne pouvanttrouver de repos, il monta dans un de ses cabinets de[5] bois de cèdre merveilleusem*nt découpé que l'on applique,dans les villes d'Orient, aux murailles extérieures desmaisons, afin d'y profiter de la fraîcheur et du courantd'air qu'une rue ne peut manquer de former; le sommeilne lui vint pas encore, car le sommeil est comme le bonheur,[10] il fuit quand on le cherche; et, pour calmer ses espritspar le spectacle d'une nuit sereine, il se rendit avecson narguilhé sur la plus haute terrasse de son habitation.

L'air frais de la nuit, la beauté du ciel plus pailleté d'orqu'une robe de péri et dans lequel la lune faisait voir ses[15] joues d'argent, comme une sultane pâle d'amour qui sepenche aux treillis de son kiosque, firent du bien àMahmoud-Ben-Ahmed, car il était poète, et ne pouvait resterinsensible au magnifique spectacle qui s'offrait à sa vue.

De cette hauteur, la ville du Caire se déployait devant[20] lui comme un de ces plans en relief où les giaours retracentleurs villes fortes. Les terrasses ornées de pots de plantesgrasses, et bariolées de tapis; les places où miroitait l'eaudu Nil, car on était à l'époque de l'inondation; les jardinsd'où jaillissaient des groupes de palmiers, des touffes de[25] caroubiers ou de nopals; les iles de maisons coupées derues étroites; les coupoles d'étain des mosquées; les minaretsfrêles et découpés à jour comme un hochet d'ivoire;les angles obscurs ou lumineux des palais formaient uncoup d'oeil arrangé à souhait pour le plaisir des yeux.[30] Tout au fond, les sables cendrés de la plaine confondaientleurs teintes avec les couleurs laiteuses du firmament, etles trois pyramides de Giseh, vaguement ébauchées par

Page 205

un rayon bleuâtre, dessinaient au bord de l'horizon leurgigantesque triangle de pierre.

Contes Français

GAUTIER 171

contes francais - [PDF Document] (172)

Assis sur une pile de carreaux et le corps enveloppé parles circonvolutions élastiques du tuyau de son narguilhé,[5] Mahmoud-Ben-Ahmed tâchait de démêler dans la transparenteobscurité la forme lointaine du palais où dormaitla belle Ayesha. Un silence profond régnait sur ce tableauqu'on aurait pu croire peint, car aucun souffle,aucun murmure n'y révélaient la présence d'un être[10] vivant: le seul bruit appréciable était celui que faisait lafumée du narguilhé de Mahmoud-Ben-Ahmed en traversantla boule de cristal de roche remplie d'eau destinée àrefroidir ses blanches bouffées. Tout d'un coup, un criaigu éclata au milieu de ce calme, un cri de détresse suprême,[15] comme doit en pousser, au bord de la source, l'antilopequi sent se poser sur son cou la griffe d'un lion, ous'engloutir sa tête dans la gueule d'un crocodile.Mahmoud-Ben-Ahmed, effrayé par ce cri d'agonie et dedésespoir, se leva d'un seul bond et posa instinctivement la[20] main sur le pommeau de son yatagan dont il fit jouer lalame pour s'assurer qu'elle ne tenait pas au fourreau;puis il se pencha du côté d'où le bruit avait semblépartir.

Il démêla fort loin dans l'ombre un groupe étrange, mystérieux,[25] composé d'une figure blanche poursuivie par unemeute de figures noires, bizarres et monstrueuses, auxgestes frénétiques, aux allures désordonnées. L'ombreblanche semblait voltiger sur la cime des maisons, etl'intervalle qui la séparait de ses persécuteurs était si peu[30] considérable, qu'il était à craindre qu'elle ne fût bientôtprise si sa course se prolongeait, et qu'aucun événementne vint à son secours. Mahmoud-Ben-Ahmed crut d'abord

Page 206

que c'était une péri ayant aux trousses un essaim degoules mâchant de la chair de mort dans leurs incisivesdémesurées, ou de djinns aux ailes flasques, membraneuses,armées d'ongles comme celles des chauves-souris, et,[5] tirant de sa poche son comboloio de graines d'aloès jaspées,il se mit à réciter, comme préservatif, les quatre-vingt-dix-neuf nomsd'Allah. Il n'était pas au vingtième, qu'ils'arrêta. Ce n'était pas une péri, un être surnaturel quifuyait ainsi en sautant d'une terrasse à l'autre et en[10] franchissant les rues de quatre ou cinq pieds de large quicoupent le bloc compacte des villes orientales, mais bienune femme; les djinns n'étaient que des zebecks, des chiaouxet des eunuques acharnés à sa poursuite.

Contes Français

GAUTIER 172

contes francais - [PDF Document] (173)

Deux ou trois terrasses et une rue séparaient encore la[15] fugitive de la plate-forme où se tenait Mahmoud-Ben-Ahmed,mais ses forces semblaient la trahir; elle retournaconvulsivement la tête sur l'épaule, et, comme un chevalépuisé dont l'éperon ouvre le flanc, voyant si près d'ellele groupe hideux qui la poursuivait, elle mit la rue entre[20] elle et ses ennemis d'un bond désespéré.Elle frôla dans son élan Mahmoud-Ben-Ahmed qu'ellen'aperçut pas, car la lune s'était voilée, et courut à l'extrémitéde la terrasse qui donnait de ce côté-là sur uneseconde rue plus large que la première. Désespérant de[25] la pouvoir sauter, elle eut l'air de chercher des yeuxquelque coin où se blottir, et, avisant un grand vase de marbre,elle se cacha dedans comme le génie qui rentre dans lacoupe d'un lis.

La troupe furibonde envahit la terrasse avec l'impétuosité[30] d'un vol de démons. Leurs faces cuivrées ou noires àlongues moustaches, ou hideusem*nt imberbes, leurs yeuxétincelants, leurs mains crispées agitant des damas et des

Page 207

kandjars, la fureur empreinte sur leurs physionomies basseset féroces, causèrent un mouvement d'effroi à Mahmoud-Ben-Ahmed,quoiqu'il fût brave de sa personne et habileau maniement des armes. Ils parcoururent de l'oeil la[5] terrasse vide, et n'y voyant pas la fugitive, ils pensèrentsans doute qu'elle avait franchi la seconde rue, et ilscontinuèrent leur poursuite sans faire autrement attention àMahmoud-Ben-Ahmed.

Quand le cliquetis de leurs armes et le bruit de leurs[10] babouches sur les dalles des terrasses se fut éteint dansl'éloignement, la fugitive commença à lever par-dessus lesbords du vase sa jolie tête pâle, et promena autour d'elledes regards d'antilope effrayée, puis elle sortit ses épauleset se mit debout, charmant pistil de cette grande fleur de[15] marbre; n'apercevant plus que Mahmoud-Ben-Ahmed quilui souriait et lui faisait signe qu'elle n'avait rien à craindre,elle s'élança hors du vase et vint vers le jeune hommeavec une attitude humble et des bras suppliants.

«Par grâce, par pitié, seigneur, sauvez-moi, cachez-moi[20] dans le coin le plus obscur de votre maison, dérobez-moià ces démons qui me poursuivent.»

Mahmoud-Ben-Ahmed la prit par la main, la conduisità l'escalier de la terrasse dont il ferma la trappe avec soin,

Contes Français

GAUTIER 173

contes francais - [PDF Document] (174)

et la mena dans sa chambre. Quand il eut allumé la[25] lampe, il vit que la fugitive était jeune, il l'avait déjàdeviné au timbre argentin de sa voix, et fort jolie, ce quine l'étonna pas; car à la lueur des étoiles, il avait distinguésa taille élégante. Elle paraissait avoir quinze ans toutau plus. Son extrême pâleur faisait ressortir ses grands[30] yeux noirs en amande, dont les coins se prolongeaientjusqu'aux tempes; son nez mince et délicat donnait beaucoupde noblesse à son profil, qui aurait pu faire envie

Page 208

aux plus belles filles de Chio ou de Chypre, et rivaliseravec la beauté de marbre des idoles adorées par les vieuxpaïens grecs. Son cou était charmant et d'une blancheurparfaite; seulement, sur sa nuque, on voyait une légère[5] raie de pourpre mince comme un cheveu ou comme leplus délié fil de soie, quelques petites gouttelettes de sangsortaient de cette ligne rouge. Ses vêtements étaientsimples et se composaient d'une veste passem*ntée desoie, de pantalons de mousseline et d'une ceinture bariolée;[10] sa poitrine se levait et s'abaissait sous sa tunique de gazerayée, car elle était encore hors d'haleine et à peine remisede son effroi.

Lorsqu'elle fut un peu reposée et rassurée, elle s'agenouilladevant Mahmoud-Ben-Ahmed et lui raconta son[15] histoire en fort bons termes: «J'étais esclave dans lesérail du riche Abu-Becker, et j'ai commis la faute deremettre à la sultane favorite un sélam ou lettre de fleursenvoyée par un jeune émir de la plus belle mine avec quielle entretenait un commerce amoureux. Abu-Becker,[20] ayant surpris le sélam, est entré dans une fureur horrible,a fait enfermer sa sultane favorite dans un sac de cuir avecdeux chats, l'a fait jeter à l'eau et m'a condamnée à avoirla tête tranchée. Le Kislar-agassi fut chargé de cetteexécution; mais, profitant de l'effroi et du désordre qu'avait[25] causé dans le sérail le châtiment terrible infligé à la pauvreNourmahal, et trouvant ouverte la trappe de la terrasse,je me sauvai. Ma fuite fut aperçue, et bientôt les eunuquesnoirs, les zebecs et les Albanais au service de monmaître se mirent à ma poursuite. L'un d'eux, Mesrour,[30] dont j'ai toujours repoussé les prétentions, m'a talonné desi près avec son damas brandi, qu'il a bien manqué dem'atteindre; une fois même j'ai senti le fil de son sabre

Page 209

Contes Français

GAUTIER 174

contes francais - [PDF Document] (175)

effleurer ma peau, et c'est alors que j'ai poussé ce criterrible que vous avez dû entendre, car je vous avoue quej'ai cru que ma dernière heure était arrivée; mais Dieuest Dieu et Mahomet est son prophète; l'ange Asraël[5] n'était pas encore prêt à m'emporter vers le pont d'Alsirat.Maintenant je n'ai plus d'espoir qu'en vous. Abu-Beckerest puissant, il me fera chercher, et s'il peut me reprendre,Mesrour aurait cette fois la main plus sûre, et son damasne se contenterait pas de m'effleurer le cou, dit-elle en[10] souriant, et en passant la main sur l'imperceptible raierose tracée par le sabre du zebec. Acceptez-moi pourvotre esclave, je vous consacrerai une vie que je vous dois.Vous trouverez toujours mon épaule pour appuyer votrecoude, et ma chevelure pour essuyer la poudre de vos[15] sandales.»

Mahmoud-Ben-Ahmed était fort compatissant de sanature, comme tous les gens qui ont étudié les lettres etla poésie. Leila, tel était le nom de l'esclave fugitive,s'exprimait en termes choisis; elle était jeune, belle, et[20] n'eût-elle été rien de tout cela, l'humanité eût défendu dela renvoyer. Mahmoud-Ben-Ahmed montra à la jeuneesclave un tapis de Perse, des carreaux de soie dans l'anglede la chambre, et sur le rebord de l'estrade une petite collationde dattes, de cédrats confits et de conserves de roses[25] de Constantinople, à laquelle, distrait par ses pensées, iln'avait pas touché lui-même, et de plus, deux pots à rafraîchirl'eau, en terre poreuse de Thèbes, posés dans dessoucoupes de porcelaine de Japon et couverts d'unetranspiration perlée. Ayant ainsi provisoirement installé[30] Leila, il remonta sur sa terrasse pour achever son narguilhéet trouver la dernière assonance du ghazel qu'il composaiten l'honneur de la princesse Ayesha, ghazel où les lis d'Iran,

Page 210

les fleurs du Gulistan, les étoiles et toutes les constellationscélestes se disputaient pour entrer.

Le lendemain, Mahmoud-Ben-Ahmed, dès que le jourparut, fit cette réflexion qu'il n'avait pas de sachet de[5] benjoin, qu'il manquait de civette, et que la bourse desoie brochée d'or et constellée de paillettes, où il serraitson latakié, était éraillée et demandait à être remplacéepar une autre plus riche et de meilleur goût. Ayant àpeine pris le temps de faire ses ablutions et de réciter sa[10] prière en se tournant du côté de l'orient, il sortit de samaison après avoir recopié sa poésie et l'avoir mise danssa manche comme la première fois, non pas dans l'intention

Contes Français

GAUTIER 175

contes francais - [PDF Document] (176)

de la montrer à son ami Abdul, mais pour la remettreà la princesse Ayesha en personne, dans le cas où il la[15] rencontrerait au bazar, dans la boutique de Bedredin.Le muezzin, perché sur le balcon du minaret, annonçaitseulement la cinquième heure; il n'y avait dans les ruesque les fellahs, poussant devant eux leurs ânes chargés depastèques, de régimes de dattes, de poules liées par les[20] pattes, et de moitiés de moutons qu'ils portaient au marché.Il fut dans le quartier où était situé le palais d'Ayesha,mais il ne vit rien que des murailles crénelées et blanchiesà la chaux. Rien ne paraissait aux trois ou quatre petitesfenêtres obstruées de treillis de bois à mailles étroites, qui[25] permettaient aux gens de la maison de voir ce qui sepassait dans la rue, mais ne laissaient aucun espoir auxregards indiscrets et aux curieux du dehors. Les palaisorientaux, à l'envers des palais du Franquistan, réserventleurs magnificences pour l'intérieur et tournent, pour ainsi[30] dire, le dos au passant. Mahmoud-Ben-Ahmed ne retiradonc pas grand fruit de ses investigations. Il vit entreret sortir deux ou trois esclaves noirs, richement habillés,

Page 211

et dont la mine insolente et fière prouvait la conscienced'appartenir à une maison considérable et à une personnede la plus haute qualité. Notre amoureux, en regardantces épaisses murailles, fit de vains efforts pour découvrir[5] de quel côté se trouvaient les appartements d'Ayesha. Ilne put y parvenir: la grande porte, formée par un arcdécoupé en coeur, était murée au fond, ne donnait accèsdans la cour que par une porte latérale, et ne permettaitpas au regard d'y pénétrer. Mahmoud-Ben-Ahmed fut[10] obligé de se retirer sans avoir fait aucune découverte;l'heure s'avançait et il aurait pu être remarqué. Il serendit donc chez Bedredin, auquel il fit, pour se le rendrefavorable, des emplettes assez considérables d'objets dontil n'avait aucun besoin. Il s'assit dans la boutique,[15] questionna le marchand, s'enquit de son commerce, s'ils'était heureusem*nt défait des soieries et des tapis apportéspar la dernière caravane d'Alep, si ses vaisseauxétaient arrivés au port sans avaries; bref, il fit toutes leslâchetés habituelles aux amoureux; il espérait toujours[20] voir paraître Ayesha; mais il fut trompé dans son attente:elle ne vint pas ce jour-là. Il s'en retourna chez lui, lecoeur gros, l'appelant déjà cruelle et perfide, comme sieffectivement elle lui eût promis de se trouver chez Bedredinet qu'elle lui eût manqué de parole.

[25] En rentrant dans sa chambre, il mit ses babouches dans

Contes Français

GAUTIER 176

contes francais - [PDF Document] (177)

la niche de marbre sculpté, creusée à côté de la porte pourcet usage; il ôta le caftan d'étoffe précieuse qu'il avaitendossé dans l'idée rehausser sa bonne mine et deparaître avec tous ses avantages aux yeux d'Ayesha, et[30] s'étendit sur son divan dans un affaissem*nt voisin dudésespoir. Il lui semblait que tout était perdu, que lemonde allait finir, et il se plaignait amèrement de la

Page 212

fatalité; le tout, pour ne pas avoir rencontré, ainsi qu'ill'espérait, une femme qu'il ne connaissait pas deux joursauparavant.

Comme il avait fermé les yeux de son corps pour mieux[5] voir le rêve de son âme, il sentit un vent léger lui rafraîchirle front; il souleva ses paupières, et vit, assise à côté delui, par terre, Leila qui agitait un de ces petit* pavillonsd'écorce de palmier, qui servent, en Orient, d'éventail etde chasse-mouche. Il l'avait complètement oubliée.

[10] «Qu'avez-vous, mon cher seigneur? dit-elle d'une voixperlée et mélodieuse comme de la musique. Vous neparaissez pas jouir de votre tranquillité d'esprit; quelquesouci vous tourmente. S'il était au pouvoir de votreesclave de dissiper ce nuage de tristesse qui voile votre[15] front, elle s'estimerait la plus heureuse femme du monde,et ne porterait pas envie à la sultane Ayesha elle-même,quelque belle et quelque riche qu'elle soit.»

Ce nom fit tressaillir Mahmoud-Ben-Ahmed sur sondivan, comme un malade dont on touche la plaie par[20] hasard; il se souleva un peu et jeta un regard inquisiteursur Leila, dont la physionomie était la plus calme dumonde et n'exprimait rien autre chose qu'une tendresollicitude. Il rougit cependant comme s'il avait étésurpris dans le secret de sa passion. Leila, sans faire[25] attention à cette rougeur délatrice et significative,continua à offrir ses consolations à son nouveau maître:

«Que puis-je faire pour éloigner de votre esprit lessombres idées qui l'obsèdent? un peu de musique dissiperaitpeut-être cette mélancolie. Une vieille esclave qui[30] avait été odalisque de l'ancien sultan m'a appris les secretsde la composition; je puis improviser des vers et m'accompagnerde la guzla!»

Page 213

Contes Français

GAUTIER 177

contes francais - [PDF Document] (178)

En disant ces mots, elle détacha du mur la guzla auventre de citronnier, côtelé d'ivoire, au manche incrustéde nacre, de burgau et d'ébène, et joua d'abord avec unerare perfection la tarabuca et quelques autres airs arabes.

[5] La justesse de la voix et la douceur de la musique eussent,en toute autre occasion, réjoui Mahmoud-Ben-Ahmed,qui était fort sensible aux agréments des vers etde l'harmonie; mais il avait le cerveau et le coeur sipréoccupés de la dame qu'il avait vue chez Bedredin, qu'il ne[10] fit aucune attention aux chansons de Leila.

Le lendemain, plus heureux que la veille, il rencontraAyesha dans la boutique de Bedredin. Vous décrire sajoie serait une entreprise impossible; ceux qui ont étéamoureux peuvent seuls la comprendre. Il resta un[15] moment sans voix, sans haleine, un nuage dans les yeux.Ayesha, qui vit son émotion, lui en sut gré et lui adressala parole avec beaucoup d'affabilité; car rien ne flatte lespersonnes de haute naissance comme le trouble qu'ellesinspirent. Mahmoud-Ben-Ahmed, revenu à lui, fit tous[20] ses efforts pour être agréable, et comme il était jeune, debelle apparence, qu'il avait étudié la poésie et s'exprimaitdans les termes les plus élégants, il crut s'apercevoir qu'ilne déplaisait point, et il s'enhardit à demander un rendez-vousà la princesse dans un lieu plus propice et plus sûr[25] que la boutique de Bedredin.

«Je sais, lui dit-il, que je suis tout au plus bon pour êtrela poussière de votre chemin, que la distance de vous àmoi ne pourrait être parcourue en mille ans par un chevalde la race du prophète toujours lancé au galop; mais[30] l'amour rend audacieux, et la chenille éprise de la rose nesaurait s'empêcher d'avouer son amour.»

Ayesha écouta tout cela sans le moindre signe de

Page 214

courroux, et, fixant sur Mahmoud-Ben-Ahmed des yeuxchargés de langueur, elle lui dit:

«Trouvez-vous demain à l'heure de la prière dans lamosquée du sultan Hassan, sous la troisième lampe; vous[5] y rencontrerez un esclave noir vêtu de damas jaune. Ilmarchera devant vous, et vous le suivrez.»

Cela dit, elle ramena son voile sur sa figure et sortit.

Contes Français

GAUTIER 178

contes francais - [PDF Document] (179)

Notre amoureux n'eut garde de manquer au rendez-vous:il se planta sous la troisième lampe, n'osant s'en[10] écarter de peur de ne pas être trouvé par l'esclave noir,qui n'était pas encore à son poste. Il est vrai queMahmoud-Ben-Ahmed avait devancé de deux heures le momentindiqué. Enfin, il vit paraître le nègre vêtu de damas jaune;il vint droit au pilier contre lequel Mahmoud-Ben-Ahmed[15] se tenait debout. L'esclave l'ayant regardé attentivement,lui fit un signe imperceptible pour l'engager à le suivre.Ils sortirent tous deux de la mosquée. Le noir marchaitd'un pas rapide, fit faire à Mahmoud-Ben-Ahmed uneinfinité de détours à travers l'écheveau embrouillé et[20] compliqué des rues du Caire. Notre jeune homme unefois voulut adresser la parole à son guide; mais celui-ci,ouvrant sa large bouche meublée de dents aiguës etblanches, lui fit voir que sa langue avait été coupéejusqu'aux racines. Ainsi il lui eût été difficile de[25] commettre des indiscrétions.

Enfin ils arrivèrent dans un endroit de la ville tout àfait désert et que Mahmoud-Ben-Ahmed ne connaissaitpas, quoiqu'il fût natif du Caire et qu'il crût en connaîtretous les quartiers: le muet s'arrêta devant un mur blanchi[30] à la chaux, où il n'y avait pas apparence de porte. Ilcompta six pas à partir de l'angle du mur, et chercha avecbeaucoup d'attention un ressort sans doute caché dans

Page 215

l'interstice des pierres. L'ayant trouvé, il pressa la détente,une colonne tourna sur elle-même, et laissa voir un passagesombre, étroit, où le muet s'engagea, suivi deMahmoud-Ben-Ahmed. Ils descendirent d'abord plus de cent[5] marches, et suivirent ensuite un corridor obscur d'unelongueur interminable. Mahmoud-Ben-Ahmed, en tâtantles murs, reconnut qu'ils étaient de roche vive, sculptésd'hiéroglyphes en creux et comprit qu'il était dans lescouloirs souterrains d'une ancienne nécropole égyptienne[10] dont on avait profité pour établir cette issue secrète. Aubout du corridor, dans un grand éloignement, scintillaientquelques lueurs de jour bleuâtre. Ce jour passait à traversdes dentelles d'une sculpture évidée faisant partie de lasalle où le corridor aboutissait. Le muet poussa un autre[15] ressort, et Mahmoud-Ben-Ahmed se trouva dans unesalle dallée de marbre blanc, avec un bassin et un jetd'eau au milieu, des colonnes d'albâtre, des murs revêtusde mosaïques de verre, de sentences du Coran entremêléesde fleurs et d'ornements, et couverte par une voûte[20] sculptée, fouillée, travaillée comme l'intérieur d'une ruche

Contes Français

GAUTIER 179

contes francais - [PDF Document] (180)

ou d'une grotte à stalactites, d'énormes pivoines écarlatesposées dans d'énormes vases mauresques de porcelaineblanche et bleue complétaient la décoration. Sur uneestrade garnie de coussins, espèce d'alcôve pratiquée dans[25] l'épaisseur du mur, était assise la princesse Ayesha, sansvoile, radieuse, et surpassant en beauté les houris duquatrième ciel.

«Eh bien! Mahmoud-Ben-Ahmed, avez-vous fait d'autresvers en mon honneur?» lui dit-elle du ton le plus[30] gracieux en lui faisant signe de s'asseoir.

Mahmoud-Ben-Ahmed se jeta aux genoux d'Ayesha ettira son papyrus de sa manche, et lui récita son ghazel

Page 216

du ton le plus passionné; c'était vraiment un remarquablemorceau de poésie. Pendant qu'il lisait, les joues de laprincesse s'éclairaient et se coloraient comme une lamped'albâtre que l'on vient d'allumer. Ses yeux étoilaient et[5] lançaient des rayons d'une clarté extraordinaire, son corpsdevenait comme transparent, sur ses épaules frémissantess'ébauchaient vaguement des ailes de papillon.Malheureusem*nt Mahmoud-Ben-Ahmed, trop occupé de lalecture de sa pièce de vers, ne leva pas les yeux et ne[10] s'aperçut pas de la métamorphose qui s'était opérée.Quand il eut achevé, il n'avait plus devant lui que laprincesse Ayesha qui le regardait en souriant d'un airironique.

Comme tous les poètes, trop occupés de leurs propres[15] créations, Mahmoud-Ben-Ahmed avait oublié que lesplus beaux vers ne valent pas une parole sincère, un regardilluminé par la clarté de l'amour.--Les péris sont commeles femmes, il faut les deviner et les prendre juste aumoment où elles vont remonter aux cieux pour n'en plus[20] descendre.--L'occasion doit être saisie par la bouclede cheveux qui lui pend sur le front, et les esprits del'air par leurs ailes. C'est ainsi qu'on peut s'en rendremaître.

«Vraiment, Mahmoud-Ben-Ahmed, vous avez un talent[25] de poète des plus rares, et vos vers méritent d'être affichésà la porte des mosquées, écrits en lettres d'or, à côté desplus célèbres productions de Ferdoussi, de Saadi et d'Ibnn-Ben-Omaz.C'est dommage qu'absorbé par la perfectionde vos rimes allitérées, vous ne m'avez pas regardée tout[30] à l'heure, vous auriez vu... ce que vous ne reverrez

Contes Français

GAUTIER 180

contes francais - [PDF Document] (181)

peut-être jamais plus. Votre voeu le plus cher s'est accomplidevant vous sans que vous vous en soyez aperçu.

Page 217

Adieu, Mahmoud-Ben-Ahmed, qui ne vouliez aimerqu'une péri.»

Là-dessus Ayesha se leva d'un air tout à fait majestueux,souleva une portière de brocart d'or et disparut.

[5] Le muet vint reprendre Mahmoud-Ben-Ahmed, et lereconduisit par le même chemin jusqu'à l'endroit où ill'avait pris. Mahmoud-Ben-Ahmed, affligé et surprisd'avoir été ainsi congédié, ne savait que penser et seperdait dans ses réflexions, sans pouvoir trouver de motif à[10] la brusque sortie de la princesse: il finit par l'attribuer à uncaprice de femme qui changerait à la première occasion;mais il eut beau aller chez Bedredin acheter du benjoin etdes peaux de civette, il ne rencontra plus la princesseAyesha; il fit un nombre infini de stations près du troisième[15] pilier de la mosquée du sultan Hassan, il ne vit plusreparaître le noir vêtu de damas jaune, ce qui le jeta dans unenoire et profonde mélancolie.

Leila s'ingéniait à mille inventions pour le distraire:elle lui jouait de la guzla; elle lui récitait des histoires[20] merveilleuses; ornait sa chambre de bouquets dont lescouleurs étaient si bien mariées et diversifiées, que la vueen était aussi réjouie que l'odorat; quelquefois même elledansait devant lui avec autant de souplesse et de grâceque l'almée la plus habile; tout autre que Mahmoud-Ben-Ahmed[25] eût été touché de tant de prévenances et d'attentions;mais il avait la tête ailleurs, et le désir de retrouverAyesha ne lui laissait aucun repos. Il avait été biensouvent errer à l'entour du palais de la princesse; mais iln'avait jamais pu l'apercevoir; rien ne se montrait derrière[30] les treillis exactement fermés; le palais était commeun tombeau.

Son ami Abdul-Maleck, alarmé de son état, venait le

Page 218

visiter souvent et ne pouvait s'empêcher de remarquerles grâces et la beauté de Leila, qui égalaient pour lemoins celles de la princesse Ayesha, si même elles ne lesdépassaient, et s'étonnait de l'aveuglement de

Contes Français

GAUTIER 181

contes francais - [PDF Document] (182)

[5] Mahmoud-Ben-Ahmed; et s'il n'eût craint de violer les saintes loisde l'amitié, il eût pris volontiers la jeune esclave pourfemme. Cependant, sans rien perdre de sa beauté, Leiladevenait chaque jour plus pâle; ses grands yeux s'alanguissaient;les rougeurs de l'aurore faisaient place sur ses[10] joues aux pâleurs du clair de lune. Un jourMahmoud-Ben-Ahmed s'aperçut qu'elle avait pleuré, et lui endemanda la cause:

«O mon cher seigneur, je n'oserais jamais vous la dire:moi, pauvre esclave recueillie par pitié, je vous aime; mais[15] que suis-je à vos yeux? je sais que vous avez formé le voeude n'aimer qu'une péri ou qu'une sultane: d'autres secontenteraient d'être aimés sincèrement par un coeurjeune et pur et ne s'inquiéteraient pas de la fille du califeou de la reine des génies: regardez-moi, j'ai eu quinze[20] ans hier, je suis peut-être aussi belle que cette Ayeshadont vous parlez tout haut en rêvant; il est vrai qu'on nevoit pas briller sur mon front l'escarboucle magique, oul'aigrette de plume de héron; je ne marche pas accompagnéede soldats aux mousquets incrustés d'argent et de[25] corail. Mais cependant je sais chanter, improviser sur laguzla, je danse comme Emineh elle-même, je suis pourvous comme une soeur dévouée, que faut-il donc pourtoucher votre coeur?»

Mahmoud-Ben-Ahmed, en entendant ainsi parler Leila,[30] sentait son coeur se troubler; cependant il ne disait rienet semblait en proie à une profonde méditation. Deuxrésolutions contraires se disputaient son âme: d'une part,

Page 219

il lui en coûtait de renoncer à son rêve favori; de l'autre,il se disait qu'il serait bien fou de s'attacher à une femmequi s'était jouée de lui et l'avait quitté avec des parolesrailleuses, lorsqu'il avait dans sa maison, en jeunesse et[5] en beauté, au moins l'équivalent de ce qu'il perdait.

Leila, comme attendant son arrêt, se tenait agenouillée,et deux larmes coulaient silencieusem*nt sur la figure pâlede la pauvre enfant.

«Ah! pourquoi le sabre de Mesrour n'a-t-il pas achevé[10]ce qu'il avait commencé!» dit-elle en portant la main àson cou frêle et blanc.

Touché de cet accent de douleur, Mahmoud-Ben-Ahmedreleva la jeune esclave et déposa un baiser sur son

Contes Français

GAUTIER 182

contes francais - [PDF Document] (183)

front.

[15]Leila redressa la tête comme une colombe caressée, et,se posant devant Mahmoud-Ben-Ahmed, lui prit lesmains, et lui dit:

«Regardez-moi bien attentivement; ne trouvez-vouspas que je ressemble fort à quelqu'un de votre[20] connaissance?»

Mahmoud-Ben-Ahmed ne put retenir un cri de surprise:

«C'est la même figure, les mêmes yeux, tous les traitsen un mot de la princesse Ayesha. Comment se fait-ilque je n'aie pas remarqué cette ressemblance plus[25]tôt?

--Vous n'aviez jusqu'à présent laissé tomber sur votrepauvre esclave qu'un regard fort distrait, répondit Leilad'un ton de douce raillerie.

--La princesse Ayesha elle-même n'enverrait maintenant[30] son noir à la robe de damas jaune, avec le sélamd'amour, que je refuserais de le suivre.

--Bien vrai? dit Leila d'une voix plus mélodieuse que

Page 220

celle de Bulbul faisant ses aveux à la rose bien-aimée.Cependant, il ne faudrait pas trop mépriser cette pauvreAyesha, qui me ressemble tant.»

Pour toute réponse, M~oud-Ben-Ahmed pressa la[5] jeune esclave sur son coeur. Mais quel fut son étonnementlorsqu'il vit la figure de Leila s'illuminer, l'escarbouclemagique s'allumer sur son front, et des ailes, seméesd'yeux de paon, se développer sur ses charmantes épaules!Leila était une péri!

[10] «Je ne suis, mon cher Mahmoud-Ben-Ahmed, ni laprincesse Ayesha, ni Leila l'esclave. Mon véritable nomest Boudroulboudour. Je suis péri du premier ordre,comme vous pouvez le voir par mon escarboucle et parmes ailes. Un soir, passant dans l'air à côté de votre[15] terrasse, je vous entendis émettre le voeu d'être aimé d'unepéri. Cette ambition me plut; les mortels ignorants,grossiers et perdus dans les plaisirs terrestres, ne songentpas à de si rares voluptés. J'ai voulu vous éprouver, et

Contes Français

GAUTIER 183

contes francais - [PDF Document] (184)

j'ai pris le déguisem*nt d'Ayesha et de Leila pour voir si[20] vous sauriez me reconnaître et m'aimer sous cetteenveloppe humaine. Votre coeur a été plus clairvoyant quevotre esprit, et vous avez eu plus de bonté que d'orgueil.Le dévouement de l'esclave vous l'a fait préférer à lasultane; c'était là que je vous attendais. Un moment[25] séduite par la beauté de vos vers, j'ai été sur le point deme trahir; mais j'avais peur que vous ne fussiez qu'unpoète amoureux seulement de votre imagination et de vosrimes, et je me suis retirée, affectant un dédain superbe.Vous avez voulu épouser Leila l'esclave, Boudroulboudour[20] la péri se charge de la remplacer. Je serai Leila pour tous,et péri pour vous seul; car je veux votre bonheur, et lemonde ne vous pardonnerait pas de jouir d'une félicité

Page 221

supérieure à la sienne. Toute fée que je sois, c'est tout auplus si je pourrais vous défendre contre l'envie et laméchanceté des hommes.»

Ces conditions furent acceptées avec transport par[5] Mahmoud-Ben-Ahmed, et les noces furent faites commes'il eût épousé réellement la petite Leila.

Page 222

BALZAC

UN DRAME AU BORD DE LA MER

A Madame la Princesse Caroline Gallitzin de Genthodnée Comtesse Walewska

Hommage et souvenir de l'auteur

Les jeunes gens ont presque tous un compas avec lequelils se plaisent à mesurer l'avenir; quand leur volontés'accorde avec la hardiesse de l'angle qu'ils ouvrent, lemonde est à eux. Mais ce phénomène de la vie morale[5] n'a lieu qu'à un certain âge. Cet âge, qui, pour tous leshommes, se trouve entre vingt-deux et vingt-huit ans, estcelui des grandes pensées, l'âge des conceptions premières,parce qu'il est l'âge des immenses désirs, l'âge où l'on ne

Contes Français

BALZAC 184

contes francais - [PDF Document] (185)

doute de rien: qui dit doute, dit impuissance. Après cet[10] âge rapide comme une semaison, vient celui de l'exécution.Il est en quelque sorte deux jeunesses, la jeunessedurant laquelle on croit, la jeunesse pendant laquelleon agit; souvent elles se confondent chez les hommesque la nature a favorisés, et qui sont, comme César,[15] Newton et Bonaparte, les plus grands parmi les grandshommes.

Je mesurais ce qu'une pensée veut de temps pour sedévelopper; et, mon compas à la main, debout sur unrocher, à cent toises au-dessus de l'Océan, dont les lames[20] se jouaient dans les brisants, j'arpentais mon avenir en lemeublant d'ouvrages, comme un ingénieur qui, sur unterrain vide, trace des forteresses et des palais. La mer

Page 223

était belle, je venais de m'habiller après avoir nagé.J'attendais Pauline, mon ange gardien, qui se baignait dansune cuve granit pleine d'un sable fin, la plus coquettebaignoire que la nature ait dessinée pour ses fées marines.[5] Nous étions à l'extrémité du Croisic, une mignonnepresqu'île de la Bretagne; nous étions loin du port, dans unendroit que le fisc a jugé tellement inabordable, que ledouanier n'y passe presque jamais. Nager dans les airsaprès avoir nagé dans la mer! ah! qui n'aurait nagé dans[10] l'avenir? Pourquoi pensais-je? pourquoi vient un mal?qui le sait? Les idées vous tombent au coeur ou à la têtesans vous consulter. Nulle courtisane ne fut plus fantasqueni plus impérieuse que ne l'est la conception pour lesartistes; il faut la prendre comme la fortune, à pleins[15] cheveux, quand elle vient. Grimpé sur ma pensée commeAstolphe sur son hippogriffe, je chevauchais donc à traversle monde, en y disposant de tout à mon gré. Quandje voulus chercher autour de moi quelque présage pourles audacieuses constructions que ma folle imagination me[20] conseillait d'entreprendre, un joli cri, le cri d'une femmequi sort d'un bain, ranimée, joyeuse, domina le murmuredes franges incessamment mobiles que dessinaient le fluxet le reflux sur les découpures de la côte. En entendantcette note jaillie de l'âme, je crus avoir vu dans les[25] rochers le pied d'un ange qui, déployant ses ailes, s'étaitécrié:--Tu réussiras! Je descendis, radieux, léger; jedescendis en bondissant comme un caillou jeté sur unepente rapide. Quand elle me vit, elle me dit:--Qu'as-tu?Je ne répondis pas, mes yeux se mouillèrent. La[30] veille, Pauline avait compris mes douleurs, comme ellecomprenait en ce moment mes joies, avec la sensibilité

Contes Français

BALZAC 185

contes francais - [PDF Document] (186)

magique d'une harpe qui obéit aux variations de

Page 224

l'atmosphère. La vie humaine a de beaux moments! Nousallâmes en silence le long des grèves. Le ciel était sansnuages, la mer était sans rides; d'autres n'y eussent vuque deux steppes bleus l'un sur l'autre; mais nous, nous[5] qui nous entendions sans avoir besoin de la parole, nousqui pouvions faire jouer entre ces deux langes de l'infiniles illusions avec lesquelles on se repaît au jeune âge, nousnous serrions la main au moindre changement que présentaient,soit la nappe d'eau, soit les nappes de l'air, car[10] nous prenions ces légers phénomènes pour des traductionsmatérielles de notre double pensée. Qui n'a pas savourédans les plaisirs ce moment de joie illimitée où l'âme sembles'être débarrassée des liens de la chair, et se trouvercomme rendue au monde d'où elle vient? Le plaisir n'est[15] pas notre seul guide en ces régions. N'est-il pas des heuresoù les sentiments s'enlacent d'eux-mêmes et s'y élancent,comme souvent deux enfants se prennent par la main et semettent à courir sans savoir pourquoi? Nous allions ainsi.Au moment où les toits de la ville apparurent à l'horizon[20] en y traçant une ligne grisâtre, nous rencontrâmesun pauvre pêcheur qui retournait au Croisic; ses piedsétaient nus, son pantalon de toile était déchiqueté par lebas, troué, mal raccommodé: puis, il avait une chemisede toile à voile, de mauvaises bretelles en lisière, et pour[25] veste un haillon. Cette misère nous fit mal, comme sic'eût été quelque dissonance au milieu de nos harmonies.Nous nous regardâmes pour nous plaindre l'un à l'autrede ne pas avoir en ce moment le pouvoir de puiser dans lestrésors d'Aboul-Casem. Nous aperçûmes un superbe[30] homard et une araignée de mer accrochés à une cordeletteque le pêcheur balançait dans sa main droite, tandisque de l'autre il maintenait ses agrès et ses engins. Nous

Page 225

l'accostâmes, dans l'intention de lui acheter sa pêche, idéequi nous vint à tous deux et qui s'exprima dans un sourireauquel je répondis par une légère pression du bras que jetenais et que je ramenai près de mon coeur. C'est de ces[5] riens dont plus tard le souvenir fait des poèmes, quandauprès du feu nous nous rappelons l'heure où ce rien nousa émus, le lieu où ce fut, et ce mirage dont les effets n'ontpas encore été constatés, mais qui s'exerce souvent sur lesobjets qui nous entourent dans les moments où la vie est

Contes Français

BALZAC 186

contes francais - [PDF Document] (187)

[10] légère et où nos coeurs sont pleins. Les sites les plusbeaux ne sont que ce que nous les faisons. Quel hommeun peu poète n'a dans ses souvenirs un quartier de rochequi tient plus de place que n'en ont pris les plus célèbresaspects de pays cherchés à grands frais! Près de ce[15] rocher, de tumultueuses pensées; là, toute une vie employée;là, des craintes dissipées; là, des rayons d'espérancesont descendus dans l'âme. En ce moment, le soleil,sympathisant avec ces pensées d'amour ou d'avenir, ajeté sur les flancs fauves de cette roche une lueur ardente;[20] quelques fleurs des montagnes attiraient l'attention; lecalme et le silence grandissaient cette anfractuosité sombreen réalité, colorée par le rêveur; alors elle était belleavec ses maigres végétations, ses camomilles chaudes, sescheveux de Vénus aux feuilles veloutées. Fête prolongée,[25] décorations magnifiques, heureuse exaltation des forceshumaines! Une fois déjà le lac de Bienne, vu de l'îleSaint-Pierre, m'avait ainsi parlé; le rocher du Croisicsera peut-être la dernière de ces joies. Mais alors, quedeviendra Pauline?

[30]--Vous avez fait une belle pêche ce matin, mon bravehomme? dis-je au pêcheur.

--Oui, monsieur, répondit-il en s'arrêtant et en nous

Page 226

montrant la figure bistrée des gens qui restent pendantdes heures entières exposés à la réverbération du soleilsur l'eau.

Ce visage annonçait une longue résignation, la patience[5] du pêcheur et ses moeurs douces. Cet homme avait unevoix sans rudesse, des lèvres bonnes, nulle ambition, je nesais quoi de grêle, de chétif. Toute autre physionomienous aurait déplu.

--Où allez-vous vendre ça?

[10]--A la ville.

--Combien vous payera-t-on le homard?

--Quinze sous.

--L'araignée?

--Vingt sous.

Contes Français

BALZAC 187

contes francais - [PDF Document] (188)

[15]--Pourquoi tant de différence entre le homard etl'araignée?

--Monsieur, l'araignée (il la nommait iraigne) est bienplus délicate! puis, elle est maligne comme un smge, et selaisse rarement prendre.

[20]--Voulez-vous nous donner le tout pour cent sous? ditPauline.

L'homme resta pétrifié.

--Vous ne l'aurez pas! dis-je en riant, j'en donne dixfrancs. Il faut savoir payer les émotions ce qu'elles valent.

[25]--Eh bien, répondit-elle, je l'aurai! j'en donne dixfrancs deux sous.

--Dix sous.

--Douze francs.

--Quinze francs.[30]-Quinze francs cinquante centimes, dit-elle.

--Cent francs.

--Cent cinquante.

Page 227

Je m'inclinai. Nous n'étions pas en ce moment assezriches pour pousser plus haut cette enchère. Notre pauvrepêcheur ne savait pas s'il devait se fâcher d'une mystificationou se livrer à la joie; nous le tirâmes de peine en lui[5] donnant le nom de notre hôtesse, et en lui recommandantde porter chez elle le homard et l'araignée.

--Gagnez-vous votre vie? lui demandai-je, pour savoirà quelle cause devait être attribué son dénûment.

--Avec bien de la peine et en souffrant bien des misères,[10] me dit-il. La pêche au bord de la mer, quand on n'a nibarque ni filets, et qu'on ne peut la faire qu'aux engins ouà la ligne, est un chanceux métier. Voyez-vous, il faut yattendre le poisson ou le coquillage, tandis que les grandspêcheurs vont le chercher en pleine mer. Il est si difficile[15] de gagner sa vie ainsi, que je suis le seul qui pêche à

Contes Français

BALZAC 188

contes francais - [PDF Document] (189)

la côte. Je passe des journées entières sans rien rapporter.Pour attraper quelque chose, il faut qu'une iraignese soit oubliée à dormir comme celle-ci, ou qu'un homardsoit assez étourdi pour rester dans les rochers. Quelquefois[20] il y vient des lubines après la haute mer, alors je lesempoigne.

--Enfin, l'un portant l'autre, que gagnez-vous par jour?

--Onze à douze sous. Je m'en tirerais, si j'étais seul,mais j'ai mon père à nourrir, et le bonhomme ne peut pas[25] m'aider, il est aveugle.

A cette phrase, prononcée simplement, nous nous regardâmes,Pauline et moi, sans mot dire.

--Vous avez une femme ou quelque bonne amie?

Il nous jeta l'un des plus déplorables regards que j'aie[30] vus, en répondant:--Si j'avais une femme, il faudraitdonc abandonner mon père; je ne pourrais pas le nourriret nourrir encore une femme et des enfants.

Page 228

~-Eh bien! mon pauvre garçon, comment ne cherchez-vouspas à gagner davantage en portant du sel sur le portou en travaillant aux marais salants?

--Ah! monsieur, je ne ferais pas ce métier pendant[5] trois mois. Je ne suis pas assez fort, et si je mourais, monpère serait à la mendicité. Il me fallait un métier qui nevoulût qu'un peu d'adresse et beaucoup de patience.

--Eh comment deux personnes peuvent-elles vivreavec douze sous par jour?

[10]--Oh! monsieur, nous mangeons des galettes de sarrasinet des bernicles que je détache des rochers.

~ Quel âge avez-vous donc?

~ Trente-sept ans.

~ Êtes-vous sorti d'ici?

[15] ~ Je suis allé une fois à Guérande pour tirer à la milice,et suis allé à Savenay pour me faire voir à des messieursqui m'ont mesuré. Si j'avais eu un pouce de plus, j'étais

Contes Français

BALZAC 189

contes francais - [PDF Document] (190)

soldat. Je serais crevé à la première fatigue, et monpauvre père demanderait aujourd'hui la charité.

[20] J'avais bien pensé des drames; Pauline était habituée àde grandes émotions, près d'un homme souffrant commeje le suis; eh bien! jamais, ni l'un ni l'autre, nous n'avionsentendu de paroles plus émouvantes que ne l'étaient cellesde ce pêcheur. Nous fîmes quelques pas en silence, mesurant[25] tous deux la profondeur muette de cette vie inconnue,admirant la noblesse de ce dévouement qui s'ignorait lui-même;la force de cette faiblesse nous étonna; cette insoucieusegénérosité nous rapetissa. Je voyais ce pauvreêtre tout instinctif rivé sur ce rocher comme un galérien[30] l'est à son boulet, y guettant depuis vingt ans des coquillagespour gagner sa vie, et soutenu dans sa patience parun seul sentiment. Combien d'heures consumées au coin

Page 229

d'une grève! Combien d'espérances renversées par ungrain, par un changement de temps! il restait suspenduau bord d'une table de granit, le bras tendu comme celuid'un faquir de l'Inde, tandis que son père, assis sur une[5] escabelle, attendait, dans le silence et les ténèbres, le plusgrossier des coquillages, et du pain, si le voulait la mer.

--Buvez-vous quelquefois du vin? lui demandai-je.

--Trois ou quatre fois par an.

--Eh bien! vous en boirez aujourd'hui, vous et votre[10] père, et nous vous enverrons un pain blanc.

--Vous êtes bien bon, monsieur.

--Nous vous donnerons à dîner si vous voulez nous conduirepar le bord de la mer jusqu'à Batz, où nous ironsvoir la tour qui domine le bassin et les côtes entre Batz[15] et le Croisic.

--Avec plaisir, nous dit-il. Allez droit devant vous,en suivant le chemin dans lequel vous êtes, je vous yretrouverai après m'être débarrassé de mes agrès et de mapêche.

[20] Nous fîmes un même signe de consentement, et ils'élança joyeusem*nt vers la ville. Cette rencontre nousmaintint dans la situation morale où nous étions, maiselle en avait affaibli la gaieté.

Contes Français

BALZAC 190

contes francais - [PDF Document] (191)

--Pauvre homme, me dit Pauline avec cet accent qui[25] ôte à la compassion d'une femme ce que la pitié peutavoir de blessant, n'a-t-on pas honte de se trouver heureuxen voyant cette misère?

--Rien n'est plus cruel que d'avoir des désirs impuissants,lui répondis-je. Ces deux pauvres êtres, le père et[30] le fils, ne sauront pas plus combien ont été vives nossympathies que le monde ne sait combien leur vie est belle,car ils amassent des trésors dans le ciel.

Page 230

~-Le pauvre pays! dit-elle en me montrant le longd'un champ environné d'un mur à pierres sèches, desbouses de vache appliquées symétriquement. J'ai demandéce que c'était que cela. Une paysanne, occupée[5] à les coller, m'a répondu qu'elle faisait du bois.Imaginez-vous, mon ami, que, quand ces bouses sont séchées,ces pauvres gens les récoltent, les entassent et s'en chauffent.Pendant l'hiver, on les vend comme on vend desmottes de tan. Enfin, que crois-tu que gagne la couturière[10] la plus chèrement payée? Cinq sous par jour, dit-elleaprès une pause; mais on la nourrit.

--Vois, lui dis-je, les vents de mer dessèchent ou renversenttout, il n'y a point d'arbres; les débris des embarcationshors de service se vendent aux riches, car le[15] prix des transports les empêche sans doute de consommerle bois de chauffa*ge dont abonde la Bretagne Ce paysn'est beau que pour les grandes ames; les gens sans coeurn'y vivraient pas; il ne peut être habité que par despoètes ou par des bernicles. N'a-t-il pas fallu que l'entrepôt[20] du sel se plaçât sur ce rocher pour qu'il fût habité?D'un côté, la mer; ici des sables; en haut, l'espace.

Nous avions déjà dépassé la ville, et nous étions dansl'espèce de désert qui sépare le Croisic du bourg de Batz.Figurez-vous, mon cher oncle, une lande de deux lieues[25] remplie par le sable luisant qui se trouve au bord de lamer. Çà et là quelques rochers y levaient leurs têtes, etvous eussiez dit des animaux gigantesques couchés dansles dunes. Le long de la mer apparaissaient quelquesrécifs autour desquels se jouait l'eau, en leur donnant[30] l'apparence de grandes roses blanches flottant sur l'étendueliquide et venant se poser sur le rivage. En voyantcette savane terminée par l'Océan sur la droite, bordée

Contes Français

BALZAC 191

contes francais - [PDF Document] (192)

Page 231

sur la gauche par le grand lac que fait l'irruption de lamer entre le Croisic et les hauteurs sablonneuses de Guérande,au bas desquelles se trouvent des marais salantsdénués de végétation, je regardai Pauline en lui demandant[5] si elle se sentait le courage d'affronter les ardeursdu soleil et la force de marcher dans le sable.

--J'ai des brodequins, allons-y, me dit-elle en me montrantla tour de Batz qui arrêtait la vue par une constructionplacée là comme une pyramide, mais une pyramide[10] fuselée, découpée, une pyramide si poétiquement ornée,qu'elle permettait à l'imagination d'y voir la premièredes ruines d'une grande ville asiatique. Nous fîmesquelques pas pour aller nous asseoir sur la portion d'uneroche qui se trouvait encore ombrée; mais il était onze[15] heures du matin, et cette ombre, qui cessait à nos pieds,s'effaçait avec rapidité.

--Combien ce silence est beau, me dit-elle, et commela profondeur en est étendue par le retour égal dufrémissem*nt de la mer sur cette plage.

[20]--Si tu veux livrer ton entendement aux trois immensitésqui nous entourent, l'eau, l'air et les sables, enécoutant exclusivement le son répété du flux et du reflux,lui répondis-je, tu n'en supporteras pas le langage, tucroiras y découvrir une pensée qui t'accablera. Hier,[25] au coucher du soleil, j'ai eu cette sensation; elle m'abrisé.

--Oh! oui, parlons, dit-elle après une longue pause.Aucun orateur n'est plus terrible. Je crois découvrir lescauses des harmonies qui nous environnent, reprit-elle.[30] Ce paysage, qui n'a que trois couleurs tranchées, le jaunebrillant des sables, l'azur du ciel et le vert uni de la mer,est grand sans être sauvage, il est immense, sans être

Page 232

désert; il est monotone, sans être fatigant; il n'a que troiséléments, il est varié.

--Les femmes seules savent rendre ainsi leurs impressions,répondis-je, tu serais désespérante pour un poète,[5] chère âme que j'ai si bien devinée!

Contes Français

BALZAC 192

contes francais - [PDF Document] (193)

--L'excessive chaleur du midi jette à ces trois expressionsde l'infini une couleur dévorante, reprit Pauline enriant. Je conçois ici les poésies et les passions de l'Orient.

--Et moi, j'y conçois le désespoir.

[10]--Oui, dit-elle, cette dune est un cloître sublime.

Nous entendîmes le pas pressé de notre guide; il s'étaitendimanché. Nous lui adressâmes quelques paroles insignifiantes;il crut voir que nos dispositions d'âme avaientchangé; et, avec cette réserve que donne le malheur, il[15] garda le silence. Quoique nous nous pressassions detemps en temps la main pour nous avertir de la mutualitéde nos idées et de nos impressions, nous marchâmes pendantune demi-heure en silence, soit que nous fussionsaccablés par la chaleur qui s'élançait en ondées brillantes[20] du milieu des sables, soit que la difficulté de la marcheemployât notre attention. Nous allions en nous tenantpar la main, comme deux enfants; nous n'eussions pasfait douze pas si nous nous étions donné le bras. Lechemin qui mène au bourg de Batz n'était pas tracé; il[25] suffisait d'un coup de vent pour effacer les marques quelaissaient les pieds de chevaux ou les jantes de charrette;mais l'oeil exercé de notre guide reconnaissait à quelquesfientes de bestiaux, à quelques parcelles de crottin, cechemin qui tantôt descendait vers la mer, tantôt remontait[30] vers les terres, au gré des pentes, ou pour tourner desrochers. A midi, nous n'étions qu'à mi-chemin.

--Nous nous reposerons là-bas, dis-je en montrant le

Page 233

promontoire composé de rochers assez élevés pour fairesupposer que nous y trouverions une grotte.

En m'entendant, le pêcheur, qui avait suivi la directionde mon doigt, hocha la tête, et me dit:--Il y a là quelqu'un.[5] Ceux qui viennent du bourg de Batz au Croisic,ou du Croisic au bourg de Batz, font tous un détour pourn'y point passer.

Les paroles de cet homme furent dites à voix basse, etsupposaient un mystère.

[10]--Est-ce donc un voleur, un assassin?

Notre guide ne nous répondit que par une aspiration

Contes Français

BALZAC 193

contes francais - [PDF Document] (194)

creusée qui redoubla notre curiosité.

--Mais, si nous y passons, nous arrivera-t-il quelquemalheur?

[15]--Oh! non.

--Y passerez-vous avec nous?

--Non, monsieur.

--Nous irons donc, si vous nous assurez qu'il n'y a nuldanger pour nous.

[20]--Je ne dis pas cela, répondit vivement le pêcheur. Jedis seulement que celui qui s'y trouve ne vous dira rienet ne vous fera aucun mal. Oh! mon Dieu, il ne bougeraseulement pas de sa place.

--Qui est-ce donc?

[25]--Un homme!

Jamais deux syllabes ne furent prononcées d'une façonsi tragique. En ce moment, nous étions à une vingtainede pas de ce récif dans lequel se jouait la mer; notreguide prit le chemin qui entourait les rochers; nous continuâmes[30] droit devant nous; mais Pauline me prit le bras.Notre guide hâta le pas, afin de se trouver en même tempque nous à l'endroit où les deux chemins se rejoignaient.

Page 234

Il supposait sans doute qu'après avoir vu l'homme, nousirions d'un pas pressé. Cette circonstance alluma notrecuriosité, qui devint alors si vive, que nos coeurs palpitèrentcomme si nous eussions éprouvé un sentiment de[5] peur. Malgré la chaleur du jour et l'espèce de fatigue quenous causait la marche dans les sables, nos âmes étaientencore livrées à la mollesse indicible d'une merveilleuseextase; elles étaient pleines de ce plaisir pur qu'on nesaurait peindre qu'en le comparant à celui qu'on ressent[10] en écoutant quelque délicieuse musique, l'andiamo mioben de Mozart. Deux sentiments purs qui se confondent,ne sont-ils pas comme deux belles voix qui chantent? Pourpouvoir bien apprécier l'émotion qui vint nous saisir, ilfaut donc partager l'état à demi voluptueux dans lequel[15] nous avaient plongés les événements de cette matinée.Admirez pendant longtemps une tourterelle aux jolies

Contes Français

BALZAC 194

contes francais - [PDF Document] (195)

couleurs, posée sur un souple rameau, près d'une source,vous jetterez un cri de douleur en voyant tomber sur elleun émouchet qui lui enfonce ses griffes d'acier jusqu'au[20] coeur et l'emporte avec la rapidité meurtrière que la poudrecommunique au boulet. Quand nous eûmes fait un pasdans l'espace qui se trouvait devant la grotte, espèced'esplanade située à cent pieds au-dessus de l'Océan, etdéfendue contre ses fureurs par une cascade de rochers[25] abruptes, nous éprouvâmes un frémissem*nt électriqueassez semblable au sursaut que cause un bruit soudainau milieu d'une nuit silencieuse. Nous avions vu, sur unquartier de granit, un homme assis qui nous avait regardés.Son coup d'oeil, semblable à la flamme d'un[30] canon, sortit de deux yeux ensanglantés, et son immobilitéstoïque ne pouvait se comparer qu'à l'inaltérableattitude des piles granitiques qui l'environnaient. Ses

Page 235

yeux se remuèrent par un mouvement lent, son corps demeurafixe, comme s'il eût été pétrifié; puis, après nousavoir jeté ce regard qui nous frappa violemment, il reportases yeux sur l'étendue de l'Océan, et la contempla[5] malgré la lumière qui en jaillissait, comme on dit que lesaigles contemplent le soleil, sans baisser ses paupières, qu'ilne releva plus. Cherchez à vous rappeler, mon cher oncle,une de ces vieilles truisses de chêne, dont le tronc noueux,ébranché de la veille, s'élève fantastiquement sur un[10] chemin désert, et vous aurez une image vraie de cet homme.C'était des formes herculéennes ruinées, un visage deJupiter Olympien, mais détruit par l'âge, par les rudestravaux de la mer, par le chagrin, par une nourriture grossière,et comme noirci par un éclat de foudre. En voyant[15] ses mains poilues et dures, j'aperçus des nerfs qui ressemblaientà des veines de fer. D'ailleurs, tout en lui dénotaitune constitution vigoureuse. Je remarquai dans uncoin de la grotte une assez grande quantité de mousse, etsur une grossière tablette taillée par le hasard au milieu[20] du granit, un pain rond cassé qui couvrait une cruche degrès. Jamais mon imagination, quand elle me reportaitvers les déserts où vécurent les premiers anachorètes dela chrétienté, ne m'avait dessiné de figure plus grandementreligieuse ni plus horriblement repentante que l'était celle[25] de cet homme. Vous qui avez pratiqué le confessionnal,mon cher oncle, vous n'avez jamais peut-être vu un sibeau remords, mais ce remords était noyé dans les ondesde la prière, la prière continue d'un muet désespoir. Cepêcheur, ce marin, ce Breton grossier était sublime par[30] un sentiment inconnu. Mais ces yeux avaient-ils pleuré?

Contes Français

BALZAC 195

contes francais - [PDF Document] (196)

Cette main de statue ébauchée avait-elle frappé? Cefront rude, empreint de probité farouche, et sur lequel la

Page 236

force avait néanmoins laissé 1es vestiges de cette douceurqui est l'apanage de toute force vraie, ce front sillonné derides, était-il en harmonie avec un grand coeur? Pourquoicet homme dans le granit? Pourquoi le granit dans cet[5] homme? Où était l'homme, où était le granit? Il noustomba tout un monde de pensées dans la tête. Commel'avait supposé notre guide, nous passâmes en silence,promptement, et il nous revit émus de terreur ou saisisd'étonnement, mais il ne s'arma point contre nous de la[10] réalité de ses prédictions.

--Vous l'avez vu? dit-il.

--Quel est cet homme? dis-je.

--On l'appelle l'Homme au voeu.

Vous figurez~vous bien à ce mot le mouvement par[15] lequel nos deux têtes se tournèrent vers notre pêcheur!C'était un homme simple; il comprit notre muette interrogation,et voici ce qu'il nous dit dans son langage,auquel je tâche de conserver son allure populaire.

--Madame, ceux du Croisic, comme ceux de Batz,[20] croient que cet homme est coupable de quelque chose, etfait une pénitence ordonnée par un fameux recteur auquelil est allé se confesser plus loin que Nantes. D'autrescroient que Cambremer, c'est son nom, a une mauvaisechance qu'il communique à qui passe sous son air. Aussi[25] plusieurs, avant de tourner sa roche, regardent-ils d'oùvient le vent! S'il est de galerne, dit-il en nous montrantl'ouest, ils ne continueraient pas leur chemin quand ils'agirait d'aller quérir un morceau de la vraie croix; ilsretournent, ils ont peur. D'autres, les riches du Croisic,[30] disent que Cambremer a fait un voeu, d'où son noml'Homme au voeu. Il est là nuit et jour, sans en sortir.Ces dires ont une apparence de raison. Voyez-vous, dit-il

Page 237

en se retournant pour nous montrer une chose que nousn'avions pas remarquée, il a planté là, à gauche, unecroix de bois pour annoncer qu'il s'est mis sous la protection

Contes Français

BALZAC 196

contes francais - [PDF Document] (197)

de Dieu, de la sainte Vierge et des saints. Il ne se[5] serait pas sacré comme ça, que la frayeur qu'il donne aumonde fait qu'il est là en sûreté comme s'il était gardé parde la troupe. Il n'a pas dit un mot depuis qu'il s'est enferméen plein air; il se nourrit de pain et d'eau que luiapporte tous les matins la fille de son frère, une petite[10] tronquette de douze ans, à laquelle il a laissé ses biens, etqu'est une jolie créature douce comme un agneau, unebien mignonne fille, bien plaisante. Elle vous a, dit-il enmontrant son pouce, des yeux bleus longs comme ça, sousune chevelure de chérubin. Quand on lui demande: «Dis[15] donc, Pérotte?... (Ça veut dire chez nous Pierrette, fit-ilen s'interrompant; elle est vouée à saint Pierre; Cambremers'appelle Pierre, il a été son parrain). Dis donc, Pérotte,reprit-il qué qui te dit ton oncle?--Il ne me dit rin,qu'elle répond, rin du tout, rin.--Eh bien! qué qu'il te[20] fait?--Il m'embrasse au front le dimanche.--Tu n'enas pas peur?--Ah ben! qu'a dit, il est mon parrain. Iln'a pas voulu d'autre personne pour lui apporter à manger.»Pérotte prétend qu'il sourit quand elle vient, maisautant dire un rayon de soleil dans la brouine, car on dit[25] qu'il est nuageux comme un brouillard.

--Mais, lui dis-je, vous excitez notre curiosité sans lasatisfaire. Savez-vous ce qui l'a conduit là? Est-ce lechagrin? est-ce le repentir? est-ce une manie? est-ce uncrime? est-ce...

[30]--Eh, monsieur, il n'y a guère que mon père et moi quisachions la vérité de la chose. Défunt ma mère servait unhomme de justice à qui Cambremer a tout dit par ordre

Page 238

du prêtre qui ne lui a donné l'absolution qu'à cettecondition-là, à entendre les gens du port. Ma pauvremère a entendu Cambremer sans le vouloir, parce quela cuisine du justicier était à côté de sa salle; elle a écouté![5] Elle est morte; le juge qu'a écouté est défunt aussi. Mamère nous a fait promettre, à mon père et à moi, de n'enrin afférer aux gens du pays; mais je puis vous dire à vousque le soir où ma mère nous a raconté ça, les cheveux megrésillaient dans la tête.

[10]--Eh bien, dis-nous ça, mon garçon, nous n'en parleronsà personne.

Le pêcheur nous regarda, et continua ainsi:--PierreCambremer, que vous avez vu là, est l'aîné des Cambremer,

Contes Français

BALZAC 197

contes francais - [PDF Document] (198)

qui de père en fils sont marins; leur nom le dit, la mer a[15] toujours plié sous eux. Celui que vous avez vu s'étaitfait pêcheur à bateaux. Il avait donc des barques, allaitpêcher la sardine, il pêchait aussi le haut poisson, pourles marchands. Il aurait armé un bâtiment et pêché lamorue, s'il n'avait pas tant aimé sa femme, qui était une[20] belle femme, une Brouin de Guérande, une fille superbe,et qui avait bon coeur. Elle aimait tant Cambremer,qu'elle n'a jamais voulu que son homme la quittât plusdu temps nécessaire à la pêche aux sardines. Ils demeuraientlà-bas, tenez! dit le pêcheur en montant sur une[25] éminence pour nous montrer un îlot dans la petiteméditerranée qui se trouve entre les dunes où nous marchionset les marais salants de Guérande, voyez~vous cettemaison? Elle était à lui. Jacquette Brouin et Cambremern'ont eu qu'un enfant, un garçon qu'ils ont aimé... comme[30] quoi dirai-je? dame! comme on aime un enfant unique;ils en étaient fous. Leur petit Jacques aurait fait, sousvotre respect, dans la marmite qu'ils auraient trouvé que

Page 239

c'était du sucre. Combien donc que nous les avons vusde fois, à la fore, acheter les plus belles breloques pourlui! C'était de la déraison, tout le monde le leur disait.Le petit Cambremer, voyant que tout lui était permis, est[5] devenu méchant comme un âne rouge. Quand on venaitdire au père Cambremer:--«Votre fils a manqué tuer lepetit un tel!» il riait et disait:--«Bah! ce sera un fiermarin! il commandera les flottes du roi.» Unautre:--«Pierre Cambremer, savez-vous que votre gars a crevé[10] l'oeil de la petite Pougaud?--Il aimera les filles!» disaitPierre. Il trouvait tout bon. Alors mon petit mâtin, àdix ans, battait tout le monde et s'amusait à couper le couaux poules, il éventrait les cochons, enfin il se roulait dansle sang comme une fouine.--«Ce sera un fameux soldat![15] disait Cambremer, il a goût au sang.» Voyez-vous, moi,je me suis souvenu de tout ça, dit le pêcheur. Et Cambremeraussi, ajouta-t-il après une pause. A quinze ouseize ans, Jacques Cambremer était... quoi? un requin.Il allait s'amuser à Guérande, ou faire le joli coeur à[20] Savenay. Fallait des espèces. Alors il se mit à volersa mère, qui n'osait en rien dire à son mari. Cambremerétait un homme probe à faire vingt lieues pour rendre àquelqu'un deux sous qu'on lui aurait donné de trop dansun compte. Enfin, un jour la mère fut dépouillée de tout.[25] Pendant une pêche de son père, le fils emporta le buffet,la mette, les draps, le linge, ne laissa que les quatre murs,il avait tout vendu pour aller faire ses frigousses à Nantes.

Contes Français

BALZAC 198

contes francais - [PDF Document] (199)

La pauvre femme en a pleuré pendant des jours et desnuits. Fallait dire ça au père à son retour, elle craignait[30] le père, pas pour elle, allez! Quand Pierre Cambremerrevint, qu'il vit sa maison garnie des meubles que l'onavait prêtés à sa femme, il dit:--Qu'est-ce que c'est que

Page 240

ça? La pauvre femme était plus morte que vive, elle dit:--Nous avons été volés.--Où donc est Jacques?Jacques, il est en riole! Personne ne savait où le drôle étaitallé.--Il s'amuse trop! dit Pierre. Six mois après, le[5] pauvre père sut que son fils allait être pris par la justice àNantes. Il fait la route à pied, y va plus vite que par mer,met la main sur son fils et l'amène ici. Il ne lui demandepas:--Qu'as-tu fait? Il lui dit:--Si tu ne te tiens pas sagependant deux ans ici avec ta mère et avec moi, allant à[10] la pêche et te conduisant comme un honnête homme, tuauras affaire à moi. L'enragé, comptant sur la bêtise deses père et mère, lui a fait grimace. Pierre, là-dessus, luiflanque une mornifle qui vous a mis Jacques au lit poursix mois. La pauvre mère se mourait de chagrin. Un[15] soir, elle dormait paisiblement à côté de son mari, elleentend du bruit, se lève, elle reçoit un coup de couteaudans le bras. Elle crie, on cherche de la lumière. PierreCambremer voit sa femme blessée; il croit que c'est unvoleur, comme s'il y en avait dans notre pays, où l'on[20] peut porter sans crainte dix mille francs en or, du Croisicà Saint-Nazaire, sans avoir à s'entendre demander cequ'on a sous le bras. Pierre cherche Jacques, il ne trouvepoint son fils. Le matin, ce monstre-là n'avait-il pas eule front de revenir en disant qu'il était allé à Batz. Faut[25] vous dire que sa mère ne savait où cacher son argent.Cambremer, lui, mettait le sien chez monsieur Dupotetdu Croisic. Les folies de leur fils leur avaient mangé descent écus, des cent francs, des louis d'or, ils étaientquasiment ruinés, et c'était dur pour des gens qui avaient aux[30] environs de douze mille livres, compris leur îlot. Personnene sait ce que Cambremer a donné à Nantes pourravoir son fils. Le guignon ravageait la famille. Il était

Page 241

arrivé des malheurs au frère de Cambremer, qui avaitbesoin de secours. Pierre lui disait pour le consoler queJacques et Pérotte (la fille au cadet Cambremer) se marieraient.Puis, pour lui faire gagner son pain, il l'employait[5] à la pêche; car Joseph Cambremer en était réduit à vivre

Contes Français

BALZAC 199

contes francais - [PDF Document] (200)

de son travail. Sa femme avait péri de la fièvre, il fallaitpayer les mois de nourrice de Pérotte. La femme dePierre Cambremer devait une somme de cent francs àdiverses personnes pour cette petite, du linge, des hardes,[10] et deux ou trois mois à la grande Frelu qu'avait un enfantde Simon Gaudry et qui nourrissait Pérotte. La Cambremeravait cousu une pièce d'Espagne dans la laine deson matelas, en mettant dessus: A Pérotte. Elle avaitreçu beaucoup d'éducation, elle écrivait comme un greffier,[15] et avait appris à lire à son fils, c'est ce qui l'a perdu.Personne n'a su comment ça s'est fait, mais ce gredin deJacques avait flairé l'or, l'avait pris et était allé riboterau Croisic. Le bonhomme Cambremer, par un fait exprès,revenait avec sa barque chez lui. En abordant il voit[20] flotter un bout de papier, le prend, l'apporte à sa femmequi tombe à la renverse en reconnaissant ses propresparoles écrites. Cambremer ne dit rien, va au Croisic,apprend là que son fils est au billard; pour lors, il faitdemander la bonne femme qui tient le café, et lui dit:[25]--J'avais dit à Jacques de ne pas se servir d'une pièced'or avec quoi il vous payera; rendez-la-moi, j'attendraisur la porte, et vous donnerai de l'argent blanc pour. Labonne femme lui apporta la pièce. Cambremer la prenden disant:--Bon! et revint chez lui. Toute la ville a su[30] cela. Mais voilà ce que je sais et ce dont les autres nefont que de se douter en gros. Il dit à sa femme d'approprierleur chambre qu'est en bas; il fait du feu dans la

Page 242

cheminée, allume deux chandelles, place deux chaisesd'un côté de l'âtre, et met de l'autre côté un escabeau.Puis dit à sa femme de lui apprêter ses habits de noces, enlui commandant de pouiller les siens. Il s'habille. Quand[5] il est vêtu, il va chercher son frère, et lui dit de faire leguet devant la maison pour l'avertir s'il entendait dubruit sur les deux grèves, celle-ci et celle des marais deGuérande. Il rentre quand il juge que sa femme esthabillée, il charge un fusil et le cache dans le coin de la[10] cheminée. Voilà Jacques qui revient; il revient tard; ilavait bu et joué jusqu'à dix heures; il s'était fait passer àla pointe de Camouf. Son oncle l'entend héler, va lechercher sur la grève des marais, et le passe sans rien dire.Quand il entre, son père lui dit:--Assieds-toi là, en lui[15] montrant l'escabeau. Tu es, dit-il, devant ton père etta mère que tu as offensés, et qui ont à te juger. Jacquesse mit à beugler, parce que la figure de Cambremer étaittortillée d'une singulière manière. La mère était raidecomme une rame.--Si tu cries, si tu bouges, si tu ne te

Contes Français

BALZAC 200

contes francais - [PDF Document] (201)

[20] tiens pas comme un mât sur ton escabeau, dit Pierre enl'ajustant avec son fusil, je te tue comme un chien. Lefils devint muet comme un poisson; la mère n'a rien dit.--Voilà, dit Pierre à son fils, un papier qui enveloppaitune pièce d'or espagnole; la pièce d'or était dans le lit de[25] ta mère; ta mère seule savait l'endroit où elle l'avait mise;j'ai trouvé le papier sur l'eau en abordant ici; tu viens dedonner ce soir cette pièce d'or espagnole à la mère Fleurant,et ta mère n'a plus vu sa pièce dans son lit. Explique-toi.Jacques dit qu'il n'avait pas pris la pièce de sa mère,[30] et que cette pièce lui était restée de Nantes.--Tant mieux,dit Pierre. Comment peux-tu nous prouver cela?--Jel'avais.--Tu n'as pas pris celle de ta mère--Non.--

Page 243

Peux-tu le jurer sur ta vie éternelle? Il allait le jurer; samère leva les yeux sur lui et lui dit:--Jacques, monenfant, prends garde, ne jure pas si ce n'est vrai; tu peuxt'amender, te repentir; il est temps encore. Et elle pleura.[5]--Vous êtes une ci et une ça, lui dit-il, qu'avez toujoursvoulu ma perte. Cambremer pâlit et dit:--Ce que tuviens de dire à ta mère grossira ton compte. Allons aufait! Jures-tu?--Oui.--Tiens, dit-il, y avait-il sur ta piècecette croix que le marchand de sardines qui me l'a donnée[10] avait faite sur la nôtre? Jacques se dégrisa et pleura.Assez causé, dit Pierre. Je ne te parle pas de ce que tu asfait avant cela, je ne veux pas qu'un Cambremer soit faitmourir sur la place du Croisic. Fais tes prières, et dépêchons-nous!Il va venir un prêtre pour te confesser. La[15] mère était sortie, pour ne pas entendre condamner sonfils. Quand elle fut dehors, Cambremer l'oncle vint avecle recteur de Piriac, auquel Jacques ne voulut rien dire.Il était malin, il connaissait assez son père pour savoirqu'il ne le tuerait pas sans confession.--Merci, excusez-nous,[20] monsieur, dit Cambremer au prêtre, quand il vitl'obstination de Jacques. Je voulais donner une leçon àmon fils et vous prier de n'en rien dire.--Toi, dit-il àJacques, si tu ne t'amendes pas, la première fois ce serapour de bon, et j'en finirai sans confession. Il l'envoya se[25] coucher. L'enfant crut cela et s'imagina qu'il pourrait seremettre avec son père. Il dormit. Le père veilla. Quandil vit son fils au fin fond de son sommeil, il lui couvrit labouche avec du chanvre, la lui banda avec un chiffon devoile bien serré; puis il lui lia les mains et les pieds. Il[30] rageait, il pleurait du sang, disait Cambremer au justicier.Que voulez-vous! la mère se jeta aux pieds du père.--Ilest jugé, dit-il, tu vas m'aider à le mettre dans la barque.

Contes Français

BALZAC 201

contes francais - [PDF Document] (202)

Page 244

Elle s'y refusa. Cambremer l'y mit tout seul, l'y assujettitau fond, lui mit une pierre au cou, sortit du bassin, gagnala mer, et vint à la hauteur de la roche où il est. Pourlors, la pauvre mère, qui s'était fait passer ici par son[5] beau-frère, eut beau crier Grâce! ça servit comme unepierre à un loup. Il y avait de la lune, elle a vu le pèrejetant à la mer son fils qui lui tenait encore aux entrailles,et comme il n'y avait pas d'air elle a entendu blouf! puisrin, ni trace, ni bouillon; la mer est d'une fameuse garde,[10] allez! En abordant là pour faire taire sa femme quigémissait, Cambremer la trouva quasi morte; il fut impossibleaux deux frères de la porter, il a fallu la mettre dansla barque qui venait de servir au fils, et ils l'ont ramenéechez elle en faisant le tour par la passe du Croisic. Ah![15] ben, la belle Brouin, comme on l'appelait, n'a pas duréhuit jours; elle est morte en demandant à son mari debrûler la damnée barque. Oh! il l'a fait. Lui, il est devenutout chose, il savait plus ce qu'il voulait; il fringalait enmarchant comme un homme qui ne peut pas porter le vin.[20] Puis, il a fait un voyage de dix jours et est revenu semettre où vous l'avez vu, et, depuis qu'il y est, il n'a pasdit une parole.

Le pêcheur ne mit qu'un moment à nous raconter cettehistoire et nous la dit plus simplement encore que je ne[25] l'écris. Les gens du peuple font peu de réflexions encontant, ils accusent le fait qui les a frappés, et le traduisentcomme ils le sentent. Ce récit fut aussi aigrement incisifque l'est un coup de hache.

--Je n'irai pas à Batz, dit Pauline en arrivant au contour[30] supérieur du lac. Nous revînmes au Croisic par lesmarais salants, dans le dédale desquels nous conduisit lepêcheur, devenu comme nous silencieux. La disposition

Page 245

de nos âmes était changée. Nous étions tous deux plongésen de funestes réflexions, attristés par ce drame quiexpliquait le rapide pressentiment que nous en avions eu àl'aspect de Cambremer. Nous avions l'un et l'autre assez[5] de connaissance du monde pour deviner de cette triplevie tout ce que nous en avait tu notre guide. Les malheursde ces trois êtres se reproduisaient devant nous comme sinous les avions vus dans les tableaux d'un drame que cepère couronnait en expiant son crime nécessaire. Nous

Contes Français

BALZAC 202

contes francais - [PDF Document] (203)

[10] n'osions regarder la roche où était l'homme fatal quifaisait peur à toute une contrée. Quelques nuages embrumaientle ciel; des vapeurs s'élevaient à l'horizon, nousmarchions au milieu de la nature la plus âcrement sombreque j'aie jamais rencontrée. Nous foulions une nature qui[15] semblait souffrante, maladive, des marais salants, qu'onpeut à bon droit nommer les écrouelles de la terre. Là, lesol est divisé en carrés inégaux de forme, tous encaissés pard'énormes talus de terre grise, tous pleins d'une eausaumâtre, à la surface de laquelle arrive le sel. Ces[20] ravins, faits à main d'homme, sont intérieurementpartagés en plates-bandes, le long desquelles marchent desouvriers armés de longs râteaux, à l'aide desquels ilsécrèment cette saumure, et amènent sur des plates-formesrondes pratiquées de distance en distance ce sel quand il[25] est bon à mettre en mulons. Nous côtoyâmes pendantdeux heures ce triste damier, où le sel étouffe par sonabondance la végétation, et où nous n'apercevions deloin en loin que quelques paludiers, nom donné à ceux quicultivent le sel. Ces hommes, ou plutôt ce clan de Bretons[30] porte un costume spécial, une jaquette blanche assezsemblable à celle des brasseurs. Ils se marient entre eux.Il n'y a pas d'exemple qu'une fille de cette tribu ait épousé

Page 246

un autre homme qu'un paludier. L'horrible aspect de cesmarécages, dont la boue était symétriquement ratissée,et cette terre grise dont a horreur la Flore bretonne,s'harmonisaient avec le deuil de notre âme. Quand nous[5] arrivâmes à l'endroit où l'on passe le bras de mer formépar l'irruption des eaux dans ce fond, et qui sert sansdoute à alimenter les marais salants, nous aperçûmes avecplaisir les maigres végétations qui garnissent les sables dela plage. Dans la traversée, nous aperçûmes au milieu[10] du lac l'île où demeurent les Cambremer; nous détournâmesla tête.

En arrivant à notre hôtel, nous remarquâmes un billarddans une salle basse, et quand nous apprîmes que c'étaitle seul billard public qu'il y eût au Croisic, nous fîmes nos[15] apprêts de départ pendant la nuit; le lendemain, nousétions à Guérande. Pauline était encore triste, et moi jeressentais déjà les approches de cette flamme qui me brûlele cerveau. J'étais si cruellement tourmenté par lesvisions que j'avais de ces trois existences, qu'elle me dit:

[20]--Louis, écris cela, tu donneras le change à la nature decette fièvre.

Contes Français

BALZAC 203

contes francais - [PDF Document] (204)

Je vous ai donc écrit cette aventure, mon cher oncle;mais elle m'a déjà fait perdre le calme que je devais à mesbains et à notre séjour ici.

Page 247

MUSSET

CROISILLES

I

Au commencement du règne de Louis XV, un jeunehomme nommé Croisilles, fils d'un orfèvre, revenait deParis au Havre, sa ville natale. Il avait été chargé par sonpère d'une affaire de commerce, et cette affaire s'était[5] terminée à son gré. La joie d'apporter une bonne nouvelle lefaisait marcher plus gaiement et plus lestement que de coutume;car, bien qu'il eût dans ses poches une somme d'argentassez considérable, il voyageait à pied pour son plaisir.C'était un garçon de bonne humeur, et qui ne manquait[10] pas d'esprit, mais tellement distrait et étourdi, qu'on leregardait comme un peu fou. Son gilet boutonné detravers, sa perruque au vent, son chapeau sous le bras, ilsuivait les rives de la Seine, tantôt rêvant, tantôt chantant,levé dès le matin, soupant au cabaret, et charmé de[15] traverser ainsi l'une des plus belles contrées de la France.Tout en dévastant, au passage, les pommiers de la Normandie,il cherchait des rimes dans sa tête (car tout étourdiest un peu poète), et il essayait de faire un madrigal pourune belle demoiselle de son pays; ce n'était pas moins que[20] la fille d'un fermier général, mademoiselle Godeau, laperle du Havre, riche héritière fort courtisée. Croisillesn'était point reçu chez M. Godeau autrement que parhasard, c'est-à-dire qu'il y avait porté quelquefois desbijoux achetés chez son père. M. Godeau, dont le nom,

Page 248

tant soit peu commun, soutenait mal une immense fortune,se vengeait par sa morgue du tort de sa naissance, etse montrait, en toute occasion, énormément et impitoyablementriche. Il n'était donc pas homme à laisser entrer

Contes Français

MUSSET 204

contes francais - [PDF Document] (205)

[5] dans son salon le fils d'un orfèvre; mais, comme mademoiselleGodeau avait les plus beaux yeux du monde, queCroisilles n'était pas mal tourné, et que rien n'empêcheun joli garçon de devenir amoureux d'une belle fille, Croisillesadorait mademoiselle Godeau, qui n'en paraissait[10] pas fâchée. Il pensait donc à elle tout en regagnant leHavre, et, comme il n'avait jamais réfléchi à rien, aulieu de songer aux obstacles invincibles qui le séparaientde sa bien-aimée, il ne s'occupait que de trouver une rimeau nom de baptême qu'elle portait. Mademoiselle Godeau[15] s'appelait Julie, et la rime était aisée à trouver. Croisilles,arrivé à Honfleur, s'embarqua le coeur satisfait, son argentet son madrigal en poche, et, dès qu'il eut touché le rivageil courut à la maison paternelle.

Il trouva la boutique fermée; il y frappa à plusieurs reprises,[20] non sans étonnement ni sans crainte, car ce n'étaitpoint un jour de fête; personne ne venait. Il appela sonpère, mais en vain. Il entra chez un voisin pour demanderce qui était arrivé; au lieu de lui répondre, le voisindétourna la tête, comme ne voulant pas le reconnaître.[25] Croisilles répéta ses questions; il apprit que son père,depuis longtemps gêné dans ses affaires, venait de fairefaillite, et s'était enfui en Amérique, abandonnant à sescréanciers tout ce qu'il possédait.

Avant de sentir tout son malheur, Croisilles fut d'abord[30] frappé de l'idée qu'il ne reverrait peut-être jamais sonpère. Il lui paraissait impossible de se trouver ainsi abandonnétout à coup; il voulut à toute force entrer dans la

Page 249

boutique, mais on lui fit entendre que les scellés étaientmis, il s'assit sur une borne, et, se livrant à sa douleur, ilse mit à pleurer à chaudes larmes, sourd aux consolationsde ceux qui l'entouraient, ne pouvant cesser d'appeler son[5] père, quoiqu'il le sût déjà bien loin; enfin il se leva, honteuxde voir la foule s'attrouper autour de lui, et, dans leplus profond désespoir, il se dirigea vers le port.Arrivé sur la jetée, il marcha devant lui comme unhomme égaré qui ne sait plus où il va ni que devenir. Il[10] se voyait perdu sans ressources, n'ayant plus d'asile, aucunmoyen de salut, et, bien entendu, plus d'amis. Seul, errantau bord de la mer, il fut tenté de mourir en s'y précipitant.Au moment où, cédant à cette pensée, il s'avançaitvers un rempart élevé, un vieux domestique, nommé Jean,[15] qui servait sa famille depuis nombre d'années, s'approchade lui.

Contes Français

MUSSET 205

contes francais - [PDF Document] (206)

--Ah! mon pauvre Jean! s'écria-t-il, tu sais ce qui s'estpassé depuis mon départ. Est-il possible que mon pèrenous quitte sans avertissem*nt, sans adieu?

[20]-Il est parti, répondit Jean, mais non pas sans vous direadieu.

En même temps il tira de sa poche une lettre qu'il donnaà son jeune maitre. Croisilles reconnut l'écriture de sonpère, et, avant d'ouvrir la lettre, il la baisa avec transport;[25] mais elle ne renfermait que quelques mots. Au lieu desentir sa peine adoucie, le jeune homme la trouva confirmée.Honnête jusque-là et connu pour tel, ruiné parun malheur imprévu (la banqueroute d'un associé), levieil orfèvre n'avait laissé à son fils que quelques paroles[30] banales de consolation, et nul espoir, sinon cet espoirvague, sans but ni raison, le dernier bien, dit-on, qui seperde.

Page 250

--Jean, mon ami, tu m'as bercé, dit Croisilles aprèsavoir lu la lettre, et tu es certainement aujourd'hui le seulêtre qui puisse m'aimer un peu; c'est une chose qui m'estbien douce, mais qui est fâcheuse pour toi; car, aussi vrai[5] que mon père s'est embarqué là, je vais me jeter dans cettemer qui le porte, non pas devant toi ni tout de suite, maisun jour ou l'autre, car je suis perdu.

--Que voulez~vous y faire? répliqua Jean, n'ayant pointl'air d'avoir entendu, mais retenant Croisilles par le pan de[10] son habit; que voulez~vous y faire, mon cher maitre? Votrepère a été trompé; il attendait de l'argent qui n'est pasvenu, et ce n'était pas peu de chose. Pouvait-il rester ici?Je l'ai vu, monsieur, gagner sa fortune depuis trente ansque je le sers; je l'ai vu travailler, faire son commerce, et[15] les écus arriver un à un chez vous. C'est un honnêtehomme, et habile; on a cruellement abusé de lui. Ces joursderniers, j'étais encore là, et comme les écus étaient arrivés,je les ai vus partir du logis. Votre père a payé tout ce qu'ila pu pendant une journée entière; et, lorsque son secrétaire[20] a été vide, il n'a pu s'empêcher de me dire, en me montrantun tiroir où il ne restait que six francs: «Il y avait ici centmille francs ce matin!» Ce n'est pas là une banqueroute,monsieur, ce n'est point une chose qui déshonore!

--Je ne doute pas plus de la probité de mon père,[25] répondit Croisilles, que de son malheur. Je ne doute pas

Contes Français

MUSSET 206

contes francais - [PDF Document] (207)

non plus de son affection; mais j'aurais voulu l'embrasser,car que veux-tu que je devienne? Je ne suis point fait àla misère, je n'ai pas l'esprit nécessaire pour recommencerma fortune. Et quand je l'aurais? mon père est parti.[30] S'il a mis trente ans à s'enrichir, combien m'en faudra-t-ilpour réparer ce coup? Bien davantage. Et vivra-t-ilalors? Non sans doute; il mourra là-bas, et je ne puis pas

Page 251

même l'y aller trouver; je ne puis le rejoindre qu'enmourant aussi.

Tout désolé qu'était Croisilles, il avait beaucoup dereligion. Quoique son désespoir lui fît désirer la mort, il[5] hésitait à se la donner. Dès les premiers mots de cetentretien, il s'était appuyé sur le bras de Jean, et tous deuxretournaient vers la ville. Lorsqu'ils furent entrés dansles rues, et lorsque la mer ne fut plus si proche:

--Mais, monsieur, dit encore Jean, il me semble qu'un[10] homme de bien a le droit de vivre, et qu'un malheur neprouve rien. Puisque votre père ne s'est pas tué, Dieumerci, comment pouvez-vous songer à mourir? Puisqu'iln'y a point de déshonneur, et toute la ville le sait, quepenserait-on de vous? Que vous n'avez pu supporter la[15] pauvreté. Ce ne serait ni brave ni chrétien; car, au fond,qu'est-ce qui vous effraye? Il y a des gens qui naissentpauvres, et qui n'ont jamais eu ni père ni mère. Je saisbien que tout le monde ne se ressemble pas, mais enfinil n'y a rien d'impossible à Dieu. Qu'est-ce que vous feriez[20] en pareil cas? Votre père n'était pas né riche, tant s'enfaut, sans vous offenser, et c'est peut-être ce qui le console.Si vous aviez été ici depuis un mois, cela vous auraitdonné du courage. Oui, monsieur, on peut se ruiner, personnen'est à l'abri d'une banqueroute; mais votre père,[25] j'ose le dire, a été un homme, quoiqu'il soit parti un peuvite. Mais que voulez-vous? on ne trouve pas tous lesjours un bâtiment pour l'Amérique. Je l'ai accompagnéjusque sur le port, et si vous aviez vu sa tristesse! commeil m'a recommandé d'avoir soin de vous, de lui donner de[30] vos nouvelles!... Monsieur, c'est une vilaine idée quevous avez de jeter le manche après la cognée. Chacun ason temps d'épreuve ici-bas, et j'ai été soldat avant d'être

Page 252

Contes Français

MUSSET 207

contes francais - [PDF Document] (208)

domestique. J'ai rudement souffert, mais j'étais jeune;j'avais votre âge, monsieur, à cette époque-là, et il mesemblait que la Providence ne peut pas dire son derniermot à un homme de vingt-cinq ans. Pourquoi voulez-vous[5] empêcher le bon Dieu de réparer le mal qu'il vousfait? Laissez-lui le temps, et tout s'arrangera. S'il m'étaitpermis de vous conseiller, vous attendriez seulement deuxou trois ans, et je gagerais que vous vous en trouveriezbien. Il y a toujours moyen de s'en aller de ce monde.[10] Pourquoi voulez-vous profiter d'un mauvais moment?

Pendant que Jean s'évertuait à persuader son maitre,celui-ci marchait en silence, et, comme font souvent ceuxqui souffrent, il regardait de côté et d'autre, comme pourchercher quelque chose qui pût le rattacher à la vie. Le[15] hasard fit que, sur ces entrefaites, mademoiselle Godeau,la fille du fermier général, vint à passer avec sa gouvernante.L'hôtel qu'elle habitait n'était pas éloigné de là;Croisilles la vit entrer chez elle. Cette rencontre produisitsur lui plus d'effet que tous les raisonnements du monde.[20] J'ai dit qu'il était un peu fou, et qu'il cédait presquetoujours à un premier mouvement. Sans hésiter plus long-tempset sans s'expliquer, il quitta le bras de son vieuxdomestique, et alla frapper à la porte de M. Godeau.

II

Quand on se représente aujourd'hui ce qu'on appelait[25] jadis un financier, on imagine un ventre énorme, de courtesjambes, une immense perruque, une large face à triplementon, et ce n'est pas sans raison qu'on s'est habitué ase figurer ainsi ce personnage. Tout le monde sait à quelsabus ont donné lieu les fermes royales, et il semble qu'il

Page 253

y ait une loi de nature qui rende plus gras que le reste deshommes ceux qui s'engraissent non-seulement de leurpropre oisiveté, mais encore du travail des autres. M.Godeau, parmi les financiers, était des plus classiques qu'on[5] pût voir, c'est-à-dire des plus gros; pour l'instant il avaitla goutte, chose fort à la mode en ce temps-là, comme l'està présent la migraine. Couché sur une chaise longue, lesyeux à demi fermés, il se dorlotait au fond d'un boudoir.Les panneaux de glaces qui l'environnaient répétaientmajestueusem*nt de toutes parts son énorme personne;[10] des sacs pleins d'or couvraient sa table; autour de lui, lesmeubles, les lambris, les portes, les serrures, la cheminée,le plafond, étaient dorés; son habit l'était; je ne sais si sa

Contes Français

MUSSET 208

contes francais - [PDF Document] (209)

cervelle ne l'était pas aussi. Il calculait les suites d'une[15] petite affaire qui ne pouvait manquer de lui rapporterquelques milliers de louis; il daignait en sourire tout seul,lorsqu'on lui annonça Croisilles, qui entra d'un air humblemais résolu, et dans tout le désordre qu'on peut supposerd'un homme qui a grande envie de se noyer. M. Godeau[20] fut un peu surpris de cette visite inattendue; il crut quesa fille avait fait quelque emplette; il fut confirmé danscette pensée en la voyant paraître presque en même tempsque le jeune homme. Il fit signe à Croisilles, non pas des'asseoir, mais de parler. La demoiselle prit place sur un[25] sofa, et Croisilles, resté debout, s'exprima à peu près ences termes:

--Monsieur, mon père vient de faire faillite. La banquerouted'un associé l'a forcé à suspendre ses payements,et, ne pouvant assister à sa propre honte, il s'est enfui en[30] Amérique, après avoir donné à ses créanciers jusqu'à sondernier sou. J'étais absent lorsque cela s'est passé; j'arrive,et il y a deux heures que je sais cet événement. Je

Page 254

suis absolument sans ressources et déterminé à mourir.Il est très-probable qu'en sortant de chez vous je vais mejeter à l'eau. Je l'aurais déjà fait, selon toute apparence,si le hasard ne m'avait fait rencontrer mademoiselle votre[5] fille tout à l'heure. Je l'aime, monsieur, du plus profondde mon coeur; il y a deux ans que je suis amoureux d'elle,et je me suis tu jusqu'ici à cause du respect que je lui dois;mais aujourd'hui, en vous le déclarant, je remplis un devoirindispensable, et je croirais offenser Dieu si, avant de[10] me donner la mort, je ne venais pas vous demander si vousvoulez, que j'épouse mademoiselle Julie. Je n'ai pas lamoindre espérance que vous m'accordiez cette demande,mais je dois néanmoins vous la faire; car je suis bon chrétien,monsieur, et lorsqu'un bon chrétien se voit arrivé à[15] un tel degré de malheur, qu'il ne lui soit plus possible desouffrir la vie, il doit du moins, pour atténuer son crime,épuiser toutes les chances qui lui restent avant de prendreun dernier parti.

Au commencement de ce discours, M. Godeau avait[20] supposé qu'on venait lui emprunter de l'argent, et il avaitjeté prudemment son mouchoir sur les sacs placés auprèsde lui, préparant d'avance un refus poli, car il avait toujourseu de la bienveillance pour le père de Croisilles. Maisquand il eut écouté jusqu'au bout, et qu'il eut compris de[25] quoi il s'agissait, il ne douta pas que le pauvre garçon ne

Contes Français

MUSSET 209

contes francais - [PDF Document] (210)

fût devenu complètement fou. Il eut d'abord quelqueenvie de sonner et de le faire mettre à la porte; mais il luitrouva une apparence si ferme, un visage si déterminé,qu'il eut pitié d'une démence si tranquille. Il se contenta[30] de dire à sa fille de se retirer, afin de ne pas l'exposer pluslongtemps à entendre de pareilles inconvenances.

Pendant que Croisilles avait parlé, mademoiselle

Page 255

Godeau était devenue rouge comme une pêche au mois d'août.Sur l'ordre de son père, elle se retira. Le jeune homme luifit un profond salut dont elle ne sembla pas s'apercevoir.Demeuré seul avec Croisilles, M. Godeau toussa, se souleva,[5] se laissa retomber sur ses coussins, et s'efforçant deprendre un air paternel:

--Mon garçon, dit-il, je veux bien croire que tu ne temoques pas de moi et que tu as réellement perdu la tête.Non-seulement j'excuse ta démarche, mais je consens à[10] ne point t'en punir. Je suis fâché que ton pauvre diablede père ait fait banqueroute et qu'il ait décampé; c'estfort triste, et je comprends assez que cela t'ait tourné lacervelle. Je veux faire quelque chose pour toi; prends unpliant et assieds-toi là.

[15]--C'est inutile, monsieur, répondit Croisilles; du momentque vous me refusez, je n'ai plus qu'à prendre congéde vous. Je vous souhaite toutes sortes de prospérités.

--Et où t'en vas-tu?

--Écrire à mon père et lui dire adieu.

[20]--Eh, que diantre! on jurerait que tu dis vrai; tu vaste noyer, ou le diable m'emporte.

--Oui, monsieur; du moins je le crois, si le courage nem'abandonne pas.

--La belle avance! fi donc! quelle niaiserie! Assieds-toi,[25] te dis-je, et écoute-moi.

M. Godeau venait de faire une réflexion fort juste, c'estqu'il n'est jamais agréable qu'on dise qu'un homme, quelqu'il soit, s'est jeté à l'eau en nous quittant. Il toussadonc de nouveau, prit sa tabatière, jeta un regard distrait[30] sur son jabot, et continua.

Contes Français

MUSSET 210

contes francais - [PDF Document] (211)

--Tu n'es qu'un sot, un fou, un enfant, c'est clair, tune sais ce que tu dis. Tu es ruiné, voilà ton affaire. Mais,

Page 256

mon cher ami, tout cela ne suffit pas; il faut réfléchir auxchoses de ce monde. Si tu venais me demander... jene sais quoi, un bon conseil, eh bien! passe; mais qu'est-ceque tu veux? tu es amoureux de ma fille?

[5]--Oui, monsieur, et je vous répète que je suis bienéloigné de supposer que vous puissiez me la donner pourfemme; mais comme il n'y a que cela au monde qui pourraitm'empêcher de mourir, si vous croyez en Dieu, commeje n'en doute pas, vous comprendrez la raison qui[10] m'amène.

--Que je croie en Dieu ou non, cela ne te regarde pas,je n'entends pas qu'on m'interroge; réponds d'abord: Oùas-tu vu ma fille?

--Dans la boutique de mon père et dans cette maison,[15] lorsque j'y ai apporté des bijoux pour mademoiselleJulie.

--Qui est-ce qui t'a dit qu'elle s'appelle Julie? On nes'y reconnaît plus, Dieu me pardonne! Mais, qu'elle s'appelleJulie ou Javotte, sais-tu ce qu'il faut, avant tout,[20] pour oser prétendre à la main de la fille d'un fermiergénéral?

--Non, je l'ignore absolument, à moins que ce ne soit.d'être aussi riche qu'elle.

--Il faut autre chose, mon cher, il faut un nom.

[25]--Eh bien! je m'appelle Croisilles.

--Tu t'appelles Croisilles, malheureux! Est-ce un nomque Croisilles?

--Ma foi, monsieur, en mon âme et conscience, c'estun aussi beau nom que Godeau.

[30]--Tu es un impertinent, et tu me le payeras.

--Eh, mon Dieu! monsieur, ne vous fâchez pas; je n'aipas la moindre envie de vous offenser. Si vous voyez là

Contes Français

MUSSET 211

contes francais - [PDF Document] (212)

Page 257

quelque chose qui vous blesse, et si vous voulez m'enpunir, vous n'avez que faire de vous mettre en colère: ensortant d'ici, je vais me noyer.

Bien que M. Godeau se fût promis de renvoyer Croisilles[5] le plus doucement possible, afin d'éviter tout scandale,sa prudence ne pouvait résister à l'impatience del'orgueil offensé; l'entretien auquel il essayait de serésigner lui paraissait monstrueux en lui-même; je laisse àpenser ce qu'il éprouvait en s'entendant parler de la[10] sorte.

--Écoute, dit-il presque hors de lui et résolu à en finirà tout prix, tu n'es pas tellement fou que tu ne puissescomprendre un mot de sens commun. Es-tu riche?...Non. Es-tu noble? Encore moins. Qu'est-ce que[15] c'est que la frénésie qui t'amène? Tu viens me tracasser,tu crois faire un coup de tête; tu sais parfaitement bienque c'est inutile; tu veux me rendre responsable de tamort. As-tu à te plaindre de moi? dois-je un sou à tonpère? est-ce ma faute si tu en es là? Eh, mordieu! on se[20] noie et on se tait.

--C'est ce que je vais faire de ce pas; je suis votre trèshumble serviteur.

--Un moment! il ne sera pas dit que tu auras eu envain recours à moi. Tiens, mon garçon, voilà quatre louis[25] d'or; va-t'en dîner à la cuisine, et que je n'entende plusparler de toi.

--Bien obligé, je n'ai pas faim, et je n'ai que faire devotre argent!

Croisilles sortit de la chambre, et le financier, ayant[30] mis sa conscience en repos par l'offre qu'il venait de fairese renfonça de plus belle dans sa chaise et reprit sesMéditations.

Page 258

Mademoiselle Godeau, pendant ce temps-là, n'était passi loin qu'on pouvait le croire; elle s'était, il est vrai,retirée par obéissance pour son père; mais, au lieu de regagnersa chambre, elle était restée à écouter derrière la

Contes Français

MUSSET 212

contes francais - [PDF Document] (213)

[5] porte. Si l'extravagance de Croisilles lui paraissaitinconcevable, elle n'y voyait du moins rien d'offensant;car l'amour, depuis que le monde existe, n'a jamais passépour offense; d'un autre côté, comme il n'était pas possiblede douter du désespoir du jeune homme, mademoiselle[10] Godeau se trouvait prise à la fois par les deuxsentiments les plus dangereux aux femmes, la compassion etla curiosité. Lorsqu'elle vit l'entretien terminé et Croisillesprêt à sortir, elle traversa rapidement le salon où elle setrouvait, ne voulant pas être surprise aux aguets, et elle[15] se dirigea vers son appartement; mais presque aussitôtelle revint sur ses pas. L'idée que Croisilles allait peut-êtreréellement se donner la mort lui troubla le coeurmalgré elle. Sans se rendre compte de ce qu'elle faisait,elle marcha à sa rencontre; le salon était vaste, et les deux[20] jeunes gens vinrent lentement au-devant l'un de l'autre.Croisilles était pâle comme la mort, et mademoiselle Godeaucherchait vainement quelque parole qui pût exprimerce qu'elle sentait. En passant à côté de lui, ellelaissa tomber à terre un bouquet de violettes qu'elle[25] tenait à la main. Il se baissa aussitôt, ramassa le bouquetet le présenta à la jeune fille pour le lui rendre; mais,au lieu de le reprendre, elle continua sa route sansprononcer un mot, et entra dans le cabinet de son père.Croisilles, resté seul, mit le bouquet dans son sein, et sortit de[30] la maison le coeur agité, ne sachant trop que penser decette aventure.

Page 259

III

A peine avait-il fait quelques pas dans la rue, qu'il vitaccourir son fidèle Jean, dont le visage exprimait la joie.

--Qu'est-il arrivé? lui demanda-t-il; as-tu quelquenouvelle à m'apprendre?

[5]--Monsieur, répondit Jean, j'ai à vous apprendre queles scellés sont levés, et que vous pouvez rentrer chezvous. Toutes les dettes de votre père payées, vous restezpropriétaire de la maison. Il est bien vrai qu'on aemporté tout ce qu'il y avait d'argent et de bijoux, et[10] qu'on a même enlevé les meubles; mais enfin la maisonvous appartient, et vous n'avez pas tout perdu. Je courspartout depuis une heure, ne sachant ce que vous étiezdevenu, et j'espère, mon cher maitre, que vous serez assezsage pour prendre un parti raisonnable.

Contes Français

MUSSET 213

contes francais - [PDF Document] (214)

[15]--Quel parti veux-tu que je prenne?

--Vendre cette maison, monsieur, c'est toute votrefortune; elle vaut une trentaine de mille francs. Aveccela, du moins, on ne meurt pas de faim; et qui vousempêcherait d'acheter un petit fonds de commerce qui ne[20] manquerait pas de prospérer?

--Nous verrons cela, répondit Croisilles, tout en sehâtant de prendre le chemin de sa rue. Il lui tardait derevoir le toit paternel; mais, lorsqu'il y fut arrivé, un sitriste spectacle s'offrit à lui, qu'il eut à peine le courage[25] d'entrer. La boutique en désordre, les chambres désertes,l'alcôve de son père vide, tout présentait à ses regards lanudité de la misère. Il ne restait pas une chaise; tous lestiroirs avaient été fouillés, le comptoir brisé, la caisseemportée; rien n'avait échappé aux recherches avides des[30] créanciers et de la justice, qui, après avoir pillé la maison,

Page 260

étaient partis, laissant les portes ouvertes, comme pourtémoigner aux passants que leur besogne était accomplie.

--Voilà donc, s'écria Croisilles, voilà donc ce qui restede trente ans de travail et de la plus honnête existence,[5] faute d'avoir eu à temps, au jour fixe, de quoi fairehonneur à une signature imprudemment engagée!

Pendant que le jeune homme se promenait de long enlarge, livré aux plus tristes pensées, Jean paraissait fortembarrassé. Il supposait que son maitre était sans argent,[10] et qu'il pouvait même n'avoir pas dîné. Il cherchaitdonc quelque moyen pour le questionner là-dessus,et pour lui offrir, en cas de besoin, une part de ses économies.Après s'être mis l'esprit à la torture pendant unquart d'heure pour imaginer un biais convenable, il ne[15] trouva rien de mieux que de s'approcher de Croisilles, etde lui demander d'une voix attendrie:

--Monsieur aime-t-il toujours les perdrix aux choux?

Le pauvre homme avait prononcé ces mots avec un accentà la fois si burlesque et si touchant, que Croisilles,[20] malgré sa tristesse, ne put s'empêcher d'en rire.

--Et à propos de quoi cette question? dit-il.

--Monsieur, répondit Jean, c'est que ma femme m'en

Contes Français

MUSSET 214

contes francais - [PDF Document] (215)

fait cuire une pour mon dîner, et si par hasard vous lesaimiez toujours...

[25] Croisilles avait entièrement oublié jusqu'à ce moment lasomme qu'il rapportait à son père; la proposition de Jeanle fit se ressouvenir que ses poches étaient pleines d'or.

--Je te remercie de tout mon coeur, dit-il au vieillard,et j'accepte avec plaisir ton diner; mais, si tu es inquiet[30] de ma fortune, rassure-toi, j'ai plus d'argent qu'il ne m'enfaut pour avoir ce soir un bon souper que tu partagerasà ton tour avec moi.

Page 261

En parlant ainsi, il posa sur la cheminée quatre boursesbien garnies, qu'il vida, et qui contenaient chacunecinquante louis.

--Quoique cette somme ne m'appartienne pas, ajouta-t-il,[5] je puis en user pour un jour ou deux. A qui faut-ilsque je m'adresse pour la faire tenir à mon père?

--Monsieur, répondit Jean avec empressem*nt, votrepère m'a bien recommandé de vous dire que cet argentvous appartenait; et si je ne vous en parlais point, c'est[10] que je ne savais pas de quelle manière vos affaires deParis s'étaient terminées. Votre père ne manquera derien là-bas; il logera chez un de vos correspondants, quile recevra de son mieux; il a d'ailleurs emporté ce qu'illui faut, car il était bien sûr d'en laisser encore de trop, et[15] ce qu'il a, laissé, monsieur, tout ce qu'il a laissé, est à vous,il vous le marque lui-même dans sa lettre, et je suis expressémentchargé de vous le répéter. Cet or est donc aussilégitimement votre bien que cette maison où nous sommes.Je puis vous rapporter les paroles mêmes que votre[20] père m'a dites en partant: «Que mon fils me pardonne dele quitter; qu'il se souvienne seulement pour m'aimer queje suis encore en ce monde, et qu'il use de ce qui resteraaprès mes dettes payées, comme si c'était mon héritage.»Voilà, monsieur, ses propres expressions; ainsi remettez[25] ceci dans votre poche, et puisque vous voulez bien mondiner, allons, je vous prie, à la maison.

La joie et la sincérité qui brillaient dans les yeux deJean ne laissaient aucun doute à Croisilles. Les parolesde son père l'avaient ému à tel point qu'il ne put retenir[30] ses larmes; d'autre part, dans un pareil moment, quatremille francs n'étaient pas une bagatelle. Pour ce qui

Contes Français

MUSSET 215

contes francais - [PDF Document] (216)

regardait la maison, ce n'était point une ressource certaine,

Page 262

car on ne pouvait en tirer parti qu'en la vendant, choselongue et difficile. Tout cela cependant ne laissait pasque d'apporter un changement considérable à la situationdans laquelle se trouvait le jeune homme; il se sentit[5] tout à coup attendri, ébranlé dans sa funeste résolution, et,pour ainsi dire, à la fois plus triste et moins désolé. Aprèsavoir fermé les volets de la boutique, il sortit de la maisonavec Jean, et, en traversant de nouveau la ville, il ne puts'empêcher de songer combien c'est peu de chose que nos[10] afflictions, puisqu'elles servent quelquefois à nous fairetrouver une joie imprévue dans la plus faible lueur d'espérance.Ce fut avec cette pensée qu'il se mit à table àcôté de son vieux serviteur, qui ne manqua point, durantle repas, de faire tous ses efforts pour l'égayer.

[15] Les étourdis ont un heureux défaut: ils se désolentAisément, mais ils n'ont même pas le temps de se consoler,tant il leur est facile de se distraire. On se tromperait deles croire insensibles ou égoïstes; ils sentent peut-être plusvivement que d'autres, et ils sont très capables de se[20] brûler la cervelle dans un moment de désespoir; mais, cemoment passé, s'ils sont encore en vie, il faut qu'ils aillentdiner, qu'ils boivent et mangent comme à l'ordinaire,pour fondre ensuite en larmes en se couchant. La joie etla douleur ne glissent pas sur eux; elles les traversent[25] comme des flèches: bonne et violente nature qui saitsouffrir, mais qui ne peut pas mentir, dans laquelleon lit tout à nu, non pas fragile et vide comme leverre, mais pleine et transparente comme le cristal deroche.

[30] Après avoir trinqué avec Jean, Croisilles, au lieu de senoyer, s'en alla à la comédie. Debout dans le fond duparterre, il tira de son sein le bouquet de mademoiselle

Page 263

Godeau, et, pendant qu'il en respirait le parfum dans unprofond recueillement, il commença à penser d'un espritplus calme à son aventure du matin. Dès qu'il y eut réfléchiquelque temps, il vit clairement la vérité, c'est-à-dire[5] que la jeune fille, en lui laissant son bouquet entre lesmains et en refusant de le reprendre, avait voulu luidonner une marque d'intérêt; car autrement ce refus et

Contes Français

MUSSET 216

contes francais - [PDF Document] (217)

ce silence n'auraient été qu'une preuve de mépris, et cettesupposition n'était pas possible. Croisilles jugea donc[10] que mademoiselle Godeau avait le coeur moins dur quemonsieur son père, et il n'eut pas de peine à se souvenirque le visage de la demoiselle, lorsqu'elle avait traversé lesalon, avait exprimé une émotion d'autant plus vraiequ'elle semblait involontaire. Mais cette émotion était-elle[15] de l'amour ou seulement de la pitié, ou moins encorepeut-être, de l'humanité? Mademoiselle Godeau avait-ellecraint de le voir mourir, lui, Croisilles, ou seulementd'être la cause de la mort d'un homme, quel qu'il fût?Bien que fané et à demi effeuillé, le bouquet avait encore[20] une odeur si exquise et une si galante tournure, qu'en lerespirant et en le regardant, Croisilles ne put se défendred'espérer. C'était une guirlande de roses autour d'unetouffe de violettes. Combien de sentiments et de mystèresun Turc aurait lus dans ces fleurs, en interprétant leur[25] langage! Mais il n'y a que faire d'être turc en pareillecirconstance. Les fleurs qui tombent du sein d'une joliefemme, en Europe comme en Orient, ne sont jamaismuettes; quand elles ne raconteraient que ce qu'elles ontvu lorsqu'elles reposaient sur une belle gorge, ce serait[30] assez pour un amoureux, et elles le racontent en effet.Les parfums ont plus d'une ressemblance avec l'amour, etil y a même des gens qui pensent que l'amour n'est qu'une

Page 264

sorte de parfum; il est vrai que la fleur qui l'exhale est laplus belle de la création.

Pendant que Croisilles divaguait ainsi, fort peu attentifà la tragédie qu'on représentait pendant ce temps-là,[5] mademoiselle Godeau elle-même parut dans une loge enface de lui. L'idée ne lui vint pas que, si elle l'apercevait,elle pourrait bien trouver singulier de le voir là après cequi venait de se passer. Il fit au contraire tous ses effortspour se rapprocher d'elle; mais il n'y put parvenir. Une[10] figurante de Paris était venue en poste jouer Mérope, etla foule était si serrée, qu'il n'y avait pas moyen de bouger.Faute de mieux, il se contenta donc de fixer ses regardssur sa belle, et de ne pas la quitter un instant des yeux.Il remarqua qu'elle semblait préoccupée, maussade, et[15] qu'elle ne parlait à personne qu'avec une sorte de répugnance.Sa loge était entourée, comme on peut penser, detout ce qu'il y avait de petit*-maîtres normands dans laville; chacun venait à son tour passer devant elle à lagalerie, car, pour entrer dans la loge même qu'elle occupait,[20] cela n'était pas possible, attendu que monsieur son

Contes Français

MUSSET 217

contes francais - [PDF Document] (218)

père en remplissait seul, de sa personne, plus des troisquarts. Croisilles remarqua encore qu'elle ne lorgnaitpoint et qu'elle n'écoutait pas la pièce. Le coude appuyésur la balustrade, le menton dans sa main, le regard distrait,[25] elle avait l'air, au milieu de ses atours, d'une statuede Vénus déguisée en marquise; l'étalage de sa robe et desa coiffure, son rouge, sous lequel on devinait sa pâleur,toute la pompe de sa toilette, ne faisaient que mieuxressortir son immobilité. Jamais Croisilles ne l'avait vue[30] si jolie. Ayant trouvé moyen, pendant l'entr'acte, des'échapper de la cohue, il courut regarder au carreau dela loge, et, chose étrange, à peine y eut-il mis la tête, que

Page 265

mademoiselle Godeau, qui n'avait pas bougé depuis uneheure, se retourna. Elle tressaillit légèrement en l'apercevant,et ne jeta sur lui qu'un coup d'oeil; puis elle repritsa première posture. Si ce coup d'oeil exprimait la[5] surprise, l'inquiétude, le plaisir de l'amour; s'il voulaitdire: «Quoi! vous n'êtes pas mort!» ou: «Dieu soit béni!vous voilà vivant!» je ne me charge pas de le démêler;toujours est-il que, sur ce coup d'oeil, Croisilles se juratout bas de mourir ou de se faire aimer.

IV

De tous les obstacles qui nuisent à l'amour, l'un des[10] plus grands est sans contredit ce qu'on appelle la faussehonte, qui en est bien une très-véritable. Croisilles n'avaitpas ce triste défaut que donnent l'orgueil et la timidité;il n'était pas de ceux qui tournent pendant des moisentiers autour de la femme qu'ils aiment, comme un chat[15] autour d'un oiseau en cage. Dès qu'il eut renoncé à senoyer, il ne songea plus qu'à faire savoir à sa chère Juliequ'il vivait uniquement pour elle; mais comment le luidire? S'il se présentait une seconde fois à l'hôtel du fermiergénéral, il n'était pas douteux que M. Godeau ne le fit[20] mettre au moins à la porte. Julie ne sortait jamais qu'avecune femme de chambre, quand il lui arrivait d'aller à pied;il était donc inutile d'entreprendre de la suivre. Passerles nuits sous les croisées de sa maîtresse est une foliechère aux amoureux, mais qui, dans le cas présent, était[25] plus inutile encore. J'ai dit que Croisilles était fortreligieux; il ne lui vint donc pas à l'esprit de chercher àrencontrer sa belle à l'église. Comme le meilleur parti,quoique le plus dangereux, est d'écrire aux gens lorsqu'on

Contes Français

MUSSET 218

contes francais - [PDF Document] (219)

Page 266

ne peut leur parler soi-même, il écrivit dès le lendemain.Sa lettre n'avait, bien entendu, ni ordre ni raison. Elleétait à peu près conçue en ces termes:

«Mademoiselle,

[5] «Dites-moi au juste, je vous en supplie, ce qu'il faudraitposséder de fortune pour pouvoir prétendre à vous épouser.Je vous fais là une étrange question; mais je vous aime siéperdument qu'il m'est impossible de ne pas la faire, etvous êtes la seule personne au monde à qui je puisse[10] l'adresser. Il m'a semblé, hier au soir, que vous meregardiez au spectacle. Je voulais mourir; plût à Dieu queje fusse mort, en effet, si je me trompe et si ce regardn'était pas pour moi! Dites-moi si le hasard peut êtreassez cruel pour qu'un homme s'abuse d'une manière à la[15] fois si triste et si douce? J'ai cru que vous m'ordonniezde vivre. Vous êtes riche, belle, je le sais; votre père estorgueilleux et avare, et vous avez le droit d'être fière;mais je vous aime, et le reste est un songe. Fixez sur moices yeux charmants, pensez à ce que peut l'amour, puisque[20] je souffre, que j'ai tout lieu de craindre, et que je ressensune inexprimable jouissance à vous écrire cette follelettre qui m'attirera peut-être votre colère; mais pensezaussi, mademoiselle, qu'il y a un peu de votre faute danscette folie. Pourquoi m'avez-vous laissé ce bouquet?[25] Mettez-vous un instant, s'il se peut, à ma place; j'osecroire que vous m'aimez, et j'ose vous demander de me ledire. Pardonnez-moi, je vous en conjure. Je donneraismon sang pour être certain de ne pas vous offenser, et pourvous voir écouter mon amour avec ce sourire d'ange qui[30] n'appartient qu'à vous. Quoi que vous fassiez, votreimage m'est restée; vous ne l'effacerez qu'en m'arrachant

Page 267

le coeur. Tant que votre regard vivra dans mon souvenir,tant que ce bouquet gardera un reste de parfum, tantqu'un mot voudra dire qu'on aime, je conserverai quelqueespérance.»

[5] Après avoir cacheté sa lettre, Croisilles s'en alla devantl'hôtel Godeau, et se promena de long en large dans la rue,jusqu'à ce qu'il vît sortir un domestique. Le hasard, quisert toujours les amoureux en cachette, quand il le peutsans se compromettre, voulut que la femme de chambre[10] de mademoiselle Julie etait résolu ce jour-là de faire

Contes Français

MUSSET 219

contes francais - [PDF Document] (220)

emplette d'un bonnet. Elle se rendait chez la marchande demodes, lorsque Croisilles l'aborda, lui glissa un louis dansla main, et la pria de se charger de sa lettre. Le marchéfut bientôt conclu; la servante prit l'argent pour payer son[15] bonnet, et promit de faire la commission par reconnaissance.Croisilles, plein de joie, revint à sa maison ets'assit devant sa porte, attendant la réponse.

Avant de parler de cette réponse, il faut dire un mot demademoiselle Godeau. Elle n'était pas tout à fait exempte[20] de la vanité de son père, mais son bon naturel y remédiait.Elle était, dans la force du terme, ce qu'on nommeun enfant gâté. D'habitude elle parlait fort peu, et jamaison ne la voyait tenir une aiguille; elle passait les journéesà sa toilette, et les soirées sur un sofa, n'ayant pas l'air[25] d'entendre la conversation. Pour ce qui regardait saparure, elle était prodigieusem*nt coquette, et son proprevisage était à coup sûr ce qu'elle avait le plus considéré ence monde. Un pli à sa collerette, une tache d'encre à sondoigt, l'auraient désolée; aussi, quand sa robe lui plaisait,[30] rien ne saurait rendre le dernier regard qu'elle jetait sursa glace avant de quitter sa chambre. Elle ne montraitni goût ni aversion pour les plaisirs qu'aiment ordinairement

Page 268

les jeunes filles; elle allait volontiers au bal, et elley renonçait sans humeur, quelquefois sans motif; lespectacle l'ennuyait, et elle s'y endormait continuellement.Quand son père, qui l'adorait, lui proposait de lui[5] faire quelque cadeau à son choix, elle était une heure àse décider, ne pouvant se trouver un désir. Quand M.Godeau recevait ou donnait à dîner, il arrivait que Juliene paraissait pas au salon: elle passait la soirée, pendantce temps-là, seule dans sa chambre, en grande toilette, à[10] se promener de long en large, son éventail à la main. Sion lui adressait un compliment, elle détournait la tête, etsi on tentait de lui faire la cour, elle ne répondait que parun regard à la fois si brillant et si sérieux, qu'elledéconcertait le plus hardi. Jamais un bon mot ne l'avait fait[15] rire; jamais un air d'opéra, une tirade de tragédie, nel'avaient émue; jamais, enfin, son coeur n'avait donnésigne de vie, et, en la voyant passer dans tout l'éclat desa nonchalante beauté, on aurait pu la prendre pour unebelle somnambule qui traversait ce monde en rêvant.

[20] Tant d'indifférence et de coquetterie ne semblait pasaisé à comprendre. Les uns disaient qu'elle n'aimait rien;les autres, qu'elle n'aimait qu'elle-même. Un seul mot

Contes Français

MUSSET 220

contes francais - [PDF Document] (221)

suffisait cependant pour expliquer son caractère: elleattendait. Depuis l'âge de quatorze ans, elle avait entendu[25] répéter sans cesse que rien n'était aussi charmant qu'elle;elle en était persuadée; c'est pourquoi elle prenait grandsoin de sa parure: en manquant de respect à sa personne,elle aurait cru commettre un sacrilège. Elle marchait,pour ainsi dire, dans sa beauté, comme un enfant dans ses[30] habits de fête; mais elle était bien loin de croire que cettebeauté dût rester inutile; sous son apparente insouciancese cachait une volonté secrète, inflexible, et d'autant plus

Page 269

forte qu'elle était mieux dissimulée. La coquetterie desfemmes ordinaires, qui se dépense en oeillades, en minauderieset en sourires, lui semblait une escarmouche puérile,vaine, presque méprisable. Elle se sentait en possession[5] d'un trésor, et elle dédaignait de le hasarder au jeu pièceà pièce: il lui fallait un adversaire digne d'elle; mais, trophabituée à voir ses désirs prévenus, elle ne cherchait pascet adversaire; on peut même dire davantage, elle étaitétonnée qu'il se fit attendre. Depuis quatre ou cinq ans[10] qu'elle allait dans le monde et qu'elle étalait consciencieusem*ntses paniers, ses falbalas et ses belles épaules, il luiparaissait inconcevable qu'elle n'eût point encore inspiréune grande passion. Si elle eût dit le fond de sa pensée,elle eût volontiers répondu à ceux qui lui faisaient des[15] compliments: «Eh bien! s'il est vrai que je sois si belle,que ne vous brûlez-vous la cervelle pour moi?» Réponseque, du reste, pourraient faire bien des jeunes filles, et queplus d'une, qui ne dit rien, a au fond du coeur, quelquefoissur le bord des lèvres.

[20] Qu'y a-t-il, en effet, au monde, de plus impatientantpour une femme que d'être jeune, belle, riche, de se regarderdans son miroir, de se voir parée, digne en tout pointde plaire, toute disposée à se laisser aimer, et de se dire:On m'admire, on me vante, tout le monde me trouve[25] charmante, et personne ne m'aime. Ma robe est de lameilleure faiseuse, mes dentelles sont superbes, ma coiffureest irréprochable, mon visage le plus beau de la terre, mataille fine, mon pied bien chaussé; et tout cela ne me sertà rien qu'à aller bâiller dans le coin d'un salon! Si un[30] jeune homme me parle, il me traite en enfant; si on medemande en mariage, c'est pour ma dot; si quelqu'un meserre la main en dansant, c'est un fat de province; dès que

Page 270

Contes Français

MUSSET 221

contes francais - [PDF Document] (222)

je parais quelque part, j'excite un murmure d'admiration,mais personne ne me dit, à moi seule, un mot qui me fassebattre le coeur. J'entends des impertinents qui me louenttout haut, à deux pas de moi, et pas un regard modeste et[5] sincère ne cherche le mien. Je porte une âme ardente,pleine de vie, et je ne suis, à tout prendre, qu'une joliepoupée qu'on promène, qu'on fait sauter au bal, qu'unegouvernante habille le matin et décoiffe le soir, pourrecommencer le lendemain.

[10] Voilà ce que mademoiselle Godeau s'était dit bien desfois à elle-même, et il y avait de certains jours où cettepensée lui inspirait un si sombre ennui, qu'elle restaitmuette et presque immobile une journée entière. LorsqueCroisilles lui écrivit, elle était précisément dans un accès[15] d'humeur semblable. Elle venait de prendre son chocolat,et elle rêvait profondément, étendue dans une bergère,lorsque sa femme de chambre entra et lui remit lalettre d'un air mystérieux. Elle regarda l'adresse, et,ne reconnaissant pas l'écriture, elle retomba dans sa[20] distraction. La femme de chambre se vit alors forcéed'expliquer de quoi il s'agissait, ce qu'elle fit d'un airassez déconcerté, ne sachant trop comment la jeune filleprendrait cette démarche. Mademoiselle Godeau écoutasans bouger, ouvrit ensuite la lettre, et y jeta seulement[25] un coup d'oeil elle demanda aussitôt une feuille de papier,et écrivit nonchalamment ce peu de mots:

«Eh, mon Dieu! non, monsieur, je ne suis pas fière. Sivous aviez seulement cent mille écus, je vous épouseraistrès-volontiers.»

[30] Telle fut la réponse que la femme de chambre rapportasur-le-champ à Croisilles, qui lui donna encore un louispour sa peine.

Page 271

V

Cent mille écus, comme dit le proverbe, ne se trouventpas dans le pas d'un âne; et si Croisilles eût été défiant, ileût pu croire, en lisant la lettre de mademoiselle Godeau,qu'elle était folle ou qu'elle se moquait de lui. Il ne pensa[5] pourtant ni l'un ni l'autre; il ne vit rien autre chose, sinonque sa chère Julie l'aimait, qu'il lui fallait cent mille écus,et il ne songea, dès ce moment, qu'à tâcher de se lesprocurer.

Contes Français

MUSSET 222

contes francais - [PDF Document] (223)

Il possédait deux cents louis comptant, plus une maison[10] qui, comme je l'ai dit, pouvait valoir une trentaine demille francs. Que faire? Comment s'y prendre pour queces trente-quatre mille francs en devinssent tout à couptrois cent mille? La première idée qui vint à l'esprit dujeune homme fut de trouver une manière quelconque de[15] jouer à croix ou pile toute sa fortune; mais, pour cela, ilfallait vendre la maison. Croisilles commença donc parcoller sur sa porte un écriteau portant que sa maison étaità vendre; puis, tout en rêvant à ce qu'il ferait de l'argentqu'il pourrait en tirer, il attendit un acheteur.

[20] Une semaine s'écoula, puis une autre; pas un acheteurne se présenta. Croisilles passait ses journées à se désoleravec Jean, et le désespoir s'emparait de lui, lorsqu'unbrocanteur juif sonna à sa porte.

--Cette maison est à vendre, monsieur. En êtes-vous[25] le propriétaire?

--Oui, monsieur.

--Et combien vaut-elle?

--Trente mille francs, à ce que je crois; du moins jel'ai entendu dire à mon père.

[30] Le juif visita toutes les chambres, monta au premier,

Page 272

descendit à la cave, frappa sur les murailles, compta lesmarches de l'escalier, fit tourner les portes sur leurs gondset les clefs dans les serrures, ouvrit et ferma les fenêtres;puis enfin, après avoir tout bien examiné, sans dire un mot[5] et sans faire la moindre proposition, il salua Croisilles etse retira.

Croisilles, qui, durant une heure, l'avait suivi le coeurpalpitant, ne fut pas, comme on pense, peu désappointéde cette retraite silencieuse. Il supposa que le juif avait[10] voulu se donner le temps de réfléchir, et qu'il reviendraitincessamment. Il l'attendit pendant huit jours, n'osantsortir de peur de manquer sa visite, et regardant à lafenêtre du matin au soir; mais ce fut en vain: le juif nereparut point. Jean, fidèle à son triste rôle de raisonneur,[15] faisait, comme on dit, de la morale à son maitre, pour ledissuader de vendre sa maison d'une manière si précipitéeet dans un but si extravagant. Mourant d'impatience,

Contes Français

MUSSET 223

contes francais - [PDF Document] (224)

d'ennui et d'amour, Croisilles prit un matin ses deux centslouis et sortit, résolu à tenter la fortune avec cette somme,[20] puisqu'il n'en pouvait avoir davantage.

Les tripots, dans ce temps-là, n'étaient pas publics, etl'on n'avait pas encore inventé ce raffinement de civilisationqui permet au premier venu de se ruiner à toute heure,dès que l'envie lui en passe par la tête. A peine Croisilles[25] fut-il dans la rue qu'il s'arrêta, ne sachant où aller risquerson argent. Il regardait les maisons du voisinage, et lestoisait les unes après les autres, tâchant de leur trouverune apparence suspecte et de deviner ce qu'il cherchait.Un jeune homme de bonne mine, vêtu d'un habit magnifique,[30] vint à passer. A en juger par les dehors, ce nepouvait être qu'un fils de famille. Croisilles l'abordaPoliment.

Page 273

--Monsieur, lui dit-il, je vous demande pardon de laliberté que je prends. J'ai deux cents louis dans ma pocheet je meurs d'envie de les perdre ou d'en avoir davantage.Ne pourriez-vous pas m'indiquer quelque honnête endroit[5] où se font ces sortes de choses?

A ce discours assez étrange, le jeune homme partit d'unéclat de rire.

--Ma foi! monsieur, répondit-il, si vous cherchez unmauvais lieu, vous n'avez qu'à me suivre, car j'y vais.[10] Croisilles le suivit, et au bout de quelques pas ilsentrèrent tous deux dans une maison de la plus belle apparence,où ils furent reçus le mieux du monde par un vieux gentilhommede fort bonne compagnie. Plusieurs jeunes gensétaient déjà assis autour d'un tapis vert: Croisilles y prit[15] modestement une place, et en moins d'une heure ses deuxcents louis furent perdus.

Il sortit aussi triste que peut l'être un amoureux qui secroit aimé. Il ne lui restait pas de quoi dîner, mais cen'était pas ce qui l'inquiétait.

[20]--Comment ferai-je à présent, se demanda-t-il, pourme procurer de l'argent? A qui m'adresser dans cetteville? Qui voudra me prêter seulement cent louis surcette maison que je ne puis vendre?

Pendant qu'il était dans cet embarras, il rencontra son[25] brocanteur juif. Il n'hésita pas à s'adresser à lui, et, en

Contes Français

MUSSET 224

contes francais - [PDF Document] (225)

sa qualité d'étourdi, il ne manqua pas de lui dire dansquelle situation il se trouvait. Le juif n'avait pas grandeenvie d'acheter la maison; il n'était venu la voir que parcuriosité, ou, pour mieux dire, par acquit de conscience,[30] comme un chien entre en passant dans une cuisine dontla porte est ouverte, pour voir s'il n'y a rien à voler; maisil vit Croisilles si désespéré, si triste, si dénué de toute

Page 274

ressource, qu'il ne put résister à la tentation de profiter desa misère, au risque de se gêner un peu pour payer la maison.Il lui en offrit donc à peu près le quart de ce qu'elle:valait. Croisilles lui sauta au cou, l'appela son ami et son[5] sauveur, signa aveuglément un marché à faire dresser lescheveux sur la tête, et, dès le lendemain, possesseur de quatrecents nouveaux louis, il se dirigea derechef vers le tripotoù il avait été si poliment et si lestement ruiné la veille.En s'y rendant, il passa sur le port. Un vaisseau allait[10] en sortir; le vent était doux, l'Océan tranquille. Detoutes parts, des négociants, des matelots, des officiers demarine en uniforme, allaient et venaient. Des crocheteurstransportaient d'énormes ballots pleins de marchandises.Les passagers faisaient leurs adieux; de légères[15] barques flottaient de tous côtés; sur tous les visages onlisait la crainte, l'impatience ou l'espérance; et, au milieude l'agitation qui l'entourait, le majestueux navire sebalançait doucement, gonflant ses voiles orgueilleuses.

--Quelle admirable chose, pensa Croisilles, que de[20] risquer ainsi ce qu'on possède, et d'aller chercher au delàdes mers une périlleuse fortune! Quelle émotion de regarderpartir ce vaisseau chargé de tant de richesses, dubien-être de tant de familles! Quelle joie de le voir revenir,rapportant le double de ce qu'on lui a confié, rentrant[25] plus fier et plus riche qu'il n'était parti! Que nesuis-je un de ces marchands! Que ne puis-je jouer ainsimes quatre cents louis! Quel tapis vert que cette merimmense, pour y tenter hardiment le hasard! Pourquoin'achèterais-je pas quelques ballots de toiles ou de[30] soieries? qui m'en empêche, puisque j'ai de l'or? Pourquoice capitaine refuserait-il de se charger de mes marchandises?Et qui sait? au lieu d'aller perdre cette pauvre et

Page 275

unique somme dans un tripot, je la doublerais, je la tripleraispeut-être par une honnête industrie. Si Julie m'aime

Contes Français

MUSSET 225

contes francais - [PDF Document] (226)

véritablement, elle attendra quelques années, et elle merestera fidèle jusqu'à ce que je puisse l'épouser. Le commerce[5] procure quelquefois des bénéfices plus gros qu'onne pense; il ne manque pas d'exemples, en ce monde, defortunes rapides, surprenantes, gagnées ainsi sur ces flotschangeants; pourquoi la Providence ne bénirait-elle pasune tentative faite dans un but si louable, si digne de sa[10] protection? Parmi ces marchands qui ont tant amasséet qui envoient des navires aux deux bouts de la terre, plusd'un a commencé par une moindre somme que celle quej'ai là. Ils ont prospéré avec l'aide de Dieu; pourquoi nepourrais-je pas prospérer à mon tour? Il me semble qu'un[15] bon vent souffle dans ces voiles, et que ce vaisseau inspirela confiance. Allons! le sort en est jeté, je vais m'adresserà ce capitaine qui me parait aussi de bonne mine, j'écriraiensuite à Julie, et je veux devenir un habile négociant.

Le plus grand danger que courent les gens qui sont[20] habituellement un peu fous, c'est de le devenir tout àfait par instants. Le pauvre garçon, sans réfléchir davantage,mit son caprice à exécution. Trouver des marchandisesà acheter lorsqu'on a de l'argent et qu'on ne s'yconnaît pas, c'est la chose du monde la moins difficile.[25] Le capitaine, pour obliger Croisilles, le mena chez unfabricant de ses amis qui lui vendit autant de toiles et desoieries qu'il put en payer; le tout, mis dans une charrette,fut promptement transporté à bord. Croisilles, ravi etplein d'espérance, avait écrit lui-même en grosses lettres[30] son nom sur ses ballots. Il les regarda s'embarquer avecune joie inexprimable; l'heure du départ arriva bientôt,et le navire s'éloigna de la côte.

Page 276

VI

Je n'ai pas besoin de dire que, dans cette affaire, Croisillesn'avait rien gardé. D'un autre côté, sa maison étaitvendue; il ne lui restait pour tout bien que les habits qu'ilavait sur le corps; point de gîte, et pas un denier. Avec[5] toute la bonne volonté possible, Jean ne pouvait supposerque son maître fût réduit à un tel dénûment; Croisillesétait, non pas trop fier, mais trop insouciant pour le dire;il prit le parti de coucher à la belle étoile, et, quant auxrepas, voici le calcul qu'il fit: il présumait que le vaisseau[10] qui portait sa fortune mettrait six mois à revenir au Havre;il vendit, non sans regret, une montre d'or que son pèrelui avait donnée, et qu'il avait heureusem*nt gardée; ilen eut trente-six livres. C'était de quoi vivre à peu près

Contes Français

MUSSET 226

contes francais - [PDF Document] (227)

six mois avec quatre sous par jour. Il ne douta pas que[15] ce ne fût assez, et, rassuré par le présent, il écrivit àmademoiselle Godeau pour l'informer de ce qu'il avait fait;il se garda bien, dans sa lettre, de lui parler de sa détresse;il lui annonça, au contraire, qu'il avait entrepris une opérationde commerce magnifique, dont les résultats étaient[20] prochains et infaillibles; il lui expliqua comme quoi laFleurette, vaisseau à fret de cent cinquante tonneaux, portaitdans la Baltique ses toiles et ses soieries; il la suppliade lui rester fidèle pendant un an, se réservant de lui endemander davantage ensuite, et, pour sa part, il lui jura[25] un éternel amour.

Lorsque mademoiselle Godeau reçut cette lettre, elleétait au coin de son feu, et elle tenait à la main, en guised'écran, un de ces bulletins qu'on imprime dans les ports,qui marquent l'entrée et la sortie des navires, et en même[30] temps annoncent les désastres. Il ne lui était jamais.

Page 277

arrivé, comme on peut penser, de prendre intérêt à cessortes de choses, et elle n'avait jamais jeté les yeux surune seule de ces feuilles. La lettre de Croisilles fut causequ'elle lut le bulletin qu'elle tenait; le premier mot qui[5] frappa ses yeux fut précisément le nom de la Fleurette; lenavire avait échoué sur les côtes de France dans la nuitmême qui avait suivi son départ. L'équipage s'était sauvéà grand'peine, mais toutes les marchandises avaient étéperdues.

[10] Mademoiselle Godeau, à cette nouvelle, ne se souvintplus que Croisilles avait fait devant elle l'aveu de sapauvreté; elle en fut aussi désolée que s'il se fût agi d'unmillion; en un instant, l'horreur d'une tempête, les ventsen furie, les cris des noyés, la ruine d'un homme qui[15] l'aimait, toute une scène de roman, se présentèrent à sapensée; le bulletin et la lettre lui tombèrent des mains;elle se leva dans un trouble extrême, et, le sein palpitant,les yeux prêts à pleurer, elle se promena à grandspas, résolue à agir dans cette occasion, et se demandant[20]ce qu'elle devait faire.

Il y a une justice à rendre à l'amour, c'est que plus lesmotifs qui le combattent sont forts, clairs, simples,irrécusables, en un mot, moins il a le sens commun, plus lapassion s'irrite, et plus on aime; c'est une belle chose sous[25] le ciel que cette déraison du coeur; nous ne vaudrions pasgrand'chose sans elle. Après s'être promenée dans sa

Contes Français

MUSSET 227

contes francais - [PDF Document] (228)

chambre, sans oublier ni son cher éventail, ni le coup d'oeilà la glace en passant, Julie se laissa retomber dans sabergère. Qui l'eût pu voir en ce moment eût joui d'un[30] beau spectacle: ses yeux étincelaient, ses joues étaient enfeu; elle poussa un long soupir et murmura avec une joieet une douleur délicieuses:

Page 278

--Pauvre garçon! il s'est ruiné pour moi!

Indépendamment de la fortune qu'elle devait attendrede son père, mademoiselle Godeau avait, à elle appartenant,le bien que sa mère lui avait laissé. Elle n'y avait[5] jamais songé; en ce moment, pour la première fois de savie, elle se souvint qu'elle pouvait disposer de cinq centmille francs. Cette pensée la fit sourire; un projet bizarre,hardi, tout féminin, presque aussi fou que Croisilles lui-même,lui traversa l'esprit; elle berça quelque temps son[10] idée dans sa tête, puis se décida à l'exécuter.

Elle commença par s'enquérir si Croisilles n'avait pasquelque parent ou quelque ami; la femme de chambrefut mise en campagne. Tout bien examiné, on découvrit,au quatrième étage d'une vieille maison, une tante à demi[15] percluse, qui ne bougeait jamais de son fauteuil, et quin'était pas sortie depuis quatre ou cinq ans. Cette pauvrefemme, fort âgée, semblait avoir été mise ou plutôt laisséeau monde comme un échantillon des misères humaines.Aveugle, goutteuse, presque sourde, elle vivait seule dans[20] un grenier; mais une gaieté plus forte que le malheur etla maladie la soutenait à quatre-vingts ans et lui faisaitencore aimer la vie; ses voisins ne passaient jamais devantsa porte sans entrer chez elle, et les airs surannés qu'ellefredonnait égayaient toutes les filles du quartier. Elle[25] possédait une petite rente viagère qui suffisait àl'entretenir; tant que durait le jour, elle tricotait; pour le reste,elle ne savait pas ce qui s'était passé depuis la mort deLouis XIV.

Ce fut chez cette respectable personne que Julie se fit[30] conduire en secret. Elle se mit pour cela dans tous sesatours; plumes, dentelles, rubans, diamants, rien ne futépargné: elle voulait séduire; mais sa vraie beauté en cette

Page 279

Contes Français

MUSSET 228

contes francais - [PDF Document] (229)

circonstance fut le caprice qui l'entraînait. Elle montal'escalier raide et obscur qui menait chez la bonne dame,..et, après le salut le plus gracieux, elle parla à peu prèsainsi:

[5]--Vous avez, madame, un neveu nommé Croisilles, quim'aime et qui a demandé ma main; je l'aime aussi etvoudrais l'épouser; mais mon père, M. Godeau, fermiergénéral de cette ville, refuse de nous marier, parce quevotre neveu n'est pas riche. Je ne voudrais pour rien au[10] monde être l'occasion d'un scandale, ni causer de la peineà personne; je ne saurais donc avoir la pensée de disposerde moi sans le consentement de ma famille. Je viens vousdemander une grâce que je vous supplie de m'accorder; ilfaudrait que vous vinssiez vous-même proposer ce mariage[15] à mon père. J'ai, grâce à Dieu, une petite fortune qui esttoute à votre service; vous prendrez, quand il vous plaira,cinq cent mille francs chez mon notaire, vous direz quecette somme appartient à votre neveu, et elle lui appartienten effet; ce n'est point un présent que je veux lui faire,[20] c'est une dette que je lui paye, car je suis cause de la ruinede Croisilles, et il est juste que je la répare. Mon père necédera pas aisément; il faudra que vous insistiez et quevous ayez un peu de courage; je n'en manquerai pas demon côté. Comme personne au monde, excepté moi, n'a[25] de droit sur la somme dont je vous parle, personne nesaura jamais de quelle manière elle aura passé entre vosmains. Vous n'êtes pas très riche non plus, je le sais, etvous pouvez craindre qu'on ne s'étonne de vous voir doterainsi votre neveu; mais songez que mon père ne vous[30] connaît pas, que vous vous montrez fort peu par la ville,et que par conséquent il vous sera facile de feindre quevous arrivez de quelque voyage. Cette démarche vous

Page 280

coûtera sans doute, il faudra quitter votre fauteuil etprendre un peu de peine; mais vous ferez deux heureux,madame, et, si vous avez jamais connu l'amour; j'espèreque vous ne me refuserez pas.

[5] La bonne dame, pendant ce discours, avait été tour àtour surprise, inquiète, attendrie et charmée. Le derniermot la persuada.

--Oui, mon enfant, répéta-t-elle plusieurs fois, je saisce que c'est, je sais ce que c'est!

[10] En parlant ainsi, elle fit un effort pour se lever; ses

Contes Français

MUSSET 229

contes francais - [PDF Document] (230)

jambes affaiblies la soutenaient à peine; Julie s'avançarapidement, et lui tendit la main pour l'aider; par unmouvement presque involontaire, elles se trouvèrent enun instant dans les bras l'une de l'autre. Le traité fut[15] aussitôt conclu; un cordial baiser le scella d'avance, ettoutes les confidences nécessaires s'ensuivirent sans peine.

Toutes les explications étant faites, la bonne dame tirade son armoire une vénérable robe de taffetas qui avaitété sa robe de noce. Ce meuble antique n'avait pas moins[20] de cinquante ans, mais pas une tache, pas un grain depoussière ne l'avait défloré; Julie en fut dans l'admiration.On envoya chercher un carrosse de louage, le plus beau quifût dans toute la ville. La bonne dame prépara le discoursqu'elle devait tenir à M. Godeau; Julie lui apprit de quelle[25] façon il fallait toucher le coeur de son père, et n'hésita pasà avouer que la vanité était son côté vulnérable.

--Si vous pouviez imaginer, dit-elle, un moyen deflatter ce penchant, nous aurions partie gagnée.

La bonne dame réfléchit profondément, acheva sa[30] toilette sans mot dire, serra la main de sa future nièce,et monta en voiture. Elle arriva bientôt à l'hôtel Godeau;là, elle se redressa si bien en entrant, qu'elle semblait

Page 281

rajeunie de dix ans. Elle traversa majestueusem*nt lesalon où était tombé le bouquet de Julie, et, quand laporte du boudoir s'ouvrit, elle dit d'une voix ferme aulaquais qui la précédait:

[5]--Annoncez la baronne douairière de Croisilles.Ce mot décida du bonheur des deux amants; M. Godeauen fut ébloui. Bien que les cinq cent mille francs luisemblassent peu de chose, il consentit à tout pour faire de safille une baronne, et elle le fut; qui eût osé lui en contesterle titre? A mon avis, elle l'avait bien gagné.

FIN

Contes Français

MUSSET 230

contes francais - [PDF Document] (231)

NOTES

The full-face figures refer to the pages; the ordinary figures refer to the lines.

PROSPER MÉRIMÉE

Paris, 1803-Cannes, 1870

Mérimée was at first identified with the Romantic movement, but his hatred of exaggeration and his cynicismcaused him to turn to a simpler manner. His clear, concise narrative style and his objective manner oftreatment, combined with a grasp of human character, pathos, delicate analysis, satire and an ability to portraylocal color and to omit non-essentials may be said to be his chief characteristics. His test work is seen in theshort stories and in the nouvelles.

Important works (the dates refer to the year of publication): Théâtre de Clara Gazul (1825), La Jacquerie(1828), Chronique du Règne de Charles IX (1829), Nouvelles (including: Tamango, Colomba, Vénus d'Ille,and other shorter stories; from 1830 to 1841), Carmen (1847), Lokis (1869), Dernières Nouvelles (1873);besides works on travel, history, archeology, literature and translations (especially from the Russian).L'Enlèvement de la Redoute was written in 1829 (for La Revue Française) and Le Coup de Pistolet in 1856(for Le Moniteur).

Edition: Calmann Lévy.

Criticism: Advanced students should consult Lanson, Histoire de la littérature française (Hachette, Paris);others may consult Wright's History of French Literature (Oxford Press). Bibliographies may be found inboth of these works, further details can be found in the special bibliographies published by Lanson and byThieme.

L'ENLÈVEMENT DE LA REDOUTE

1.--1. un militaire de mes amis. Compare un de mes amis, a friend of mine; un mien ami also occurs inpopular style. Mérimée refers to Henri Beyle (Stendhal), French novelist and soldier under Napoleon, bywhom this story was related to him (1783-1843).

8. après avoir lu. Note the use of the perfect infinitive, not the present, after après.

9. général B * * *. General Berthier, Major-General of Napoleon's army which invaded Russia; he becamePrince and Marshal of France (1753-1815).--il changea de manières. De is used after changer when theobject is changed for another of the same kind (if the object is preceded by a modifier, such as a possessivepronoun, changer alone is used).

15. sa croix. The cross of the Legion of Honor; the cross is not usually worn, but in its stead a small bow ofribbon.

21. école de Fontainebleau. The reference is not to the present military school (artillery and engineers) atFontainebleau, which was founded in 1871, but to the school which was moved from there to Saint-Cyr in1806, and which corresponds to the school at West Point in the United States.

Contes Français

NOTES 231

contes francais - [PDF Document] (232)

2.--5. Cheverino. «Le 5 septembre un combat se livra pour la possession d'une redoute russe sur le tertre deChévardino, et fit perdre aux Français 4 ou 5000 hommes, aux Russes 7 ou 8000. Il annonçait du moins queles Russes avaient pris position et se disposaient, pour sauver leur capitale, à livrer bataille.» Lavisse etRambaud, Histoire générale du IVe siècle à nos jours, vol. IX, p. 787. The battle of Borodino, known also asthe battle of the Moscova, was fought two days later, September 7, 1812, and Napoleon arrived at Moscow onSeptember 14. On account of the other references in the text to Napoleon the following note may be foundconvenient.--Born in Corsica in 1769, he first distinguished himself by driving the English from Toulon(1793). He became General-in-Chief of the Army of Italy, and won the celebrated battles of Arcola (1796),Rivoli (1797), etc.; became First Consul in 1799 and Emperor in 1804; victor in the battles of Austerlitz(1805), Iéna (1806), Eylau (1807), Friedland (1807), Wagram (1809), he became the ruler of western Europe.He led the Grande-Armée into Russia in 1812-1813, and never recovered from this disastrous campaign.Europe rose against him; he was deposed in 1814 and sent to the Island of Elba, whence he escaped to Francein 1815 and ruled, during the Hundred Days, until he was finally defeated at Waterloo, June 18, 1815.Banished to Saint Helena, he died there in 1821.

12. auprès duquel. Auprès de expresses a relation nearer than that expressed by près de.

14. il en coûtera bon. En is often added to coûter when the latter is used impersonally.

3.--5. la fatigue l'avait emporté. In this idiom the pronoun refers to an unexpressed noun (prix, choix, etc.).

25. aussitôt que l'ordre...eut été donné. The past anterior is a literary tense; it is used to express completedaction after certain temporal conjunctions and à peine...que, also with encore, plus tôt, sitôt, when they arenegative and followed by que and when the period of time is mentioned (il eut bientôt fait son devoir); in allthese cases the pluperfect is used if the action is repeated. The past anterior is not used in conversation.

30. éprouvasse. The imperfect subjunctive is a literary tense and is to be avoided in conversation; it may beso avoided by using the present subjunctive and thus violating the rule for the sequence of tenses or by using acircumlocution (particularly obnoxious to a Frenchman's ear are all the forms of this tense in the firstconjugation, except the third person singular).

4.--4. madame de B * * *. Possibly Mérimée was thinking cf his friend Madame la comtesse deBeaulaincourt, with whom he corresponded. The Revue des Deux Mondes (August 15, 1879) published acollection of eleven letters written to her by Mérimée (see also Filon, Mérimée et ses Amis, 2e éd., Paris,1909). More probably he refers to Madame de Boigne, who lived in the street mentioned; he used to read hisstories in her Salon.

7. en voir de grises. For the use of a feminine adjective referring to no expressed noun compare: j'ai échappébelle, I had a narrow escape; il se remit à courir de plus belle, he began to run harder than ever, etc. Thefeminine adjective in such phrases cannot always be explained by saying that manière, occasion, chose, etc.,have been omitted. Similar phrases occur in Italian, Spanish, Old French and Romanian. Meyer-Lübke,Grammaire des langues romanes, vol. III, § 88, suggests res, causa, or a similar substantive as omitted in theprimitive Latin construction. In certain French phrases the reference seems to be to balle, an expressionborrowed from play--donner la balle belle, then la donner (or bailler) belle à quelqu'un, to impose on anyone.

30. ajouta-t-il. The letter t which occurs in such interrogative forms is not introduced for the sake of euphony,nor is it a survival of the Latin t of the third person. It arose by analogy with such forms as est-il, sont-ils,donnent-ils, where the letter forms a part of the verb.

6.--7. au travers de. Au travers should always be followed by de, à travers should never be followed by de;the meaning is the same in each case.

Contes Français

PROSPER MÉRIMÉE 232

contes francais - [PDF Document] (233)

18. que je l'entendis prononcer. Although the second verb has an object, the object of entendre need not bein the indirect form; with faire in this construction the object of faire must be Indirect.

7.--1. je n'ai presque plus. Notice that presque is placed between plus (pas, rien, etc.) and the verb.

26. le général C * * * va vous faire soutenir. Vous is the object of soutenir, but in this construction thepronoun object of the second verb is regularly placed in front of faire. General Compans was in command oftwo regiments at the assault of the Redoubt, he was one of Napoleon's distinguished generals; he was made aprisoner at Waterloo and afterwards became a peer when the Bourbons were restored (1767-1845).

LE COUP DE PISTOLET

8.--19. je ne sais quel. Note the omission of pas in this phrase which stands for quelque; note also theomission of pas after savait in the next sentence (see also note to p. 201, 1. 13).

9.--18. personne... n'eût fait. The imperfect and the pluperfect subjunctive sometimes occur in conditionalsentences contrary to fact, but only in literary style.

22. lui demandait-on s'il s'était battu, il répondait... que oui. Si is avoided in the first clause by means ofinversion, otherwise two successive clauses introduced by si would occur; que is used before oui because ouisubstitutes a clause (il s'était battu); notice that no elision occurs before oui.

31. tous. When tous is used without a following noun, s is Pronounced.

12.--14. celui-là. The meaning here is "still another" or "a third."

25. précipitamment. This is not an exception to the rule that -ment is added to the feminine form of theadjective to form the adverb; adjectives having only two terminations in Latin, that is, those that had the sameform for the masculine and feminine (grandis, etc.) had the same form for both the masculine and feminine inOld French; précipitant is both masculine and feminine in Old French and becomes with the addition of -mentprécipitamment by assimilation (see also note to p.87, l. 17).

13.--4. il la fit partager à toute la compagnie. Compagnie is the direct object of fit.

14.--1. R... Mérimée uses both this form of abbreviation and the form which occurs on p. 1, l .9 (cf. also p. 17,l. 26). 16.--7. de n'avoir pas. Pas is usually placed before the infinitive.

18.--12. dépit... des pires. Mérimée tries to reproduce a Russian pun by means of a play on these words. Hegives the following note: «Il y a, dans le russe un jeu de mots impossible à traduire: sdelatsa pianitseious'goria, t. c. samym gorkim pia nitseiou.»

20.--24. il y a bien quatre ans que je n'ai touché. Note that while pas is omitted in this phrase it is usedbelow (p. 21, l. 27) in voilà cinq ans que je n'en ai pas eu; compare also: il y a cinq ans que je me mariai (p.22, l. 18), where there is no negative idea.

Contes Français

PROSPER MÉRIMÉE 233

contes francais - [PDF Document] (234)

21.--10. prendre son verre d'eau-de-vie avant la soupe. Mérimée gives the following note: «C'est l'usage enRussie de prendre de l'eau-de-vie un peu avant le diner.»

22.--6. serait-ce vous. The conditional here expresses uncertainty; it should be rendered in English by "could"not by "would."

24.--14. reviens-nous. Note the use of the indirect object (instead of à nous) with a verb of motion.

GUY DE MAUPASSANT

Miromesnil (Seine-Supérieure), 1850-Paris, 1893

De Maupassant was a godson and disciple of Flaubert, thus his name is closely connected with the NaturalisticSchool, which goes back to Madame Bovary, Flaubert's masterpiece. The leading writers of this school are:Flaubert, the de Goncourt brothers, Daudet (only in portions of his work), Zola and Maupassant. Maupassantis known as a writer of short stories and as a novelist. His work is at times pessimistic and morbid, in thisrespect he represents the worst side of the Naturalists; he had, however, a remarkable power of observationand the "saving gift of irony," and was a master of style, the chief characteristics of which are strength andsimplicity. In the artistic composition of the short story he is probably unsurpassed. Important works: DesVers (1880), Une Vie (1883), Bel Ami (1885), Mont Oriol (1881), Pierre et Jean (1888), Fort comme la Mort(1889), and especially several collections of Contes.

Edition: Havard, 9 vols.; Ollendorff, 8 vols.

LA MAIN

27.--20. qu'entourent partout de hautes montagnes. Note the inversion in the relative clause.

28. ce terrible préjugé corse. Compare Mérimée's Colomba.

28.--10. on prétendit que c'était. Prétendre, "to maintain," has the construction of a verb of saying,prétendre, "to require" or "to insist on," takes the subjunctive.

29.--6. qui fumait. Note the relative clause where in English the participle would be used.

11. cette pays, cette rivage. Illustrations of the frequent mistakes in gender made by the English.

17. j'avé ...bôcoup. Illustrations of the errors made by the English in pronouncing French vowels; avais ispronounced avè and eau in beaucoup should not be drawled; this latter remark applies generally to Frenchvowels. Nô (l. 24) represents the failure to nasalize; c'été (for c'était, l. 24) illustrates the error mentioned inregard to avais; une drap japonaise (p. 30, l. 2), wrong gender; ma (p. 30, l. 17) for mon; c'été, vené, avé(11. 17, 18), illustrate mistakes already mentioned; arraché la peau, that is, la peau avait été arrachée; unecaillou coupante, wrong gender; aoh, represents the English tendency to diphthongize simple vowels; trèsbonne pour moi, cette = c'est une très bonne chose pour moi; je été (l. 30) for j'étais or j'ai été.

Contes Français

GUY DE MAUPASSANT 234

contes francais - [PDF Document] (235)

UNE VENDETTA

37.--13. revenir, retourner. These words are not synonymous.

39.--5. pour la lui entrer dedans. Entrer is here transitive; it is used intransitively in the precedingparagraph.

26. dès qu'elle apercevait. The imperfect is used to express the repetition of the action; this and the followingparagraphs offer good material for a study of the use of tenses.

L'AVENTURE DE WALTER SCHNAFFS

41.--1. l'année d'invasion. The reference is to the Franco-Prussian War of 1870-1871. This war was largelybrought on through The instrumentality of Bismarck, who went so far as to falsify French telegrams; itresulted in the defeat of France and the loss of the Alsace-Lorraine territory. The French Emperor, NapoleonIII, was overthrown and the present Republic was established.

9. il aimait se lever tard. Aimer, except in poetry or unless used colloquially as in this instance, is usuallyfollowed by the infinitive with à; sometimes it is followed by the simple infinitive,. in this case it is usually inthe conditional or it is accompanied by certain adverbs (mieux, autant, bien, assez, etc.); it may even befollowed by the infinitive with de when the infinitive gives the cause (je vous aime d'avoir fait cela).

46.--21. des petites bêtes. In familiar style, or when the words form really only one idea, partition isexpressed by de and the article even when an adjective precedes the noun.

47.--16. on aperçut l'ennemi. Apercevoir refers especially to the sense of sight, s'apercevoir de to a mentalprocess (il s'aperçut de son erreur).

48.--4. cessèrent. Note the plural verb though the singular subjects are not connected by et.

17. mangeaille, -aille is a derogatory suffix; the force of the various French suffixes, to which little or noattention is paid in the ordinary French grammars, may be seen in the Dictionnaire général, vol. l, pp. 43 ff.and pp. 48 ff.; also in Ayer, Grammaire comparée de la langue française (4th edition), pp. 300 ff.

49.--25. mon colonel. The possessive pronoun is used by French soldiers in addressing superior officers.

TOMBOUCTOU

63.--12. bonjou. The letter r is as difficult for Tombouctou as it is for the negroes in the Southern States.Tombouctou's language is like the Pidgin-English used in the Orient, he pays no attention to syntax, but putshis verbs in the first conjugation and in the> infinitive, that is, he knows only one form of the verb (aimé,cherché; reconné, etc.); the mistakes will be easily seen (Bézi, p. 53, l. 18, is for Bézières; Empéeu, p. 54, l.7, is for Empereur; gives and capules, p. 57, l. 11, are for grives and crapules; povisions, p. 58, l. 3, forprovisions, etc.); gadé, pésonne = garder, personne (p. 60, l. 5); pati, p. 60, l. 21, is for parti, one verb whichhe does not put in the first conjugation; moi fait mangé colonel, that is, he was the colonel's cook; Algéie, forAlgérie.

Contes Français

GUY DE MAUPASSANT 235

contes francais - [PDF Document] (236)

EN MER

64.--13. faut couper. Popular omission of the subject pronoun.

19. coupe pas. An example of the popular omission of ne.--je vas, for je vais; the first person is formed onanalogy with the second and third (vas, va).

66.--13. iau. Dialectic for eau.

19. drait. Dialectic (Norman) for droit; this peculiarity may be seen in Canadian French, which is partlyNorman in origin; the Latin i and ë became in Old French ei, this sound developed in Modern French into oi,but the Norman dialect retained the Old French sound (represented here by ai).

23. aiguë. Note the diaeresis, which indicates that u is pronounced in this word.

67.--3. à c't'-heure. For à cette heure, a popular phrase for maintenant; this also illustrates the populartendency to slur over syllables and to omit completely the pronunciation of mute e.

11. j'pourrions t'y point. For ne pourrais-je point? The uneducated often use the first person plural with je;t'y (sometimes written ti and il) represents the interrogative particle also used by the uneducated, it arose byanalogy with the sound of the final syllable in such phrases as est-il?, sont-ils?

68.--17. il était regardant à son bien. Compare the English construction: "he was looking after his property";this use of the French present participle is incorrect.

LES PRISONNIERS

70.--21. tous, boulangers, épiciers, etc. The French are fond of ridiculing these classes of tradespeople,particularly the épiciers, the notaires and the pharmaciens; such soldiers would be far from the martial type.

72.--5. sept~huit. For sept ou huit; v'là, for voilà, illustrates the popular tendency to slur over syllables.

13. oufrez. For ouvrez; the Germans in speaking a foreign language confuse voiced and unvoiced consonants,that is, b, d, g, j, v, become p, t, c, ch, f, and vice versa; these errors will be easily detected (ché = j'ai;manché = mangé, etc.).

73.--6. Un brave homme. Compare un homme brave; adjectives having secondary meanings precede theirnouns when they have the figurative meaning and follow when the literal meaning occurs.

7. fous nous ferez à mancher. That is, vous nous ferez manger or vous nous donnerez à manger.

74.--6. c'est les loups. Popular for ce sont les loups. 12. ché. For je.

77.--11. entre eux. Note that there is no elision with entre except in compound verbs (entr'ouvrir, etc.).

32. qué qui font. For qu'est-ce qu'ils font (il and ils are often pronounced i even by the well educated).

Contes Français

GUY DE MAUPASSANT 236

contes francais - [PDF Document] (237)

78.--14. pi is for puis, t'as, for tu as; the other errors have already been noted.

80.--25. Potdevin. Note de Maupassant's choice of names (cf. Maloison, etc.).

83.--21. médaille militaire. See note to p. 195, l. 24.

LE BAPTÊME

85.--3. les femmes, c'est jamais prêt. A further example of the popular omission of ne and of the use of asingular verb instead of the agreement of the verb with the real subject.

5. qui avait appelé le premier. Le premier is in apposition to qui.

7. all' viendront point. All' represents the vulgar pronunciation of elles with the tendency to omit completelythe mute e; the omission of ne has already been noted.

27. sage-femme. Compare femme sage, and notice the importance of the correct position of the adjective.

86.--29. le sel symbolique. Used in the Catholic christening ceremony.

87.--10. m'sieu. A further example of the slurring over of syllables by the uneducated (qu' for que, m' for me,vot' for votre, Etc.).

12. dans les estomacs. That is, dans l'estomac, the plural may be by analogy with les entrailles.

17. grand'mères. Etymologically the apostrophe is an error. The adjective grand had no distinct feminineform in Latin (grandem) nor in Old French (grant), consequently no e has been omitted; the feminine form ofModern French (grande) is due to analogy with feminine adjectives where e represents a Latin a (bonne, frombona, etc.), the form grand' is merely a preservation of the Old French form; cf. grand'rue, main street, grandmerci, I thank you kindly (where the apostrophe is not written), also such adverbs as prudemment,précipitamment, etc. (see also note to p. 12, l. 25).

TOINE

90.--2. Toine-ma-Fine. A further illustration of de Maupassant's choice of proper names. 24. bé, pé. Bé is forboire, pé for Père, illustrating the dialectic omission of r and the Norman pronunciation of oi (see note to p.66, l. 19).

91.--7. arrondissem*nt. See note to p. 176, l. 15. 32. qu'al'est. For parce qu'elle est (see note to p. 85, l. 7).

92.--1. i for il (see note to p. 77, l. 32).

29. c'qu'arrivera. For ce qui arrivera, notice the incorrect use of que as subject (no elision would occur withqui).

93.--4. la mé. The article may be used in familiar or disrespectful address (for la mère).

Contes Français

GUY DE MAUPASSANT 237

contes francais - [PDF Document] (238)

94.--23. té. For toi (see note to p. 66, l. 19); compare also mé for moi (l. 25); c'est-il, incorrect for est-ce que(see also note top. 67, l. 11).

95.--1. pu. For plus.

6. guètez. For guettez; in the same sentence both y and i represent il (see note to p. 77, l. 32).

96.--16. li. For lui.

23. a. For elle (see note to p. 85, l. 7).

28. pourqué. For pourquoi; pisque (l. 29) for puisque.

97.--6. qué que tu veux. For qu'est-ce que tu veux.

32. quasiment t'une lourdeur. t' here shows that a liaison has been made. The question of liaison is difficultfor a foreigner, some book on pronunciation (such as Geddes, French Pronunciation, Oxford Press) should beconsulted.

98.--1. on entendit entrer. Notice that the indefinite subject of the infinitive is omitted.

18. un lapin qui bat du tambour. An allusion to the drumming of rabbits.

23. il dut couver, il dut renoncer. The past definite of certain verbs expresses accomplishment, "he had to doit and he did it"; devait would not express the accomplishment of the action.

100.--31. qué. For quel.

101.--3. combien qu'i en a. For combien qu'il y en a, that is, combien y a-t-il?

5. cette famille nouvelle. When nouveau is placed after the noun, it means "recently appeared," not "other";nouveau should also be distinguished from neuf, which means "unused" and follows its noun.

11. son enveloppe. The use of son before a feminine noun beginning with a vowel arose by analogy with bon:bon ami, bonne amie, therefore son ami, son amie.

LE PÈRE MILON

103.--4. la guerre de 1870. See note to p. 41, l. 1.

105.--14. tretous. A dialectic survival of an Old French form (in Old French trestot, trestout, etc., are at timesused for tout, etc.; the word is derived from très and tout).

28. qu'il était. The uneducated are fond of introducing que in phrases where it is unnecessary. Other dialecticpeculiarities in this paragraph which have not been noted are: pu de chinquante for plus de cinquante, thePicard dialect resembles the Italian in the pronunciation of the soft c, on the other hand the French ch ispronounced in the Picard dialect as hard c (k), vache becoming vaque; itou is another instance of a dialecticsurvival of an Old French word (in Old French itel, "such, similarly, also," occurred, formed on analogy withicel=celui; itel and tel, icel and cel were used without difference of meaning, i is a relic of the Latin ecce

Contes Français

GUY DE MAUPASSANT 238

contes francais - [PDF Document] (239)

originally added to the word for the sake of emphasis); li is for lui. The following errors in syntax occur in thispassage: The first sentence should read, Je revenais un soir, alors qu'il était peut-être dix heures, le lendemainaprès que vous étiez venus (or arrivés) ici. After the phrase, Je me dis, read, Autant de fois qu'ils me prendrontvingt écus, autant de fois je leur revaudrai ça. De sorte or a similar phrase should be supplied before qu'iln'entendit, also before qu'il n'a pas seulement dit.

109.--2. pu, pus. Both stand for plus, the spelling of the latter form represents the frequent pronunciation of sin plus when it stands before a pause.

8. l'Empereur premier. For Napoléon Premier.

16. où que. Que is superfluous; after chez mé (l. 17), insert de sorte or de telle façon.

27. le vieux. See note to p. 93, l. 4.

32. toute coupée. In this construction tout does not take the feminine form if the following adjective beginswith a vowel (tout ancienne, etc.).

ALPHONSE DAUDET

Nîmes, 1840--Paris, 1897

Daudet has given the impressions and the experiences of his early life in the two volumes with which heestablished his reputation: Le Petit Chose and Lettres de Mon Moulin; in the former he describes the strugglesof his boyhood, and in the latter the customs and legends of his native Provence. The books which hepublished later are of a different character, marked by the influence of the Naturalistic School, but unlike theother members of this school, he was endowed with a spontaneous, sympathetic nature, which enabled him tofeel what he described. Thus while de Maupassant describes with the greatest art what he observes, Daudetsympathetically describes what he observes and feels. He had too much originality ever to come completelyunder the influence of the Naturalists. His short stories usually deal with some incident of the Franco-PrussianWar (Le Siège de Berlin, La Dernière Classe, La Vision du Juge de Colmar, etc.) or with life in the Midi(Lettres de Mon Moulin). Le Curé de Cucugnan and Le Sous-Préfet aux Champs are taken from Lettres deMon Moulin (1869), the remaining three stories of the collection are taken from Contes du Lundi (1873). Hisbest novels are given in the following list; in these he has often been compared with Dickens and Thackeray.

Important works (besides the collections of short stories mentioned): Les Amoureuses (verse, 1858), Le PetitChose (1868), Aventures Prodigieuses de Tartarin de Tarascon (1872), L'Arlésienne (drama, 1872), FromontJeune et Risler Aîné (1874), Jack (1876), Le Nabab (1877), Les Rois en Exil (1879), Numa Roumestan (1881),L'Évangéliste (1883), Sapho (1884), Tartarin sur les Alpes (1885), La Défense de Tarascon (1887),L'Immortel (1888), Port Tarascon (1890).

Edition: Flammarion, 13 vols. (illustrated); Charpentier, Dentu, Hetzel and Lemerre have each publishedportions of his work.

Contes Français

ALPHONSE DAUDET 239

contes francais - [PDF Document] (240)

LE CURÉ DE CUCUGNAN

This story is an almost literal translation of Lou Curat de Cucugnan, a Provençal story by Roumanille,published by him under the pseudonym of Lou Cascarelet in the Armana prouvençau (Provençal Almanac) in1867 (Daudet was in Provence during this year). This Almanac was first published in the year 1855, a littleafter the foundation of the Félibrige (May 21, 1854). The Félibrige was a brotherhood of modern Provençalpoets, its purpose was to revive Provençal as a literary language; the word Félibrige is of unknown origin, itcomes from an obscure word found by Mistral in a Provençal text; the members of the brotherhood, whichlater became a great literary society, were called félibres; the brotherhood was originated by Roumanille, whowas followed by a more celebrated poet, Mistral, and five other poets, Aubanel, Brunet, Camille Raybaud,Mathieu and Félix Gras. In regard to the Armana prouvençau, the following quotation from an article byMistral in Les Annales politiques et littéraires, May 13, 1906, will give an idea of the type of this Almanac:«Et sans parler ici des innombrables poésies qui s'y sont publiées, sans parler de ses Chroniques, où estcontinue, peut-on dire, l'histoire du Félibrige, la quantité de contes, de légendes, de sornettes, de facéties et degaudrioles, tous recueillis dans le terroir, qui s'y sont ramassés, font de cette entreprise une collection unique.Toute la tradition, toute la raillerie, tout l'esprit de notre race se trouvent serrés là-dedans.» The dialects ofFrance fall into two great classes: the Langue d'oïl, in the north, and the Langue d'oc, in the south (oïl is theold> northern form for oui, oc the southern form). The difference really dates from Roman colonization,which occurred on the Mediterranean some seventy-five years before Caesar conquered northern Gaul (59--5lB.C.). Provençal is one of the principal dialects of the southern group; during the eleventh, twelfth andthirteenth centuries (prior to the Albigensian crusade) it was, at least in lyric poetry, the most importantliterary language of France. Because of political and literary superiority, the language of Paris, or of theÎle-de-France, became the general literary language of France. The dialects, however, still live on, andProvençal has, as described above, been somewhat revived as a literary language by the efforts of Mistral andthe other poets of the Félibrige. Many scholars regard the characteristics of the territory embraced by themodern departments of Loire, Rhône, Isère, Ain, Savoie, the old province of Franche-Comté and a part ofSwitzerland as sufficient to form a third group of dialects known as Franco-Provençal. The dividing linebetween the Langue d'oc and the Langue d'oïl passes approximately from the mouth of the Gironde to theAlps by way of Limoges, Clermont-Ferrand and Grenoble.

111.--1. à la Chandeleur. The article in such constructions is usually explained as equal to la fête de; itshould be noticed, however, that in Old French a substantive frequently occurred in the oblique without apreceding de, the construction being equal to the Latin genitive, no preposition having been used (the phraseis thus literally: "on that of Candlemas").

2. en Avignon. En is not now used with cities except in ironical imitation of Provençal style (see Brunot,Précis de grammaire historique de la langue française, sec. 496, 2) or as a poetic and archaic survival of theusage of the seventeenth century, un joyeux petit livre. The Armana prouvençau.

112.--3. quel bon vent. The verb is to be supplied (quel bon vent vous amène?).

4. le grand livre et la clef. Cf. Matthew xvi, 19 and Revelation xx, 12.

11. disons-nous. Here = vous dites.

27. faites que je puisse. Faire in the imperative is followed by the subjunctive, elsewhere by the indicative(c'est ce qui fait que cela va mal), but notice that faites attention takes the indicative (faites attention qu'il estlà).

114.--19. je n'ai pas entendu chanter le coq. See Matthew xvi, 34 ff.

Contes Français

ALPHONSE DAUDET 240

contes francais - [PDF Document] (241)

116.--9. en l'air. En is never used before les; it is rarely used before the singular definite article, when it is soused the article is usually elided. In those cases where en is not used, dans takes its place; en was morefrequently used in former times, it is now largely limited to fixed phrases. The following distinctions shouldalso be observed: je ferai cet ouvrage en deux jours (two days will be required), je ferai cet ouvrage dansdeux jours (after two days have elapsed).

117.--7. rang par rang... quand on danse. As in the dance called the farandole, where a number of peoplejoin bands and dance in a long line.

16. le meunier. The French have always ridiculed the millers; cf. the proverb: il n'y a rien de plus hardi quela chemise d'un meunier, parce qu'elle prend, tous les matins, un fripon au collier; also, il s'est fait d'évêquemeunier, said when one bas fallen from a good position to a poorer one.

118.--4. le. This pronoun does not refer to histoire, but to all that has been told. This paragraph has not beenadded by Daudet, but occurs in the Provençal version.

LE SOUS-PRÉFET AUX CHAMPS

121.--26. de plus belle. See note to p. 4, l. 7.

LE PAPE EST MORT

123.--1. une grande ville de province. Daudet was born at Nîmes, his father was a wealthy manufacturer ofsilk handkerchiefs, the father lost his money and moved to Lyons when Alphonse was nine years old, it washere that the boy went to school and it is this city that is described in the story.

2. très-encombrée. The hyphen is now omitted after très.

125.--32. j'avais beau revenir. Littré explains this idiom as follows: «Avoir beau, c'est toujours avoir beauchamp, beau temps, belle occasion; avoir beau faire, c'est proprement avoir tout favorable pour faire. Voilà lesens ancien et naturel. Par une ironie facile à comprendre, avoir beau a pris le sens d'avoir le champ libre, depouvoir faire ce qu'on voudra, et, par suite, de se perdre en vains efforts.»

127.--13. Pie VII. Pius VII was imprisoned by Napoleon (l'empereur, l. 16) at Fontainebleau from 1812 to1814; the words comediante... tragediante were used by Napoleon to the Pope and by the Pope to Napoleon.

UN RÉVEILLON DANS LE MARAIS

Contes Français

ALPHONSE DAUDET 241

contes francais - [PDF Document] (242)

130.--23. vieux, vieux. The .repetition of an adjective for emphasis is much more common in Italian than inFrench.

132.>--3. une Diane... avec un croissant au front. A conventional manner of representing the goddess.

4. triolets. In versification this name (triolet) is given to a poem of eight lines, of which the first is repeatedafter the third, and both the first and second after the sixth, it is a development of the Old French rondeau; inmusic, as it is here used, the name is given to a group of three notes which, in a measure of 3/4 time, producesthe effect of 6/8 time.

LA VISION DU JUGE DE COLMAR

134.--1. l'empereur Guillaume. William I, King of Prussia in 1861 and Emperor of Germany from 1871 to1888; it was during his reign that the Franco-Prussian War occurred.

17. restez assis. In France the judges hold office for life (magistrature assise), while prosecuting attorneys,etc., may be removed from office by the Minister of Justice (magistrature debout); there is thus a doublemeaning in restez assis "remain seated" or "remain a judge (for life)"; on condition, of course, that Dollingerrenounce his allegiance to France and take the oath of allegiance to Germany.

26. le même grand christ. Used in administering oaths, the person who took the oath raised his right handtoward the crucifix.

136.--4. aussi n'avancent-ils. Notice that aussi here means "therefore" and that it causes inversion (thisoccurs also with à peine, encore, peut-être, ici, là, etc.).

137.--5. des robes noires, des robes rouges. The former are worn by the judges in the lower courts, the latterby the judges in the courts of appeal.

6. président. The French Department of Justice is now constituted as follows. The Department has at its heada Cabinet Minister (Ministre de la Justice) and it comprises a civil and a criminal jurisdiction. In each cantonis a justice of the peace, in each department a civil court, and in sixteen important cities a court of appeal.Criminals are tried in each department in a court of assize, before a jury of citizens and judges of whom thepresiding judge is termed the président and the assistant judges conseillers assesseurs. Above all courts is theCourt of Appeal (Cour de Cassation, in the Palais de Justice at Paris); this court is charged with looking afterthe strict observance of the Laws.

138.--24. monsieur le comte. Bismarck was given the higher title of Prince in 1871.

Contes Français

ALPHONSE DAUDET 242

contes francais - [PDF Document] (243)

ERCKMANN-CHATRIAN

Émile Erckmann, Phalsbourg, 1822--Lunéville, 1899.Alexandre Chatrian, Soldatenthal, 1826--Villemombles, 1890

Most of the literary work of these two men was done jointly, hence their hyphenated signature. Erckmann didmost of the writing, Chatrian most of the editing and adapting for the stage. Their work consisted of shortstories, novels and plays, particularly with scenes laid along the Franco-German (Alsatian) frontier, wherethey were both born. Their stories usually deal with incidents of the French Revolution, the Empire ofNapoleon l and the Franco-Prussian War; they attacked war, and their stories are generally of a fantastic oridyllic type.

Important works: Madame Thérèse (1863), Histoire d'un Conscrit de 1813 (1864), L'Ami Fritz (1864, theirbest known novel), Le Juif Polonais (1869, their best known play, known in English as The Bells), LesRantzau (1882, a play), and several collections of Contes. The Montre du Doyen is from the ContesFantastiques (1860).

Edition: Most of their work has been published by Hetzel.

LA MONTRE DU DOYEN

141.--2. bourgmestre. This title is not applied to French mayors, but to those of Belgium, Holland,Switzerland, Germany, etc.

142.--13. plus d'une demi-lieue. The use of de instead of que, "than," occurs before numerals and is asurvival of the Old French construction, which employed de (than) generally after a comparative (cf. the moregeneral use of di in this sense in Italian).

27. grand concerto. Incorrect in Italian, where grande is usually written gran before a word beginning with aconsonant (except s followed by another consonant); before a vowel grand' is used (grand'impero, greatempire).

29. théologiens... philosophes. A playful reference to the students of Heidelberg University.

145.--10. jusque passé minuit. Note that jusque and not jusqu'à is here used; besides a following preposition(jusque sur, etc.), certain following adverbs may have the same construction (jusqu'ici, jusque-là,jusqu'aujourd'hui, etc.).

20. ce disant. A survival of the Old French construction where ce could be used as object without a noun. Inmodern French ce is usually either an adjective pronoun or it is the impersonal subject of a verb or it is theantecedent of a relative; the other uses have been taken over by ceci and cela. Another similar construction issur ce, used by sovereigns in closing letters.

Contes Français

ERCKMANN-CHATRIAN 243

contes francais - [PDF Document] (244)

148.--8. que. To avoid repetition of comme.

149.--14. soit. The tendency, although usage varies, is to pronounce the t in this exclamation.

23. comme tu voudras. Note the tense, a polite future, where in English the present would be used; noticealso, the tense on p. 148, l. 18.

153.--15. et toute la salle de rire. An example of the historical infinitive, which expresses the sudden resultof a preceding action and is accompanied by a new subject.

28. plus qu'un. Notice the difference between this phrase and plus d'une (p. 142, l. 13).

161.--29. pas un d'entre eux. Note the insertion of entre; when spoken, un d'eux would not be clear; note alsothat entre suffers no elision (see note to p. 77, l. 11).

164.--14. après boire. An example of the present infinitive used after après (cf. il est parti après avoir bu unverre d'eau).

167.--6. à peine eus-je allumé. Note that à peine causes inversion and that it is used with the past anterior(see notes to p. 136, l. 4 and p. 3, l. 25).

168.--29. et que mon histoire vous ait intéressé. When que is used to avoid the repetition of si, thesubjunctive is employed.

FRANÇOIS COPPÉE

Paris, 1842--Paris, 1908

Coppée is known as a poet and writer of short stories. His work usually deals with the pathetic side of humblelife. He has been accused of sentimentality and superficiality; he is, however one of the most popular andaccomplished of the modern French poets, a dramatist of some merit and the author of a number of Contesrelating to the life of the peuple, particularly in and about Paris.

Important works: Poésies (several collections, 1864-1890), Théâtre (best plays: Le Passant, 1869; Le Luthierde Crémone, 1876; Les Jacobites, 1885; Pour la Couronne, 1895), and several volumes of Contes (the twostories given in this collection are from his Longues et Brèves, published in 1893).

Edition: Lemerre.

LE LOUIS D'OR

Contes Français

FRANÇOIS COPPÉE 244

contes francais - [PDF Document] (245)

169.--12. abat-jour. This compound noun is invariable in the plural because the plural idea does not reallybelong to the second element, which is the only part capable of inflection.

17. Zaatcha. This oasis was captured in 1849, during what may be termed the second period of the Frenchoccupation of Algeria; the first period extends from the landing of French troops in 1830 until the capture ofConstantine in 1837, the second period, from 1837 to 1849, was a period of resistance, the third periodextending to 1901 was one of partial insurrections; Algeria is now the most important French colony. Francenow possesses the colonies of St. Pierre and Miquelon, near Newfoundland; Guadaloupe, Martinique andFrench Guiana in the West Indies and South America; New Caledonia, New Hebrides and about 116 otherislands in Oceania; Indo-China (comprising Cochin-China, Annam and Tonkin, with about 18,000,000inhabitants); Madagascar, Reunion and other near-by islands; Djibouti, an African port on the Gulf of Aden;French Congo, French Soudan, French Guinea, French Senegal, on the western coast of Africa; Tunis, Algeriaand Morocco (the latter since 1912) on the Mediterranean, with strong influence in the country lying betweenthis territory and the Soudan. In addition the French language is spoken by the descendants of Frenchcolonists in Canada, New Orleans, the Mexican mountains, etc.

170.--3. mettant... ses souliers dans la cheminée. The French children have this custom instead of hangingup their stockings.

171.--28. quelque espoir. The final vowel of quelque is elided only in quelqu'un and quelqu'une.

172.--5. le dix-sept n'est pas sorti. The game of roulette is played on a rectangular table with a revolvingwheel in the center. A ball is placed on the wheel which sends it into compartments; these compartments (ofwhich there are two series, one on each side of the table) are numbered consecutively up to thirty-six and arearranged in three parallel lines or columns. The players or punters stake their money in various ways: on asingle number or numéro, which means that if the ball rests on that number the player receives thirty-fivetimes the amount risked; on a colonne or row of numbers, in that case if the ball remains on any number of thecolumn the player receives three times the amount risked; on a couleur (the numbers are half red, half black),in this case he receives, if he is successful, the amount he has risked; on the douzaine, that is, on the first,second or third series of twelve numbers, in case he wins the player then receives three times the amount hehas risked; other combinations may also be used and there are two compartments, and 00, which enable thebank to maintain a constant advantage.

L'ENFANT PERDU

176.--11. sous le nom de Louis XIV. Louis XIV was also known as le Roi-Soleil.

15. Conseil général de l'Eure. The old French provinces were abolished during the Revolution, and theterritory was redivided into départements, of which there are at present 86 (if the territory around Belfort benot counted); each department is governed by a préfet, or prefect. These departments are subdivided into 362arrondissem*nts, with a sous-préfet at the head of each; these into 2899 cantons, governed by a council; andthese in turn into 36,170 communes, governed by mayors. The chief magistrate of the modern Republic(declared in 1870) is the President, elected for seven years by the Senate and the Chamber of Deputies. Theselatter legislative bodies are composed respectively of 300 members elected for nine years (one third everythree years), and of 597 members elected for four years. The President appoints a cabinet of ten ministers toaid him in his executive duties. When a cabinet receives only a minority of votes of confidence in theChamber of Deputies, it resigns in a body and a new cabinet is formed. The executive power is represented

Contes Français

FRANÇOIS COPPÉE 245

contes francais - [PDF Document] (246)

throughout France by the préfets, sous-préfets and mayors. Each commune, canton and arrondissem*ntpossesses a council which cannot treat of political questions. There is also a conseil général which considersdepartmental affairs. A deliberative body and a representative of the executive are thus found side by sidethroughout the strongly centralized Republic.

20. nous sommes donc autorisé. The author is speaking for himself alone, hence the participle is in thesingular.

178.--7. zéro. The French use the Centigrade thermometer with zero at 32° Fahrenheit; 1 4/5° F. = 1° C.

179.--28. un air de famille avec les Auvergnats. An allusion to the custom in Auvergne of wearing the beardin this fashion.

180.--32. chaussons de lisière et de la brosserie. List-shoes and brushes are manufactured in French prisons.

181.--13. qui s'en faisait deux fois autant par la vertu de l'anse du panier. Compare the phrase, fairedanser l'anse du panier, said of a cook who makes a profit on the supplies of the Household.

24. son Allemande. Gouvernante is to be understood.

182.--7. joueur comme les cartes. Compare the phrase in another of Coppée's stories (les Vices duCapitaine), joueur comme feu Bésigue, where the game (bezique) is spoken of as though it were a person.

11. trop heureux de devenir. Notice the difference between this phrase and trop heureux pour devenir.

31. Dauphin. When the province of Dauphiné was added to French territory, the last ruler of Dauphiné,Humbert III, ceded the province on condition that the title of Dauphin be given to the eldest son of the Frenchking; the province became a part of French territory in 1349.

183.--10. le trois pour cent. The reference is to government bonds.

16. quatre bureaux de tabac. Tobacco is a government monopoly in France, hence the management of theshops is sometimes turned over to friends of politicians.

18. Deux Décembre. The date (December 2, 1851) on which Louis Napoleon executed his coup d'état, bywhich he was elected President for ten years. There was a Parisian uprising against this act, but he put thisdown and in the following year he became Emperor with the title of Napoleon III (1808-1873).

19. P'pa, et le p'tit Noël... y mettra-ti' tet' chose. For Papa, etc. ...y mettra-t-il quelque chose. See also noteto p. 77, l. 32.

184.--1. blond albinos. Modified adjectives of color are usually invariable.

185.--20. conquêtes de 89. The French Revolution began in 1789.

27. l'air d'un marié du samedi. The working people are often married on Saturday.

29. République parlementaire. A Republic has been proclaimed three times in France: the first lasted from1792 until Napoleon I became Emperor in 1804; the second extended from the fall of King Louis Philippe in1848 until the coup d'état of 1851; the third and present Republic was proclaimed on September 4, 1870 (theallusion in the text is to the last).

Contes Français

FRANÇOIS COPPÉE 246

contes francais - [PDF Document] (247)

186.--14. au château. That is, au château du Louvre, the former residence of the French kings.

23. Port' siou p'ait. (Ouvrez la) porte s'il vous plaît.

187.--12. sur les fortifications. The reference is to the walls around Paris, formerly used as fortifications; thetype of the quarter is described in the text.

191.--19. ayez pas peur. The popular omission of ne has already been noted (note to p. 64, l. 19), as well asthe other popular phrases which follow.

192.--14. j'ai été faire. The use of être for aller when followed by an infinitive is inelegant, though theconstruction is sometimes used by good writers.

195.--24. médaille. The reference is to the military medal, conferred for meritorious military service(instituted in 1852).

THÉOPHILE GAUTIER

Tarbes, 1811--Paris, 1872

Born in Gascony, Gautier was educated, partly in his native town, partly at the Lycée Charlemagne in Paris.Here he became a friend of Gérard de Nerval, who was of such influence on the later decadent school. He wasa friend of the Romanticist, Victor Hugo, and the typical red waistcoat which he wore at the first presentationof Hernani has become almost historic. In 1830 he published a volume of verse, and two years later Albertusin the extreme Romantic style. A novelist and poet, he traveled extensively and embodied his experiences andimpressions in many works on travel and art criticism. His work is characterized by a remarkable estheticappreciation, an almost flawless, ornate style, and a strong tendency toward the fantastic. fa*guet says of him:"He knew all the resources of the French language and style." He stands above all for form (cf. his poem,L'Art).

Important works: Poésies (1830), Albertus (1832), Mademoiselle de Maupin (1835), Fortunio (1838), LesGrotesques (1844), Avatar and Jettatura (1857), Émaux et Camées (1858), Le Roman de la Momie (1858), LeCapitaine Fracasse (1863), besides descriptions of his travels.

Edition: Charpentier, in 34 vols.

LA MILLE ET DEUXIÈME NUIT

The title is borrowed from the Mille et Une Nuits, translated into French by Galland (1704).

201.--1. favorite. This peculiar feminine form is due to analogy with petite (in the masculine petit and favoriend with the same sound, hence by analogy they have the same sound in the feminine).

Contes Français

THÉOPHILE GAUTIER 247

contes francais - [PDF Document] (248)

13. ne sachant que faire. Pas may be omitted: (1) in certain fixed phrases (n'importe, etc.); (2) after qui orque expressing a regret or a desire (qui de nous n'a ses défauts?); (3) before the interrogative pronouns que,quel, quoi (je n'ai que faire de vos dons, ne sachant que faire, etc.); (4) with ni (il ne boit ni ne mange); (5)with ne... que, meaning "only," or when another negative follows (point, rien, etc.); (6) with certain verbsfollowed by an infinitive (pouvoir, savoir, etc.); (7) with si when expressing a reservation in the sense of àmoins que; (8) in certain subordinate clauses (je n'y vais jamais qu'il ne m'arrive quelque accident,. c'est vraiqu'il ne s'est jamais marié, mais ce n'est pas qu'il ne l'ait voulu, etc.). This list does not embrace the pleonasticuses of ne. Notice further in regard to this phrase (ne sachant que faire) that, although the indirect questionusually becomes in French a relative clause (il ne sait pas ce qu'il fait), with the infinitive the old Latinconstruction is preserved (with avoir, pouvoir and savoir, when negative). Ne (alone) to express negation is asurvival of the usage in Old French where ne (without pas) could be used generally.

216.--27. Ibnn-Ben-Omaz. There seems to have been no celebrated poet of this name. Gautier's knowledge ofArabiç was apparently limited (a number of his errors have been indicated under the proper words in thevocabulary). Omar Khayyam (eleventh and twelfth centuries) is naturally suggested; Ibn al-Khattab Omar, thesecond Caliph, who succeeded Abu-Bekr in 634 and who took part in writing the Koran, is also suggested.Omaz is not an Arabic name.

218.--22. l'escarboucle magique, ou l'aigrette de plume de héron. That is, she was neither a fairy nor ofroyal blood; the carbuncle was formerly a magic stone and was credited with the power to emit light; in regardto the héron, possibly Gautier had in mind the ibis, the sacred bird of Egypt.

219.--29. la princesse... n'enverrait... que je refuserais. For si la princesse envoyait... je refuserais.

220.--23. vous l'a fait préférer. Notice that in this construction the object of the infinitive precedes faire.

221.--1. c'est tout au plus si je pourrais. In conditional clauses the conditional is not allowed after si; thisclause is declarative, the meaning is: "at the utmost I could do no more than."

HONORÉ DE BALZAC

Tours, 1799--Paris, 1850

Because of his father's circ*mstances Balzac was at an early age placed in a law office; this work wasespecially irksome to him, and he soon went over to literature. For a long time he suffered hardships fromwant of money, which seems to have strongly colored much of his work. In 1850 he married a wealthy Polishlady, Madame Hanska, but he never was able to enjoy the life of ease to which he had been looking forwardfor many years; his death occurred a few months after his marriage. Balzac's chief work is to be found in hisComédie Humaine, a collection of stones filling some forty volumes. It is divided into: (1) Scènes de la ViePrivée, (2) Scènes de la Vie de Province, (3) Scènes de la Vie Parisienne, (4) Scènes de la Vie Politique, (5)Scènes de la Vie Militaire, (6) Scènes de la Vie de Campagne, (7) Études Philosophiques, (8) ÉtudesAnalytiques. These novels are often connected by the reappearance of certain characters, and especially by theanalysis of character which is always intimately connected with Balzac's name. Of a robust, exuberant andvulgar nature, his style is poor; he lacked an artistic sense and he was without poetic genius. He was unable todepict a gentleman or a lady; but he excelled in the analysis of character, especially among the middle and

Contes Français

HONORÉ DE BALZAC 248

contes francais - [PDF Document] (249)

lower classes, and in the descriptions of their surroundings; it is thus that he stands at the head of the Realists.

Important works: To the Comédie Humaine (1829-1850) above mentioned should be added the ContesDrolatiques (in which he imitates the style and the language of the sixteenth century) and several volumes ofContes. In the Comédie Humaine the following volumes should be especially mentioned: Le Père Goriot, LeColonel Chabert, Le Lys dans la Vallée, Ursule Mirouet, Eugénie Grandet, Le Curé de Tours, IllusionsPerdues, César Birotteau, Les Paysans, Le Curé de Village. Un Drame au Bord de la Mer (written in 1834) istaken from the Études Philosophiques (published in 1835)

Edltlon: Calmann Lévy, in 24 vols. and in 45 vols. (his works have been published in several other editions).

UN DRAME AU BORD DE LA MER

222.--7. conceptions premières. Numerals precede their nouns; when premier follows its noun, as here, theidea conveyed is "conceptions which form the basis of other conceptions."

12. durant. According to Littré, this preposition differs from pendant in that it means "during the entire time,"whereas pendant may mean "at a certain point during the time": durant la campagne les ennemis se sontenfermés dans leurs places, and c'est pendant la campagne que s'est livrée la bataille dont vous parlez.

227.--27. sans mot dire. Note the position of mot in this phrase; cf. sans rien dire.

229.--4. faquir. The fakirs or ascetic Mohammedan monks comprise various classes and orders; Balzacapparently has in mind those known as yogis, who assume and maintain for a long time various unnaturalpostures, their belief being that this will effect a union of the human soul with the Supreme Being, wherebyfurther migration will be avoided (this is known as the yoga system of philosophy).

6. si le voulait la mer. Notice the inversion.

230.--24. mon cher oncle. A detailed account of Balzac's family can be found in E. Biré, Honoré de Balzac.

232.--28. bestiaux. This word is now used as the plural of bétail; it is, however, etymologically not the pluralof bétail, but of the adjective bestial; the latter singular form is not now used as a substantive in the literarylanguage, although it occurs in works of the seventeenth century and is still used in Normandy, meaning "allthe cattle" (cf. Nyrop, Grammaire historique de la langue française, vol. II, sec. 292, 2, remark).

235.--22. anachorètes. Anchorites differ from hermits in that they live in the most absolute solitude andsubject themselves to the greatest privations.

237.--4. il ne se serait pas sacré comme ça, que la frayeur ...That is, quand même il ne se serait pas sacrécomme ça, la frayeur... (the principal clause expresses a concession, and the que clause the conclusion).

11. qu'est. A popular error already noted (see note to p. 92, l. 29).

18. qué qui te dit. For qu'est-ce qu'il te dit; qu'elle répond (l. 19), an example of the superfluous que used bythe uneducated; qu'a dit (l. 21) = qu'elle dit = dit-elle.

31. défunt ma mère. Défunt, as also the adjective feu, does not agree with its noun when the latter follows.

Contes Français

HONORÉ DE BALZAC 249

contes francais - [PDF Document] (250)

238.--5. qu'a écouté. For qu'elle a écouté. 22. plus du temps. For plus que le temps.

239.--20. fallait des espèces. Popular omission of il.

26. mette. The dialects often other examples of the survival of Old French words; métal is the modern wordfor "metal," it is sometimes used in slang for "money."

240.--27. des cent écus, des cent francs. For des centaines d'écus, des centaines de francs.

241.--3. la fille au cadet. Popular for la fille du cadet, another example of the survival of an Old Frenchconstruction among the common people.

10. qu'avait. For qui avait.

27. pour. Incorrect use of pour without an object; the other popular phrases have already been noted.

243.--18. malin. The feminine of this adjective, maligne, is only apparently irregular; the Latin etyma aremalignum and malignam (French words, except those used in address, are derived from the Latin accusative),these give regularly malin and maligne, because final Latin vowels fall except a which becomes e and final gnis reduced to n, whereas gn between vowels gives the modern French sound.

30. il pleurait du sang. Compare the English phrase "to sweat blood."

244.--18. il savait plus. Popular omission of ne.

ALFRED DE MUSSET

Paris, 1810--Paris, 1857

De Musset at an early age became a member of the cénacle or inner circle of the Romantic writers, withwhom he is intimately connected. In 1829 he published a volume of verse of great merit; this and theSpectacle dans un Fauteuil made him famous at once. He had an extremely excitable, poetic temperament anda weak will, which rendered him incapable of entering any useful employment, such as a position in theFrench Embassy at Madrid, or writing regularly for periodicals, both of these positions having been offeredhim. He was elected to the French Academy in 1852 and did little work thereafter. His best work was done inverse and in the drama, but his short stories are of extraordinary merit. His poems (especially the Nuits)possess preëminently the lyric quality, genuineness, originality and passion; his dramas, having usually someproverb as a title, show great delicacy, grace, ingenuity and wit; his short stories are exquisite. His style, incontrast to that of Gautier, shows little care for form, and in many respects he may be compared with theEnglish poet Byron.

Important works: Contes d'Espagne et d'Italie (1829), Spectacle dans un Fauteuil (1829), Rolla (1833), Nuits(1835 ff.); Lettre à Lamartine (1836), Confessions d'un Enfant du Siècle (1836), Poésies Nouvelles (1840),Comédies et Proverbes (1850-1851, about fifteen), besides several Nouvelles and Contes (1837-1854), suchas: Emmeline, Frédéric et Bernerette, Fils du Titien, Margot, Le Merle Blanc, Croisilles (published in 1841),etc.

Contes Français

ALFRED DE MUSSET 250

contes francais - [PDF Document] (251)

Edition: Charpentier, in 9 vols.; Lemerre, in 10 vols.

CROISILLES

250.--29. et quand je l'aurais. The apodosis (qu'est-ce que je ferais) is omitted and only the protasis isexpressed.

251.--13. que penserait-on de vous. Distinguish between penser à, to think of, and penser de, to have anopinion of.

252.--29. fermes royales. The old monarchy, which existed in France before 1789, used to farm out the taxesto private individuals or to a company, on condition that a certain sum should be turned over to theGovernment, anything above this sum being the profit of the fermier.

257.--9. de la sorte. Preservation of the old demonstrative use of illam; the French article is the weakenedLatin demonstrative.

259.--1. à peine... que. Notice that que, not quand, is used after à peine; the inversion with à peine hasalready been mentioned (note to p. 136, l. 4).

260.--10. n'avoir pas diné. Both parts of the negative are usually placed before the infinitive.

17. Monsieur aime-t-il. The third person is generally used by French servants in addressing their masters.

263.--24. un Turc. De Musset has in mind the Turkish custom of sending sélams (see this word in thevocabulary).

266.--4. Mademoiselle. Cher, chère in the salutation of a French letter expresses much greater intimacy thanthe corresponding English word; it is omitted in formal letters.

268.--10. si on lui. Si on and not si l'on is used when the letter l immediately follows.

269.--18. plus d'une. Notice that, while the subject contains a plural idea, the verb is singular because of theinfluence of un.

270.--16. profondément. Not an exception to the rule that French adverbs are derived by adding -ment to thefeminine adjective; adverbs of this type go back to past participles ending in -ée, the final e having been lost(aveuglément, commodément, conformément, etc.), or are formed on analogy with adverbs that are so derived(see Darmesteter, Historical French Grammar, p. 382).

277.--26. grand'chose. See note to p. 87, l. 17 (cf. also grand 'peine, l. 8).

279.--7. épouser... marier. Distinguish words.

Contes Français

ALFRED DE MUSSET 251

contes francais - [PDF Document] (252)

VOCABULARY

ABBREVIATIONS

The following abbreviations have been used in the vocabulary.

adj. adjectiveadv. adverbart. articlec. about (circa)card. cardinal numeralcf. compare (confer)conj. conjunctionconj. pr. conjunctive pronoundej. definitedem. demonstrativedisj. disjunctive pronounf. feminine substantiveindef. indefiniteint. interrogativeinterj. interjectionm. masculine substantivem., f. masculine and feminine substantiveord. ordinal numeralp. pagepl. pluralposs. possessivepr. pronounprep. prepositionq.v. which see (quod vide)refl. reflexiverel. relatives. substantivev. verb

A

à, prep. ta, at, in, on, by, of, from, for, with, until;solide--, strong enough to;--ce que, as.abaisser, v. to lower, cast down; s'--, be lowered, sink, fall.abandon, m. abandon, abandonment, freedom.abandonner, v. to abandon, give up.

Contes Français

VOCABULARY 252

contes francais - [PDF Document] (253)

abasourdir, v. to deafen, stun, daze.abat-jour, m. shade (of a lamp, etc.).abattre, v. to fell, throw down, bring or knock or strike down;s'--, fall, fail prostrate; abattu, --e, cast down, prostrated.abbé, m. abbot, abbé (general title for Catholic priests).abdomen, m. abdomen (en pronounced as in ennemi).abdomin, represents the incorrect pronunciation of abdomen.Abdul-Malek, perhaps Gautier was thinking of Abdalmalek, the nameof several noted Mohammedans (Gautier also uses the form Abdul-Maleck).abime, m. abyss.ablution, f. ablution.aboiement, m. barking.abominable, adj. abominable.abominablement, adv. abominably.abondamment, adv. abundantly.abondance, f. abundance.abonder, v. to abound.abord, m. access, arrival, approach, landing; d'--, at first, first.aborder, v. to board, accost, land, arrive, reach, make (a port).Aboul-Casem, Abul Kasim Mansur, called also Ferdoussi, q. v.aboutir, v. to result, end.aboyer, v. to bark.abréger, v. to abridge.abreuver, v. to givedrink to, quench the thirst of, drench.abri, m. shelter; à l'-- de, sheltered from, safe from.abriter, v. to shelter.abrupt,--e, adj. abrupt, rugged (pt pronounced).abrutir, v. to stupefy; besot.absence, f. absence (in this and in the next six words b is pronounced as p).absent,--e, adj. absent.absolu,--e, adj. absolute.absolument, adv. absolutely.absolution, f. absolution.absorber, v. to absorb.absorption, f. absorption.Abu-Becker, this name suggests Abu-Bekr, father-in-law of Mohammed.abus, m. abuse.abuser, v. to abuse, take advantage; s'--, be mistaken, be deceived.accablement, m. prostration, dejection; accabler, v. to overwhelm, crush.accent, m. accent, note.accentuer, v. to accentuate, accent.accepter, v. to accept.accès, m. access, attack, burst, rush.accident, m. accident.accoler, v. to embrace.accompagner, v. to accompany.accomplir, v. to accomplish, perform.accorder, v. to accord, grant; s'--, accord, agree.accoster, v. to accost.accouder (s'), v. to lean on one's elbow.accourcir, v. to shorten.

Contes Français

A 253

contes francais - [PDF Document] (254)

accourir, v. to run up.accoutumer, v. to accustom; s'--, become accustomed;accoutumé,--e, accustomed, used.accrocher, v. to hang ur, hook; s'--, hang (on), lay hold, hook oneself (to); accroché,--e,hung, caught.accroupir (s'), v. to squat, crouch; accroupi,--e, adj. crouching, squatting.accueillir, v. to receive, greet, welcome.accumuler, v. to accumulate.accusation, f. accusation.accuser, v. to accuse, acknowledge, show, reveal, initiate, bring out.acharnement, m. animosity, blind fury, tenacity.acharner, v. to enrage, madden; acharné,--e, adj. infuriated, implacable, furiouslyintent upon.acheter, v. to buy.acheteur, m. buyer.achever, v. to complete, finish, put the finishing touches to, kill.acier, m. steel.acolyte, m. acolyte, attendant.acquérir, v. to acquire, gain.acquit, m. receipt, discharge; par--de conscience, to ease one's conscience.acquitter, v. to acquit, pay.âcrement, adv. sourly, sharply, bitterly.acte, m. act.action, f. action, stock, share.adessias, adv. adieu, good-by (Provençal).adieu, adv. and m. good-by, farewell, adieu.adjoint, m. adjunct, associate, assistant, deputy (used especially of the magistratewho takes the place of the mayor when absent).admettre, v. to admit.administrateur, m. administrator, manager, director.administrer, v. to administer;administré, m. person under one's administration, fellow-citizen.admirable, adj. admirable.admiration, f. admiration.admirer, v. to admire.adopter, v. to adopt.adoptif,--ive, adj. adoptive, adopted.adorable, adj. adorable.adorer, v. to adore.adosser, v. to lean against, back (by); s'--, lean one's back against.adoucir, v. to sweeten, soften.adresse, f. address, skill.adresser, v. to address.adversaire, m. adversary.aérer, v. to ventilate.affabilité, f. affability.affaiblir, v. to enfeeble, weaken; s'--, grow weaker or fainter.affaire, f. affair, matter, case, business transaction, engagement (military); pl. affairs,business; avoir -~ à, to have dealings with, have to reckon with; homme d'affaires,agent; faire nos affaires, to do well, succeed.affaissem*nt, m. weakening, diminution of strength, collapse, weakness.

Contes Français

A 254

contes francais - [PDF Document] (255)

affaisser, v. to sink; s'--, settle down, sink, collapse.affaler, v. to lower; affalé, -e, fallen, collapsed.affamer, v. to starve; affamé, -e, starved, famished.affecter, v. to affect, assume.affection, f. affection.afférer, v. to tell (dialectic; cf. averer in Old French).affiche, f. hand-bill, poster.afficher, v. to post (up).affiner, v. to refine.affirmer, v. to affirm, state.affliction, f. affliction.affliger, v. to afflict.affoler, v. to madden, drive mad; affolé, -e, adj. distracted, crazed, beside oneself.affreusem*nt, adv. frightfully.affreux, -euse, adj. frightful, dreadful.affronter, v. to face, brave.affût, m. gun-carriage, watch; à l'--, lying in wait.afin (de or que), conj. in order to, in order that.africain, -e, adj. and s. African (written Africain when s.).Afrique, f. Africa.agacer, v. to provoke, irritate.agate, f. agate.âge, m. age; jeune --, youth.âgé, --e, adj. aged, old.agenda, m. memorandum-book, note-book (en pronounced as in bien).agenouiller (s'), v. to kneel; se tenir agenouillé, remain on one's knees.agent, m. agent, police agent, policeman, deputy; -- depolice, police agent, policeman.agilité, f. agility.agir, v. to act; s'- de, be a question of; il ne s'agit pasde perdre la tête, it is no time to lose your head.agitation, f. agitation, commotion.agiter, v. to agitate, stir, shake, wave, move, disturb, raise (a question); s'--, be agitated,stir, toss about, play.agneau, m. lamb.agonie, f. death agony.agrandir, v. to enlarge; s'--, be enlarged, become larger.agréable, adj. agreeable.agrément, m. charm.agrès, m. pl. rigging, tackle.agricole, adj. agricultural.agriculture, f. agriculture.agripper, v. to snatch up or away.aguets, m. pl. watch.ah, interj. ah!, ha!ahurissem*nt, m. bewilderment, amazement.aï, interj. ouch!, oh!, oh my!aide, f. aid; -- de camp, m. aide-de-camp; à l'--!. help!aider, v. to aid, help, assist.aïeul, -e, m., f. grandfather, grandmother, ancestor.aigle, m. eagle.

Contes Français

A 255

contes francais - [PDF Document] (256)

aigrement, adv. sharply, roughly, keenly.aigrette, f. egret, aigrette, tuft, plume.aigu, -ë, adj. acute, sharp, shrill.aiguille, f. needle, hand of a clock (ui pronounced as in lui).aile, f. wing.aileron, m. pinion, tip of a wing, small wing, fin, stump of an arm (familiar in last sense).ailleurs, adv. elsewhere; d'--, besides.aimable, adj. kind, agreeable, amiable.aimer, v. to love, like; -- mieux, prefer.ainé, -e, adj. and s. elder, eldest, senior.ainsi, adv. and conj. thus, so, in this manner, as follows, -- que, just as.air, m. air, look, appearance, manner; en l'--, in the air, up; -- de famille avec, familyresemblance to; passer sous son --, to pass to leeward of him; il n'y avait pas d'--,there was no air stirring.aise, f. case, pleasure; à son --, à l'--, at one's ease, comfortable, well off.aisé, -e, adj. easy.aisément, adv. easily.aisselle, f. armpit.Ajaccio, chief city of Corsica and birthplace of Napoleon I (pronounced in French: Ajaksio).ajonc, m. furze, thorn-broom.ajouter, v. to add.ajuster, v. to adjust, aim at.ajusteur, m. mechanic, fitter, weigher (of coins at the mint).alanguir, v. to make languid; s'--, languish, grow dim.alarmer, v. to alarm.albanais, -e, adj. and s. Albanian (written Albanais when s.).albâtre, m. alabaster.albinos, adj. and s. albino (s pronounced).Al Borack, Al Borak, name of the legendary winged mule on which Mohammed is saidto have made a journey to heaven (= lightning, in Arabic).alcôve, f. alcove.Alep, Turkish city (Syria).Alexandre, Alexander.alezan, -e, adj. and s. chestnut color, chestnut horse; -- brûlé, dark chestnut.Alger, Algiers (capital of Algeria).Algérie, f. Algeria (conquered by France 1830-1871).alibi, m. alibi.alimenter, v. to feed.aligner, v. to line up, lay out in line; s'--, line up, be or fall in line, form a line.Allah, Mohammedan name for God.allée, f. going, passage, walk, path; -- et venue, going and coming.alléger, v. to buoy up, lighten.allégresse, f. glee, joy.Allemagne, f. Germany.allemand, -e, adj. and s. German (written Allemand when s.).aller, v. to go, go on or along, get on, suit; s'en --, go away oralong; allons!, come!,there now!; allez!, va!, go along, come, get out, that's sure, etc.; ça va-t-il?, are yougetting on all right?; -- et venir, come and go, rise and fall, walk to and fro, etc.allitéré, -e, adj. alliterative.allonger, v. to lengthen, stretch out; -- le pas, lengthen one's stride, hasten on; allongé -e,lengthened, long.

Contes Français

A 256

contes francais - [PDF Document] (257)

allumer, v. to light; kindle, brighten; s'--, light up, be brightened up, be kindledor lighted; l'oeil allumé, with bright eyes, allure, f. bearing, manner, style, gait, behavior.allusion, f. allusion.almée, f. Oriental dancer.aloès, m. aloe, century-plant (s pronounced).alors, adv. then; -- que, conj. when, while.alouette, f. lark.alourdir, v. to make drowsy or heavy.Alpes, f. pl. Alps.Alsace, f. Alsace (s pronounced as z).Alsirat, Al Sirat, the bridge, narrower than a razor, leading to the Mohammedan Heaven(=the way, in Arahic).altier, -ère, adj. proud, lofty.amande, f. almond.amant, m. lover.amarre, f. cable, hawser.amasser, v. to amass, pile up, accumulate.ambition, f. ambition.ambre, m. amber; -- gris, ambergris (secretion of a whale used in certain perfumes).âme, f. soul, heart, spirit, mind.amen, interj. amen (pronounced as in Latin).amender, v. to improve; s'--, reform, mend one's ways.amener, v. to lead, bring, bring forward.amèrement, adv. bitterly.Amérique, f. America; -- du Sud, South America.ami, -e, m., f. friend, sweetheart; mon --, my dear, my dear fellow, my friend; bonne amie,good friend, sweetheart.amitié, f. friendship.amollir, v. to soften; s'--, become soft or slack.amonceler, v. to pile ip; s'--, be piled up.amour, m. love.amoureux, -euse, adj. and s. in love, sweetheart, lover; devenir --, to fall in love(to be distinguished from the lower word amant).amour-propre, m. self-respect, self-esteem.amputer, v. to amputate; amputé, -e, with a limb amputated.amuser, v. to amuse; s'--, amuse oneself, be amused, have a good time.an, m. year.anachorète, m. anchorite, hermit (ch pronounced as k).analytique, adj. analytical.ancêtre, m. ancestor (more frequent in pl.).ancien, -ne, adj. ancient, former, of former times, of long standing, old.ancre, f. anchor.Andelys (les), town in the department of Eure (Normandy).andiamo mio ben, let us go, my beloved (Italian, aria from Mozart's opera Don Giovanni).âne, m. ass, donkey; il ne se trouve pas dans le pas d'un --, it's not found every day.anéantir, v. to annihilate, dumbfound.anfractuosité, f. anfractuosity, inequality, unevenness.ange, m. angel.anglais -e, adj. and s. English, Englishman (written Anglais when s.).angle, m. angle, corner.Angleterre, f. England.

Contes Français

A 257

contes francais - [PDF Document] (258)

angoisse, f. anguish, great anxiety.animal, m. animal, creature, beast.animer, v. to animate.ankyloser, v. to ankylose (cause stiffening of the joints);ankylosé,-e, ankylosed, stiff.annales, f. pl. annals.anneau, m. ring.année, f. year.Annette, Annie.annonce, f. announcement, advertisem*nt.annoncer, v. to announce.anse, f. handle, inlet, cove.antichambre, f. antechamber, anteroom.anticlérical, -e, adj. anti-clerical.antilope, f. antelope.antique, adj. antique, ancient, old-fashioned.Antoine, Anthony.anxieux, -euse, adj. anxious.aoh, represents the English pronunciation of oh.août, m. August (pronounced: ou).apaisem*nt, m. appeasem*nt, relief.apaiser, v. to appease, soothe; s'--, be calmed, subside.apanage, m. appanage, lot, characteristic.apercevoir, v. to perceive, notice, see; s'-- (de), perceive, etc.aplatir, v. to flatten.aplomb, m. plumb, perpendicular position; d'--, straight, perpendicularly (b not pronounced).Apollon, Apollo (Greek and Roman god of oratory, medicine, poetry, the arts, the sun, etc.).apoplexie, f. apoplexy.apothéose, f. apotheosis.apparaitre, v. to appear.appareil, m. apparatus.apparence, f. appearance, bearing, look.apparent, -e, adj. apparent.apparition, f. apparition, appearance.appartement, m. apartment.appartenir, v. to belong.appel, m. call, roll-call, appeal; faire l'--, to call the roll.appeler, v. to call, call out; s'--, be named; il sefaisait --, he gave as his name.appétit, m. appetite.application, f. application.appliquer, v. to apply, put one thing on another.apporter, v. to bring, bring forward.appréciable, adj. appreciable.apprécier, v. to estimate, judge the value of, value, appreciate.appréhension, f. apprehension.apprendre, v. to learn, teach, tell, hear of, show.apprenti, m. apprentice.apprêt, m. preparation.apprêter, v. to prepare, get ready; s'--, prepare, get ready.approche, f. approach, coming; approches du jour, approach of day.

Contes Français

A 258

contes francais - [PDF Document] (259)

approcher, v. to approach; s'-- (de), approach.approprier, v. to appropriate, tidy up.appui, m. support, sill; mur d'--, supporting wall, window-sill.appuyer, v. to support, lean, rest; s'--, lean, rest; appuyé, -e, leaned, leaning.après, prep. and adv. after, afterwards; -- que, conj. after.après-midi, f. (or m.) afternoon.arabe, adj. and s. Arabic, Arabian, Arab (written Arabe when s.).araignée, f. spider; -- de mer, spider-crab.arbre, m. tree.arc, m. bow, arch.arche, f. ark, arch (of a bridge).archet, m. bow; avoir le plus magnifique coup d'--, to play the finest bow.ardent, -e, adj. ardent, burning, warm, fiery, glowing.ardeur, f. ardor, fervor, spirit, heat.ardoise, f. slate.arête, f. fish-bone.argent, m. silver, money.argenterie, f. silverware, silver.argentin, -e, adj. silvery.argyronète, f. water-spider.ariette, f. arietta, light air, tune.aristo, slang for aristocrate.aristocrate, m., f. aristocrat.aristocratie, f. aristocracy (pronounced: aristocracie).aristocratique, adj. aristocratic.Arlésien, -ne, m., f. native of Arles (in Provence).arme, f. arm, weapon.armée, f. army.armer, v. to arm, fit, tip, co*ck, fit out.armoire, f. cupboard, press, closet.armoiries, f. pl. arms, coat of arms.armurier, m. gunsmith.arpenter, v. to measure (land), stride along or over.arracher, v. to snatch, tear off, pull out.arranger, v. to arrange, treat, "fix"; s'--, be arranged, make arrangements, manage.arrestation, f. arrest.arrêt, m. stop, pause, decision.arrêter, v. to stop, arrest, decide, draw up; s'--, stop.arrière, v. and m. back, rear, stern; en --, back, backwards, behind, on the back (of thehead, etc.).arrière-boutique, f. back shop.arrière-pensée, f. mental reservation, thought not expressed.arrivée, f. arrival.arriver, v. to arrive, happen, come; pour en -- là, to reach that point (figurative).arrondir, v. to round.arrondissem*nt, m. district, ward, arrondissem*nt (subdivision of a department).arroser, v. to water, sprinkle.art, m. art.Artaban, proverbially proud hero of La Calprenède's novel, Cléopâtre (17th century).articuler, v. to pronounce, state.artillerie, f. artillery.

Contes Français

A 259

contes francais - [PDF Document] (260)

artilleur, m. artilleryman, gunner.artiste, m., f. artist.as, m. ace (s pronounced).asiatique, adj. Asiatic.asile, m. asylum, shelter, refuge.Asnières (la porte d'), gate in northwestern wall of Paris (pronounced: ânière).aspect, m. aspect, appearance, sight (pronounced: aspè).asphalte, m. asphalt.aspiration, f. aspiration, inspiration, breathing.Asraël, Azrael (the angel who separates the soul from the body at death, in Mohammedanand Jewish angelology).assaillir, v. to assail.assassin, m. assassin, murderer; à l'--!, murder!assassinat, m. assassination, murder.assassiner, v. to assassinate, murder.assaut, m. assault; à l'--!, charge!assembler, v. to assemble, gather, collect.asseoir, v. to seat, set, s'--, sit, be seated, sit down;assis, -e, seated, judicial.assesseur, m. (also used adjectively), assistant (judge).assez, adv. enough, sufficient, rather, well enough.assiéger, v. to besiege.assiette, f. plate; se trouver dans son -- ordinaire, to feel at home.assise, f. court of assize, criminal court.assistant, m. person present, bystander.assister, v. to be present, attend, witness.associé, -e, m., f. associate, partner.assonance, f. assonance (rime with vowels, but not with consonants).assonant, -e, adj. assonant.assoupir, v. to make drowsy, lull; s'--, become drowsy;assoupi, -e, drowsy.assujettir, v. to subject, fasten, make firm.assurance, f. assurance.assurément, adv. assuredly.assurer, v. to assure.Astolphe, Astolfo (legendary English Prince in the Charlemagne romances, Ariosto'sOrlando Furioso, etc., noted for his hippogriff and for his fairy horn of which the piercingsound could strike terror to all who heard it).atar-gull, m. attar of roses (Persian: atar-gul).atavisme, m. atavism, inheritance.atelier, m. workshop, factory, studio.atmosphère, f. atmosphere.atome, m. atom.atour, m. attire, finery (usually pl.).âtre, m. hearth.atroce, adj. atrocious.attabler, v. to seat or place at table.attacher, v. to attach, fasten, bind, fix; s'--, attach oneself, be or become attached, stick.attaque, f. attack.attaquer, v. to attack.attarder, v. to delay; s'--, be delayed, tarry; attardé, -e, delayed, belated.

Contes Français

A 260

contes francais - [PDF Document] (261)

atteindre, v. to attain, reach, attack.atteler, v. to harness, put (horses) ta, hitch, yoke; attelé de, drawn by.attendre, v. to await, wait for, wait, expect; s'-- à, expect; c'était là que je vous attendais,I was waiting for you there, that was what I expected of you; attendu que, conj. seeing that,in view of the fact that.attendrir, v. to move, affect, touch; attendri, -e, adj. softened, tender.attente, f. waiting, wait, expectation.attentif, -ive, adj., attentive.attention, f. and interj. attention, care, look out!attentionné, -e adj. attentive.attentivement, adv. attentively.atténuer, v. to attenuate, soften.atterrer, v. to strike down, cast down, overwhelm.atterrir, v. to land, make land.attirer, v. to attract, draw.attitude, f. attitude.attraper, v. to catch;attribuer, v. to attribute.attrister, v. to sadden.attrouper, v. to assemble, collect (also refl.).au (aux) = à le (à les).auberge, f. inn, tavern.aubergiste, m., f. inn-keeper.aucun, -e, adj. no, none, any.audace, f. audacity.audacieux, -ieuse, adj. audacious, daring.audience, f. hearing, audience, court.auditeur, m. auditor, hearer.auditoire, m. audience.augmenter, v. to increase.augure, m. augury, omen.auguste, adj. august.aujourd'hui, adv. to-day.aumône, f. alms, charity; faire l'-- à, to give alms to.auparavant, adv. before, previously.auprès (de), prep. near, with.auquel (auxquels, etc.) = à lequel (à lesquels, etc.).aurore, f. dawn.aussi, adv. and conj. also, so, as, therefore; -- ... que, as ... as.aussitôt, adv. straightway, at once; --- que, conj. as soon as.autant, adv. as much, as many, so many, as well; comme --, as so many; d'-- plus (moins),so much the more (less).autel, m. altar.auteur, m. author.autorisation, f. authorization, consent.autoriser, v. to authorize.autour, adv. and prep. (with de), around.autre, adj. other, else, of another kind; d'autres, others; avec nous autres, with the restof us; vous autres, the rest of you.autrefois, adv. formerly, former times.autrement, adv. otherwise.

Contes Français

A 261

contes francais - [PDF Document] (262)

autrichien, -ne, adj. and s. Austrian (written Autrichien when s.).autruche, f. ostrich.auvent, m. penthouse, awning (sometimes incorrectly used for shutter).auvergnat, -e, adj. and s. of Auvergne (former province in central France), native ofAuvergne (written Auvergnat when s.).avalanche, f. avalanche.avaler, v. to swallow.avance, f. advance; d' (à l')--, in advance; la belle --, a lot of good it would do.avancement, m. advancement, promotion.avancer, v. to advance, push forward; s'--, advance; poste avancé, outpost; avancée, f.spur (of a mountain).avant, prep., adv. and m. before, forward part, bow; -- de, before; en --, forward, in front;en -- de, before; -- que, conj. before.avantage, m. advantage.avant-bras, m. forearm.avant-garde, f. vanguard, advance-guard.avant-hier, adv. the day before yesterday.avant-poste, m. outpost.avant-veille, f. second day before, two days before.avare, adj. and s. avaricious, miserly, miser.avarie, f. damage;avatar, m. incarnation, metamorphosis.avec, prep. with (following noun should often be translated adverbially: -- expression,expressively, etc.).Aveline, name of a forest near Rethel (mentioned by de Maupassant).avenir, m. future.aventure, f. adventure; à l'--, at hazard.aventurer (s'), v. to risk oneself, venture.avenue, f. avenue, driveway.averse, f. shower.aversion, f. aversion.avertir, v. to warn, give notice, inform, acquaint.avertissem*nt, m. warning, notification.aveu, m. avowal, confession.aveugle, adj. blind.aveuglement, m. blindness.aveuglément, adv. blindly.aveugler, v. to blind.avide, adj. greedy, voracious, eager.avidité, f. avidity, eagerness.Avignon, city on the Rhone, 75 miles north of Marseilles (department of Vaucluse).aviron, m. oar.avis, m. opinion, notice.aviser, v. to apprise, advise, see about, notice, espy, think (of); s'--, take into one's head.aviver, v. to brighten, enliven; s'--, become brighter.avocat, m. lawyer, attorney, barrister.avoine, f. oats.avoir, v. to have, receive, be (age), take (care); -- faim, peur, soif, froid, be hungry, afraid,thirsty, cold; il y a, there is, there are, ago, for (of time); qu'avez-vous?, qu'as-tu?, whatis the matter with you?; qu'est-ce qu'il y a?, qu'y a-t-il?, what is the matter?, what can I do?;-- soin, take cale; -- pitié de, feel pity for, be sorry for; -- beau (with infinitive), in vain; c'est

Contes Français

A 262

contes francais - [PDF Document] (263)

ce que nous avons de mieux à faire, it is the best we can do; -- à, have reason to; etn'eût-elle été rien de tout cela, and had she not been at all so; m. property (when euoccurs in the forms of this verb, it is pronounced: u).avoué, m. attorney, solicitor, lawyer (who does not plead, in this case avocat is used).avouer, v. to acknowledge, confess.avril, m. April.axiome, m. axiom, adage, saying.Ayesha, popular Arabic name, because of Ayesha the favorite wife of Mohammed.azur, -e, adj. and m. azure, sky-blue.

B

b..., abbreviation of bougre.Babet, Bessie.babiller, v. to prattle, chatter.babouche, f. Turkish slipper.badaud, m. idler, gaper, booby.bagage, m. baggage, luggage (also in pl.).bagarre, f. scuffie, fray, hubbub.bagatelle, f. mere trifle.Bagdad, city of Asiatic Turkey on the Tigris.bah, interj. ah!, pshaw!bahut, m. chest.bai, -e, adj. and m. bay, bay horse.baigner, v. to bathe; se --, bathe.baignoire, f. bath-tub.bailler, v. to give.bâiller, v. to yawn.bailli, m. bailiff.bain, m. bath; bains de mer, sea bathing; bains froids, cold baths, floating bath-bouses(on a river).baïonnette, f. bayonet.baiser, v. to kiss; m. kiss.baisse, f. rail, recline, decline.baisser, v. to lower, drop; se --, stoop, bow down, be lowered.bal, m. ball (dance).balafre, f. gash, slash, scar.balance, f. scale, scales (also in pl.).balancer, v. to balance, swing; se --, swing, rock;balancé, -e, balanced, swinging.balancier, m. pendulum.balayer, v. to sweep.balbutier, v. to stammer (t pronounced as c).balcon, m. balcony.baleine, f. whale.ballade, f. ballad.

Contes Français

B 263

contes francais - [PDF Document] (264)

balle, f. ball, bullet.ballon, m. balloon; le -- d'Alsace, a mountain with rounded summit on the western borderof Alsace.ballot, m. bale.ballotter, v. to toss about.Baltique, f. Baltic.balustrade, f. balustrade.banal, -e, adj. hackneyed, commonplace.banc, m. bench, scat.bande, f. band, strip, stripe, Bock.bander, v. to bandage, bind up.bandit, m. bandit, ruffian.bank-note, f. bank-note.banlieue, f. outskirts, suburbs.banque, f. bank.banqueroute, f. bankruptcy; faire --, to go into bankruptcy; faire -- à, cheat.banquette, f. bench (upholstered).banquier, m. banker.baptême, m. baptism, christening; nom de --, Christian name (p not pronounced).baptiser, v. to baptize, christen (p not pronounced).baraque, f. booth, shack.barbe, f. beard.barbiche, f. small beard on the chin, imperial.bardeau, m. shingle, thin board (over the rafters).Bariatynski (Prince Alexander), Prussian field-marshal with distinguished servicein the Caucasus and in the Crimean war (1815-1879).baril, m. barrel.barioler, v. to variegate, color diversely.baron, -ne, m., f. baron, baroness.barque, f. bark, small boat.barre, f. bar, tiller, rudder, helm; jouer aux barres, to play at prisoners' base.barrette, beretta, cardinal's cap, scullion's cap.barricader, v. to barricade.barrière, f. barrier, city wall, fence, railing.barrique, f. barrel, cask.bas, m. stocking.bas, -se, adj., adv. and m. low, in a low tone, down, lower side, bottom; en --, below,downstairs; là---, yonder, over there; à --, down, down with, off; à -- de, down from; par le --,along the bottom; mettre --, to take off (a coat, etc.).bassin, m. basin.bassiner, v. to warm (a bed), bathe.bataille, f. battle, line of battle.bataillon, m. battalion; chef de --, major.bateau, m. boat.bâtiment, m. building, vessel.bâtir, v. to build.bâtisse, f. building (of masonry).bâton, m. stick, staff, club.battant, m. leaf (of a folding door); le portail s'ouvre à deux battants, the large folding dooropens wide.battement, m. beating.

Contes Français

B 264

contes francais - [PDF Document] (265)

batterie, f. battery.battre, v. to beat, strik, flap, churn; se --, fight;battant neuf, brand new.battue, f. battue (hunting), beating (of a horse's feet), chase.Batz, village near le Croisic (pronounced as written, or: Ba).bazar, m. bazaar, Oriental market.béant, -e, adj. gaping, wide open.beau (bel before vowels), belle, adj. beautiful, fair, handsome, fine; de plus belle, harder(deeper, etc.) than ever; belle, f. beauty (woman).beaucoup, adv. much, many, very much, a good deal.beau-frère, m. brother-in-law.beau-père, m. father-in-law.beauté, f. beauty.bébé, m. baby.bec, m. beak, prow, mouth (slang in last sense); -- de gaz, gas-light.bedaine, f. paunch, belly.Bedredin, Bedreddin, name borrowed by Gautier from the Arabian Nights.bégayer, v. to stammer.ben, familiar for bien (en pronounced as in bien).Ben, Hebrew word for son.bénéfice, m. profit.bénir, v. to bless.benjoin, m. benzoin (an aromatic resin; en pronounced as in bien).béquille, f. crutch.bercail, m. sheepfold, fold.berceau, m. cradle.bercer, v. to rock, soothe; lull, weigh (an idea).berger, -ère, m., f. shepherd, shepherdess; f. easy-chair.berlinois, -e, adj. of Berlin.bernicle, f. barnacle (popular form of bernacle).Bertha, German form of Berthe.Berthe, Bertha.Berthine, diminutive of Berthe.besace, f. wallet.bésicles, f. pl. spectacles.besogne, f. work, occupation, business.besoin, m. need, necessity; avoir -- de, to need, must.bestiole, f. little animal.bétail (pl. bestiaux), m. cattle.bête, f. and adj. beast, animal, foolish, silly, stupid; faire la --, to pretend to be a fool; petitesbêtes, little animais, insects, worms, etc.bêtise, f. nonsense, silly thing, stupidity.beugler, v. to bellow..beurre, m. butter.Bézières, name perhaps suggested by Béziers (in southern France) or by Mézières(department of Ardennes).biais, m. bias, slope, way.bibliothèque, f. library, bookcase.bicarbonate, m. bicarbonate.bien, adv. and m. well, very, quite, many, much, fully, nicely, properly, comfortable, all right,indeed; m. good, goods, property, possession; -- du (etc.), much, -- des, many; homme de --,

Contes Français

B 265

contes francais - [PDF Document] (266)

good or honest man; -- que, conj. although.bien-aimé, -e, adj. and s. well beloved, dearly loved, sweetheart.bien-être, m. comfort.bienheureux, -euse, adj. and s. blessed, one of the blest.Bienne (lac de), Swiss lake northeast of Neuchâtel.bientôt, adv. soon; à --, good-by, I'll see you again soon, etc.bienveillance, f. goodwill, friendliness, kindliness.bienveillant, -e, adj. friendly, kindly, benevolent.bière, f. beer.bigre, interj. the deuce, etc;bijou, m. jewel.billard, m. billiard-table, billiards, billiard-room.bille, f. billiard-ball, ball, marble.billet, m. note, ticket, slip.bise, f. north windBismarck (Otto, Prince von), German statesman and chancellor, founder of German unity,considered by the French largely responsible for the Franco-Prussian war of 1870-1871(1815-1898).bistré, -e, adj. bistre-colored, dusky, swarthy.bivac, m. bivouac (now usually written bivouac).bizarre, adj. bizarre, odd, strange.blague, f. humbug, bosh.blaguer, v. to make fun of, tease, draw the long bow.blanc, blanche, adj. and m. white; argent --, silver.blancheur, f. whiteness, white.blanchir, v. to whiten, make white, become white or light.blanchisseuse, f. washerwoman, laundress.blason, m. coat of arms.blé, m. wheat, grain.blême, adj. pale, wan.blesser, v. to wound, offend;blessé, -e, m., f. injured or wounded persan, etc.; blessant, -e, adj. offensive, shocking.blessure, f. wound.bleu, -e, adj. and m. blue; -- gris, blue-gray.bleuâtre, adj. bluish.bloc, m. block.blond, -e, adj. and s. blond, fair, light.blondin, -e, adj. and s. fair, persan with fair hair.bloquer, v. to blockade.blottir (se), v. to crouch; blotti, -e, crouched, squatting, cowering, nestling.blouf, interj. splash!blouse, f. blouse.boeuf, m. ox, beef.Bohême, f. Bohemia.bohème, m. tramp.bohémien, -ne, adj. and s. Bohemian, gipsy, vagrant.boire, v. to drink.bois, m. wood.boiserie, f. wainscoting.boisson, f. drink.boite, f. box.

Contes Français

B 266

contes francais - [PDF Document] (267)

boitiller, v. to hobble (not recognized by standard dictionaries).bombance, f. feasting, high living.bon, -ne, adj. good, kind, pleasant, agreeable; pour de --, really, heartily, for good and all;bonne place, good place, right spot; bonne, f. maid, servant; quel -- vent?, what luckywind?Bonaparte (Napoléon), the French Emperor (1769-1821); see note to p. 2, l. 5.bonasse, adj. soft (applied to persons), good-natured, silly, simple.bonbon, m. bonbon, candy.bond, m. bound, leap, jump.bondir, v. to bound, leap.bonheur, m. happiness, good fortune.bonhomme, m. good-natured or worthy old fellow, old fellow, fellow, little fellow, worthy man.Bonifacio, town and port of southern Corsica.bonjour, m. good day, good morning.bonnement, adv. simply.bonnet, m. bonnet, cap; -- de police, foraging or fatigue cap; gros --, big man; importantperson (familiar).bonsoir, m. good evening.bonté, f. goodness, kindness.bonzou, baby's pronunciation of bonjour.bord, m. edge, border, bank, shore, brim, rail, side, sill, tip; à --, on board; -- à --, side by side;à son --, on board bis boat; vie de --, life on board ship; sur le -- des lèvres, on the tip of thetongue; par-dessus --, overboard.border, v. to border.bordereau, m. account, note, memorandum.borne, f. limit, mile-stone, stone post (at the corner of a bouse, etc.), stepping-stone,horse-block.bosse, f. hump, bump.bossuer, v. to dent, bruise; bossué, -e, bruised, knotted.botte, f. boat, hoof, bundle.bottine, f. shoe (high).bouche, f. mouth.bouchée, f. mouthful.boucher, m. butcher.boucher, v. to stop up.bouchon, m. stopper, cork, pothouse, tavern.boucle, f. buckle, curl.boucler, v. to buckle.boudin, m. blood pudding.boudoir, m. boudoir.Boudroulboudour, the Full Moon of the Full Moons (in Arabic: Badru-l-budûr).boue, f. mud.boueux, -euse, adj. muddy.bouffée, f. puff, whiff.bouffi -e, adj. and s. puffed up, puffy, swollen, puffed up or bloated fellow.bouffon, -ne, adj. clownish, ludicrous, farcical.bouge, m. dirty hole, hovel.bouger, v. to move, budge.bougie, f. wax candle.bougre, m. fellow (slang); b... de teigneux, scurvy devil.bouillie, f. pap, pulp.

Contes Français

B 267

contes francais - [PDF Document] (268)

bouillon, m. bubble, broth.boulanger, m. baker.Boulanger (Georges), French general involved in political intrigue to overthrow theGovernment (1837-1891).boule, f. ball.boulet, m. cannon-ball, ball.boulevard, m. boulevard.bouleverser, v. to upset, overthrow.Boulogne-sur-Mer, city and port on the English Channel (department of Pas-de-Calais).bouquet, m. bouquet, cluster.bourbeux, -euse, adj. muddy, miry.bourdonnement, m. buzzing.bourdonner, v. to buzz, hum.bourengrédel, f. pl. (= German Bauerngredel) peasant girls (Gredel = Grete = Maggie).bourg, m. borough, country town, town.bourgeois, -e, adj. and s. bourgeois, member of the middle class, citizen, master, boss(language of the working class); sa bourgeoise, his old woman.bourgeonner, v. to bud, put out shoots.bourgmestre, m. burgomaster, mayor (g pronounced).bourg-pourri, m. rotten borough.bourrasque, f. squall.bourrer, v. to cram, stuff.bourse, f. purse; la Bourse, the Stock-Exchange.bousculade, f. jostling, bustling.bouse, f. cow-dung.bout, m. end, bit, limit; au -- de, at the end of, after; venir à -- de, to manage to, succeed in.bouteille, f. bottle.boutique, f. shop.bouton, m. button.boutonner, v. to button.bouvier, m. cowherd.bouvreuil, m. bullfinch.bracelet, m. bracelet.braconnier, m. poacher.braise, f. embers, live coals.branchage, m. branches.branche, f. branch.brandir, v. to brandish.branle, m. swinging, jogging motion; en --, swinging; êtremis en --, to be set in motion, start.bras, m. arms; les -- leur tomberaient, they would throw up their hands in astonishment.brasier, m. brazier, clear bright fire, fire of red-hot coals.brasserie, f. brewery, beer-saloon, café.brasseur, m. brewer; -- d'argent, money-maker, scheming money-maker.brave, adj. brave, worthy, fine, good; un -- garçon, un -- homme, a fine fellow, a good man;ce -- homme de soleil, this good old sun.bravement, adv. bravely, worthily.braver, v. to brave.bravo, interj. bravo!, fine!bravoure, f. bravery.bredouiller, v. to splutter, stutter.

Contes Français

B 268

contes francais - [PDF Document] (269)

bref, -ève, adj. and adv. brief, short, curt, in short.breloque, f. bauble, trinket, charm.Brêmer, cf. German Bremer, of Bremen.Bretagne, f. Brittany.bretelle, f. brace, suspender.breton, -ne, adj. and s. of Brittany, Breton (written Breton when s.).bride, f. bridle, rein, string (of a bonnet).brigadier, m. corporal, police sergeant.brigand, m. brigand, ruffian.briller, v. to shine; brillant, -e, adj. and m. brilliant, shining, brilliancy, luster.brin, m. blade, sprig, grain, bit; espère un --, wait a bit.brindille, f. twig, sprig, bit.brique, f. brick.brisant, m. reef, breaker, surf.brise, f. breeze.brise-lames, m. breakwater.briser, v. to break, break down, shatter; se --, be broken, be dashed to pieces.britannique, adj. British.brocanteur, m. second-band dealer, dealer in curiosities.brocart, m. brocade.brocher, v. to figure, brocade, sew (books).brodequin, m. high laced shoe.broder, v. to embroider, embellish with designs in relief.bronze, m. bronze.brosse, f. brush.brosser, v. to brush.brosserie, f. brush-trade or manufactory, brushes.brouette, f. wheelbarrow; huiler la roue de sa --, to help oneself to other people's property,"graft" (the idea being that the wheel was oiled so well that the garden could be plunderedwithout noise).brouillard, m. fog, mist.Brouin, family name, perhaps Balzac derived it from the dialectic form brouine.brouine, dialectic for bruine.broussailles, f. pl. brambles, briars, thorny undergrowth, underbrush (rare in singular).broyer, v. to crush, grind.bru, f. daughter-in-law.bruine, f. drizzling rain, drizzle.bruire, v. to make a confused noise, rustle.bruit, m. noise, report.brûler, v. to burn; brûlé, m. burning.brûlot, m. fire ship, firebrand, burning brandy with sugar.brûlure, f. burning, burn, scalding.brume, f. mist.brumeux, -euse, adj. misty, foggy.brun, -e, adj. brown, dark.brusque, adj. blunt, abrupt, brusk.brusquement, adv. bruskly, rudely, quickly.brut, -e, adj. raw, rough, crude.brutalité, f. brutality.brute, f. brute.bruyant -e, adj. noisy.

Contes Français

B 269

contes francais - [PDF Document] (270)

bûche, f. log, stick of wood.bûcheron -ne, m., f. wood-cutter.buffet, m. sideboard, refreshment-room.Bulbul, a kind of thrush in the Orient, sometimes called the nightingale of the East (Arabic).bulletin, m. bulletin.bureau, m. desk, office; -- de tabac, tobacco shop.burgau, m. mother-of-pearl (shell).burlesque, adj. burlesque, ludicrous.buste, m. bust.but, m. goal, target, aim; dans un --, for an object.buveur, m. drinker.

C

c' (ç'), see ce.ça, see cela.çà, adv. and interj. here, now!, come now!; -- et là, here and there.caban, m. overcoat or cloak with hood.cabaret, m. tavern, bar.cabaretier -ère, m., f. tavern-keeper, tavern-keeper's wife.cabestan, m. capstan.cabinet, m. office, study, closet, cabinet, small room.câble, m. cable.cacher, v. to conceal, bide.cachet, m. seal.cacheter, v. to seal.cachette, f. hiding-place; en --, on the sly.cachot, m. dungeon.cadavre, m. corpse, dead body.cadeau, m. present.cadet -te, adj. and s. younger, youngest, junior, younger brother or sister.cadran, m. dial, face of a clock.cadre, m. frame.café, m. coffee, café.caftan, m. caftan (Turkish for coat).cage, f. cage.cahier, m. copy-book, exercise-book.caillot, m. clot.caillou, m. pebble.Cailloux (rue des), this street is in Clichy rather than in Levallois-Perret.Caire (le), Cairo (capital of Egypt).caisse, f. case, chest, box, till, cashier's office; garçon de --, runner, collector, bank clerk.caisson/, m. caisson, limber, ammunition-wagon.calcul, m. calculation (final l pronounced).calculer, v. to calculate.cale, f. wedge, prop, block, bold.calèche, f. open carriage, barouche; -- de voyage, traveling barouche.calife, m. caliph (Mohammedan ruler).

Contes Français

C 270

contes francais - [PDF Document] (271)

calme, adj. and m. calm, quiet, calmness , tranquillity; du --, be calm.calmer, v. to calm, quiet; se --, become calm, quiet down.calvaire, m. calvary, crucifix placed on a mound.camarade, m., f. comrade.Cambremer, name derived from cambrer and mer.cambrer, v. to curve, bend.camée, m. cameo.camion, m. dray, truck.camomille, f. camomile (plant).camp, m. camp.campagnard -e, adj. and s. country, rustic, countryman.campagne, f. country, campaign; mis en --, set to work.canaille, f. rabble, riffraff.canard, m. duck.canette, f. beer-bottle, jug.Cannes, town and winter-resort on the French Riviera.canon, m. cannon, gun-barrel.canonnier, m. cannonier, gunner.canot, m. small boat, ship's boat.canotage, m. boating.canton, m. canton (subdivision of an arrondissem*nt).cantonnement, m. cantonment, temporary quarters.capable, adj. capable.capitaine, m. captain.capital, -e, adj. and m. capital, chief; capitale, f. capital (city).capituler, v. to capitulate, surrender by treaty.caporal, m. corporal.capote, f. large cloak with hood, soldier's overcoat.caprice, m. caprice, whim.capsule, f. capsule, percussion cap.captif -ive, adj. and s. captive.captiver, v. to captivate.capturer, v. to capture.capuchon, m. cowl.car, conj. for.carabine, f. carbine, rifle.caractère, m. character, disposition.caravane, f. caravan.caresse, f. caress.caresser, v. to caress.carnage, m. carnage, slaughter.carnassier -ère, adj. and s. carnivorous, carnivorous animal.Carnouf, name of a promontory near le Croisic, mentioned by Balzac.caroubier, m. carob-tree (resembling the locust).carré, -e, adj. and m. square.carreau, m. flooring-tile, floor, pane (of glass), square cushion, hassock.carrière, f. career.carrosse, m. coach.carte, f. card, map.cartel, m. challenge, case of a wall-clock, wall-clock.cartouche, f. cartridge.

Contes Français

C 271

contes francais - [PDF Document] (272)

cas, m. case, event; si peu de --, so little importance.cascade, f. cascade, waterfall.case, f. cabin, but, compartment (in which the hall falls in roulette, etc.), pigeon-hole.casemate, f. casemate.caserne, f. barracks.casque, m. helmet.casqué, -e, adj. helmeted.casquette, f. cap.cassation, f. annulment, repeal, appeal (of a court).casser, v. to break, split, crack, break down.cataplasme, m. cataplasm, poultice.catapulte, f. catapult.Catarinet, Kitty (diminutive of Catarine).catéchisme, m. catechism.cathédrale, f. cathedral.catholique, adj. and s. Catholic.cauchemar, m. nightmare.cause, f. cause, reason; à -- de, because of; être -- que, to cause.causer, v. to cause, produce, chat; assez causé, enough talk.causerie, f. chat, chatting.causette, f. chat, chatting; faire la --, to chat.caustique, adj. caustic, biting.cavalier, m. rider, horseman, cavalier, partner.cave, f. cellar.caveau, m. vault, small cellar, grave.ce, dem. pr. this, that, it; -- qui, -- que, which, what; -- disant, saying this.ce, cette (ces, pl.), dem. adj. pr. this, that; cette nuit, last night, to-night.Céard (Henry), French novelist, critic and playwright (1851--).ceci, dem. pr. this, this thing.céder, v. to cede, yield.cédrat, m. cedrate (kind of lemon).cèdre, m. cedar.ceinture, f. belt, waist.ceinturon, m. sword-belt.cela, dem. pr. that, that thing, that fellow or he (familiar in last sense); avec --, with that,besides; abbreviated: Ça.célèbre, adj. celebrated.célébrer, v. to celebrate, extol.céleste, adj. celestial, heavenly.Célestin, Celestine.celle, see celui.cellier, m. cellar, store-room, basem*nt.celui, celle (ceux, celles, pl.); dem. pr. this, that, This one, etc.; ---ci, ---là, the latter, theformer, this one, that one; -- qui, he who, etc.cendre, f. ashes, cinders.cendré, -e, adj. ash-colored.cent, card. one hundred; pour --, percent.centaine, f. about one hundred, hundred.centième, ord. hundredth.centime, m. centime (fifth of a cent).central, -e, adj. central, chief, of the central office.

Contes Français

C 272

contes francais - [PDF Document] (273)

centre, m. center.cep, m. vine-stock, stalk (p pronounced).cependant, adv. and conj. however, yet, meantime.cercle, m. circle, club.cercueil, m. coffin, casket.cérémonie, f. ceremony.cérémonieusem*nt, adv. ceremoniously.cerf, m. stag, deer (f pronounced).cerise, f. cherry.cerner, v. to surround, invest.certain, -e, adj. certain.certainement, adv. certainly.certes, adv. certainly.certitude, f. certainty, assurance.céruse, f. white-lead.cerveau, m. brain.cervelle, f. brains, brain, head; se brûler la --, to blow one's brains out.cervier, see loup.César (Jules), Julius Caesar. the celebrated Roman general (101-44 B.C.).cesse, f. ceasing, cessation.cesser, v. to cease, stop.ceux, see celui.chacun, -e, pr. each, each one.chagrin, m. grief, vexation, shagreen (leather).chaîne, f. chain, drag-chain (on bottom of a stream); mettre à la --, to put in chains.chair, f. flesh, meat; pl. flesh.chaire, f. pulpit, teacher's chair.chaise, f. chair; -- longue, reclining-chair, chaise-longue; -- à porteurs, sedan-chair; -- deposte, post-chaise; -- de campagne, camp-chair.châle, m. shawl.chaleur, f. heat, warmth.chalut, m. drag-net.chalutier, m. trawler (fishing-boat with drag-net).chamailler, v. to squabble; se --, squabble, wrangle.chamarrer, v. to trim with lace, cover with gold or silver lace or braid, braid, bedeck.chambellan, m. chamberlain (officer presiding over a prince's chamber).chambre, f. chamber, room; la Chambre, the Chamber of Deputies.chameau, m. camel.champ, m. field.Champagne, f. Champagne (Province).champagne, m. champagne.champêtre, adj. rural; garde --, forester, keeper.Champignet, name apparently coined by de Maupassant; perhaps he had in mindChampigny, a village east of Paris, scene of a battle in the war of 1870-1871.chance, f. chance, luck.chanceler, v. to totter, stagger, reel.chanceux, -euse, adj. precarious, lucky.Chandeleur, f. Candlemas-day (Feb. 2).chandelier, m. candlestick.chandelle, f. tallow candie.change, m. exchange; donner le -- à, to put on the wrong track, change.

Contes Français

C 273

contes francais - [PDF Document] (274)

changement, m. change.changer, v. to change; changeant, -e, changing, changeable.chanson, f. song.chanter, v. to sing, sing of, crow.chanvre, m. hemp.chapeau, m. hat.chapiteau, m. capital (of a column).chaque, adj. each.charabia, m. gibberish.charbon, m. coal.charbonnier, -ère, m., f. charcoal-burner, charcoal-burner's wife, coal-man, coal-mine,colliery (J. in last sense).charcutier, m. pork-butcher.charge, f. charge, load, burden.charger, v. to charge, load, fin, commission; se --, take charge, take upon oneself;chargé, -e, loaded, laden, full.chariot, m. wagon.charitable, adj. charitable.charité, f. charity.charlatan, m. charlatan, quack.Charles, Charles.charme, m. charm, delight.charmer, v. to charm; charmant, -e, adj. charming.charnière, f. hinge.charrette, f. cart; -- à bras, push-cart.charrue, f. plow.chasse, f. hunt, hunting, chase.chasse-mouche, m. fly-fan, fly-flap (now usually written chasse-mouches).chasser, v. to chase, drive, drive away, hunt.chasseur, m. hunter, light infantryman, light cavalryman.chaste, adj. chaste.chat, m. cat; chats à fouetter, fish to fry.château, m. castle.chat-huant, m. screech-owl (aspirate h).châtiment, m. punishment.chatouillement, m. tickling.chaud, -e, adj. and s. warm, hot, heat.chauffa*ge, m. heating, fuel; bois de --, firewood.chauffer, v. to warm.chausser, v. to put on shoes or stockings; chaussé, -e, shod.chausson, m. felt shoe; -- de lisière, list-shoe, plaited cloth shoes manufactured in prisons.chaussure, f. shoe, shoes (in general sense).chauve, adj. bald.chauve-souris, f. bat.chaux, f. lime; blanchir à la --, to whitewash.chef, m. chief, leader, director; commander en --, to have the chief command.chemin, m. way, road; -- de fer, railway.cheminée, f. chimney, fireplace, mantel, funnel.cheminer, v. to go on one's way, proceed, walk.chemise, f. shirt, chemise.chêne, m. oak; -- vert, live oak.

Contes Français

C 274

contes francais - [PDF Document] (275)

chenille f. caterpillar.cher, -ère, adj., adv. and s. dear, dearly.chèrement, adv. dearly, at a high price.chercher, v. to search, seek, look for, try; -- des yeux, look for.chéri, -e, adj. and s. beloved, darling.chérubin, m. cherubin, cherub.chétif, -ive, adj. thin, puny, sickly.cheval, m. horse, horsemeat; à --, on horseback; à -- sur, astride.chevaucher, v. to ride (on horseback).chevelure, f. head of hair, hair.Cheverino (or Chévardino), a Russian hillock west of Moscow.cheveu, m. hair; pl. hair; armé jusqu'aux cheveux, armed to the teeth.cheville, f. peg, ankle.chèvre, f. goat.chez, prep. at or to the house or home of, with, in, in the room of, etc.chiaoux, m. chiaous or chouse (Turkish attendant or interpreter).chic, adj. and m. stylish, smart, style.chien, -ne, m., f. dog.chiffon, m. rag, piece.chiffre, m. figure.Chio, f. Chias (island in the Aegean Sea; pronounced: kio).chipoter, v. to trille or toy with.chirurgical, -e, adj. surgical.chirurgien, m. surgeon.choc, m. shock (final c pronounced).chocolat, m. chocolate.choeur, m. choir, chorus (ch pronounced as k).choisir, v. to choose; choisi, -e, carefully chosen, choice.choix, m. choice.chope, f. beer-glass.chopine, f. chopin (about one pint), glass.chose, f. thing; autre --, something else, else; peu de --, of little importance, a small matter;devenir tout --, to become like I don't know what; m. (familiar), I don't know what, what's his.choquer, v. to shock (name), etc.chou, m. cabbage.choucroute, f. sauer-kraut.chouette, f. kind of screech-owl, chough.chrétien, -ne, adj. and s. Christian (in this and in the next word ien is pronounced as in bien).chrétienté, f. Christendom.christ, m. crucifix (pronounced: krist).Christina, Christine.chromo, m. chromo (colored lithographic reproduction).chronique, f. chronicle.chuchotement, m. whispering, whisper.chuchoter, v. to whisper.chut, interj. hush! (t pronounced).Chypre, f. Cyprus (English island in eastern Mediterranean).ci, adv. here (frequent as suffix; celui- --, etc.); ---devant, formerly; une -- et une ça,hussy, etc.ciboire, m. ciborium, pyx (vase for the host); saint- --, holy pyx.cicatrice, f. scar.

Contes Français

C 275

contes francais - [PDF Document] (276)

cidre, m. cider.ciel, m. sky, heaven.cierge, f. taper.cigale, f. grassshopper.cime, f. summit, top.cimetière, m. cemetery.cingler, v. to sail.cinq, card. five (q pronounced).cinquantaine, f. about fifty, age of fifty.cinquante, card. fifty.cinquième, ord. fifth.circonstance, f. circ*mstance.circonvolution, f. circumvolution, coil.circuit, m. circuit.cirer, v. to wax, polish.citadin, -e, m., f. citizen, townsman (also used adjectively).cité, f. oldest part of a city, city.citer, v. to cite.citoyen, -ne, m., f. and adj. citizen.citronnier, m. lemon-tree.civette, f. civet (animal and perfume obtained from it).civilisation, f. civilization.clair, -e, adj. clear; light-colored, bright; -- de lune, moonlight.clairement, adv. clearly.claire-voie, f. lattice, lattice gate; à --, with open sides (of a cart).Clairon, Clarinda, Clarissa (diminutive of Claire, Clara).clairvoyant, -e, adj. clear-sighted, discerning.clameur, f. clamor, uproar, outcry.clan, m. clan, tribe.clandestin, -e, adj. clandestine, secret.clapoter, v. to splash, ripple.claque, m. opera hat, chapeau (folding hat pointed in front and behind used in U. S. armyand by French officials, etc.).Claretie (Jules), French novelist, dramatist and critic, director of the Théâtre Français(1840-1914).clarinette, f. clarinet, clarinettist.clarté, f. light, splendor, brilliancy, glow.classe, f. class, school.classique, adj. classic, typical.clef, f. key; fermer à --, to lock; reprendre la -- des champs, escape again (pronounced:clé).cligner, v. to wink; -- de l'oeil, wink.cliquetis, m. clashing, jingling, clanking, rattling, tinkling.cloche, f. bell (usually large).clocher, m. belfry, steeple.cloison, f. partition.cloitre, m. cloister.clopin-clopant, adv. limpingly, hobbling.clore, v. to close (defective and little used); la nuit close, nightfall.clou, m. nail, boil.clouer, v. to nail, fix.

Contes Français

C 276

contes francais - [PDF Document] (277)

club, m. club.coasser, v. to croak.cocasse, adj. funny, odd.cocher, m. coach man.cochon, m. pig, hog.code, m. code.coeur, m. heart, center; de bon --, heartily, cheerfully; faire mal au --, to make sick at thestomach; faire le joli --, to court; si le -- vous en dit, if you feel inclined; -- de chêne,solid oak.coffre, m. chest, coffer, box (slang for chest of the body).cognac, m. cognac (brandy manufactured in the town of this name, department of Charente).cognée, f. ax, hatchet (for felling); jeter le manche après la --, to throw the helve after thehatchet, give up everything.cohue, f. throng, crowd, mob.coiffer, v. to put on the head, dress the hair; oiffé, -e, (de), wearing on the head.coiffure, f. head-dress, arrangement of the hair.coin, m. corner; -- du feu, fireside.co*ke, m. co*ke (coal after extraction of the gas).col, m. neck, collar (in the sense of neck, col is old,cou is now used).colère, f. anger (also in pl.).collation, f. collation, light luncheon.collection, f. collection.collègue, m. colleague.coller, v. to stick, glue, stick or fasten on or together, paste, apply, fit tight, hold fast.collerette, f. small collar, dutch collar.collet, m. collar.collier, m. necklace, collar.Colmar, small city in Alsace.colombe, f. dove.colonel, m. colonel.colonne, f. column, row of numbers in roulette.colorer, v. to color; se --, became colored.colosse, m. colossus.combat, m. combat, fight.combattre, v. to combat, fight.Combe-aux-Fées, imaginary town (= Valley of the Fairies).combien, adv. how much, how many, how.combinaison, f. combination.comble, m. top; de fond en --, from top to bottom.comboloio, m. Turkish chaplet with 100 beads corresponding to the 100 names of theDivinity.comediante, m. comedian (Italian).comédie, f. comedy (sometimes used for theater).comice, m. pl. comitia; -- agricoles, assembly for the promotion of agriculture.comique, adj. comic.commandant, m. commandant, commander; --major, m. commandant (with rank of major,applied to military governor of a fortified town).commandement, m. command.commander, v. to command, be in command, order, give orders.comme, adv. and conj. as, so, like, how, as if, as it were.

Contes Français

C 277

contes francais - [PDF Document] (278)

commencement, m. beginning.commencer, v. to commence, begin.comment, adv. and interj. how, what!, how is that?, what do you mean?, how is it that?;-- s'appelle (se nomme)-t-il, what is bis name?commentateur, m. commentator.commerce, m. commerce, business, trade; -- amoureux, love affair.commère, f. godmother, gossip, talkative old woman.commettre, v. to commit.commis, m. clerk.commissaire, m. commissary (superior officer of French police), commissioner.commissariat, m. office of the commissary.commission, f. commission, committee, errand.commode, adj. convenient, comfortable; f. chest of drawers.commodément, adv. comfortably.commun, -e, adj. common; lui être -- avec, to be shared by him and.communier, v. to receive the sacrament.communiquer, v. to communicate, make known, give, tell.compacte, adj. compact, solid.compagnie, f. company, corporation, breeding.compagnon, m. companion; bon --, good companion, good fellow.comparaison, f. comparison.comparer, v. to compare; comparé, -e, compared, comparative.compas, m. pair of compasses.compassion, f. compassion.compatissant, -e, adj. compassionate.compétence, f. competence, department; quelque chose de ma --, something I know about.complaire, v. to please; complaisant, -e, adj. obliging.complet, -ète, adj. and m. complete, suit of clothes.complètement, adv. completely.compléter, v. to complete.complice, m., f. accomplice.compliment, m. compliment; je vous fais mon --, I compliment you.compliquer, v. to complicate.composer, v. to compose; se --, be composed.composition, f. composition.comprendre, v. to understand; (y) compris, including.compromettre, v. to compromise.compte, m. count, account, reckoning, regard; se rendre -- de, to realize; se rendre bien --,to be quite aware (in this and in the next three words p is not pronounced).compter, v. to count, include, count on, intend; comptant, in cash.compteur, m. register, meter.comptoir, m. counter, bar, bank (usually for foreign business); Comptoir général de crédit,International Bank.comte, m. count.comtesse, f. countess.conception, f. conception.concert, m. concert.concerto, m. concerto (piece of music composed for one instrument with accompaniment;Italian,-concert).concevoir, v. to conceive.concierge, m., f. concierge, door-keeper, porter, janitor.

Contes Français

C 278

contes francais - [PDF Document] (279)

conclure, v. to conclude, draw conclusions; concluant, -e, conclusive.concours, m. concourse, assembly, competition, fair.condamner, v. to condemn (m not pronounced):condition, f. condition, position.conducteur, m. conductor, driver.conduire, v. to conduct, drive, lead, take, behave.conduit, m. conduit, passage, pipe.conduite, f. conduct.cône, m. cone.confection, f. making, ready-made suit.confesser, v. to confess; aller se --, go to confession or to confess.confession, f. confession.confessionnal, m. confessionalconfiance, f. confidence.confidence, f. confidential remark, secret.confier, v. to confide.confire, v. to preserve.confirmer, v. to confirm.confiture, f. preserves, sweet-meats.confondre, v. to confound, confuse, blend; se --, be confounded, be confused, blend.conformément, adv. conformably, suitably.confronter, v. to confront.confus, -e, adj. confused.confusion, f. confusion.congé, m. leave.congédier, v. to dismiss.conjurer, v. to conjure, pray urgently.connaissance, f. acquaintance, consciousness, knowledge.connaisseur, m. connoisseur, good judge.connaître, v. to be acquainted with, know; se -- à, know about.conquérir, v. to conquer, gain, win.conquête, f. conquest.consacrer, v. to consecrate.conscience, f. conscience; se faire -- de, to have scruples about, shrink from; prouverla -- de, prove that one realizes that.consciencieusem*nt, adv. conscientiously.conscrit, m. conscript, recruit.conseil, m. counsel, council, piece of advice; pl. advice; Conseil général, General Assemblyof a Department.conseiller, v. to advise.conseiller, m. counselor, councilor, judge of an appellate court.consentement, m. consent.consentir, v. to consent, agree.conséquence, f. consequence; en --, in consequence, accordingly.conséquent (with par), consequently, therefore.conserve, f. conserve, preserve.conserver, v. to preserve.considérable, adj. considerable, important; si peu --, so slight.considérablement, adv. considerably.considération, f. consideration, esteem.considérer, v. to consider, look at.

Contes Français

C 279

contes francais - [PDF Document] (280)

consigne, f. watch-word, orders; forcer la -- (also in pl.), to break the orders, enter againstorders.consigner, v. to consign, refuse; -- la porte, refuse admittance.consister, v. to consist.consolation, f. consolation.consoler, v. to console; se --, be consoled.consommateur, m. consumer, patron (of a restaurant, etc.).consommer, v. to consume, use.conspirer, v. to conspire.constamment, adv. constantly.constant, -e, adj. constant.Constantinople, Constantinople.constatation, f. authentication, verification.constater, v. to verify, ascertain, settle, discover.constellation, f. constellation.consteller, v. to constellate, star; constellé, -e,constellated, starred, starry.consternation, f. consternation.consterner, v. to astound, dismay, strike with consternation;consterné, -e, in consternation, etc.constituer, v. to constitute, make up; se --, make oneself, give oneself up.constitution, f. constitution.construction, f. construction.consulter, v. to consult.consumer, v. to consume, waste.contact, m. contact (ct pronounced).conte, m. short story, tale.contempler, v. to contemplate, survey, gaze at.contenir, v. to contain, restrain.content, -e, adj. contented, happy, glad.contentement, m. contentment, look of satisfaction.contenter, v. to content, satisfy; se --, be contented, content oneself.conter, v. to tell, tell of, recount, relate.contester, v. to contest.continu, -e, adj. continuous.continuel, -le, adj. continual.continuellement, adv. continually.continuer, v. to continue; se --, be continued.contour, m. contour, outline, circumference, edge.contourner, v. to run around, encircle.contracter, v. to contract.contraindre, v. to constrain, compel.contraire, adj. and m. contrary.contraster, v. to contrast.contre, prep. against, close by; par --, on the other hand; fâché --, angry with.contre-basse, f. counter-base, double-base (large base-viol; this word is now usually written:contrebasse).contredire, v. to contradict.contredit, m. contradiction.contrée, f. country, region.contrevent, m. shutter.

Contes Français

C 280

contes francais - [PDF Document] (281)

contribuer, v. to contribute, aid.convaincre, v. to convince.convenable, adj. suitable, proper.convenir, v. to suit, agree; -- mieux, be more fitting; j'en conviens, I agree, I grant it.conversation, f. conversation.convoi, m. convoy, escort.convulsif, -ive, adj. convulsive.convulsivement, adv. convulsively.copain, m. comrade, pal (familiar).copie, f. copy.copieux, -euse, adj. copious.coq, m. co*ck; Coq-Galine, "Henpeck" (= Hen-co*ck).coque, f. shell, hull; oeuf à la --, boiled egg.coquelicot, m. wild poppy; adjectively: poppy-colored.coquet, -te, adj. coquettish, smart.coquetterie, f. coquetry.coquillage, m. shell, shells, shell-fish.coquille, f. shell.coquin, -e, m., f. rascal, rogue, scoundrel.cor, m. horn; -- de chasse, hunting-horn, French horn.corail, m. coral.Coran, m. Koran (sacred book of the Mohammedans, drawn up by Mohammed).corbeau, m. raven, crow.corde, f. line, rope, cord.cordelette, f. small cord.cordial, -e, adj. cordial.cornet, m. cornucopia.cornette, f. mob-cap.cornu, -e, adj. horned.corps, m. body, corps, object; -- à --, hand to hand.corpulence, f. corpulence, stoutness.correction, f. correction; donner une -- à, to give a lesson to.correspondant, m. correspondent.corridor, m. corridor.Corse, f. Corsica; corse, adj. and s. Corsican (written Corse when s.; Corsica is a Frenchdepartment).cortège, m. procession.costume, m. costume.costumer, v. to costume.côte, f. rib, slope, coast; -- à -~, side by side.côté, m. side, direction; du -- de, in the direction of; de --, to or on one side, sidewise, side;à --, in the next room, next door; à -- de lui, by his side; d'un autre --, besides;de -- et d'autre, on one side and on the other; de mon --, on my side or part.côteau, m. hillock, hill.côtelé, -e, adj. ribbed.côtelette, f. cutlet, chop.coton, m. cotton.côtoyer, v. to go by the side of.cou, m. neck, throat.couche, f. couch, bed, layer, confinement.coucher, v. to put to bed, lay out, lay, sleep, set; se --, go to bed, lie down; envoyer se --,

Contes Français

C 281

contes francais - [PDF Document] (282)

send to bed; chambre à --, bedroom; couchant, -e, adj. setting; couché, -e, lying down,in bed, lying, stretched out; m. setting, sunset.coude, m. elbow; pousser du --, to nudge.coudre, v. to sew; cousu d'or, rolling in money.Coulau, proper name borrowed by Daudet from the Provençal (there is a poor kind of fishof this name, coulaud, found in Rouergue).couler, v. to flow, run, run down, trickle down.couleur, f. color.couloir, m. passage.coup, m. blow, stroke, shot, gulp, gust, cast, play, beam; tout d'un --, all of a sudden;tout à --, all of a sudden, suddenly; -- sur --, time after time, one after the other; -- d'oeil,glance, sight; -- de sang, shock, apoplectic stroke, fit; -- de couteau, stab; -- d'État,overthrow of the Government; à -- sûr, surely; -- de feu, shot; -- d'éventail, fanning;boire un --, to take a drink; faire un bon --, do a good stroke of business; faire un -- de tête,do something rash.coupable, adj. and s. culpable, guilty, culprit.coupe, f. cup, bowl, cut, cutting, stroke.coupé, m. coupé.couper, v. to cut, cut off; coupant, -e, cutting, sharp.couple, f. couple (m. when objects not alike).coupole, f. cupola.coupure, f. cut, cutting.cour, f. court, yard, court-yard.courage, m. courage.couramment, adv. fluently.courant, m. current; -- d'air, current of air, draught.courbe, f. curve.courber, v. to curve, bend, bend over.courir, v. to run, run along.couronne, f. crown, wreath.couronner, v. to crown.courroux, m. anger.course, f. course, race; au pas --, on a run.court, -e, adj. short, shallow; le plus -- serait, the shortest or quickest way would be.courtine, f. bed-curtain (old word).courtisan, m. courtier; courtisame, f. prostitute.courtiser, v. to court.courtoisie, f. courtesy.cousin, -e, m., f. cousin.coussin, m. cushion.coussinet, m. small cushion.couteau, m. knife.coûter, v. to cost, be costly, be a trouble, be hard; en -- bon, cost something; coûte quecoûte, cost what it may; rien ne me coûtait, I did not count the cost.coutil, m. ticking, duck (cloth).coutume, f. custom; de --, usually, usual.couturière, f. seamstress, dress-maker.couvée, f. nest of eggs, brood.couvent, m. convent, monastery.couver, v. to hatch.couvert, m. cover; à --, protected, sheltered.

Contes Français

C 282

contes francais - [PDF Document] (283)

couverture, f. cover, covering, blanket.couveuse, f. sitting hen, brooder.couvrir, v. to cover, wrap up.cra-cra, interj. scratch, scratch (onomatopoetic).crabe, m. crab.cracher, v. to spit.craie, f. chalk.craindre, v. to fear.crainte, f. fear, dread.craintif, -ive, adj. fearful, timorous, timid.crampe, f. cramp.crâne, m. skull, cranium.crapule, f. debauchery, vile people, rotten gang.craquer, v. to crack.crasse, f. filth, coat of filth, scum.cravache, f. riding-whip, crop.cravate, f. cravat.crayon, m. pencil.créancier, m. creditor.création, f. creation.créature, f. creature.crédit, m. credit.crème, f. cream.Crémone, Cremona (city of northern Italy).crénelé, -e, adj. embattled, crenelated.crépitement, m. crackling.crête, f. crest.creuser, v. to dig, hollow, hollow out; creusé, -e, hollowed, hollow, excavated.creux, -euse, adj. and m. hollow, sunken; en --, in intaglio.crevasse, f. crevice, crevasse.crevasser, v. to crack, chap.crever, v. to burst open, burst, knock or put out, die (vulgar in last sense).cri, m. cry, shout, scream.cribler, v. to riddle.criée, f. auction.crier, v. to cry, cry out or for, scream, call, creak.crime, m. crime.crise, f. crisis, attack.crisper, v. to contract, shrivel up, clench, twitch, convulse, make tense, set on edge or irritate(the nerves), thrill.cristal, m. crystal, cui glass; -- de roche, rock-crystal.croc, m. book, fang; coup de --, ravenous bite (final c not pronounced).crocheteur, m. street-porter.crochu, -e, adj. hooked, crooked.crocodile, m. crocodile.croire, v. to believe; faut --!, you'd better believe so,you bet!; à ce que je crois, as I think, in my estimation.croisade, f. crusade.croisée, f. window, casernent, transept.croiser, v. to cross, intersect.Croisic (le), peninsula and village north of the mouth of the Loire (Loire-Inférieure), Croisilles,

Contes Français

C 283

contes francais - [PDF Document] (284)

hero of de Musset's story (also a village in Pas-de-Calais).croitre, v. to increase, grow; croissant, -e, adj. and m. increasing, growing, crescent, quarter(moon).croix, f. cross, reverse (of a coin).croquer, v. to crunch.crosse, f. butt (of a gun).crosser, v. to bat, beat.crottin, m. dung (of horses,sheep, etc.).croupe, f. crupper, buttocks.croyance, f. belief, creed.cruche, f. jug, pitcher.cruel, -le, adj. cruel.cruellement, adv. cruelly.crûment, adv. crudely, harshly.Cucugnan, humorous name of an imaginary town.Cucugnanais, m. inhabitant of Cucugnan.cueillir, v. to gather, pick up.cuir, m. leather.cuirasse, f. cuirass, breastplate.cuirassier, m. cuirassier (cavalryman wearing a cuirass).cuire, v. to cook; cuisant, -e, cooking, sweltering.cuisine, f. kitchen.cuisinier, -ère, m., f. cook.cuisse, f. thigh.cuivre, m. copper.cuivré, -e, adj. copper-colored.cul, m. bottom, back, rump (l not pronounced).culbuter, v. to send head over heels, throw over, overthrow, overturn, upset.culotte, f. breeches.culte, m. worship, creed, service.cultiver, v. to cultivate, raise, harvest.cupide, adj. covetous, greedy.curé, m. vicar, parish priest, curé.curieux, -euse, adj. and s. curious, curious person.curiosité, f. curiosity.cuve, f. vat, tub.

D

d', see de.daigner, v. to deign.dais, m. dais, canopy.dallage, m. flagging.dalle, f. flagstone.daller, v. to pave (with flagstones).Damas, Damascus (Syrian city; s pronounced).damas, m. damask (kind of silk with raised figures, also linen of the same pattern),Damascus blade.

Contes Français

D 284

contes francais - [PDF Document] (285)

dame, f. lady, dame (title).dame, interj. indeed!, well now!damier, m. checker-board.damner, v. to damn; damné, -e, m., f. one damned (pronounced: dâné).danger, m. danger, risk.dangereux, -euse, adj. dangerous.Daniel, Daniel.dans, prep. in, into, to, on.danse, f. dance.danser, v. to dance.danseur, -euse, m., f. dancer, partner.dater, v. to date.datte, f. date (fruit).dauphin, -ine, m., f. dolphin, dauphin, dauphiness (eldest son of a French king, or his wife);Dauphine, proper name.davantage, adv. still more, more.David, David (King of Israel, story given in Bible, beginning with I Sam. 16).de, prep. of, from, by, with, to, on, in, for, than, as, some (partitive), ~ English possessive ('s);si j'étais -- vous, if I were in your place.débarrasser, v. to disembarrass, free; se --, get rid.débattre, v. to debate; se --, be debated, struggle, contend, flicker.débauche, f. debauch, debauchery.déblayer, v. to clear out.déborder, v. to overflow; débordé, -e, overflowing, brimming over.déboucher, v. to uncork, open, come out (into).debout, adv. upright, up, standing; se tenir (mettre) --, to stand upright.déboutonner, v. to unbutton.débraillé, -e, adj. with the clothes in disorder or disheveled.débris, m. débris, remains, wreckage, ruins, relic.débrouillard, -e, adj. and s. shrewd, clever, shrewd fellow.début, m. beginning, start, first appearance, début.décacheter, v. to unseal, open.décamper, v. to decamp, run off.décapiter, v. to decapitate, behead.décaver, v. to ruin (in gambling), fleece.décembre, m. December.déception, f. deception, disappointment.déchainer, v. to unchain, let loose; se --, get or break loose, rage.décharge, f. discharge.décharger, v. to discharge; se --, empty.déchiqueter, v. to cut to pieces, slash.déchirer, v. to tear, rend, lacerate, split (the ears), harrow, rend with anguish; déchirant, -e,heartrending.décider, v. to decide, make decide; se --, be decided, make up one's mind.déclamer, v. to declaim, recite.déclaration, f. declaration.déclarer, v. to declare; se --, declare oneself, set in.décliner, v. to decline, give (one's name).décoiffer, v. to take down the hair of.déconcerter, v. to disconcert.décor, m. decoration.

Contes Français

D 285

contes francais - [PDF Document] (286)

décoration, f. decoration, badge, order.décorer, v. to decorate, confer a medal on.découper, v. to cut off or out, bring out, cause to stand out, carve, notch, indent.découpure, f. cutting out, cutting, outline.découragement, m. discouragement.découverte, f. discovery.découvrir, v. to discover, disclose, uncover.décrépit, -e, adj. decrepit, dilapidated (t not pronounced).décrire, v. to describe;décrocher, v. to unhook, take down.dédaigner, v. to disdain.dédain, m. disdain.dédale, m. labyrinth, maze.dedans, adv. and m. inside, within, in it, etc.; là- --, in there, in it, etc.défaire, v. to undo, untie; se --, get rid (of).défaut, m. fault, defect, weak side, lack.défavorable, adj. unfavorable.défendre, v. to defend, forbid, prohibit; se --(de), defend oneself, resist, jib (of horses).défense, f. defense, prohibition.défier, v. to defy; défiant, -e, adj. distrustful.défilé, m. filing-by, procession.défiler, v. to file by, march off.déflorer, v. to deflower, besmirch, take away the freshness of.défoncer, v. to stave in, break in.déformation, f. deformation.déformer, v. to deform, put out of shape, crush.défunt, -e, adj. deceased, late, dead.dégager, v. to disengage, set free; dégagé, -e, disengaged, unembarrassed, free, careless,easy.dégourdir, v. to take away the numbness; se --, stretch, get rid of one's stiffness;dégourdi, -e, adj. revived, fresh, brisk.dégoût, m. disgust.dégrafer, v. to unhook, unfasten, unbutton.degré, m. degree, step.dégringoler, v. to tumble down, roll or scramble down.dégriser, v. to sober; se --, get sober.déguenillé, -e, adj. ragged.déguisem*nt, m. disguise.déguiser, v. to disguise.dehors, adv. and m. outside, out, out of doors; du --, outside, exterior; au --, outside, without;les --, the exterior, the appearance.déjà, adv. already.déjeuner, v. to breakfast, lunch; m. breakfast, luncheon.delà, prep. and adv. beyond; au -- de, beyond; au --, beyond, more.délai, m. delay, postponement, period.délateur, -trice, adj. and s. betraying, informer, tell-tale.délicat, -e, adj. delicate.délicatesse, f. delicacy, deftness, consideration, tact, refined feeling.délicieux, -euse, adj. delicious, delightful.délié, -e, adj. untied, slender.délier, v. to untie.

Contes Français

D 286

contes francais - [PDF Document] (287)

délire, m. delirium.délirer, v. to be delirious, rave, wander.délivrer, v. to deliver, free, let out.demain, adv. to-morrow.demande, f. request, offer of marriage.demander, v. to request, ask, ask for, need.démarche, f. gait, act, procedure, step.démêler, v. to disentangle, make out, distinguish, settle.démence, f. dementia, insanity.démentir, v. to contradict, belie, disprove.démesuré, -e, adj. boundless, huge.démesurément, adv. immoderately, excessively.demeure, f. dwelling.demeurer, v. to remain, live, stand, stop; demeuré seul, left alone.demi, -e, adj. hall (frequent prefix); à --, half-way, half.demi-jour, m. twilight.démission, f. resignation.démocrate, m. democrat.demoiselle, f. young lady, girl of noble birth (old in this sense); -- à marier, marriageableyoung lady.démon, m. demon, devil.démonter, v. to dismount, baffle; mer démontée, raging sea.denier, m. farthing, penny.dénoncer, v. to denounce, betray.dénonciation, f. denunciation.dénoter, v. to denote, betoken, indicate.dénoûment, m. dénouement, solution, end (also writtendénouement).dent, f. tooth; coup de --, bite.dentelle, f. lace, stone-work resembling lace.Dentu, family name (cf. the Old French dentu, having long teeth).dénuer, v. to strip; dénué, -e, adj. stripped, deprived, destitute.dénûment, m. destitution.départ, m. departure.département, m. department (one of the 86 subdivisions of French territory).dépasser, v. to pass beyond, overtop, surpass.dépayser, v. to send from home, put out of one's natural surroundings; se sentir dépaysé,to feel that one is not at home.dépêche, f. despatch.dépêcher, v. to hasten, hurry; se --, hasten, hurry.dépense, f. expense.dépenser, v. to spend; se --, be spent or expended orwasted.dépit, m. spite, vexation; en -- de, in spite of.déplacer, v. to displace, shift.déplaire, v. to displease.déplorable, adj. deplorable, wretched.déployer, v. to unfold, display, spread out, deploy.déposer, v. to put clown, place.déposition, f. deposition, testimony.dépouiller, v. to strip (of leaves, etc.).dépourvu, -e, adj. destitute, void, lacking.

Contes Français

D 287

contes francais - [PDF Document] (288)

depuis, prep. from, since, for; -- que, conj. since.député, m. deputy (one of the 597 members of the Chambre des Députés or French Houseof Representatives).déracinement, m. up-rooting, eradication.déraison, f. unreasonableness, anything preposterous.déranger, v. to derange, disturb, inconvenience.derechef, adv. once more, anew.dérisoirement, adv. derisively, ridiculously.dérive, f. drift.dériver, v. to derive, drift.dernier, -ère, adj. last.dernièrement, adv. recently.dérober, v. to steal, bide away from.déroger, v. to degrade oneself, lose dignity, stoop.dérouler (se), v. to unroll, spread out.déroute, f. rout, defeat, flight.derrière, prep., adv. and m. behind, rear, back, seat; par --, behind, from behind.des=de les.dès, prep. from, since, at, beginning with; -- que, conj. as soon as, when; écrire -- lelendemain, to write the next day.désappointer, v. to disappoint.désarmer, v. to disarm, unco*ck.désastre, m. disaster.désceller, v. to unseal, unfasten.descendant, m. descendant.descendre, v. to descend, go or come down, go downstairs, dismount, get out (of a carriage,etc.).descente, f. descent.désert, -e, adj. and m. deserted, desert.déserter, v. to desert.désespérément, adv. desperately.désespérer, v. to despair, make desperate, dishearten;désespéré, -e, desperate, disheartened, in despair.désespoir, m. despair, desperation.déshabituer, v. to unaccustom, disaccustom.déshonneur, m. dishonor.déshonorer, v. to dishonor.désigner, v. to designate, point out.désir, m. desire, wish, eagerness.désirer, v. to desire.désolation, f. desolation, grief.désoler, v. to desolate, grieve, render disconsolate; se --, grieve, be distressed, bedisconsolate; désolé, -e, disconsolate, desolate, grieved.désordonné, -e, adj. disorderly, unruly.désordre, m. disorder.désormais, adv. henceforth.desquels = de lesquels.dessécher, v. to dry up, wither.dessert, m. dessert.dessiner, v. to design, outline, bring out; se --, be designed, appear, be seen.dessous, adv., prep. and m. below, under, down, lower side, bottom; en --, below; au -- (de),

Contes Français

D 288

contes francais - [PDF Document] (289)

below, beneath; mettre la barre --, to put the helm down or a-lee.dessus, adv., prep. and m. above, over, on, upon, over or on it, etc., top; au -- de, above;par- --, over, above; là- --, thereupon; de --, upper; lui tirer --, to shoot at him.destination, f. destination.destinée, f. destiny.destiner, v. to destine, intend.destruction, f. destruction.détachement, m. detachment.détacher, v. to detach, take off or from; se --, stand out, come off.détail, m. detail.détaler, v. to clear out, scamper away.dételer, v. to unhitch, unharness.détendre, v. to unbend, slacken; se --, relax.détente, f. trigger, spring.déterminer, v. to determine.détirer, v. to stretch.détonation, f. detonation, report.détour, m. detour, turn.détourner, v. to turn aside; se --, turn aside.détresse, f. distress.détroit, m. strait, straits.détruire, v. to destroy.dette, f. debt.deuil, m. mourning, sorrow; faire -- à, to make sad; conduire (mener) le --, lead theprocession of mourners.deusio, adv. secondly (word formed on analogy with primo, not recognized by standarddictionaries).deux, card. two; à -- ou trois, in twos or threes; tous (les) --, both.deuxième, ord. second (x pronounced as z).devancer, v. to go or arrive before, anticipate.devant, prep., adv. and m. before, in front of, in front, front; au -- de, to meet; il marcha -- lui,he walked straight ahead.dévaster, v. to devastate, lay waste, plunder, strip.développer, v. to develop, unfold; se --, develop, be developed, etc.devenir, v. to become; que devient-il?, what is becoming of him?deviner, v. to divine, conjecture, guess.deviser, v. to chat.dévisser, v. to unscrew.devoir, v. must, ought, to owe, be indebted, be obliged, be (necessity); m. duty.dévorer, v. to devour, eat up, consume, absorb, cover (distance);dévore!, eat him up!dévouement, m. devotion.dévouer, v. to devote.diable, m. devil; interj. the devil!; que --!, the devil take it!diablement, adv. devilishly, deucedly.diablerie, f. deviltry, mischief.dialogue, m. dialogue.dialoguer, v. to put in the form of or carry on a dialogue.diamant, m. diamond.Diane, Diana (goddess of hunting).diane, f. reveille.

Contes Français

D 289

contes francais - [PDF Document] (290)

diantre, interj. the deuce!Dick, proper name (cf., on account of the context, dick = thick, in German).dictionnaire, m. dictionary.Dieu, m. God; mon --!, heavens!, why!, etc.; grand --!, great heavens!; le bon --, God; porterle bon --, to bear the Sacrament.différence, f. difference.différent, -e, adj. different.difficile, adj. difficult, hard to get on with.difficulté, f. difficulty; faire -- de, to object to.digne, adj. worthy.dilater, v. to dilate.dimanche, m. Sunday.diminuer, v. to diminish, lessen.dinde, f. turkey-hen.dîner, v. to dine; m. dinner.dire, v. to say, tell, call, speak; pour ainsi --, so to speak; c'est-à--, that is to say; dites-moi,tell me, just imagine, you have no idea; tout fut dit, all was settled; -- que c'est, the idea of itsbeing; m. pl. talk, gossip.directeur, m. director, president.direction, f. direction.diriger, v. to direct; se --, go (towards, etc.).discipline, f. discipline.discours, m. discourse, speech.discret, -ète, adj. discreet.discussion, f. discussion.discuter, v. to discuss.disparaître, v. to disappear.disperser, v. to disperse, scatter; se --, disperse.disposer, v. to dispose, arrange; se --, be disposed, make ready.disposition, f. disposition, disposal, arrangement, attitude.dispute, f. quarrel.disputer, v. to dispute; se --, dispute with one another, dispute for the mastery of.disque, m. disk.dissimuler, v. to dissimulate, bide, try to conceal.dissiper, v. to dissipate, scatter.dissonance, f. dissonance.dissuader, v. to dissuade.distance, f. distance; de -- en --, at intervals.distinct, -e, adj. distinct.distinguer, v. to distinguish, make out, make out details;distingué, -e, adj. distinguished.distraction, f. distraction, inattention, apathy, amusem*nt.distraire, v. to distract, divert, amuse; distrait, -e, adj. inattentive, absorbed, heedless.district, m. district (ct pronounced).divaguer, v. to rave, wander (of the mind).divan, m. divan, sofa.divers, -e, adj. diverse, different.diversifier, v. to diversify.divertir, v. to divert, amuse.divin, -e, adj. divine.diviser, v. to divide.

Contes Français

D 290

contes francais - [PDF Document] (291)

divorcer, v. to divorce; -- avec, divorce.dix, card. ten (pronounced: dis; diz in liaison).dix-huit, card. eighteen.dixième, ord. tenth.dix-neuf, card. nineteen.dix-sept, card. seventeen.dizaine, f. about ten, half a score.djinn, m. evil spirit (among the Arabs; pronounced as gene in the English word Eugene).dodo, m. by-by; au --, by-by, to bed; faire --, to go or be gone by-by, sleep (child's word).doigt, m. finger; montrer du --, to point to.dolent, -e, adj. doleful, mournful, woeful.dôme, m. dome.domestique, adj. and s. domestic, servant.domination, f. domination.dominer, v. to dominate, overlook, govern; -- sur, overlook.domino, m. domino, dominoes.dommage, m. damage, pity; quel --, what a pity.don, m. gift.donc, conj., adv. and interj. then, therefore, pray, do, just, now; dis --, say, etc.donner, v. to give, hand, cause, make (assault), bear (fruit); se --, give or represent oneself,take; -- sur, open on, run into; -- à, give (reason) to; -- à dîner, give a dinner; se -- del'importance, assume a consequential air; se -- la mort, kill oneself.dont, rel. pr. of which, whose, with (in, on, by, from) which, etc.dorer, v. to gild; doré, -e, gilded, golden.dorloter, v. to pamper; se --, nurse oneself, take one's ease.dormir, v. to sleep.dorure, f. gilding, gilt.dos, m. back, crest; de --, from behind.dose, f. dose.dot, f. dowry (t pronounced).doter, v. to endow, give a dowry to.douairière, f. dowager.douanier, m. custom-house official.double, adj. and m. double.doubler, v. to double; -- une balle, duplicate a shot, hit in the same place.doucement, adv. sweetly, gently, softly, quietly.douceur, f. gentleness, softness, mildness; avec --, softly.douer, v. to endow.douleur, f. pain, grief, sorrow.douloureux, -euse, adj. painful.doute, m. doubt.douter, v. to doubt; se -- (de), suspect.douteux, -euse, adj. doubtful, uncertain.doux, douce, adj. sweet, gentle, soft, mild.douzaine, f. dozen, twelve successive numbers in roulette.douze, card. twelve.doyen, m. dean, provost.dragée, f. sugared almond (used especially at christenings).dragon, m. dragon, dragoon.dramatique, adj. dramatic.drame, m. drama, tragedy.

Contes Français

D 291

contes francais - [PDF Document] (292)

drap, m. cloth, sheet:drapier, m. draper; doyen des drapiers, dean (chief officer) of the guild of clothiers.dresser, v. to erect, raise, straighten up; se --, draw oneself up, fisc, straighten up; faire -- lescheveux sur la tête, make the hair stand on end.dressoir, m. sideboard.droguerie, f. drugs.droit, -e, adj., adv. and m. straight, erect, right, upright; à bon --, by good right; il allait tout --devant lui, he was going straight ahead; droite, f. right hand.drôle, adj. droll, comical, ludicrous, odd; m. rascal; un -- d'homme, a droll or strange fellow.du=de le.ducat, m. ducat (about $2.25).duel, m. duel.dune, f. dune, downs.Dupotet, proper name (cf. potet=little pot, in Old French).duquel, de lequel.dur, -e, adj. hard, harsh, rough.durant, prep. during.durer, v. to last.dureté, f. hardness.duvet, m. down.dyspeptique, adj. and s. dyspeptic.

E

eau, f. water; -- -de-vie, brandy; être tout en --, to be dripping with perspiration.ébahi, -e, adj. aghast, amazed.ébaucher, v. to sketch, delineate, outline, make only part way or awkwardly.ébène, m. ebony.éblouir, v. to dazzle.éblouissem*nt, m. dazzling, giddiness.ébouriffé, -e, adj. in disorder, with disheveled hair, unkempt.ébrancher, v. to strip the branches off, lop.ébranler, v. to shake.écaille, f. scale, shell.écarlate, m. (used adjectively), scarlet.écarquiller, v. to open wide.écarter, v. to turn aside, put or draw or rush aside, spread keep from; s'--, withdraw, separate,draw away, part; écarté, -e, wide apart, projecting, flaring.échafauder, v. to erect scaffolding, build up.échalas, m. vine-prop.échanger, v. to exchange.êchantillon, m. sample, specimen.échapper, v. to escape; s'--, escape.écharper, v. to slash, cut to pieces.échasse, f. stilt, long leg of a wading-bird, stilt-bird, long-shanks.échassier, m. wading-bird.échauffer, v. to heat, inflame, warm; s'--, get warm or hot.échelle, f. ladder.

Contes Français

E 292

contes francais - [PDF Document] (293)

écheveau, m. skein.échevin, m. alderman.échine, f. spine, back.échouer, v. to fun aground.éclaboussure, f. splash.éclair, m. lightning, flash.éclaircir, v. to clear up, throw light on, be cleared up, clear off, clear.éclairer, v. to light, light up, give light to, reconnoiter; s'--, brighten up, brighten, clear up, beexplained; éclairé, -e, lighted, bright.éclaireur, m. scout.éclat, m. splinter, fragment, burst, explosion, flash, brilliancy, brightness, splendor; éclats devoix, outburst, loud voices or exclamations.éclater, v. to explode, burst, burst forth, shine, flash out, go off (gun); -- de rire, burst outlaughing; éclatant, -e, shilling, brilliant, dazzling, resounding.éclopé, -e, adj. crippled, lame, with broken legs (of furniture).éclore, v. to hatch, corne forth, blossom.école, f. school.économie, f. economy, saving; faire des économies, to save up money.écorce, f. bark.écorcher, v. to skin, flay;écorché, m. one who has been flayed or skinned.écouler, v. to run, flow out; s'--, run, elapse, pass by.écouter, v. to listen (to).écran, m. screen.écraser, v. to crush, overwhelm.écrémer, v. to skim, skim off.écrier (s'), v. to exclaim, cry.écrire, v. to write; par écrit, in writing; on nous écrit, from our special correspondent.écriteau, m. sign-board, placard.écriture, f. writing, handwriting.écrouelles, f. pl. scrofula.écrouler, v. to fall in, collapse; s'--, fall in, collapse.écu, m. shield, crown (old coin worth 3 francs, also coin worth 5 francs).écueil, m. reef.écume, f. foam, froth.écumer, v. to foam, froth.écumoire, f. skimmer.écurie, f. stable.écusson, m. escutcheon.Édouard, Edward.éducation, f. education, drill.éduquer, v. to bring up (children), educate.effacer, v. to efface, rub or blot out, dull, dim; s'--, efface oneself, get out of the way,disappear, be blotted out.effarer, v. to scare, frighten, startle.effectivement, adv. effectively, really, in reality.effet, m. effect; pl. effects, goods, belongings; en --, in reality, indeed.effeuiller, v. to strip off the leaves.effilé, -e, adj. slender, slim, sharp.effianqué, -e, adj. lean (usually of animais).effleurer, v. to strip off the flowers, graze.

Contes Français

E 293

contes francais - [PDF Document] (294)

effondrer, v. to break in, break.efforcer (s'), v. to strive.effort, m. effort.effrayer, v. to frighten; effrayant, -e, adj. frightful.effroi, m. fright, dismay.effronté, -e, adj. shameless, bold.effroyable, adj. frightful, horrible.effusion, f. effusion.égal, -e, adj. and s. equal, all the same, regular, even; c'est --, all the same.également, adv. equally, uniformly.égaler, v. to equal.égard, m. regard, consideration, subject; à son --, in regard to him.égarer, v. to mislead, unsettle; s'--, get lost, wander;égaré, -e, unsettled, bewildered, wild, frantic, lost.égayer, v. to enliven, amuse, cheer up.église, f. church.égoïsme, m. egotism, selfishness.égoïste, adj. egotistical, selfish.égorger, v. to cut the throat of, slaughter.égyptien, -ne, adj. Egyptian (t pronounced as c).eh, interj. ah!, ha!, or; -- bien, well.Eiffel (la tour), Parisian tower, highest in the world (300 meters), erected for theexposition of 1889 by the engineer of this name.élan, m. spring, bound, start, impetus, clash, flight.élancer, v. to throw; s'--, throw oneself, spring forward, spring, dart, start up; élancé, -e,adj. slender.élargir, v. to widen; élargi, -e, widened, spreading.élastique, adj. elastic.électeur, m. elector, constituent; avenue de l'Électeur, Kurfürstenallée (avenue nearHeidelberg).électrique, adj. electric.élégance, f. elegance.élégant, -e, adj. elegant.élégiaque, adj. elegiac.élément, m. element.éléphant, m. elephant.élever, v. to elevate, bring up, put up, ralse; s'--, rise, arise; élevé, -e, elevated, tall, lofty,towering.Elias, Elias (Elia) is the New Testament and German form of Élie, Elijah.elle, conj. and disj. pr. (feminine), she, it.elle-même, see lui-même.éloge, m. praise.Éloi (saint), Saint Éloi or Eligius, Bishop of Noyon (c. 588-659).éloignement, m. removal, distance.éloigner, v. to remove, send away, banish; s'--, go away, move away; éloigné, -e, distant.émail, m. enamel.emballage, m. packing.emballer, v. to pack up.embarcation, f. small craft, boat.embarquement, m. embarcation.embarquer, v. to embark, put on board; s'--, embark, be put on board.

Contes Français

E 294

contes francais - [PDF Document] (295)

embarras, m. embarrassment.embarrasser, v. to embarrass.embaumer, v. to embalm, perfume, smell sweet, give forth a sweet odor.emboiter, v. to join, fit in; -- le pas, lock step.embonpoint, m. plumpness, stoutness.embraser, v. to set on fire; embrasé, -e, burning, on fire.embrasser, v. to embrace, kiss.embrasure, f. embrasure, window-recess.embrouiller, v. to entangle, tangle, confuse, befog.embrumer, v. to cover (with mist), overcast.émeraude, f. emerald.émérite, adj. emeritus, old, confirmed.émettre, v. to emit, express.émigrer, v. to emigrate.Emineh, the Trusty One or the Steadfast One (Arabic).éminence, f. eminence, height, rising ground.émir, m. emir (Mohammedan governor, etc.).émission, f. emission, issue.emmener, v. to lead or take away, carry off (pronounced: ammener).émotion, f. emotion.émouchet, m. sparrow-hawk.émouvoir, v. to excite, move.emparer (s'), v. to take possession.empêcher, v. to hinder, prevent, keep from; il n'a pu s'-- de, he could not help.empereur, m. emperor.empêtrer, v. to entangle.empiler, v. to pile up.emplette, f. purchase.emplir, v. to fill.emploi, m. employment, use, position, job.employé, -e, m., f. employee, clerk.employer, v. to employ, use, take up (attention).empoigner, v. to grasp, lay hold of.emporter, v. to carry off or away, take away, take; l'--, carry (him, her, it) off, prevail, win theday.empreindre, v. to imprint, impress, mark.empreinte, f. imprint, impression.empressem*nt, m. eagerness, alacrity.empresser (s'), v. to be eager, hasten, hurry, press eagerly (about).emprisonner, v. to imprison.emprunter, v. to borrow.en, conj. pr. of it, of him, etc., some, with (of, by, etc.) it.en, prep. in, into, ta, while, in the capacity of, as, like, by, at.encadrer, v. to frame.encaisser, v. to encage, embank, enclose.encens, m. incense (s not pronounced).enchainer, v. to enchain, put in chains, chain.enchanter, v. to enchant, delight.enchère, f. bidding, auction.encoignure, f. corner, angle.encombrer, v. to obstruct, encumber, overload, crowd.

Contes Français

E 295

contes francais - [PDF Document] (296)

encore, adv. still, again, yet, besides; -- un, another.encourager, v. to encourage.encre, f. ink.encrier, m. inkstand.endiabler, v. to be in a passion; faire --, to throw into a rage, arouse the devil in.endimancher, v. to put on one's Sunday clothes (usually refl.);endimanché, -e, dressed in one's test clothes.endormir, v. to put to sleep; s'--, fall asleep; endormi, -e, asleep, sleeping, fallen asleep, dull.endosser, v. to put on.endroit, m. place.énergie, f. energy.énergique, adj. energetic.énergiquement, adv. energetically.énerver, v. to enervate, unnerve, weaken, wear on the nerves.enfance, f. infancy, childhood.enfant, m., f. child; bon --, good fellow; -- de choeur, choir-boy.enfantillage, m. childishness, childish act.enfantin, -e, adj. infantile, childish, children's, child's.enfer, m. hell.enfermer, v. to shut up, enclose.enfiler, v. to thread, string, slip on.enfin, adv. finally, at last, after all, in short.enflammer, v. to inflame, set fire to; enflammé, -e, inflamed, flaming, on fire.enfoncer, v. to sink, drive in, plunge, thrust, hide; s'--, sink, go down (into), settle down, giveway, be broken in, plunge.enfuir (s'), v. to flee.engagement, m. engagement, obligation, contract, enlistment.engager, v. to engage, enlist, induce, urge, give (a signature); s'--, enlist, enter.engendrer, v. to engender, beget.engin, m. engine, machine, fishing-gear.engloutir, v. to engulf, devour, swallow greedily, gulp down; s'--, be engulfed, be swallowed.engouffrer, v. to engulf; s'--, be engulfed, be swallowed up, be poured (into), rush (of thewind).engourdir, v. to benumb, deaden; s'--, become benumbed or drowsy or dull; engourdi, -e,benumbed, deadened, torpid, drowsy.engourdissem*nt, m. numbness, torpor.engraisser, v. to fatten, get fat.enhardir, v. to embolden; s'-- à, become bold enough to (avoid liaison with n in this word).énigme, f. enigma, riddle.enivrer (s'), v. to get drunk (en pronounced as in ennui).enjambée, f. stride.enjamber, v. to bestride, stride, put one's leg over, stride over.enlacer, v. to lace, bind, entwine, interlace.enlèvement, m. carrying off, capture.enlever, v. to take away, carry off, take off, raise, remove; -- cette affaire, accomplish this.enluminer, v. to color, paint.ennemi, m. enemy; --, -e, adjectively, hostile.ennui, m. ennui, tediousness, tiresomeness, vexation (in this and in the next two words thefirst syllable is nasalized).ennuyer, v. to weary, bore.enorgueillir, v. to make proud; s'--, be proud.

Contes Français

E 296

contes francais - [PDF Document] (297)

énorme, adj. enormous.énormément, adv. enormously.énormité, f. enormity.enquérir (s'), v. to inquire.enquête, f. inquest, inquiry, search.enrager, v. to enrage, become mad; enragé, --e, mad, enraged, crazy, crazy fellow.enrégimenter, v. to form into regiments, enroll.enrichir, v. to enrich; s'--, become rich.enroué, -e, adj. hoarse.ensanglanter, v. to make bloody, make blood-red; ensanglanté, -e, bloody.enseigne, f. sign, sign-board.ensemble, adv. together.ensuite, adv. then, next, afterwards.ensuivre (s'), v. to ensue, follow.entasser, v. to pile up; s'--, be piled up.entendement, m. understanding, intellect, mind.entendre, v. to hear, understand, mean, intend; s'--, understand one another, be understood,be heard; à -- de, if you listen to, according to; bien entendu, to be sure, of course.enterrement, m. burial, funeral, funeral procession.enterrer, v. to bury.entêter, v. to give a headache to, make vain; s'--, be obstinate, persist.entier, -ère, adj. entire; tout --, entirely.entièrement, adv. entirely.entour (à l'), adv. round about; -- de, around.entourage, m. frame, intimates.entourer, v. to surround, envelop.entr'acte, m. intermission.entrailles, f. pl. entrails, bowels, feeling; qui lui tenait encore aux --, for whom she stillyearned.entraîner, v. to drag, draw, draw along or on; s'--, drag oneself, train, drill.entre, prep. between, among, in; d'--, from among, among; -- eux, among themselves, to oneanother, etc.; passer -- vos mains, to pass into your hands; ils parlèrent -- eux, they talkedto each other.entre-bâillé, -e, adj. half-open, ajar.entrée, f. entrance, entry.entrefaite, f. interval; sur ces entrefaites, meanwhile.entremêler, v. to intermix, intermingle.entremetteur, m. go-between, procurer.entrepôt, m. storeroom, warehouse.entreprendre, v. to undertake.entreprise, f. enterprise, undertaking.entrer, v. to enter, come in, put or go in.entretenir, v. to keep up, take care of, support, maintain; s'--, converse.entretien, m. support, keep, conversation, interview.entrevue, f. interview.entr'ouvrir, v. to half-open, set ajar, open part way.envahir, v. to invade, penetrate, take possession of.envahisseur, m. invader; adjectively: invading.enveloppe, f. envelope, exterior, covering, cover, outward form.envelopper, v. to envelop, wrap up, surround.envers, m. wrong side; prep. towards; à l'--, contrary to, wrong side outwards; se mettre le

Contes Français

E 297

contes francais - [PDF Document] (298)

coeur à l'--, to be upset.envi (à l'), adv. in emulation, vying with each other.envie, f. desire, longing, envy; faire - à, to make envious; porter -- à, be envious of.envier, v. to envy, long for.envieux, -euse, adj. envious.environ, adv. about; aux (dans les) environs, in the neighborhood or vicinity, in the suburbs.environner, v. to surround, attend.envoler (s'), v. to fly away.envoyer, v. to send; -- des sourires à, smile at.épais, -se, adj. thick.épaisseur, f. thickness.épaissir, v. to thicken, deepen (silence).épanouir, v. to open, cheer; épanoui, -e, open, cheerful, in blossom.épanouissem*nt, m. blossoming, blooms.épargner, v. to save, spare.épars, -e, adj. scattered, disheveled.épaule, f. shoulder.épaulement, m. breastwork.épaulette, f. epaulette.épée, f. sword.éperdu, -e, adj. desperate, bewildered, frantic, distracted.éperdument, adv. frantically, desperately.éperon, m. spur.épi, m. ear (of grain, etc.).épicier, m. groceryman, grocer.épigramme, f. epigram.époque, f. epoch, time.épouser, v. to marry.épouvantable, adj. terrible, appalling.épouvante, f. fright, terror.épouvanter, v. to terrify, appall.époux, -ouse, m., f. husband, wife.éprendre (s'), v. to fall in love (with), be smitten.épreuve, f. trial, proof.éprouver, v. to experience, try, test, feel.épuiser, v. to exhaust.équipage, m. crew.équiper, v. to equip.équivalent, m. equivalent.équivoque, adj. equivocal, doubtful.-er, see premier.érafler, v. to scratch.érailler, v. to fray.ermite, m. hermit.errer, v. to wander; chien errant, stray dog.erreur, f. error, mistake.éruption, f. eruption.Esbekick, Ezbekia Gardens (in northern section of Cairo).escabeau, m. escabelle, f. stool.escadron, m. squadron, cavalry; chef d'--, major.escalier, m. staircase, stairway.

Contes Français

E 298

contes francais - [PDF Document] (299)

escapade, f. escapade, prank.escarboucle, f. carbuncle (stone).escargot, m. snail.escarmouche, f. skirmish.esclave, m., f. slave.escogriffe, m. sharper, gawky or lanky fellow.escorte, f. escort, convoy.espace, m. space.espacer, v. to space; s'--, to grow farther apart.Espagne, f. Spain; pièce d'--, Spanish coin.espagnol, -e, adj. and s. Spanish, Spaniard (written Espagnol when s.).espèce, f. species, sort, kind, cash (in pl.).espérance, f. hope, expectation.espérer, v. to hope.espiêgle, adj. frolicsome, roguish, mischievous.espion, m. spy.esplanade, f. esplanade.espoir, m. hope.esprit, m. mind, wit, sense, brains, spirit; -- fort, skeptic.essaim, m. swarm.essayer, v. to try.essence, f. essence, perfume, scent.essentiel, -le, adj. essential (t pronounced as c).essoufflement, m. breathlessness.essoufiler, v. to put out of breath; essoufflé, -e, out of breath, breathless.essuyer, v. to wipe, wipe away.estafette, f. courier, messenger.estimer, v. to esteem, estimate.estomac, m. stomach (pronounced: estoma).estrade, f. platform, dais.estropié, -e, adj. and s. crippled, maimed, cripple.et, conj. and.étable, f. stable, cattle-shed; -- à cochons, pig-sty.établir, v. to establish, set up, set, settle, fix, fasten, make; s'--, be established, take aposition, settle down, etc.établissem*nt, m. establishment, moving in.étage, m. flight of stairs, story, floor (above the groundfloor); premier --, second story.étain, m. tin, pewter.étalage, m. goods exposed for sale, display, show-window.étaler, v. to set out, spread out, display, expose goods (for sale); s'--, spread out, be exposedor displayed.état, m. state, condition.état-major, m. staff.etc., pronounced in French: ett cétéra.été, m. summer.éteindre, v. to extinguish, put out; s'--, die out, go out;éteint, -e, extinguished, extinct, dead.étendre, v. to extend, stretch, stretch out; s'--, extend, stretch oneself out.étendue, f. stretch, extent.éternel, -le, adj. eternal, everlasting.éternuer, v. to sneeze.

Contes Français

E 299

contes francais - [PDF Document] (300)

étinceler, v. to sparkle, glitter; étincelant, -e, sparkling, glittering, brilliant.étincelle, f. spark, flash, glitter.étirer, v. to stretch.étoffe, f. stuff, fabric.étoile, f. star; coucher à la belle --, to sleep in the open air.étoiler, v. to star, stud, dot, shine like a star, sparkle.étonnement, m. astonishment.étonner, v. to astonish, amaze; s'--, be astonished.étouffer, v. to stifle, muffle, smother, choke.étourdi, -e, adj. and s. giddy, heedless, rattlebrained, rattlebrain, madcap, giddy-headedfellow.étrange, adj. strange.étrangement, adv. strangely.étranger, -ère, adj. and s. strange, foreign, stranger, foreigner.étrangler, v. to strangle, choke.être, v. to be, go (in past tense); -- à, belong to, be the right of, be the turn of, be busy (about);en - à, reach the point of, come to; en - là, to be reduced to such a point, be in sucha condition; -- bien avec, be on good terms with; nous y sommes, here we are; il est, thereis or are (rarer than il y a); n'est-ce pas?, isn't it?, don't you think so?, etc.; il n'était plus aujeu, he no longer had his mind on the game; elle en fut dans l'admiration, she went intoecstacy over it; m. being.étreindre, v. to squeeze, hug, clasp, grip.étroit, -e, adj. narrow.étude, f. study.étudier, v. to study.eunuque, m. eunuch.Eure, f. French river and department (in Normandy).Europe, f. Europe.eux, disj. pr. they, them, themselves; causer entre --, to chat with one another.eux-mêmes, pr. themselves, etc.; d'--, by themselves, without interference.évaluer, v. to value, estimate.Évangéliste, m. Evangelist.Évangile, m. Gospel.évanouir (s'), v. to faint, vanish.évaporer, v. to evaporate.éveil, m. awakening; en --, on the alert or watch.éveiller, v. to awaken, arouse; s'--, awake; éveillé, -e, awakened, wide-awake.événement, m. event.éventail, m. fan.éventé, -e, adj. flat, giddy.éventrer, v. to rip open, disembowel.évêque, m. bishop.évertuer (s'), v. to strive, do one's utmost.évidemment, adv. evidently (em pronounced as am).évident, -e, adj. evident.évider, v. to hollow out; dentelles d'une sculpture évidée, open-work stone carving.éviter, v. to avoid.Évreux, town 68 miles northwest of Paris (department of Eure).exactement, adv. exactly.exagérer, v. to exaggerate.exaltation, f. exaltation, glorification, exhilaration.

Contes Français

E 300

contes francais - [PDF Document] (301)

exalter, v. to exalt; s'--, become excited.examiner, v. to examine.exaspérer, v. to exasperate.excellence, f. excellence; par --, preëminently.excellent, -e, adj. excellent.excepter, v. to except; excepté, prep. except.excès, m. excess.excessif, -ive, adj. excessive, exorbitant.exciter, v. to excite, arouse.exclamation, f. exclamation.exclusivement, adv. exclusively.excuse, f. excuse.excuser, v. to excuse.exécuter, v. to execute.exécution, f. execution.exemple, m. example, parallel, copy; par --, indeed, really, for example.exempt, -e, adj. exempt, free (p not pronounced).exercer, v. to exercise, practice, train; s'--, practice, be trained, be exercised, drill, beproduced.exercice, m. exercise, drill.exhaler, v. to exhale, give vent to, heave.exiger, v. to exact, demand.exil, m. exile.exiler, v. to exile.existence, f. existence.exister, v. to exist.expédition, f. expedition.expérience, f. experience, experiment.expier, v. to expiate, atone for.expirer, v. to expire, die, die away.explication, f. explanation.expliquer, v. to explain; s'--, explain oneself, be explained, give an explanation.exploiter, v. to exploit.explorer, v. to explore.explosion, f. explosion.exposer, v. to expose.exposition, f. exposition; Exposition de 89, Paris Exposition of 1889.exprès, expresse, adj. and adv. express, on purpose; par un fait --, on purpose, by aprearrangement.expressément, adv. expressly.expressif, -ive, adj. expressive.expression, f. expression.exprimer, v. to express.ex-prince, m. ex-prince.expulser, v. to expel, drive out.exquis, -e, adj. exquisite.extase, f. ecstasy.extatique, adj. ecstatic.exténuer, v. to extenuate, weaken, exhaust.extérieur, -e, adj. and m. exterior, outer, outside.exterminer, v. to exterminate.

Contes Français

E 301

contes francais - [PDF Document] (302)

extraordinaire, adj. extraordinary.extravagance, f. extravagance, excess, wild idea.extravagant, -e, adj. extravagant, wild, unreasonable.extrême, adj. extreme.extrêmement, adv. extremely.extrémité, f. extremity, tip.

F

f..., abbreviation for foutu.fabliau, m. fabliau (humorous medieval tale).fabricant, m. manufacturer.fabrique, f. factory, manufacture, make; marque de --, trade-mark.fabriquer, v. to manufacture, make.fabuleux, -euse, adj. fabulous.face, f. face, front; en --, opposite, in presence of, openly, squarely; en -- de, opposite,changer de --, to change appearance.facétie, f. facetiousness, joke (t pronounced as c).fâcher, v. to anger; se --, get angry; fâché, -e, adj. angry, sorry.fâcheux, -euse, adj. grievous, vexatious.facile, adj. easy.facilement, adv. easily.facilité, f. facility, ease, fluency.façon, f. fashion, manner, way, composition; de -- à, so as to; d'une -- continue,continuously.fa*got, m. fa*got.faible, adj. and s. feeble, weak, faint, weak person.faiblement, adv. feebly, weakly, faintly.faiblesse, f. feebleness, weakness, swoon.Faidherbe (Louis), distinguished general of Franco-Prussian war (1818-1889).faignant, popular for faitnéant.faigniant, dialectic for fainéant.faillir, v. to rail, err, corne near; -- à l'honneur, act dishonorably.faillite, f. bankruptcy; faire --, to fail.faim, f. hunger.fainéant, -e, adj. and s. idle, lazy fellow, do-nothing, sluggard.faire, v. to do, make, form, build, perform, cause, act, heave, utter, let, mark, play the part of,bring it about (that), be (weather), take (a step, a nap), commit (an act), have (a dream,supper, anything clone), pay (court, compliment, attention), pass over or cover (distance),serve (time), give (pleasure, trouble, light, pain), say (when quoting), ask (a question), play (agame), attach (importance), cut (teeth), compose (verses), carry on (trade); se --, be done, bemade, be produced, grow, become, be; se -- à, become accustomed to, adapt oneself to;-- danser, invite to dance, play for a dance for; me -- envie, make me envious; -- entrer, showin, take in; -- voir, show; que --?, what is (was, etc.) to be done?; ne -- que, only (with a verb);n'avoir que -- de, have no reason to, have nothing to do with; -- venir, send for; -- tête à,stand out against, face; il n'a rien à-- ici, it is out of place here; rien n'y fit, nothing worked;être fait à, be adapted to; les noces furent faites, the wedding took place.faisceau, m. bundle, sheaf; remettre les armes en faisceaux, to stack arms again.

Contes Français

F 302

contes francais - [PDF Document] (303)

faiseur, -euse, m., f. maker, dressmaker.fait, m. fact, deed; allons au --, let us come to the point; haut fait, exploit.faîte, m. top, ridge (of a roof).falaise, f. cliff.falbala, m. furbelow, flounce.falloir, v. to be necessary, need, must, should, have to; tant s'en faut, by a good deal.fameux, -euse, adj. famous, great, precious (familiar).familiariser, v. to familiarize, accustom.familier, -ère, adj familiar.famille, f. family.faner, v. to fade, wither.fantaisie, f. fancy, whim.fantasmagorie, f. phantasmagoria (fantastic series of illusive or terrifying figures).fantasque, adj. fantastic, fanciful, whimsical.fantastique, adj. fantastic, supernatural, incredible.fantastiquement, adv. fantastically.faquir, m. fakir (Mohammedan monk).farceur, m. joker.fardeau, m. burden.farine, f. flour.farouche, adj. wild, unsociable, shy, skittish.fasciner, v. to fascinate.fat, m. fop, coxcomb (t pronounced).fatal, -e, adj. fatal.fatalité, f. fatality, mischance.fatigant, -e, adj. tiring.fatigue, f. fatigue, weariness, hard work.fatiguer, v. to weary, tire, exhaust, wear out, lash (of the wind).faubourg, m. outskirt, suburb, faubourg (quarter between center and town limit);le Faubourg, the Faubourg Saint Germain (Parisian quarter of the old aristocracy).faubourien, -ne, m., f. inhabitant of a faubourg (where laborers,workmen, etc., live), plebeian.faulx, obsolescent spelling of faux, f.faute, f. fault, error; -- de, for lack of; -- de mieux, for lack of anything better; il y a un peu devotre -- dans, you are a little to blame for.fauteuil, m. armchair.fauve, adj. fallow, fawn-colored, tawny; bête --, wild beast, deer.fauvette, f. warbler.faux, f. scythe.faux, fausse, adj. false, pretended, wrong; -- pas, misstep, mistake.faveur, f. favor.favorable, adj. favorable, pleasing.favori, -te, adj. favorite; m. pl. whiskers, side-whiskers.favoriser, v. to favor.Fécamp, town on the English Channel between Le Havre and Dieppe (department ofSeine-Inférieure).fée, f. fairy.feindre, v. to feign, pretend.Félibrige, m. name of a modern school or society of Provençal writers (see also note given onp. 295).félicité, f. felicity.féliciter, v. to congratulate.

Contes Français

F 303

contes francais - [PDF Document] (304)

fellah, m. fellah (Egyptian peasant).féminin, -e, adj. feminine.femme, f. woman, wife; -- de chambre, maid.fendre, v. to split, cleave, crack; fendu, -e, split, wide open (of the mouth).fenêtre, f. window; sauter sur la --, to jump on the window-sill.fer, m. iron.Ferdoussi, Firdusi or Ferdausi, celebrated Persian epic poet, author of the Shahnamahor Book of Kings (c. 940-c. 1020).ferme, adj. and adv. firm, steady, firmly, steadily, hard.ferme, f. farm, farming out, lease.fermenter, v. to ferment.fermer, v. to close, shut; se --, close.fermeté, f. firmness, steadiness.fermeture, f. closing, fastening.fermier, m. farmer; -- général, farmer-general (financier to whom, before the FrenchRevolution, the taxes were farmed out).féroce, adj. ferocious.férocité, f. ferocity.ferrer, v. to tip with iron, shoe.ferveur, f. fervor.fête, f. festival, holiday, party, entertainment; jour de --, holiday.feu, m. fire, shot; de --, of fire, fiery, red-hot; faire --, to fire; mettre le --, set fire (to anything);au coin de son --, at her fireside.feu, -e, adj. late, deceased.feuille, f. leaf.feuillée, f. bower, foliage.feuillet, m. leaf (of a book).feuilleter, v. to turn the leaves of.feutre, m. felt, felt hat.février, m. February.fi, interj. fie!; -- donc!, fie!, for shame!fiancer, v. to betroth; fiancé, -e, fiancé, fiancée, betrothed.ficeler, v. to tie, bind.ficelle, f. string.fidèle, adj. faithful.fiente, f. dung (of birds, cattle, etc.).fier, v. to trust; se -- à (sur), trust to, rely on.fier, -ère, adj. proud, haughty, stout, bold; avoir un -- courage, to be downright courageous(r pronounced).fièrement, adv. proudly.fierté, f. pride.fieu, dialectic for fils.fièvre, f. lever.fiévreux, -euse, adj. and s. feverish, person with a lever.figer, v. to congeal; se --, be congealed or coagulated.figurant, -e, m., f. supernumerary.figure, f. face, figure; faire -- to cut a figure, be quite prominent.figurer (se), v. to imagine, picture, represent; figurez-vous, just imagine.fil, m. thread, line, wire, edge (l pronounced).filature, f. spinning-mill.file, f. file, row.

Contes Français

F 304

contes francais - [PDF Document] (305)

filer, v. to spin, file by, be off, get away, shoot by, move along, cover ground, pay out; -- sonchemin, make off.filet, m. net, netting, thread, filet, bead, small stream, fillet.fille, f. daughter, girl; -- à marier, marriageable girl; -- mère, unmarried mother.filou, m. pickpocket, sharper.fils, m. son; -- de famille, gentleman's son;Fils de France, French prince (pronounced: fis).fin, f. end.fin, -e, adj. fine, delicate, precious, of fine quality; fine fleur, cream, finest quality; au -- fondde son sommeil, really and soundly asleep;fine, f. (abbreviation for fine champagne), choice brandy.finalement, adv. finally, once for all.financier, -ère, adj. and s. financial, financier.finir, v. to finish, end; -- par (with infinitive), finally.firmament, m. firmament.fisc, m. public treasury.fixe, adj. fixed, appointed.fixement, adv. fixedly.fixer, v. to fix.flacon, m. flask.flairer, v. to scent, smell.flamber, v. to flame, blaze, blaze up, burst into flame, burn.flamboyer, v. to flame, glitter, glisten; flamboyant, -e, flamboyant, flaming.flamme, f. flame.flanc, m. flank, side.Flandre, f. Flanders.flâner, v. to lounge, lie about, lie, stroll.flanquer, v. to flank, hit, let have or give (a blow); flanqué de, flanked by, having on the sides.flaque, f. puddle.flasque, adj. flabby, loose.flatter, v. to flatter.flatterie, f. flattery.flatteur, -euse, adj. flattering.fléau, m. flail, scourge.flèche, f. arrow.fleur, f. flower; petite -- bleue, little blue flower of poetic imagination.fleurer, v. to smell (of).fleurette, f. little flower, gallant speech.fleurir, v. to flower, blossom, adorn with flowers; fleuri, -e, flowered, flowery.fleuron, m. flower-like ornament, vignette, flourish.fleuve, m. river.flocon, m. flake.Flore, Flora (Roman goddess of flowers).florin, m. florin (of varying value, the former German coin was worth 40 cents).flot, m. wave, flood.flotte, f. fleet.flotter, v. to float, wave (hair).flottille, f. flotilla.flûte, f. flute; à son de --, high-pitched.flux, m. flow, rising tide, flood (pronounced: flu).foi, f. faith.

Contes Français

F 305

contes francais - [PDF Document] (306)

foire, m. fair.fois, f. time; une --, once; deux --, twice; à la --, at the same time, at a time; il y avait une --,there was once upon a time.folie, f. madness, insanity, folly, prank.follet, -te, adj. playful, downy, silky; poils follets, clown.foncé, -e, adj. dark.fonction, f. function, duty.fonctionaire, m. functionary, official.fond, m. bottom, back, end, background, depths, low-land, heart.fonder, v. to found.fondre, v. to melt, reduce (fat); -- en larmes, burst into tears.fonds, m. stock.fontaine, f. fountain.Fontainebleau, town about 35 miles south of Paris with a famous Renaissance castle built byFrancis I, there is also an artillery and engineering school for the army.fonte, f. cast-iron.force, f. force, might, strength, full strength; à -- de, by dint of; à toute --, in spite of everything;-- publique, police.forcer, v. to force, make, break through, bend, overwork.forestier, -ère, adj. and s. forest, forester, forester's wife.forêt, f. forest; la Forêt Noire, the Black Forest (east of the upper Rhine, in Baden andWürtemberg, corresponding in elevation to the Vosges on the west bank).forme, f. form, figure, proportion.former, v. to form.formidable, adj. formidable.fort, -e, adj., adv. and s. strong, clever, hard, very; very much,. much, heavy, loud, astounding.fortement, adv. strongly, firmly, very.forteresse, f. fortress.fortification, f. fortification (in pl. the name is given to the wall around Paris).fortifier, v. to fortify, strengthen.fortune, f. fortune.fossé, m. ditch, moat, drain.fossette, f. dimple.fou, folle, adj. and s. mad, crazy, wild, capricious, crazy person, madman.foudre, f. flash (of lightning), thunderbolt.fouetter, v. to whip, whip up, lash.fouiller, v. to dig, dig in, excavate, search, ransack.fouillis, m. confused mass, confusion, disorder.fouine, f. beech-marten (white-throated marten).foule, f. crowd, lot.fouler, v. to trample upon, tread.four, m. oven, kiln; le -- chauffe pour moi, things are getting hot for me.fourche, f. fork, pitchfork.fourchette, f. fork.fourneau, m. stove, range, furnace.fournée, f. ovenful, batch.fournir, v. to furnish.fourrage, m. fodder.fourré, -e, adj. and m. furred, lined with fur, bushy, thick, thicket.fourreau, m. scabbard.fourrure, f. fur.

Contes Français

F 306

contes francais - [PDF Document] (307)

foutu, -e, adj. done for, down and out, gone (extremely vulgar).foyer, m. hearth, fireplace, fireside, home, foyer.fracas, m. crash.fraction, f. fraction, part.fragile, adj. fragile.fragment, m. fragment, piece.fraîchement, adv. freshly.fraîcheur, f. freshness, coolness, bloom, beauty.frais, fraîche, adj. fresh, cool, rosy, with a fresh complexion, recently made; mettre au --,to cool, cool off.frais, m. pl. expenses, expense.franc, m. franc (about 19 cents).franc, franche, adj. frank, honest, open; -- comme l'or, honest as the day.français, -e, adj. and s. French, Frenchman (written Français when s.).France, f. France.franchement, adv. frankly.franchir, v. to clear, pass over, pass, leap over.franchise, f. frankness; de --, frank.François, Francis.franc-tireur, m. irregular sharp-shooter or skirmisher (volunteer not in regular army).frange, f. fringe.Franguistan (usually written Frangistan), m. name given by Orientais to Western Europe.frapper, v. to strike, knock; -- des pieds, stamp; frappé de, stricken with.fraulein = demoiselle or mademoiselle (German).frayeur, f. fright.fredonner, v. to hum, trill.frêle, adj. frail, slender.Frelu, proper name, cf. frêle.frémir, v. to shudder, shake, quiver.fremis, m. = frémissem*nt (dialectic).frémissem*nt, m. trembling, rustling, quivering, murmuring, shock.frénésie, f. frenzy, madness.frénétique, adj. frantic.frénétiquement, adv. frantically.fréquent, -e, adj. frequent.fréquentation, f. frequentation; la -- de, frequenting.frère, m. brother.fret, m. freight; vaisseau à --, cargo-boat (pronounced: frè).fricassée, f. fricassee (meat cut up and served in sauce).fricasser, v. to fricassee.fricot, m. stew, ragout.frigousse, f. food, feasting, high time (familiar).fringaler, v. to stagger (Old French word = to dance).friper, v. to rumple, wear out.fripon, m. rogue, rascal.friser, v. to curl; frisé, -e, curled, curly.frisson, m. shiver, shudder; avoir (donner) le --, to have (give) the shivers.frissonner, v. to shiver, shudder, tremble.froid, -e, adj. and m. cold, chill.froidement, adv. coldly, coolly.froissem*nt, m. rumpling, rustling.

Contes Français

F 307

contes francais - [PDF Document] (308)

frôlement, m. rustling.frôler, v. to graze, brush.froncer, v. to wrinkle, contract, pucker, knit; -- les sourcils, frown, scowl.front, m. forehead, brow, face, effrontery, impudence, "nerve."frontière, f. frontier.fronton, m. pediment.frottement, m. rubbing, scratching, scraping.fruit, m. fruit, advantage, result.fugitif, -ive, adj. and s. fugitive.fuir, v. to flee, flee from.fuite, f. flight.fumée, f. smoke.fumer, v. to smoke.fumet, m. savor, aroma.fumier, m. dung-heap, manure.funèbre, adj. funeral, mournful.funérailles, f. pl. funeral.funeste, adj. fatal, baneful, disastrous, gloomy.furet, m. ferret.fureter, v. to ferret, rummage, pry.fureur, f. fury.furibond, -e, adj. furious, raging.furie, f. fury; en --, raging.furieux, -euse, adj. and s. furious, mad, madman.fuselê, -e, adj. spindle-shaped, slender.fusil, m. gun.fusillade, f. fusillade, discharge of musketry.fusiller, v. to shoot.futaille, f. cask, barrel.futaine, f. fustian (cloth).fûté, -e, adj. cunning, sly, crafty, smart.futur, -e, adj. future.fuyard, m. fugitive, deserter.

G

gâcher, v. to make a mess of, spoil.gage, m. pledge, security; pl. wages; mettre en --, to pawn.gager, v. to wager.gagner, v. to gain, win, gain possession of, reach, earn.gai, -e, adj. gay, merry.gaiement, adv. gaily, merrily.gaieté, f. gaiety, jollity, glee, merriment.gaillard, -e, adj. and s. jolly, jovial, plucky, brave, jolly fellow, lusty feliow, fellow.gaillardet, -te, adj. hearty (diminutive formed fromgaillard in imitation of the Provençal gaiardet).gaillardise, f. jollity, broad joke.Gaillon, village in the department of Eure (Normandy), contains a prison (see context).

Contes Français

G 308

contes francais - [PDF Document] (309)

gain, m. gain, winnings.gala, m. gala, show, ceremony, full dress.galant, -e, adj. and s. gallant, courtly, graceful, elegant, suitor, sweetheart.galerie, f. gallery, corridor.galérien, m. convict.galerne, f. west-north-west wind, west-north-west.galette, f. griddle-cake.galine, see coq.Gallitzin (Caroline -- de Genthod, née Comtesse Walewska), probably a sister of thePole, Alexander Walewski, a soldier, diplomat and statesman in the French service(1810-1868).galon, m. stripe.galop, m. gallop.galoper, v. to gallop, palpitate.gambader, v. to gambol, frisk.gamin, -e, m., f. gamin, brat.gant, m. glove.garçon, m. boy, bachelor, fellow, waiter, attendant.garde, f. guard, watch, nurse; m. guardian, guard, keeper; n'avoir -- de, to have no intentionto, take care not to, be far from; prendre --, take care; prendre -- à, pay attention to; la merest d'une fameuse --, the sea guards its own well; sur ses gardes, on his guard;-- nationale, national guard (militia); -- national, militia-man; chien de --, watchdog.garder, v. to guard, keep; se -- de, take care not to.gardeur, m. keeper, cowherd, cowherd's dog.gardien, -ne, adj. and s. guardian, guard, keeper.gare, interj. lookout!; -- donc!, come!, look out!gargariser, v. to gargle; je m'en gargarise, I am enjoying it.garnir, v. to furnish, fit out, cover, adorn, fill, trim, be scattered over; se --, be trimmed,be filled.garnison, f. garrison.garniture, f. trimming.garrotter, v. to bind firmly.gars, m. young fellow, stripling, fellow, boy (pronounced: gar or ga).gaspiller, v. to waste, squander.gâteau, m. cake.gâter, v. to spoil.gauche, adj. left, awkward; f. left band.gaudriole, f. broadjoke.gaufrer, v. to gaffer, plaît, flute.gaulois, -e, adj. Gallic.gaz, m. gas (z pronounced).gaze, f. gauze.gazelle, f. gazelle.gazette, f. newspaper.gazon, m. sward, grass.géant, -e, adj. and s. gigantic, giant.gelée, f. frost.geler, v. to freeze.gémir, v. to groan, moan.gémissem*nt, m. groan, wail.gendarme, m. gendarme, military police officer.

Contes Français

G 309

contes francais - [PDF Document] (310)

gendarmerie, f. military police.gendre, m. son-in-law.gêne, f. uneasiness, embarrassment, constraint, hesitation.gêner, v. to embarrass, trouble, be in the way of, inconvenience.général, -e, adj. and m. general.génération, f. generation.générosité, f. generosity.génie, m. genius, spirit.genou, m. knee.genre, m. kind, sort, form.gens, m. pl. (preceding adjective takes feminine form) people;jeunes --, young men, young people; ses --, his servants.gentil, -le, adj. nice.gentilhomme, m. nobleman, gentleman (l pronounced as y).gerbe, f. sheaf, cluster.gerbier, m. stack, mow.germe, m. germ.germain, -e, adj. german, first; cousin issu de --, first cousin once removed.Gertrude, Gertrude.gésir, v. to lie.geste, m. gesture.gesticuler, v. to gesticulate.ghazel, m. gazel (Persian love poem).giaour, m. giaour (Turkish name for all non-Mohammedans).gibet, m. gibbet, gallows.gibier, m. game.gigantesque, adj. gigantic.gilet, m. waistcoat.Giseh, Gizeh (Egyptian city and province on the Nile).gîte, m. abode, shelter, resting-place.glace, f. ice, plate-glass, mirror.glacer, v. to ice, freeze, chill; glacé, -e, iced, icy, frozen.glacial, -e, adj. glacial, icy.gland, m. acorn, tassel.glaner, v. to glean.glaneur, -euse, m., f. gleaner.glissade, f. slide; faire une --, to slide.glisser, v. to slide, slip, glide, be slippery; se --, slip, glide; -- sur, slip on, slip or glide, slipoff; glissant, -e, adj. slippery.gloire, f. glory; faire -- de, to glory in.glorieux, -euse, adj. glorious, vainglorious, proud.glouglou, m. gurgling.glousser, v. to cluck.Godeau, name of a family in Croisilles; Antoine -- was a bishop and poet of the 17th century.Godefroy, Godfrey; -- de Bouillon, duke and leader of the first crusade and first King ofJerusalem (1058-1100).goguenard, -e, adj. bantering, jeering, scoffing.golfe, m. gulf.gond, m. hinge (of a blind or door).gonfler, v. to swell, swell out, put! out, fill; gonflé, -e, swollen.gorge, f. throat, gorge.

Contes Français

G 310

contes francais - [PDF Document] (311)

gorgée, f. swallow.gorger, v. to gorge.gorille, m. gorilla.gosse, m., f. small child, "kid" (familiar).goudronner, v. to tar.gouffre, m. gulf, abyss.goule, f. ghoul.gourdin, m. cudgel, club.gousset, m. gusset, watch-pocket (in trousers), waist-coat pocket.goût, m. taste.goûter, v. to taste, relish.goutte, f. drop, gout.gouttelette, f. little drop.goutteux, -euse, adj. gouty.gouttière, f. gutter.gouvernail, m. rudder, helm.gouvernante, f. governess.gouverner, v. to govern.grâce, f. grace, charm, favor, pardon, mercy; -- à, thanks to.gracieux, -euse, adj. gracious, graceful.grade, m. grade, rank.grain, m. grain, squall.graine, f. seed, germ.graisse, f. grease, fat.grammaire, f. grammar.grand, -e, adj. and s. great, grand, tall, large, big, chief, full, wide (open), open (air), long(step), high (wind, officer, etc.); au -- trot, at a fast trot; grande toilette, full evening dress;grand'peine, great difficulty; grand'chose, much.grandement, adv. greatly, highly.grandeur, f. greatness, height, size, grandeur.grandiose, adj. grand, majestic.grandir, v. to grow tall, grow up, grow, make tall or great, enlarge, increase.grand'mère, f. grandmother.grand-père, m. grandfather.grange, f. barn.granit, m. granite.granitique, adj. granite.Grapasi, proper name suggesting grappiller, to pilfer.grappe, f. cluster, bunch.gras, -se, adj. and s. fat, greasy, rich, luxuriant, thick or guttural (speech).grassouillet, -te, adj. plump.gratification, f. gratuity, reward.gratter, v. to scratch, scrape.grave, adj. grave.gravement, adv. gravely.gravir, v. to climb, clamber up, ascend.gravité, f. gravity, seriousness.gré, m. will, pleasure, liking.grec, grecque, adj. and s. Greek (written Grec when s.).Grèce, f. Greece.Grédel, Margery, Maggie (German, cf. Grete for Margarete).

Contes Français

G 311

contes francais - [PDF Document] (312)

gredin, m. rascal, scoundrel.greffier, m. clerk (of the court).grêle, adj. slender, shrill.grelotter, v. to shiver.grenade, f. pomegranate, grenade.grenadier, m. grenadier.grenier, m. loft, garret, attic.grenouille, f. frog (ou and i should both be pronounced distinctly, ou is not a semi-vowel asin louis).grès, m. sandstone.grésil, m. sleet.grésiller, v. to shrivel, shrink, crackle, tingle.grève, f. strand, beach, strikegrièvement, adv. grievously, gravely, seriously.griffe, f. claw.gril, m. grid-iron.griller, v. to broil, roast.grimace, f. grimace, grin, wry or forbidding face; faire la --, to make a (wry) face.grimacer, v. to make wry faces, grin.grimper, v. to climb.grincement, m. gnashing, grinding.grincer, v. to grind, gnash, grate.grippe, f. whim, caprice; prendre en --, to take a dislike to.grippe-sou, m. and adj. skin-flint, miser, stingy.gris, -e, adj. and s. gray, tipsy; en voir de grises, to have a hot time.grisâtre, adj. grayish.griser, v. to make tipsy, intoxicate; se --, get drunk.grisette, f. grisette (coquettish working girl or shop-girl).grive, f. thrush.grogner, v. to grumble, grunt, growl.gronder, v. to scold, rumble, roar.groom, m. groom.gros, grosse, adj. and s. big, thick, stout, heavy, rough, coarse, fat man, bulk, mass, mainbody; en --, wholesale, in a general way; -- temps, stormy weather; -- mot, coarse word; lecoeur --, sick at heart.grossier, -ère, adj. coarse, gross, rude, rough, low.grossièreté, f. coarseness, rudeness, vulgar remark.grossir, v to enlarge, swell, magnify, grow, increase.grotesque, adj. grotesque.grotte, f. grotto.grouiller, v. to swarm, crawl.groupe, m. group.grouper, v. to group.Guérande, small town in the department of Loire-Inférieure.guère, adv. scarcely; ne ... -- , scarcely.guerre, f. war.guerrier, -ère, adj. and s. of war, warlike, warrior.guet, m. watch; faire le --, to be on the lookout.guetter, v. to watch, watch for.gueule, f. mouth (of animals), jaws, chops.gueusard, m. rascal.

Contes Français

G 312

contes francais - [PDF Document] (313)

gueux, -euse, adj. and s. beggarly, poor, beggar, scoundrel.guide, m. guide.guider, v. to guide, steer.guigne, f. white-heart cherry.guignon, m. bad luck.Guillaume, William.Guillemet, Willie (a child's name, diminutive of Guillaume).guinder, v. to hoist, strain; guindé, -e, stiff, unnatural.guirlande, f. garland, wreath.guise, f. manner, way; en -- de, as a.Gulistan, m. Garden of Roses (name of a moralizing poem by Sadi, a Persian poet of the13th century).guttural, -e, adj. guttural.guzla, f. guzla (Croatian violin with one string).gymnastique, adj. gymnastic; pas --, double-quick, run, trot.

H

('h=aspirate h)

habile, adj. clever, skilful.habilement, adv. cleverly, skilfully.habiller, v. to dress.habit, m. coat, dress-coat; pl. clothes.habitant, m. inhabitant.habitation, f. habitation, dwelling, house.habiter, v. to live in, dwell.habitude, f. habit; d'--, usual, usually.habitué, m. frequenter, regular customer.habituel, -le, adj. habitual.habituellement, adv. habitually.habituer, v. to accustom.'hache, f. ax.'hagard, -e, adj. haggard.'haïck, m. haïk (piece of cloth used as an outer garment by the Arabs).'haillon, m. rag, tatter.'haine, f. hatred, hate.'hair, v. to hate.haleine, f. breath.'haleter, v. to pant.'haleur, m. hallier (person who draws a boat upon entering a port, etc.).'halle, f. market; les Halles, the large Central Market in Paris.hallucination, f. hallucination.'halte, f. halt; faire --, to halt.'hameau, m. hamlet.'hanche, f. hip.'hanter, v. to haunt.'happer, v. to snatch (with the mouth).

Contes Français

H 313

contes francais - [PDF Document] (314)

'harasser, v. to harass, jade, tire out.'hardes, f. pl. clothes.'hardi, -e, adj. bold.'hardiesse, f. boldness.'hardiment, adv. boldly.harmonie, f. harmony.harmonier, v. to harmonize (obsolescent, more usually:harmoniser).'harpe, f. harp.'harpiste, m., f. harpist.'hasard, m. hazard, chance, fortune, risk, danger; au --, at random.'hasarder, v. to risk; se --, risk oneself, dare; -- un oeil, risk exposing an eye.Hassan, grandson of Mohammed and a favorite Mohammedan name, also a mosque inCairo containing Hassan's relics.'hâte, f. haste, hurry; à la --, in haste.'hâter, v. to hasten, hurry; se --, hasten, hurry.'hausse, f. rise.'hausser, v. to lift, shrug.'haut, -e, adj., adv. and m. high, tall, loud, important, aloud, loudly, raised, top; en --, upstairs,above, in the upper part; en -- de, on (at the) top of; là- --, up there; tout --, aloud; la haute,society people (slang); -- de cinquante pieds, fifty feet high; le -- poisson, fine or highlyesteemed fish.'hauteur, f. height; à la -- de, at the height of, opposite, even with.'hâve, adj. wan, emaciated.'havre, m. haven, harbor.'Havre (le), city and important port at the mouth of the Seine.'hé, interj. ho!, oh!, hello!'Heidelberg, city with a noted university and castle on the Neckar, in Baden.'hein, interj. hey, what?'Heinrich, Henry (German).hélas, interj. alas! (s pronounced).'héler, v. to hail, call.hélice, f. screw, propeller.hémorragie, f. hemorrhage.Henri IV, Henry IV, the popular French King, reigned: 1589-1610.herbe, f. grass, herb.hercule, m. Hercules, strong man.herculéen, -enne, adj. Herculean (en pronounced as in bien).héréditaire, adj. hereditary.'hérisser, v. to bristle, make stand up, erect; hérissé, -e, adj. bristling.héritage, m. heritage, patrimony.hériter, v. to inherit.héritier, -ère, m., f. heir, heiress.héroïque, adj. heroic.'héron, m. heron.'héros, m. hero.'herse, f. harrow.hésitation, f. hesitation.hésiter, v. to hesitate.hétairiste, m. hetoerist, member of the hetoeria (Greek secret league at the time of the warfor Greek independence).

Contes Français

H 314

contes francais - [PDF Document] (315)

'hêtre, m. beech-tree.heure, f. hour, o'clock, time; de bonne --, early; tout à l'--, in a little while, in a moment, justnow, a moment ago; àcette --, now (colloquial).heureusem*nt, adv. happily, fortunately.heureux, -euse, adj. and s. happy, fortunate, happy person.'heurter, v. to strike against, knock.'hideusem*nt, adv. hideously.'hideux, -euse, adj. hideous.hier, adv. yesterday; arriver d'--, to arrive yesterday.'hiérarchie, f. hierarchy.hiéroglyphe, m. and adj. hieroglyph, hieroglyphic.'hilfe, f. help (German).hippogriffe, m. hippogriff (half horse, half griffin, a fabulous steed of the romances of chivalry).hippopotame, m. hippopotamus.hirondelle, f. swallow.histoire, f. history, story; -- de rire, just to laugh (slang).historique, adj. historical, historic.hiver, m. winter.'hocher, v. to shake.'hochet, m. rattle.'homard, m. lobster.hommage, m. homage, respects; -- et souvenir de l'auteur, with the kind regardsand remembrances of the author.homme, m. man; familiarly: husband.'Honeck (le), m. the Hohneck (one of the Vosges mountains west of Colmar).Honfleur, village at the mouth of the Seine, opposite le Havre.honnête, adj. honest, honorable, decent, respectable.honneur, m. honor; faire -- à, to honor.honorable, adj. honorable.'honte, f. shame; avoir --, to be ashamed; fausse --, bashfulness.'honteux, -euse, adj. ashamed, shameful, bashful.hôpital, m. hospital (usually for the poor).'hoquet, m. hiccough.horizon, m. horizon.horloge, f. clock.honnis, prep. except, save.horreur, f. horror; quelle --, how horrible; avoir -- de, to abhor.horrible, adj. horrible.horriblement, adv. horribly.'hors (de), prep. out of; -- de lui, beside himself; -- de combat, disabled; les yeux -- de latête, the eyes popping out of the head.hostie, f. consecrated wafer, host.hostilité, f. hostility.hôte, m. host, guest; hôtesse, f. hostess.hôtel, m. hotel, mansion, large private house.'houri, f. houri (woman of the Mohammedan paradise).'hourra, m. hurrah, cheer.'huche, f. trough, bin.huile, f. oil.huiler, v. to oil.

Contes Français

H 315

contes francais - [PDF Document] (316)

huis, m. door (now little used).'huit, card. eight; -- jours, a week.huitre, f. oyster.humain, -e, adj. human.humanité, f. humanity.humble, adj. humble.humblement, adv. humbly.humeur, f. disposition, ill humor, humor.humide, adj. humid, damp, moist.'huppe, f. topknot, tuft.'hurlement, m. howl, howling, shriek, roar.'hurler, v. to howl.'hurrah, interj. and m. hurrah!, cheer.'hussard, m. hussar (light cavalryman).hygiénique, adj. hygienic.hypocrite, adj. and s. hypocritical, hypocrite.hystérique, adj. hysterical.

I

Ibnn-Ben-Omaz, a peculiar name, possibly due to Gautier; Ibn is the Arabic name for son,Ben is Hebrew for son.ici, adv. here; par --, this way; -- -même, in this very place; -- -bas, here below.idée, f. idea.idiot, -e, adj. and s. idiotic, idiot.idole, f. idol.Iéna, Jena (town in Saxe Weimar, scelle of the battle (1806) in which Napoleon defeatedthe Prussians).if, m. yew-tree.ignorer, v. to be ignorant of, not to know; ignorant, -e, ignorant.il, ils, conj. pr. he, it, there, they.ile, f. island.illimité, -e, adj. unlimited, unbounded, measureless.illuminer, v. to illuminate, light up; s'--, light up, be illuminated.illusion, f. illusion.illustre, adj. illustrious.illustrer, v. to illustrate, make illustrious.îlot, m. small island.image, f. image, likeness, picture.imagination, f. imagination.imaginer, v. to imagine; s'--, imagine.imbécile, adj. and s. foolish, silly, imbecile.imberbe, adj. beardless.imiter, v. to imitate.immédiat, -e, adj. immediate.immédiatement, adv. immediately.immense, adj. immense.immensité, f. immensity, vast stretch.

Contes Français

I 316

contes francais - [PDF Document] (317)

immobile, adj. quiet, motionless.immobiliser, v. to render immovable, stop, paralyze.immobilité, f. immobility.immodéré, -e, adj. immoderate, excessive.immortel, -le, adj. immortal; f. everlasting (plant).impartial, -e, adj. impartial (ti pronouncedas ci).impassible, adj. impassible, unmoved.impassibilité, f. impassibility.impatience, f. impatience (ti in this and the next two words is pronounced as ci).impatient, -e, adj. impatient.impatienter, v. to put out of patience, provoke.impénétrable, adj. impenetrable, inscrutable.imperceptible, adj. imperceptible.impérieux, -euse, adj. imperious, pressing, domineering.impertinent, -e, adj. and s. impertinent, impertinent fellow.impétuosité, f. impetuosity.impitoyablement, adv. pitilessly.importance, f. importance.importer, v. to matter; n'importe, no matter; qu'importe?, what does it matter?; n'importequoi, anything whatsoever; n'importe qui, anyone.imposer, v. to impose.impossible, adj. impossible.imposteur, m. impostor.impôt, m. tax, toll.impression f. impressionimpressionner, v. to impress, make an impression upon.imprévu, -e, adj. unforeseen, unexpected.imprimer, v. to impress, press upon, print.improviser, v. to improvise.imprudemment, adv. imprudently (em pronounced as am).impuissance, f. impotency.impuissant, -e, adj. impotent.impulsion, f. impulse, impetus.imputer, v. to impute.inabordable, adj. inaccessible.inaltérable, adj. unalterable, unchangeable.inamovible, adj. irremovable (from office).inattendu, -e, adj. unexpected.incapable, adj. incapable.incarnadin, -e, adj. flesh-colored, pink.incarnation, f. incarnation.incendie, m. fire, conflagration.incertain, -e, adj. uncertain.incertitude, f. uncertainty.incessamment, adv. incessantly, directly.incisif, -ive, adj. incisive.incisive, f. incisor.incliner, v. to incline, tilt; s'--, bow, lean.incommodé, -e, adj. indisposed.inconcevable, adj. inconceivable.inconnu, -e, adj. and s. unknown, strange, stranger.

Contes Français

I 317

contes francais - [PDF Document] (318)

inconsolable, adj. inconsolable.incontestable, adj. incontestable.incontesté, -e, adj. uncontested.incontinent, -e, adj. incontinent, intact; adv. at once.inconvenance, f. impropriety, improper remark.incorporer, v. to incorporate, take in.incrédule, adj. incredulous.incroyable, adj. incredible.incruster, v. to incrust, inlay; incrusté, -e, incrusted, fast.indécence, f. indecency, immodesty.indépendamment, adv. independently.Inde, f. India; Indes, f. pl. Indies, India.index, m. index, forefinger.indice, f. indication, probable evidence.indicible, adj. unspeakable, unutterable.indienne, f. calico.indifférence, f. indifference.indifférent, -e, adj. and s. indifferent, of no difference or importance, indifferent person,person of no concern.indigestion, f. indigestion.indignation, f. indignation.indigner, v. to make indignant; indigné, -e, indignant.indiquer, v. to indicate.indiscret, -ète, adj. indiscreet.indiscrétion, f. indiscretion.indispensable, adj. indispensable.individu, m. individual.industrie, f. industry, trade.inébranlable, adj. unshakable, immovable.ineffable, adj. ineffable, unutterable.inégal, -e, adj. unequal, irregular.inerte, adj. inert.inexplicable, adj. inexplicable, unaccountable.inexprimable, adj. inexpressible, unutterable.inextinguible, adj. inextinguishable.infaillible, adj. infallible.infanterie, f. infantry.infatigable, adj. indefatigable.inférieur, -e, adj. inferior, lower.infernal, -e, adj. infernal.infini, -e, adj. and m. infinite, infinity.infiniment, adv. infinitely.infinité, f. infinite number.infirme, adj. and s. infirm, weak, infirm person, cripple.inflexible, adj. inflexible.infliger, v. to inflict.influence, f. influence.informer, v. to inform; s'--, inquire.infortuné, -e, adj. and s. unfortunate, unfortunate person.infranchissable, adj. insuperable, impassable.ingénier (s'), v. to strive, tax one's ingenuity.

Contes Français

I 318

contes francais - [PDF Document] (319)

ingénieur, m. engineer.ingénu, -e, adj. ingenuous, artless; ingénue, f. ingenuous young girl.ingrat, -e, adj. and s. ungrateful, ingrate.inintelligible, adj. unintelligible.injure, f. insult, wrong.injustice, f. injustice.innocent, -e, adj. innocent.innombrable, adj. innumerable.inoccupé, -e, adj. unoccupied.inoffensif, -ive, adj. inoffensive.inondation, f. inundation, flood.inonder, v. to flood.inouï, -e, adj. unheard of.inquiet, -ète, adj. anxious, uneasy, restless.inquiéter, v. to disturb, worry; s'--, be disturbed, be uneasy, fret.inquiétude, f. disquietude, restlessness, anxiety.inquisiteur, -trice, adj. inquisitive, searching.insatiabfe, adj. insatiable.(t pronounced as c).inscription, f. inscription.insensible, adj. without feeling, indifferent, insensible.insensiblement, adv. insensibly.insignifiant, -e, adj. insignificant.insister, v. to insist.insolent, -e, adj. insolent.insouciance, f. unconcern, carelessness.insouciant, -e, adj. careless, heedless.insoucieux, -euse, adj. thoughtless, unthinking.inspecter, v. to inspect.inspirer, v. to inspire, instil.installer, v. to install.instant, m. instant; pour l'--, for the time being; il m'arrive à l'--, it has just come to me thisinstant.instinct, m. instinct (ct not pronounced).instinctif, -ive, adj. instinctive.instinctivement, adv. instinctively.instruction, f. instruction; juge d'--, examining magistrate.instrument, m. instrument, tool.insuccès, m. failure.insupportable, adj. insupportable.insurrection, f. insurrection.intact, -e, adj. intact, untouched (ct pronounced).intelligence, f. intelligence.intelligent, -e, adj. intelligent.intention, f. intention, purpose.interdire, v. to interdict, forbid, prohibit, dumbfound, amaze.intéresser, v. to interest; intéressê, -e, adj. interested, for gain; intéressant, -e, interesting;cela vous intéresse?, is that any business of yours?intérêt, m. interest.intérieur, -e, adj. and m. interior, inside, mental.intérieurement, adv. internally, mentally, in or on the inside.interminable, adj. interminable.

Contes Français

I 319

contes francais - [PDF Document] (320)

interpréter, v. to interpret.interrogation, f. interrogation, questioning.interrogatoire, m. questioning, examination.interroger, v. to interrogate, question.interrompre, v. to interrupt; s'--, interrupt oneself, stop.interruption, f. interruption.interstice, m. interstice, opening, crevice.intervalle, m. interval, space.intime, adj. intimate.intimider, v. to intimidate.intonation, f. intonation.intrépide, adj. intrepid, dauntless, fearless.intrigant, m. intriguer.intriguer, v. to puzzle, perplex.introduire, v. to introduce, put or show in; s'--, introduce oneself, get in.inusité, -e, adj. unused, unaccustomed.inutile, adj. useless, needless.invariablement, adv. invariably.invasion, f. invasion.inventer, v. to invent.invention, f. invention.investigation, f. investigation.invincible, adj. invincible, uncontrollable.invitation, f. invitation.inviter, v. to invite; invité, -e, m., f. guest.involontaire, adj. involuntary.invoquer, v. to invoke.invraisemblable, adj. improbable, unlikely (s pronounced as in sembler).iraigne, dialectic for araignée.Iran, m. Iran (Persia, also the surrounding countries of the great Asiatic plateau).ironie, f. irony.ironique, adj. ironical.irrécusable, adj. unexceptionable, unobjectionable.irrégulier, -ère, adj. irregular.irréprochable, adj. irreproachable.irrésistiblement, adv. irresistibly.irresponsable, adj. irresponsible.irriter, v. to irritate; s'--, be irritated, be aroused.irruption, f. irruption, bursting, inroad.isoler, v. to isolate; isolé, -e, isolated, solitary, detached.issu, -e, adj. descending, born.issue, f. issue, escape, exit.italien, -ne, adj. and s. Italian (written Italien when s.).itou, adv. and conj. also (dialectic survival of the Old French itel).ivoire, m. ivory.ivre, adj. intoxicated, drunk.ivrogne, m. drunkard.

Contes Français

I 320

contes francais - [PDF Document] (321)

J

j', see je.jabot, m. frill.Jacobite, m. Jacobite.Jacquerie (la), name given to the uprising of the French peasants against the nobles in 1358.Jacques, James.Jacquette, cf. Jenny, Janet.jadis, adv. of old, in former times (s pronounced).jaillir, v. to burst forth or out, gush out, spurt, flash.jaloux, -ouse, adj. jealous.jamais, adv. never, ever; ne ... --, never.jambe, f. leg.jambon, m. ham.jante, f. rim (of a wheel).janvier, m. January.Japon, m. Japan. japonais, -e, adj. and s. Japanese (written Japonais when s.).jaquette, f. jacket.jardin, m. garden.jaser, v. to chatter, gossip.jaspe, m. jasper.jasper, v. to vein, streak, mottle.jatte, f. bowl.jaunâtre, adj. yellowish.jaune, adj. and m. yellow; mettre la -- au nid, to put the yellow hen on the nest.Javotte, proper name (usually applied to talkative women).je, conj. pr. I.Jean, John.Jean-Baptiste (p not pronounced), frequent Christian name (from: John the Baptist).Jésus, Jesus; --!, interj. heavens!, etc. (s pronounced).jet, m. jet.jetée, f. jetty, pier.jeter, v. to throw, cast, throw out, cast or give forth, throw down or away, utter; se --, throwoneself, etc., dart; la langue au chat, give up guessing.jettatura, f. bewitching, spell (cast by the eyes, etc.; Italian).jeu, m. game, gambling, trick, set (of dominoes, etc.), gaming; -- de mots, pun.jeudi, m. Thursday.jeune, adj. young, junior; -- fille, girl.jeûner, v. to fast.jeunesse, f. youth.jeunet, -te, adj. too or very young, youthful.joie, f. joy.joindre, v. to join, put together, meet, clasp, add, reach.joli, -e, adj. pretty, good looking.joliment, adv. prettily, mighty (familiar in last sense).Jonquières, name of several French villages, the one to which Daudet refers is in thedepartment of Gard, near Beaucaire.Joseph, Joseph (see Genesis xxxvii, etc.).joue, f. cheek.

Contes Français

J 321

contes francais - [PDF Document] (322)

jouer, v. to play, stake; se --, play; faire --, start moving, bring into action, call up, move to andfro; -- de, play (a musical instrument); -- à, play (a game).jouet, m. toy, plaything.joueur, m. player gambler.jouir, v. to enjoy (object is preceded by de).jouissance, f. enjoyment, pleasure, delight.joujou, m. toy, plaything.jour, m. day, daylight, daytime, light, opening; à --, open-work; au -- levant, at daylight;faire --, to be light; ce n'est pas trop d'un --, a day is not too much.journal, m. newspaper.journée, f. day.joyeusem*nt, adv. joyfully, gaily.joyeux, -euse, adj. joyous, merry, cheerful.juge, m. judge.juger, v. to judge, consider.juif, -ive, adj. and s. Jewish, Jew, Jewess.juin, m. June.Julie, Julia.Julien, Julian.jument, f. mare.jupe, f. skirt.Jupiter, the father and master of the Greek and Roman gods; -- Olympien, OlympianJupiter (famous statue by Phidias at Olympia, called one of the seven marvels of the world).jupon, m. petticoat.jurement, m. oath.jurer, v. to swear.juron, m. oath.jusque, prep. to, up to, as far as, until; jusqu'à, to, as far as, up to, until, even; -- là, till there,till then;jusqu'ici, till now; jusqu'à ce que, conj. until.juste, adj. and adv. just, exact, exactly; au --, exactly.justesse, f. accuracy, precision.justice, f. justice, law, courts; homme de --, judge, lawyer, man of law.justicier, m. justiciary, judge.

K

kandjar, m. long Oriental dagger.Karl, Charles (German).Kasba, f. casbah (citadel and palace of a sovereign in the Barbary States).Kasper, Jasper (German).kilomètre, m. kilometer (5/8 mile).kiosque, m. kiosque (pavilion).Kislar-agassi, m. the chief of the Eunuchs in the Imperial Harem (kîz = girl or woman, inTurkish; lar is the plural suffix; agâ = chief; si is the possessive pronoun of the third persan;kîzlar-agâsi = chief of the women).kreutzer, m. kreutzer (German coin = 2/3 cent; pronounced in French: creutsair).

Contes Français

K 322

contes francais - [PDF Document] (323)

L

l', used before on for euphony.l', see le, la (art. or pr.).la, see le.là, adv. there, here (frequent as affix or suffix, when so used see word to which it is added);par --, that way, by there, over that way.lac, m. lake.lâche, adj. cowardly.lâcher, v. to loosen, let out, release, undo, let go.lâcheté, f. cowardice, cowardly act.laid, -e, adj. homely, ugly.laine, f. wool; de --, woolen.laïque, adj. and s. secular, layman; à la --, outside the Church, among the laity.laisse, f. leash.laisser, v. to let, leave, let alone; -- -là, leave alone, drop (an acquaintance, etc.); il ne laissaitpas que de, he did not fail to.lait, m. milk; enfant de --, nursling.laiteux, -euse, adj. milky.lambeau, m. rag, shred; mettre en lambeaux, to tear in shreds.lambris, m. wainscoting, paneling.lame, f. strip, blade, wave.lamentable, adj. lamentable, sorrowful.lampe, f. lamp.lance, f. lance; -- à feu, squib, slow-match.lancer, v. to dart, throw, hurl, let go, send forth, cast, cast or throw out, start; -- une casquette,introduce (or set the style for) a cap.lande, f. waste-land, heath.langage, m. language.lange, m. piece of cloth (usually for wrapping a new-born child); strip (of cloth),swaddling-clothes (infrequent in singular).langue, f. tongue, language.langueur, f. languor.lanière, f. thong.lanterne, f. lantern.lapin, m. rabbit.laps, m. lapse, period (ps pronounced).laquais, m. lackey, footman.lard, m. bacon.large, adj. and m. broad, wide, sweeping, great, large, width, breadth, open sea; ouverttout au --, wide open.larme, f. tear; rire aux larmes, to laugh till the tears came.larve, f. larva.las, -se, adj. weary, tired.latakié, m. latakia (a fine Turkish tobacco).latéral, -e, adj. lateral, side.latin, -e, adj. and s. Latin.laver, v. to wash.le, la (l', before vowels; les, pl.), def. art. the; de la sorte, in that way.

Contes Français

L 323

contes francais - [PDF Document] (324)

le, la (les, pl.; lui, leur, indirect), conj. pr. him, her, it, so, them, to him, to them, etc.leçon, f. lesson.lecture, f. reading.légende, f. legend.léger, -ère, adj. light (weight), slight, thin.légèrement, adv. lightly, slightly.légion, f. legion; Légion d'honeur, Legion of Honor (Order established by NapoleonBonaparte in 1802 to reward merit).légitime, adj. legitimate.légitimement, adv. legitimately.léguer, v. to bequeath.légume, m. vegetable.lendemain, m. following day, next day.lent, -e, adj. slow.lentement, adv. slowly.lenteur, f. slowness; avec des lenteurs, slowly, withhesitation or deliberation.lequel, laquelle (lesquels, lesquelles, pl.), rel. and int. pr. which, who, which?, who?les, see le.lessive, f. lye, washing; couler la --, to soak the clothes in lye, begin to wash.lestement, adv. quickly, lightly.lettre, f. letter.leur, conj. pr., see le; adj. their; le --, theirs.Levallois-Perret, manufacturing suburb northwest of Paris.levée, f. raising, uprising, breaking up.lever, v. to raise; se --, rise, arise, get up, break (dawn); m. rise, rising; au jour levé (levant),at daybreak;levé, -e, up; au soleil levant, at sunrise.lèvre, f. lip; lèvres en fleur, full-blown lips (like a rose).liane, f. bind-weed.liasse, f. bundle, roll.liberté, f. liberty.libraire, m. bookseller, stationer.libre, adj. free, clear.lien, m. bond.lier, v. to bind, tie, tie up; lié, m. rubber (in games).lieu, m. place, spot; avoir --, to take place, have reason; au -- de, instead of; donner -- à,to cause.lieue, f. league (2~1/2 miles).lieutenant, m. lieutenant.lièvre, m. hare.ligne, f. line, fishing-line.lilas, m. lilac, lilac-bush.limpide, adj. limpid, clear.linge, m. linen, cloth; pl. linen clothes; -- sale, dirty linen or clothes; laver le --, to wash theclothes.lion, m. lion.liqueur, f. liquor, cordial.liquide, adj. and m. liquid.lire, v. to read.lis, m. lily (s pronounced).

Contes Français

L 324

contes francais - [PDF Document] (325)

liséré, m. strip.lisière, f. border, outskirts, selvage, list (cloth), string.lit, m. bed.litière, f. litter.litre, m. liter (about 7/8 of a quart).littéraire, adj. literary.littéralement, adv. literally.littérature, f. literature.livide, adj. livid.livre, m. book; grand --, great book, ledger.livre, f. pound, franc.livrer, v. to deliver, give over; se -- à, devote or apply oneself to, give oneself over to; uncombat se livra, a battle was fought.livret, m. little book (of identification, etc., used as a passport).local, -e, adj. local.locution, f. locution.lofer, v. to luff (bring the head of a vessel to the wind).loge, f. lodge, porter's room, box (theater).loger, v. to lodge, star.logique, adj. logical.logis, m. bouse, dwelling, lodge, lodging-house, lodgings.loi, f. law.loin, adv. and m. far away, distant, distance; plus --, farther; de --, afar, at or from a distance;de -- en --, from place to place, from time to time.lointain, -e, adj. and m. distant, far away, distance.loisir, m. leisure.long, -ue, adj. and m. long, length; le -- de, along; tout de son --, de tout son --, his wholelength; tout le -- de, the whole; de -- en large, to and fro.longanimité, f. longanimity, forbearance.Longosardo, Sardinian village and port at the western entrance of the Strait of Bonifacio.longtemps, adv. long time, long, for a long time.longuement, adv. for a long time, lengthily, lingeringly.longueur, f. length.loque, f. rag, tatter.lorgner, v. to squint at, look out of the corner of the eye, ogle, look through opera glasses.lors, adv. then, that time; pour --, then, thereupon; depuis --, since then.lorsque, conj. when.louable, adj. laudable, praiseworthy.louage, m. letting, hiring, hire; de --, hired, livery, for hire.louer, v. to praise, rent; se --, praise one self, be pleased (with).louis, m. louis (gold piece=$4).Louis XIV, known as Louis le Grand, most famous of the French kings; reigned: 1643-1715.Louis XV, King of France; reigned: 1715-1774.loup, m. wolf; -- cervier, lynx, speculator, sharper (especially one who speculates withoutprinciple on government enterprises); -- de mer, sea-dog.lourd, -e, adj. heavy, dull, drowsy, clumsy, burdensome.lourdement, adv. heavily.lourdeur, f. heaviness, weight.louvoyer, v. to tack (of a ship).loyal, -e, adj. loyal.lucarne, f. dormer-window.

Contes Français

L 325

contes francais - [PDF Document] (326)

lubine, f. popular name for the fish called bar, umbrine (usually written lubin or loubin).Lucien, Lucian.Ludwig = Louis (German).lueur, f. gleam, light.lugubre, adj. mournful, lugubrious.lugubrement, adv. dolefully, lugubriously.lui, conj. pr., see le; disj. pr. him, it, he, on his part, himself, itself.lui-même, elle-même (eux-mêmes, elles-mêmes, pl.), pr. himself, herself, itself, etc.luire, v. to shine.lumière, f. light; il faut que la -- se fasse, it must be cleared up.lumineux, -euse, adj. luminous.lundi, m. Monday.lune, f. moon, moonlight.lunette, f. telescope; pl. spectacles.Lunéville, town in the department of Meurthe-et-Moselle.luthier, m. lute-maker, seller of musical instruments.lutte, f. struggle, wrestling.luxe, m. luxury.lys, m. lily (s pronounced; now written lis).

M

M., abbreviation for Monsieur; m', see me.ma, see mon.mâcher, v. to chew.machinal, -e, adj. mechanical.machinalement, adv. mechanically.mâchoire, f. jaw.mâchonner, v. to munch, chew.maçonner, v. to build, wall up; voûte maçonnée, vaulted masonry.madame (mesdames, pl.), f. Mrs., Madam.Madeleine (la), f. one of the principal and richest churches in Paris, having the form of aGreek temple, built between 1764 and 1842.mademoiselle, f. Miss, young lady.madrigal, m. madrigal (love poem).maëstro, m. composer (Italian, = master).magasin, m. warehouse, store, shop, storehouse.mage, m. magian, astrologer; pl. magi, Wise Men (Bible).magicien, m. magician, wizard.magique, adj. magic.magistrat, m. magistrate.magistrature, f. magistracy; -- assise, judicial magistracy.magnanime, adj. magnanimous, high-minded.magnétique, adj. magnetic.magnétiser, v. to magnetize.magnificence, f. magnificence, splendor.magnifique, adj. magnificent.Mahnoud-Ben-Ahmed, Mahmud-Ben-Ahmed (the first and last names have been borne

Contes Français

M 326

contes francais - [PDF Document] (327)

by several Sultans of Turkey; Ben is the Hebrew word for son, it is not Arahic).Mahomet, Mohammed (founder of the Mohammedan religion, born in Mecca c. 571, diedin 632).mai, m. May.maigre, adj. and s. thin, scanty, meager, thin person.maigreur, f. thinness.maigrir, v. to grow thin.maille, f. mesh, aperture.main, f. hand; mettre la -- sur, to lay hold of.maint, -e, adj. many, many a.maintenant, adv. now.maintenir, v. to maintain, keep, hold.maire, m. mayor.mais, conj. but; -- si, why yes; -- non, why no, no indeed, no I tell you.maison, f. house, household; -- de ville, town-hall.maître, m. master, teacher, Squire or Mr. (title); -- d'hôtel, head-waiter, butler.maîtresse, f. mistress, sweetheart.majesté, f. majesty.majestueusem*nt, adv. majestically.majestueux, -euse, adj. majestic.major, m. major.majuscule, adj. and f. capital.mal, -e, adj. (used only in a few phrases), bad, evil; male rage (also written as one word),rage, fury.mal, adv. and m. evil, wrong, ill, in a bad way, sore, badly, poorly, indistinctly, harm, trouble,damage, malady; faire -- à, to hurt; -- noir, gangrene; (familiarly used as adj.) bad, ill; faire -- àla tête, to give a headache.malade, adj. and s. ill, sick, sick man, patient.maladie, f. malady, illness.maladif, ~ive, adj. sickly, unhealthy.mâle, adj. and m. male, man.Malesherbes (Boulevard), handsome street in the north-western section of Paris,named after the minister of Louis XVI, who was beheaded in the French Revolution (h notpronounced).malgré, prep. in spite of.malheur, m. misfortune, accident, bad luck, unhappiness.malheureusem*nt, adv. unfortunately.malheureux, -euse, adj. and s. unhappy, wretched, unfortunate, unlucky, wretch, unfortunateperson.malicieux, -euse, adj. mischievous, roguish, malicious.malin, -igne, adj. and s. cunning, sly, shrewd, cunning person, rogue.Maloisel, proper name; oisel in Old French = oiseau.Maloison, proper name, cf. oison, m. gosling.malpropre, adj. dirty, unclean.maltraiter, v. to maltreat, use roughly.maman, f. mama.mamelle, f. breast, teat, udder.manche, f. sleeve; la Manche, the English Channel; m. handle.manchot, -e, adj. and s. one-armed, one-armed person.manège, m. horsemanship, riding-school, riding-grounds.mangeaille, f. victuals.

Contes Français

M 327

contes francais - [PDF Document] (328)

manger, v. to eat, eat up; apporter à --, bring something to eat.mangeur, m. eater.manie, f. mania, fancy.maniement, m. handling.manière, f. manner; pl. manners.manivelle, f. crank, handle.manifester, v. to manifest, make known, show.manne, f. manna, hamper.mannequin, m. manikin, dummy, man of straw.manoeuvrer, v. to manoeuver, perform evolutions, drill, move. manque, m. lack, want.manquer, v. to be lacking, be missing, lack, miss, come near, fail; il n'y manquait pas, hedid not fail to do it.mansarde, f. attic, garret, garret-window, Mansard window or roof.manteau, m. mantle, cloak.maquignon, m. horse dealer, jockey.maquis, m. thicket (in Corsica).marais, m. marsh, swamp.Marais, m. quarter in Paris, north of the Hôtel de Ville, more usually called the Temple.maraudeur, m. marauder.marbre, m. marble.marchand, -e, m., f. merchant, peddler.marchandise, f. (also pl.) merchandise, wares, goods.marche, f. march, walk, walking, pace, gait, step, progress, move, moving, motion; marchesperdues, superfluous steps (that lead to nothing).marché, m. market, market-place, bargain, bargaining; à bon --, cheap, cheaply;par-dessus le --, into the bargain.marcher, v. to march, go on, walk, go, proceed.mardi, m. Tuesday.mare, f. pool.marécage, m. marsh, bog, swamp.maréchal, m. marshal, blacksmith.mari, m. husband.mariage, m. marriage.Marie, Mary.marier, v. to marry, marry off, blend; se --, get married; se -- avec, marry; marié avec,married to; marié, m. bridegroom.Marignan, Melegnano (Italian town near Milan, where the French defeated the Swiss in 1515).marin, -e, adj. and m. marine, of the sea, sailor.marine, f. marine, navy, shipping; officier de --, naval officer.maritime, adj. maritime.marmaille, f. brats.marmite, f. pot.marmot, m. brat, little boy.marmotter, v. to mutter, mumble.marque, f. mark, track, token.marquer, v. to mark, show, indicate.marquis, -e, m., f. marquis, marchioness.marron, m. large chestnut.Marseille, Marseilles (principal seaport and second city in France).marteau, m. hammer.martial, -e, adj. martial (t pronounced as c).

Contes Français

M 328

contes francais - [PDF Document] (329)

Martin, Martin (often applied to a simple person).massacre, m. massacre.massacrer, v. to massacre, slay;massacrant, ~e, adj. murderous.massif, -ive, adj. massive, solid.mat, -e, adj. dull, dim, frosted.mât, m. mast.matelas, m. mattress.matelot, m. sailor, seaman.matériel, -le, adj. material, concrete.maternel, -le, adj. maternal, on the mother's side.matière, f. matter; en -- de, in regard to.matin, m. morning, dawn.mâtin, m. mastiff, cur, rascal.matinal, -e, adj. morning, early, in the morning.matinée, f. morning.maudire, v. to curse; maudit, -e, cursed.maujeure, f. a dialectic word used in Toine in the sense of: fever.mauresque, adj. Moorish.maussade, adj. cross, sour, ill-humored, sulky.mauvais, -e, adj. and s. bad, wretched, evil, mean, dirty, ill (humor), poor.me, conj. pr. me, to me.-me, abbreviation of numerals; 2me, 3me, 4me, etc. (for deuxième, etc.).mécanique, adj. mechanical.méchanceté, f. malice, ill will.méchant, -e, adj. naughty, mean, mischievous, bad, malicious, wicked, wretched.mécontent, -e, adj. dissatisfied.Mecque (la), Mecca (holy city of the Mohammedans, in Arabia).médaille, f. medal.médecin, m. doctor, physician.médiocre, adj. mediocre, only moderate.méditatif, -ive, adj. meditative, thoughtful.méditation, f. meditation.méditer, v. to meditate, think over.Méditerranée, f. Mediterranean Sea.méfiance, f. distrust.meilleur, -e, adj. better; le --, best.mélancolie, f. melancholy, melancholia.mélancolique, adj. melancholy.mêlée, f. scuffle, fight.mêler, v. to mingle, mix, confuse; se -- de, meddle with, mind; se -- à (avec), mingle with, takepart in.mélodie, f. melody.mélodieux, -euse, adj. melodious.membraneux, -euse, adj. membranous.membre, m. member, limb.même, adj. and adv. same, self, very, even; de --, in the same way, at the same time.mémoire, f. memory.mémorable, adj. memorable.menacer, v. to menace, threaten.ménage, m. housekeeping, household; faire son petit --, to have one's own sweet will.

Contes Français

M 329

contes francais - [PDF Document] (330)

ménager, -ère, m., f. thrifty persan, housekeeper.mendiant, -e, m., f. beggar.mendicité, f. mendicity; être à la --, to be reduced to beggary.mener, v. to lead, bring, take, drive.ménétrier, m. fiddler.menottes, f. pl. handcuffs.mensonge, m. lie.mentir, v. to lie.menton, m. chin.menu, -e, adj. and m. thin, small, trifling, light, bill of fare.menuet, m. minuet.menuisier, m. cabinet-maker, joiner.mépris, m. contempt, scorn.méprisable, adj. contemptible.mépriser, v. to despise.mer, f. sea, tide.mercenaire, adj. and s. mercenary, hireling.merci, f. mercy, thanks, thank you (masculine with grand); Dieu --, thank God.mercier, m. mercer, haberdasher.mercredi, m. Wednesday.mère, f. mother.meringue, f. meringue, light pastry with whipped cream.mérite, m. merit, worth.mériter, v. to merit, deserve.méritoire, adj. meritorious.merle, m. blackbird.Mérope, a tragedy by Voltaire (1743).merveilleusem*nt, adv. marvelously, wonderfully.merveilleux, -euse, adj. wonderful, marvelous.mes, see mon.mesdames, see madame.messe, f. mass.mesure, f. measure, proportion; à --, in proportion or succession as (another action takesplace); en --, in time, in proportion; à -- que, in proportion as.mesurer, v. to measure.métamorphose, f. metamorphosis.méticuleux, -euse, adj. over-scrupulous, fastidious.métier, m. trade, loom.mètre, m. meter (39 inches).mette, f. metal (Old French).mettre, v. to put, place, put on, set, put in place, take (time); se -- à, begin, set out in; se -- enroute, start; se -- en mouvement, begin to move; se -- à table, seat oneself at table; se -- encolère, get angry; se -- en marche, set out on the march; se -- au jeu, get in the game;se -- en bataille, form for battle; se -- dans tous ses atours, attire oneself in all one's finery;-- dans, put in, hit; -- bas, take off; -- pied à terre, dismount; -- en pièces, tear or dash topieces; -- à la porte, put out of doors; -- la police en l'air, stir up the police; -- le feu, set fire;-- en fuite, set to flight.meuble, m. piece of furniture, furniture, pl. furniture.meubler, v. to furnish.meunier, m. miller;meurtre, m. murder.

Contes Français

M 330

contes francais - [PDF Document] (331)

meurtrier, m. murderer.meurtrir, v. to bruise; avoir le coeur meurtri, to be sick at heart.meute, f. pack (of hounds, etc.).mi, adv. and adj. (invariable), equally; à -- -chemin, half way.Michel, Michael.midi, m. midday, noon, twelve o'ciock, south; Midi, m. South of France; les pleins midis, themidday heat.miel, m. honey.mien, -ne, poss. adj. pr. (usually with article), mine.miette, f. crumb.mieux, adv. better, more, more comfortable; tant --, so much the better; de son --, the besthe can, etc.; le --, best;regardez --, look more closely.mignon, -ne, adj. and s. darling, dainty, cunning, dear little.migraine, f. sick-headache.milice, f. militia.milieu, m. middle, midst, middle ground, surroundings.militaire, adj. and m. military, soldier.mille, card. one thousand; -- et deuxième, ord. thousand and second (in this and in the nexttwo words ll is not liquid).millier, m. about one thousand, thousand.million, m. million.Milon, Milo.minaret, m. minaret.minauder, v. to simper, mince, smirk.minauderie, f. smirking, simpering.mince, adj. thin, slender, narrow.mine, f. look, appearance.mine, f. mine.minerai, m. ore.ministère, m. department (of a cabinet minister), building for the administration offices,ministry, cabinet.ministre, m. minister; adjectively: ministerial.minuit, m. midnight.minute, f. minute; de cinq minutes en cinq minutes, every five minutes.minutieux, -euse, adj. minute, searching (t pronounced as c).mioche, m., f. brat, youngster.miracle, m. miracle.mirage, m. mirage.miroir, m. mirror.miroiter, v. to glitter, shine, reflect light.Miromesnil (rue de), Parisian street crossing the Boulevard Malesherbes (pronounced:Miroménil).misérable, adj. and s. miserable, wretched, wretch.misère, f. misery, destitution, hardship.miséricorde, f. mercy.Moallakats, a collection of seven Arabic poems of different authors in the 6th and 7thcenturies (also written Moallakât).mobile, adj. movable, mobile, unsteady, variable, in motion, restless.mode, f. manner, style, fashion; marchande de modes, milliner; à la --, in style.modèle, m. model.

Contes Français

M 331

contes francais - [PDF Document] (332)

modération, f. moderation.modéré, -e, adj. moderate.moderne, adj. modern.modeste, adj. modest.modestement, adv. modestly.modestie, f. modesty.modifier, v. to modify.moelle, f. marrow (in this and in the next word oe is pronounced as oi in moi).moelleux, -euse, adj. soft.moeurs, f. pl. manners, habits, customs (s pronounced).moi, conj. and disj. pr. me, to me, I, myself.moignon, m. stump (of an arm, etc.).moi-même, pr. myself, I myself.moindre, adj. less; le --, least, the slightest.moins, adv. less, the less; le --, least; au --, at least; du --, at least; à -- que or de, unless;pour le --, at the least.mois, m. month.moisissure, f. mold.moisson, f. harvest.moite, adj. moist, damp.moitié, f. half; à --, half.moleskine, f. moleskin (corduroy, etc.; sometimes applied to imitation leather).mollesse, f. softness, laxness, enervation.molleton, m. swanskin (soft woollen stuff).molosse, m. mastiff.môme, m., f. youngster, "kid" (familiar).moment, m. moment.momie, f. mummy.mon, ma (mes, pl.), poss. adj. pr. my.monarchie, f. monarchy.Monceau (le parc), an attractive park in the northwestern section of Paris.monde, m. world, people, society; tout le --, everybody.monnaie, f. change, coin.monocle, m. monocle.monotone, adj. monotonous.monsieur (messieurs, pl.), m. mister, sir, gentleman, the gentleman; abbreviated: M., Mr.;-- son père, his father (pronounced: mesieu).monstre, m. and adj. monster, monstrous.monstrueux, ~euse, adj. monstrous.mont, m. mount.montagne, f. mountain.monter, v. to mount, go up, ascend, come up, get in.Montivilliers, small Norman town between le Havre and Fécamp (ll not liquid).montre, f. watch, exhibition, show-window.montrer, v. to show, indicate, point out; se --, show oneself, appear.montueux, -euse, adj. hilly.monture, f. mount, horse (for riding).monumental, -e, adj. monumental.moquer, v. to mock; se -- de, make fun of, care nothing about; s'en -- pas mal, not care a rapabout it.moral, -e, adj. moral, mental; faire de la morale à, to preach to, exhort.

Contes Français

M 332

contes francais - [PDF Document] (333)

morceau, m. morsel, bit, piece.mordieu, interj. by heaven!, etc.mordre, v. to bite.morgue, f. pride, arrogance.morne, adj. gloomy, mournful, sad.mornifle, f. slap on the jaws.morsure, f. bite.mort, f. death; -- -qui-trompe, deceptive death, death in ambush.mortel, -le, adj. and s. mortal.mortifier, v. to mortify.morue, f. codfish.mosaique, f. mosaic.Moscou, Moscow.mosquée, f. mosque.mot, m. word; un bon --, a witty remark.motif, m. motive.motte, f. clod, lump.mou, molle, adj. soft, nerveless, flabby.mouche, f. fly; faire --, to hit the bull's-eye; -- à vapeur, small steamboat used on Frenchrivers.moucheron, m. gnat, "kid" (slang in the latter sense).moucheter, v. to spot, speckle.mouchoir, m. handkerchief.moufle, f. mitten.mouiller, v. to wet, bathe, cast (anchor); se --, become wet.mouillure, f. wetness, wetting, dampness.moulin, m. mill.mourir, v. to die; se --, be dying; faire --, make die, kill, execute; -- pour --, as well die onetime as another; mort -e, adj. and s. dead, spent (bullet), dead man, etc.mousquet, m. musket.mousqueterie, f. musketry.mousse, f. moss, foam.mousse, m. cabin-boy.mousseline, f. muslin.mousseux, -euse, adj. foamy, frothy.moustache, f. mustache.moutard, m. urchin, brat.mouton, m. sheep, mutton.mouvement, m. movement, motion, impulse.mouvoir, v. to move; mouvant, -e, adj. moving, busy.moyen, -ne, adj. and m. average, mean, medium, middle, means, resource, way; au -- de,by means of.moyenâgeux, -euse, adj. medieval.Mozart, (Wolfgang Amadeus), noted German composer of Marriage of Figaro, DonGiovanni, Requiem; etc., (1756-1791).muet, -te, adj. and s. mute, silent.muezzin, m. muezzin (Mohammedan priest who announces from the minaret the hour forprayer).mule, f. mule.mulon, m. great heap of salt.Munster, Münster (small Alsatian town).

Contes Français

M 333

contes francais - [PDF Document] (334)

mur, m. wall.mûr, -e, adj. ripe, mature.muraille, f. wall, rampart.murer, v. to wall up.mûrir, v. to ripen, mature, develop.murmure, m. murmur, murmuring.murmurer, v. to murmur.mutualité, f. mutuality.muscle, m. muscle.muse, f. muse.musicien, m. musician.musique, f. music; faire de la --, to play.mystère, m. mystery.mystérieux, -euse, adj. mysterious.mystification, f. mystification, hoax.mythologique, adj. mythological.

N

n', see ne.nabab, m. nabob.nacre, f. mother-of-pearl.nager, v. to swim.naguère, adv. lately, but now, not long ago.naissance, f. birth.naitre, to be born; né, -e, born.naïvement, adv. ingenuously, artlessly.Nantes, important city on the lower Loire.Napoléon III, French Emperor from 1852 to 1870.nappe, f. tablecloth, sheet (of water, light, etc.).narguer, v. to defy, snap one's fingers at.narguilhé, m. narghile (Oriental water pipe for smoking; usually written narguilé).narine, f. nostril.natal, -e, adj. natal, native.natif, -ive, adj. and s. native.national, -e, adj. national.nature, f. nature, kind.naturel, -le, adj. and m. natural, disposition, nature, naturalness.naturellement, adv. naturally.naviguer, v. to sail.navire, m. ship, vessel.navrer, v. to break the heart of; navrant, -e, heartrending, distressing; navré, -e,heart-broken; le coeur navré, heart-broken.ne, adv. (usually with pas, point, etc.), not (frequently pleonastic).néanmoins, adv. nevertheless, notwithstanding.nébuieux, -euse, adj. nebulous, glooiny, disturbing.nécessaire, adj. necessary.nécessité, f. necessity.

Contes Français

N 334

contes francais - [PDF Document] (335)

nécropole, f. necropolis (catacombs).négliger, v. to neglect, slight.négociant, m. merchant, trader.nègre, adj. and m. negro.neige, f. snow; eau de --, melted snow, water chilled with snow.nerf, m. nerve, sinew (f pronounced).nerveux, -euse, adj. nervous.Nesmond, noble French family prominent in the 17th and 18th centuries.net, -te, adj. neat, clear, short; couper --, to cut short or squarely off (t pronounced).nettement, adv. clearly, plainly.netteté, f. neatness, clearness, distinctness.nettoyer, v. to clean, clean out.neuf, card. nine.neuf, neuve, new; de --, freshly.neveu, m. nephew; petit --, great nephew.Newton (Sir Isaac), the famous English mathematician, physicist, astronomer andphilosopher, especially noted for his discovery of the laws of gravitation and for his workon light (1642-1727).nez, m. nose; devant le --, before the face; fermer sur le --, to shut in the face (pronounced: né).ni, conj. nor; -- ... --, neither ... nor.niaiserie, f. nonsense.niche, f. niche, recess, kennel.Nicolas, Nicholas.nid, m. nest.nièce, f. niece.Nil (le), m. the Nile.Nîmes, city in the department of Gard.noble, adj. and s. noble.noblesse, f. nobility.noce, f. wedding; pl. wedding.Noël, m. Christmas; la --, the Christmas festival; le petit --, Santa Claus.noir, -e, adj. and m. black; le Noir, gangrene; voir tout en --, to look on the dark side ofeverything.noircir, v. to blacken.noircisseur, m. dyer in black, scribbler.noix, f. nut, Middle part, pope's eye (of meat).nom, m. name; -- de --, euphemistic oath.nombre, m. number; -- de, a number of.nombreux, -euse, adj. numerous.nommer, v. to name; nommé, -e, adj. and s. named, one called.non, adv. no, not; -- pas, not, not at all.non bis in idem, not twice in the same place (Latin).nonchalamment, adv. nonchalantly, carelessly, heedlessly.nonchalant, -e, adj. listless, unmindful, nonchalant.non-seulement, adv. not only.nopal, m. nopal (cactus).nord, m. north; -- est, north-east (d is not pronounced innord, but is pronounced in nord-est).normal, -e, adj. normal, natural.normand, -e, adj. and s. Norman (written Normand when s.).Normandie, f. Normandy (former French province on the English Channel).

Contes Français

N 335

contes francais - [PDF Document] (336)

nos, see notre.notable, adj. notable.notaire, m. notary.notamment, adv. especially, particularly.note, f. note, bill.notion, f. notion, idea.notre (nos, pl.), poss. adj. pr. our.nôtre, poss. adj. pr. ours (usually with article).nouer, v. to knot, tie, tie up.noueux, -euse, adj. knotty, knotted.Nourmahal, popular Oriental name because of the wife of a Mogul emperor, who bore thisname in the 17th century.nourrice, f. wet-nurse.nourrir, v. to nourish, nurse, support, feed.nourriture, f. food.nous, conj. and disj. pr. we, us, to us.nous-mêmes, pr. we ourselves, ourselves.nouveau, (nouvel before vowels), -elle, adj. new, other; de --, anew, again; nouvelle(s),f. news, piece of news, story (longer than the conte and shorter than the roman); de vosnouvelles, news of you; ---né, new-born child, etc.; avoir des nouvelles de, to hear from.nouvellement, adv. newly, recently.Novare, Novara (city of northern Italy).novembre, m. November.noyau, m. stone (of fruit).noyer, v. to drown, swamp.nu, -e, adj. naked, bare; à --, bare, exposed, openly; -- pieds, barefooted.nuage, m. cloud.nuageux, -euse, adj. cloudy, somber.nuance, f. tint, shade.nudité, f. nudity, nakedness, bareness.nuée, f. thick cloud.nuire, v. to injure, be harmful.nuit, f. night; la --, the night, at night.nul, -le, adj. and pr. no, no one.nullement, adv. in no wise, by no means.numéro, m. number.nuptial, -e, adj. nuptial, marriage (t pronounced as c).nuque, f. nape (of the neck).

O

õ, interj. O!obéir, v. to obey.obéissance, f. obedience.objet, m. object.obligeamment, adv. obligingly, courteously.obliger, v. to oblige; obligeant, -e, adj. kind; rester l'obligé, remain the debtor.oblique, adj. oblique, slanting.

Contes Français

O 336

contes francais - [PDF Document] (337)

obscur, -e, adj. obscure, clark.obscurcir, v. to darken.obscurité, f. obscurity, darkness.obséder, v. to beset (in this and in the next two words b is pronounced as p).observation, f. observation.observer, v. to observe, watch, look at.obstacle, m. obstacle.obstination, f. obstinacy.obstiné, -e, adj. obstinate.obstinément, adv. obstinately.obstruer, v. to obstruct.obtenir, v. to obtain, get (b pronounced as p).obus, m. shell (s pronounced as z).occasion, f. occasion, opportunity, cause.occupation, f. occupation.occuper, v. to occupy; s'--, occupy oneself, be occupied, busy oneself, attend.océan, m. ocean.odalisque, f. odalisque (slave of a woman in the harem).odeur, f. odor.odorant, -e, adj. odorous, fragrant, sweet-smelling.odorat, m. sense of smell.oeil (yeux, pl.), m. eye, glance; regarder d'un -- favorable, to look upon favorably.oeillade, f. ogling, sheep's eye.oesophage, m. esophagus (pronounced: ésophage).oeuf, m. egg (f pronounced in the singular, but not in the plural).offense, f. offense, affront.offenser, v. to offend, hurt, injure, insult; offensant, -e, adj. offensive.offensif, -ive, adj. offensive.officier, m. officer.offre, f. offer.offrir, v. to offer, offer the opportunity or the hospitality of; s'--, be offered, be presented;m'-- sa maison, offer me the hospitality of his house; -- à boire, offer a drink to.oh, interj. oh!ohé, interj. ho!, hello!oiseau, m. bird; -- -mouche, humming-bird.oisiveté, f. idleness.olive, f. olive, ornament or button of this shape.olympien, -ne, adj. Olympian.ombre, f. shade, shadow.ombré, -e, adj. shaded.omelette, f. omelet.omettre, v. to omit.omnibus, m. omnibus (s pronounced).on, indef. pr. one, people, they, you, we (accompanying verb may often be translated asa passive).oncle, m. uncle; -- à la mode de Bretagne, first cousin.onde, f. wave, billow.ondée, f. shower.ongle, m. nail, claw.onze, card. eleven (elision no longer allowed before this word).opéra, m. opera.

Contes Français

O 337

contes francais - [PDF Document] (338)

opération, f. operation.opérer, v. to operate; s'--, be effected, wrought.opinion f. opinion.opposer, v. to oppose, prevent; si ça ne vous opposait pas, if you didn't mind.or, conj. now, but.or, m. gold.orage, m. storm.orateur, m. orator.orchestre, m. orchestra (ch pronounced as k).ordinaire, adj. ordinary, usual; d'--, à l'--, ordinarily; à son --, as usual, in his usual manner.ordinairement, adv. ordinarily.ordonnance, f. ordinance, regulation, orderly; pistolet d'--, army pistol.ordonner, v. to order.ordre, m. order.oreille, f. ear; dire à l'-- à, to say in a low tone to.oreiller, m. pillow.orfèvre, m. goldsmith.organiser, v. to organize, form, start, make.orgueil, m. pride.orgueilleux, -euse, adj. proud.Orient, m. Orient, East.oriental, -e, adj. and s. Oriental.original, -e, adj. and m. original.originel, -le, adj. original, primitive (chiefly used in such phrases as: péché --, etc.).ormeau, m. young elm.ornement, m. ornament.orner, v. to ornament, adorn.ornière, f. rut.orphelin, m. orphan.os, m. bone (s pronounced in the singular, but not in the plural).osciller, v. to oscillate, swing, sway.oser, v. to dare.Osiris, ancient Egyptian god, protector of the dead and a sun god, husband and brother ofIsis.osseux, -euse, adj. bony, knarled.ôter, v. to remove, take off or away.ou, conj. or; -- ... --, either ... or; -- bien, or, or on the other band.où, adv. where, in which, when; d'--, whence, from where, out of which; par --?, which way?,by which?; dans le cas --, in case.oublier, v. to forget; s'-- à dormir, forget and go to sleep.ouest, m. west (st pronounced).ouf, interj. oh!, ah! (usually expresses relief).oui, adv. yes.ouragan, m. hurricane.ourdisseur, -euse, m., f. warper.outil, m. tool.outre, prep. and adv. beyond, beside; en --, in addition, besides; -- Manche, across theChannel.ouverture, f. opening.ouvrage, m. work, work of art, structure.ouvragé, -e, adj. worked, figured, wrought, carved.

Contes Français

O 338

contes francais - [PDF Document] (339)

ouvrier, -ère, adj. and s. working, workman, workwoman.ouvrir, v. to open; s'--, open, draw aside; ouvert, -e, open, frank, cordial.

P

pacifique, adj. pacific, peaceful.pacifiquement, adv. peacefully, peaceably.page, f. page.paien, -ne, adj. and s. pagan.paillasse, f. straw mattress.paille, f. straw.pailleter, v. to bespangle.paillette, f. spangle, golden flake.pain, m. bread, loaf; bon comme le --, good as gold.paire, f. pair.paisiblement, adv. peacefully.paix, f. peace.palais, m. palace; -- de justice, court-house.Palais-Bourbon, m. palace on the left bank of the Seine opposite the Place de la Concorde,erected in 1722, for a member of the Bourbon family, now used by the Chamber of Deputies.palanquin, m. palanquin (litter).pâle, adj. pale.paletot, m. overcoat.pâleur, f. pallor.palier, m. landing (of a staircase).pâlir, v. to become pale.palissade, f. palisade, stockade.palmier, m. palm, palm-tree.pâlot, -te, adj. palish, wan.palpiter, v. to palpitate; palpitant, -e, adj. palpitating, throbbing, quivering.paludier, m. salt-maker.pan, m. side, skirt, face.pan, interj. bang!panier, m. basket, hoop-skirt.panneau, m. panel.panse, f. paunch, belly.pansem*nt, m. dressing.pantalon, m. pair of trousers, trousers.pantin, m. jumping-jack.Paolo, Paul (Italian).paon, m. peaco*ck; yeux de --, peaco*ck's eyes (of thefeathers; o not pronounced).papa, m. papa; p'pa, baby's pronunciation of papa.pape, m. pope.papier, m. paper; pl. papers, passport.papillon, m. butterfly.papyrus, m. papyrus (paper and plant; s pronounced).Pâques, m. Easter.

Contes Français

P 339

contes francais - [PDF Document] (340)

paquet, m. package, pack, bundle, mass.par, prep. by, through, with, because of, for, along, by way of, in, in the name of, on; -- jour,a day.paradis, m. paradise.paraître, v. to appear.paralyser, v. to paralyze.paralytique, adj. and s. paralyzed, paralytic.parapet, m. parapet.parbleu, interj. gad!, upon my word!, by George!parc, m. park (c pronounced).parcelle, f. bit, parcel.parce que, conj. because.parcourir, v. to run through or over, look over, cover; -- de l'oeil, glance over.pardi, interj. truly, certainly, by George!, really.pardon, m. pardon, I beg your pardon.pardonner, v. to pardon.pareil, -le, adj. and s. similar, like, such, such a.pareillement, adv. similarly, likewise, too.parent, -e, m., f. relative; pl. relatives, parents.parer, v. to adorn, attire, dress up, ward off, parry.parfait, -e, adj. perfect.parfaitement, adv. perfectly.parfois, adv. at times.parfum, m. perfume, flavor.parfumer, v. to perfume, scent.parfumerie, f. perfumery.parier, v. to wager, bet.Paris, Paris.parisien, -ne, adj. and s. Parisian (written Parisien when s.).parlementaire, adj. parliamentary.parler, v. to speak, talk, talk of.parmi, prep. among.paroisse, f. parish, parish., church.parole, f. word, speech; prendre la --, to speak; adresser la -- à, speak to.paroli, m. paroli, double stake or bet.parrain, m. godfather.part, f. part, direction, share; d'une --, on the one hand; d'autre --, on the other hand;quelque --, somewhere, anywhere; de -- en --, through and through.partager, v. to share, divide, distribute.parterre, m. rear of orchestra, pit (theater).parti, m. party, decision, side, match; prendre le (son) --, to make up one's (his) mind;prendre un --, come to a decision, en tirer --, reap advantage, profit by it.participation, f. participation.participer, v. to participate, take part, be an accomplice.particulier, -ère, adj. particular, peculiar, private.particulièrement, adv. particularly.partie, f. part, portion, game; avoir -- gagnée, to win.partir, v. to depart, leave, burst out, set out, go off, give vent; begin; à -- de, from; partant, m.departing one.partout, adv. everywhere; de --, from everywhere, on all sides.parure, f. ornament, set of jewels, attire.

Contes Français

P 340

contes francais - [PDF Document] (341)

parvenir, v. to reach, attain, succeed, arrive; parvenu, -e, m., f. parvenu, parvenue, upstart.pas, m. step, pace; de ce --, at once, directly; sur mes --, at my heels.pas, adv. not, no; ne ... --, not, no.passablement, adv. passably, tolerably.passage, m. passage, passing, trip across, going by, path.passager, m. passenger.passe, f. pass, passage, channel.passe, interj. let it pass, all right.passem*nter, v. to lace, adorn.passer, v. to pass, pass over, take across, put, go by, pass through one's mind, put on; se --,pass, happen, take place; elle s'est fait -- ici, she got herself taken to this place; un frissonme passa dans le dos, a shiver ran along my back; passant, -e, adj. and s. passing,passer-by; passé, -e, adj. and m. past.passerelle, f. foot-bridge.passion, f. passion, love.passionner, v. to impassion; passionné, -e, adj. passionate.pastèque, f. watermelon.pasteur, m. pastor.pâtée, f. paste, mess (for dogs, etc.), porridge.paterne, adj. grandmotherly, over-kindly.paternel, -le, adj. paternal, father's.paternellement, adv. paternally.paternité, f. paternity.pâteux, -euse, adj. pasty, sticky, clammy.patience, f. patience (in this and in the next word ti is pronounced as ci).patient, -e, adj. patient, long-suffering, constant.pâtir, v. to suffer.patrie, f. native land.patriote, adj. and s. patriotic, patriot.patron, m. patron, master, employer.patte, f. paw, foot, claw; à quatre pattes, on all fours.pâturage, m. pasturage, pasture; couleur de --, grass-green.Paul 1er, Paul I (Russian Emperor; reigned: 1796-1801).Pauline, Paulina.Paumelle, proper name; cf. paumelle, long-eared barley, hand-leather (for protecting thehand in sewing).paupière, f. eyelid.pause, f. pause.pauvre, adj. and s. poor, pitiful, late, poor person, beggar;pauvres nous, alas for us.pauvresse, f. poor woman, beggar.pauvreté, f. poverty.pavé, m. pavement.paver, v. to pave.pavillon, m. pavilion, flag, canopy.payement, m. payment.payer, v. to pay, pay for.pays, m. country (pronounced: Pèyi; the same pronunciation occurs in the next two words).paysage, m. landscape, scenery.paysan, -ne, m., f. and adj. peasant.peau, f. skin.

Contes Français

P 341

contes francais - [PDF Document] (342)

pécaire, interj. what a pity; (compassionate interjection used in Provence).pêche, f. peach.pêche, f. fishing, catch, fishing trip; aller à la --, to go fishing.péché, m. sin.pêcher, v. to fish, fish for.pécheur, pécheresse, m., f. sinner.pêcheur, -euse, m., f. and adj. fisherman, fisherwoman, fishing.peindre, v. to paint, picture.peine, f. suffering, grief, pain, difficulty, trouble, labor, hard work, anxiety, torment; à --,scarcely; c'est à -- si, scarcely.peiner, v. to trouble, pain.peinture, f. painting, paint.pelisse, f. pelisse, fur coat.pelle, f. shovel.peloton, m. ball of worsted, platoon, group; -- de travail, shift.penchant, m. slope, propensity.pencher, v. to bend, lean, bow; se --, bend, lean, lean over; penché, -e, bent, bowed, leaning.pendant, prep. during, for (time); -- que, conj. while.pendre, v. to hang.pendule, f. clock, mantel-clock.pénétration, f. penetration.pénétrer, v. to penetrate, fathom, pervade, enter, go in, invade.pénible, adj. difficult, laborious, painful, distressing.pénitence, f. penitence; penance.pensée, f. thought, thinking.penser, v. to think, think out; pensez, think, you may imagine.penseur, m. thinker.pensif, -ive, adj. thoughtful.pension, f. pension, board, boarding-house, boarding-school.pensionnaire, m., f. boarder, boarding-school boy or girl.pente, f. slope.perce, f. borer, drill; mettre en --, to tap.percepteur, m. tax-collector.percer, v. to pierce, penetrate, be manifest.perche, f. pole.percher, v. to perch.perclus, -e, adj. crippled, paralyzed.perdre, v. to lose, ruin, undo; se --, lose oneself, get lost, be lost.perdrix, f. partridge (x not pronounced).père, m. father, old man or "Uncle" (title).perfection, f. perfection.perfide, adj. perfidious.perfidie, f. perfidy, treachery.péri, f. peri (Oriental fairy).péril, m. peril (l pronounçed).périlleux, -euse, adj. perilous, dangerous.périr, v. to perish, be lost, die.perle, f. pearl, bead.perlé, -e, adj. pearly, beaded, clear and silvery (voice).permettre, v. to permit, allow.Pérotte, dialectic for Pierrette.

Contes Français

P 342

contes francais - [PDF Document] (343)

perron, m. perron, elevated stone landing, stoop.perruque, f. wig.perruquier, m. wig-maker, hair-dresser, barber.Perse, f. Persia; tapis de --, Persian rug.persécuteur, m. persecutor.persistance, f. persistence.personnage, m. personage, person, person of importance.personne, f. person; m. anyone, no one; ne ... --, no one.perspective, f. perspective.persuader, v. to persuade; en --, convince of it.perte, f. loss, ruin; à -- de vue, as far as the eye can reach.peser, v. to weigh, lest, bang (over); pesant, -e, adj. heavy.pétale, m. petal.pétiller, v. to crackle, sparkle.petiot, -e, adj. tiny.petit, -e, adj. and s. small, little, short, light, small person, little one; -- à --, little by little.petit-maitre, m. dandy.petit-neveu, m. grand-nephew.pétrifier, v. to petrify.pétrole, m. petroleum.peu, adv. and m. little, not very, a little, few; -- à --, little by little; un --, a little, somewhat; tantsoit --, somewhat; -- de chose, not much, little, of small importance, trifling.peuple, m. people, common people, crowd; adjectively: common.peupler, v. to people, populate.peur, f. fear; faire -- (à), to frighten.peureux, -euse, adj. timorous, timid.peut-être, adv. perhaps; -- que, perhaps.phalange, f. phalanx.Phalsbourg, Pfalzburg (former French town in Lorraine, ceded to Germany in 1871).pharaon, m. faro (card-game, in which the players bet on the order in which the dealer orbanker will deal the cards); faire une banque de --, to be the banker in a game of faro.pharmacien, m. apothecary, druggist.phénomène, m. phenomenon.philosophe, m. philosopher.philosophique, adj. philosophical.phosphorescent, -e, adj. phosphorescent.phrase, f. phrase.physionomie, f. physiognomy, face.piailler, v. to bawl, squeal, screech.Pie Vll, Pius VII, Pope: 1800-1823; Pie VIII, Pope: 1829-1830;Pie IX, Pope: 1846-1878; Pie X, Pope: 1903-1914.pièce, f. piece, room, play.pied, m. foot; arme au --, weapon resting on the ground.Pierre, Peter; saint --, Saint Peter.pierre, f. stone.Pierrette, feminine diminutive of Pierre.Pierron, survival of the Old French oblique case of Pierre.pieu, m. stake, "bunk" (slang in last sense).pieux, -euse, adj. pious.pilastre, m. pilaster.pile, f. pile, heap, reverse (of a coin); jouer à croix ou --, to toss (a coin) for.

Contes Français

P 343

contes francais - [PDF Document] (344)

pilier, m. pillar, maintainer; steady customer, habitué.piller, v. to plunder.pilori, m. pillory.Pimenti, proper name (cf. Italian pimento, cayenne pepper).pince, f. pinch, pincers, claw.pinceau, m. brush (painter's).Pinchon (Robert), intimate friend of de Maupassant; many of the anecdotes relating tode Maupassant are due to his published souvenirs; he was also a librarian in Rouen.pioche, f. pickax, mattock.pipe, f. pipe.piquer, v. to prick, stick, bite, peck; piquant, -e, prickly, sharp, biting, stinging, keen.pire, adj. worse; le --; worst.Piriac, village and port in the department of Loire-Inférieure.pis, adv. worse; le --, worst; tant --, so much the worse.pissenlit, m. dandelion.pistil, m. pistil (l pronounced).pistolet, m. pistol.piteux, -euse, adj. pitiful, woeful.pitié, f. pity.pitoyable, adj. pitiful.pivert, m. green woodpecker.pivoine, f. peony.place, f. place, square, position, stronghold, room; sur --, on the spot; -- forte, stronghold;faire -- à, to make way for; -- d'Armes, parade-ground.placer, v. to place.placide, adj. placid.plafond, m. ceiling.plage, f. shore, beach.plaie, f. wound, gare.plaindre, v. to pity; se -- de; complain of, lament.plaine, f. plain.plainte, f. complaint, wail.plaire, v. to please; plût à Dieu, would to God; se --, be pleased; s'il vous plaît, if you please;plaisant, -e, adj. and s. pleasing, pleasant, joker; mauvais plaisant, sorry or practical joker,joker.plaisanter, v. to joke, jest.plaisanterie, f. joke.plaisir, m. pleasure.plan, m. plan, plane.planche, f. plank, board, skinny woman (slang in last sense).plancher, m. floor.planer, v. to goal.plante, f. plant.planter, v. to plant, place, fix; -- là, plant there, give the slip to, leave in the lurch.plaque, f. tablet, metal badge.plat, m. dish.plat, -e, adj. flat.platane, m. plane-tree.plateau, m. platter.plate-bande, f. border (of a flower-bed, etc.).plate-forme, f. platform.

Contes Français

P 344

contes francais - [PDF Document] (345)

plâtras, m. old plaster, rubbish.plâtre, m. plaster.plébéien, -ne, adj. and s. plebeian.plein, -e, adj. full, open (air, field, door, etc.); en --, in the middle or midst of, completely, all; enpleine figure, right in the face; en -- décembre, in the middle of December; à pleinscheveux, right by the hair; à pleine bouche, with mouth wide open, lapping up without usingthe hands.pleinement, adv. fully.pleurer, v. to weep, weep for; -- à chaudes larmes, to shed hot tears.pli, m. fold, bend, plait, depression, hollow, elevation.pliable, adj. pliable, flexible.pliant, m. folding-chair, camp-stool.plier, v. to fold, bend.plisser, v. to plait, crease, wrinkle.plomb, m. lead (b not pronounced).plombé, -e, adj. leaden, livid.plongeon, m. plunge, dive, dipping, dip.plonger, v. to plunge, dive, throw or stick in.pluie, f. rain.plume, f. feather, pen; -- à l'oreille, pen over the ear.plus, adv. more, in addition, some more, plus, no more; le --, most; -- ... --, the more...themore; ne ... --, no longer, never more; non --, either; de --, in addition, more; de -- en --,more and more; de -- ou de moins, more or less (when ="some more" or "plus" or whenemphatic, s is pronounced).plusieurs, adj., pl. several.plutôt, adv. rather, sooner.poche, f. pocket.poêle, m. stove; f. frying-pan (oê in this and in the next word is pronounced as oi in poil).poêlée, f. panful.poème, m. poem.poésie, f. poetry, poesy, poem.poète, m. poet; adjectively: poetic.poétiquement, adv. poetically.poids, m. weight.poignée, f. handful, hilt.poignet, m. wrist.poil, m. hair (usually of the body or of an animal).poilu, -e, adj. hairy.poindre, v. to sting, dawn, rise, appear.poing, m. fist.point, m. point place; en tout --, in every respect; troubler au dernier --, to disturb in thehighest degree.point, adv. not at all; ne ... --, not at all.pointe, f. point, tip; sur la -- du pied, on tiptoe; casque à --, pointed helmet.pointer, v. to point, aim.pointu, -e, adj. pointed.poirier, m. pear-tree.poisson, m. fish.Poissy, town on the Seine near Versailles, contains a prison (see context).poitrine, f. breast, chest.poivre, m. pepper.

Contes Français

P 345

contes francais - [PDF Document] (346)

poix, f. pitch; Doigt-de-Poix, Light-fingered.poli, -e, adj. polite, polished.police, f. police.poliment, adv. politely.polisson, -ne, adj. and s. mischievous, naughty, broad (of a joke), scamp.politique, adj. and s. political; m. politician; f. politics.polonais, -e, adj. and s. Polish, Pole (written Polonais when s.).Polyte, abbreviation of Hippolyte.poméranien, -ne, adj. Pomeranian (of the Prussian province of Pomerania).pomme, f. apple; -- de terre, potato.pommeau, m. pummel.pommier, m. apple-tree.pompe, f. pomp, splendor.pompe, f. pump.pomper, v. to pump.pompon, m. topknot, tuft.poney, m. pony.pont, m. bridge, deck.ponte, m. punter (any player but the banker at faro).ponter, v. to punt (bet against the banker at faro, roulette, etc.).ponton, m. pontoon; -- d'embarquement, floating dock.populaire, adj. popular.population, f. population.porc, m. pig, pork (c is now usually pronounced in this word).porcelaine, f. porcelain.poreux, -euse, adj. porous.port, m. port, wharf.portail, m. portal, large door, front of a church.porte, f. door, gate, doorway, door-sill; assis (debout) sur la --, seated (standing) on thedoor-step.porte-amarre, m. apparatus for throwing a cable; fusil --, rocket-gun, life-rocket.porte-cigarres, m. cigar-case.portée, f. reach, range, shot.portefeuille, m. portfolio, pocket-book.porter, v. to carry, bear, wear, support, contain (information); se --, be (of the health); qui nes'en portera pas plus mal, which will not be any the worse for it; l'un portant l'autre, on anaverage.porteur, m. bearer, porter.portière, f. door-curtain, carriage-door.portion, f. portion, piece.portrait, m. portrait.pose, f. pose.poser, v. to place, put, set down, ask (a question); se --, be placed, place oneself, alight; posé sur,sitting on (of a bird).position, f. position.posséder, v. to possess, own, have.possesseur, m. possessor, owner.possession, f. possession.possible, adj. possible; au --, most possible.poste, f. post, post-office, mail, mail-coach; chaise de --, post-chaise; m. military post, post,position.

Contes Français

P 346

contes francais - [PDF Document] (347)

poster, v. to post; se --, to be posted or established.postillon, m. postilion.posture, f. posture.pot, m. pot.potage, m. thick soup.potence, f. gaUows, gibbet.pouce, m. thumb, inch.Pouchkine, Pushkin (Alexander), Russian lyric poet, dramatist and novelist, born in Moscow(1799-1837).poudre, f. powder, dust; en --, powdered.poudrer, v. to powder, sprinkle (powder, dust, money, etc.) on.poudreux, -euse, adj. dusty.poudroyer, v. to be dusty.pouiller, v. to get the lice out of, clean, get into.poulailler, m. chicken-house.poule, f. hen, fowl, chicken; chair de --, goose-flesh.poulet, m. chicken.poulie, f. pulley.poupée, f. doll.pour, prep. for, to, in order to, in regard to; -- que, conj. that, in order that, for; substantively:le -- et le contre, the pros and cons; -- deux sous, two cents' worth.pourboire, m. tip.pourpre, adj. and m. purple (varying from violet to crimson).pourquoi, conj. and adv. why, why?pourrir, v. to rot.pourriture, f. rot, decay, putrefaction.poursuite, f. pursuit.poursuivre, v. to pursue, follow up, continue, keep.pourtant, adv. and conj. however, nevertheless.pourvu que, conj. provided that.pousser, v. to push, thrust, send forth, exhale, push to or in or open, utter, urge on, heave,shoot (a bolt), give.poussière, f. dust.poussif, -ive, adj. short-winded, puffing.poussin, m. young chicken.pouvoir, v. to be able, can, may, be able to do; se --, be possible; n'en -- plus, be tired out,be utterly exhausted; m. power.pratique, adj. and f. practice, practical.pratiquer, v. to practice, frequent, put up, make.précaution, f. precaution.précédent, -e, adj. preceding.précéder, v. to precede.précieux, -euse, adj. precious.précipitamment, adv. precipitately, hurriedly.précipitation, f. precipitation, hurry.précipiter, v. to precipitate, throw; se --, rush forth, rush forward, rush, throw oneself;précipité, -e, precipitate, hurried, hasty.précis, -e, adj. and m. precise, summary.précisément, adv. precisely, exactly.prédiction, f. prediction.préfecture, f. prefecture (office of the prefect of a department or of the Prefect of Police in

Contes Français

P 347

contes francais - [PDF Document] (348)

Paris).préférence, f. preference.préférer, v. to prefer.préfet, m. prefect (head of a French department or of the police in Paris).préjugé, m. prejudice, precedent.prélever, v. to levy, take first.premier, -ère, adj. first, greatest; porte du --, second story door; gravir le --, to be the firstto climb (abbreviated: 1er). prendre, v. to take, take on, catch, seize, get, acquire, regard,make (resolutions, arrangements), assume (an air); se -- à, begin; s'y --, go about it; -- legalop, take to a gallop; -- à travers, cut across (country); à tout --, everything considered;-- à la cruche, to attack or take a drink from the jug.prénom, m. first or Christian name.préoccupation, f. preoccupation.préoccuper, v. to preoccupy.préparatoire, adj. preparatory.préparer, v. to prepare, plan.près, prep. (with de) and adv. near, about to; de -- closely, near at hand; de si --, so closely; à peu --,almost, nearly.présage, m. omen.présager, v. to presage, foretoken, forebode.présence, f. presence.présent, -e, adj. and s. present, person present; m. present, gift; à --, at present, now.présenter, v. to present.préservatif, m. preservative, protection.président, m. president, presiding judge.présider, v. to preside, preside over.presque, adv. almost.presqu'île, f. peninsula.pressentiment, m. presentiment.pressentir, v. to have a presentiment, foresee.presser, v. to press, hurry, urge; se --, be in a hurry, crowd, press, press close; aller d'un paspressé, hurry along; pressant, -e, pressing, urgent; pressé, -e, pressed, in a hurry, hurried,quick, hasty.pression, f. pressure.présumer, v. to presume, conjecture.prêt, -e, adj. ready.prétendre, v. to pretend, claim, lay claim, mean, aspire, maintain, require, insist on.prétentieux, -euse, adj. pretentious, pompous (ti pronounced as ci).prétention, f. pretension, claim.prêter, v. to lend, attribute; -- serment à, swear allegiance to.prétexte, m. pretext, pretense.prétoire, m. court-room.prêtre, m. priest.preuve, f. proof.prévenance, f. consideration, obligingness, kind attention, kindness.prévenir, v. to anticipate, warn, inform.prier, v. to pray, beg.prière, f. prayer.prieur, m. prior.primaire, adj. primary.primo, adv. firstly, in the first place.

Contes Français

P 348

contes francais - [PDF Document] (349)

prince, m. prince; princesse, f. princess.principal, -e, adj. and m. principal.principalement, adv. principally.printemps, m. spring.prise, f. capture, seizure.prison, f. prison.prisonnier, -ère, m., f. prisoner.priver, v. to deprive; privé, -e; adj. private.prix, m. price, value, prize, cost.probable, adj. probable.probablement, adv. probably.probe, adj. upright, honest.probitê, f. probity, honesty, integrity.problème, m. problem.procéder, v. to proceed.procession, f. procession.prochain, -e, adj. next, nearest, coming, immediate.proche, adj. and s. near, nigh, near relative.procurer, v. to procure, get.prodigieusem*nt, adv. prodigiously.prodigieux, -euse, adj. prodigious.prodiguer, v. to lavish.production, f. production.produire, v. to produce; se --, be produced, be made, occur.produit, m. product.profession, f. profession.profil, m. profile (l pronounced).profiter, v. to profit.profond, -e, adj. and m. profound, deep; du plus -- de mon coeur, from the depths of myheart; profonde, f. pocket (slang).profondément, adv. profoundly, deeply.profondeur, f. depth.profusion, f. profusion; à --, profusely, abundantly.programme, m. program.proie, f. prey; en -- à, a prey to.projet, m. project, plan.prolonger, v. to prolong; se --, be prolonged, extend; -- l'haleine, get a longer wind.promener, v. to take about, take out, keep going, keep up, cast; se --, take a walk, ride, etc.,walk to and fro.promettre, v. to promise.promontoire, m. promontory.prompt, -e, adj. prompt (in this and in the following word p is not pronounced).promptement, adv. promptly.prononcer, v. to pronounce, utter, declare, deliver.prophète, m. prophet; le Prophète, Mohammed.prophétique, adj. prophetic.propice, adj. propitious.propos, m. purpose, object, remark, talk; à -- de, in regard to.proposer, v. to propose; se -- de, think of, intend to.proposition, f. proposition.propre, adj. proper, clean, own; -- à rien, good for nothing; c'est du --, that's (he's) a pretty

Contes Français

P 349

contes francais - [PDF Document] (350)

mess.proprement, adv. properly, correctly.propriétaire, m., f. proprietor, proprietress, owner, landowner.propriété, f. property, propriety.pro-recteur, m. vice-rector(acting head of a German university, the head being the reigningprince).prose, f. prose.Prosper-César, Prosper Cresar (the French usually hyphenate two given names).prospérer, v. to prosper.prospérité, f. prosperity.prosterner, v. to prostrate.protecteur, m. protector; adjectively: protecting.protection, f. protection.protéger, v. to protect.protester, v. to protest.prouver, v. to prove.provençal, -e, adj. Provençal, Provencial.Provence, f. Provence (the extreme southeastern province in France before the Revolution);rue de --, Parisian street a little north of the Boulevard des Italiens.proverbe, m. proverb.providence, f. providence; la Providence, Providence.province, f. province; de --, provincial.provincial, -e, adj. and s. provincial.provision, f. provision, supply.provisoirement, adv. provisionally, temporarily.provoquer, v. to provoke, challenge, invite.prudemment, adv. prudently (em pronounced as am).prudence, f. prudence.prunelle, f. pupil, eyeball, eye.Prusse, f. Prussia.prussien, -ne, adj. and s. Prussian (written Prussien when s.).public, -ique, adj. and m. public.publier, v. to publish.puce, f. flea; secouer les puces, to shake the fleas from, beat.pudeur, f. modesty, bashfulness, shame.puer, v. to stink.puéril, -e, adj. puerile, childish, boyish (l pronounced).puis, adv. then.puiser, v. to draw, draw forth, dip.puisque, conj. since.puissant, -e, adj. powerful, mighty.puits, m. well.punch, m. punch (pronounced: ponch).punir, v. to punish.pur, -e, adj. pure.purement, adv. purely.purgatoire, m. purgatory.purger, v. to purge, cleanse, clean.putréfaction, f. putrefaction.pyramide, f. pyramid.pyrosis, m. pyrosis (burning pain in the epigastrium; final s pronounced).

Contes Français

P 350

contes francais - [PDF Document] (351)

Q

qu', see que.quai, m. quay.qualité, f. quality, rank, capacity; en sa -- d'étourdi, by virtue of his giddiness or frivolity.quand, conj. when, if, even if.quant (à), adv. as for, as to.quantité, f. quantity.quarantaine, f. quarantine, about forty.quarante, card. forty.quarante-cinq, card. forty-five.quarante-deux, card. forty-two.quarante-sept, card. forty-seven.quart, m. quarter; moins le --, a quarter to.quartier, m. quarter, quarters, section, block (of stone, etc.);Quartier Latin, Latin Quarter (on the left bank of the Seine in Paris, in it are the University(Sorbonne) and the principal schools of Paris).quasi, adv. almost.quasiment, adv. almost, as it were, a sort of.quatorze, card. fourteen.quatre, card. four; -- à --, four (steps, etc.) at a time.quatre-vingt-dix-neuf, card. ninety-nine.quatre-vingts, card. eighty.quatrième, ord. fourth.que, conj. and adv. that, in order that, than, as, whether, why, how, but (after a negative), let,see that (used also to avoid repetition of a conjunction, then takes the meaning of the firstconjunction); ne ... --, only, but, except, what; c'est --, introductory phrase, often better leftuntranslated, sometimes = it is because, that is, but.que, rel. pr. whom, which, what, ever; ce --, what, etc.; ce -- c'est -- de, that is what it is to; jene sais --, some or other; qu'est-ce -- (c'est --) cela?, what is that?; ce -- de, how much;ce -- c'est que d'habiter, what a life one leads in.que, int. pr. what?; qu'est-ce --(qui)?, what?quel, -le, adj. pr. (rel. or int.) what, which, of what kind, who; -- qu'il soit, whoever he may be.quelconque, indef. adj. pr. whatever, whatsoever; un ... --, some ... or other.quelque, indef. adj. pr. some, a few (pl.); -- ... que, however; -- chose de brun, somethingdark.quelquefois, adv. sometimes.quelqu'un, -une, (quelques-uns, -unes, pl.) indef. pr. someone, somebody.querelle, f. quarrel.quereller, v. to quarrel; se --, quarrel.quérir, v. to look for, fetch (used only in infinitive after aller, venir and envoyer).question, f. question.questionner, v. to question.quétou, m. a dialectic word, translate: good-for-nothing pig (used in central France).queue, f. tail.queuter, v. to cue, strike two billiard balls at once.qui, rel. pr. who, which, what, whoever; ce --, who, which, what, etc.; -- ... --, one ... another;

Contes Français

Q 351

contes francais - [PDF Document] (352)

de --, whose, etc.qui, int. pr. who?, which?, what?quinzaine, f. about fifteen, fortnight.quinze, card. fifteen; -- jours, two weeks.quitte, adj. quit, quits, free; il n'aurait pas été si facilement -- avec, he would not have gotoff so easily with.quitter, v. to quit, leave, lay aside, take off, let go; ne pas -- des yeux, not to take the eyesoff.quoi, int. and rel. pr. what, which; de --, wherewith, means, the wherewithal; -- que, whatever;je ne sais -- (de), I don't know what, something; à -- bon?, what is the good of it?; -- qu'il ensoit (de), whatever may be, however it may be; sur --, whereupon; -- que ce soit, anythingwhatsoever; comme --, how.quoique, conj. although.

R

rabattre, v. to put down, pull down, lower.rabbin, m. rabbi.rabougrir, v. to stunt.raccommoder, v. to mend, repair.race, f. race.racine, f. root.racler, v. to scrape.raconter, v. to tell, tell of, relate, recount.radeau, m. raft, float.radieux, -euse, adj. radiant.radoter, v. to talk nonsense, rlave, dote.raffinement, m. refinement.rafraichir, v. to refresh, freshen, cool, keep cool; se --, refresh oneself, take somerefreshments.rage, f. rage.rager, v. to rage, storm, be furious.rageusem*nt, adv. wrathfully, fretfully.raide, adj. stiff, rigid, steep.raideur, f. stiffness.raie, f. line, streak, part (of the hair).raillerie, f. raillery, mockery.railleur, -euse, adj. bantering, jesting.railway, m. railway (English).raisin, m. grape, grapes.raison, f. reason; rendre --, to give satisfaction.raisonnable, adj. reasonable.raisonnement, m. reasoning.raisonner, v. to reason; raisonné, -e, reasoned, rational.raisonneur, -euse, m., f. reasoner.rajeunir, v. to rejuvenate, make young again.ralentir, v. to slacken.rallumer, v. to light again.

Contes Français

R 352

contes francais - [PDF Document] (353)

ramasser, v. to pick up, gather; ramassé, -e, adj. thick-set, heavy.rame, f. oar; à toutes rames, rowing at full speed.rameau, m. bough, branch.Rameau (Jean Phillippe), French composer and musical theorist (1683-1764).ramener, v. to bring back, lead or draw back.ramer, v. to row.rampe, f. hand-rail, banister, railing.ramper, v. to creep, crawl.rang, m. rank, row.rangée, f. row.ranger, v. to range, arrange, draw up, put in order; se --, draw up, draw aside; rangé, -e,steady, settled.ranimer, v. to reanimate, revive; se --, brighten up, be revived.Raoul, Ralph.râpé, -e, shabby.rapetisser, v. to belittle.rapide, adj. rapid, quick, swift, steep.rapidement, adv. rapidly.rapidité, f. rapidity.rappeler, v. to recall, remind; se --, remember, recall.rapport, m. report, relation; -- à, on account of.rapporter, v. to bring back or in, report; s'en -- à, leave the matter to.rapprocher, v. to draw or bring near; se -- de, approach again, draw near, be reconciled with.rare, adj. rare, scarce, thin.rarement, adv. rarely.ras, -e, adj. closely cut, short-napped; au -- de, on a level with (s not pronounced).raser, v. to shave, shave clean.rasoir, m. razor.rasseoir, v. to reseat; se --, sit down again.rassurer, v. to reassure; se --, reassure oneself, be reassured.rat, m. rat.râteau, m. rake.rater, v. to miss, spoil.Ratier, proper name, cf. ratier, -ère, adj. rat-catching (of a dog, etc.), whimsical.ratisser, v. to rake.rattacher, v. to tie again, attach, make one cling to; se --, be attached.rattraper, v. to catch again, regain.rauque, adj. hoarse, harsh.ravager, v. to ravage (with dissipation, etc.), lay waste, ruin.ravin, m. ravine.ravir, v. to ravish, enrapture, delight.ravoir, v. to have again.rayer, v. to stripe, streak.rayon, m. ray, beam; -- de miel, honeycomb.rayonnement, m. radiance, gleam.réaliser, v. to realize.réalité, f. reality.rebelle, adj. and s. rebellious, rebel.rebondir, v. to rebound, jump back or again.rebord, m. edge, ledge.réception, f. reception.

Contes Français

R 353

contes francais - [PDF Document] (354)

recevoir, v. to receive.réchapper, v. to escape again, escape; nous en sommes réchappés, we have had anarrow escape.réchauffer, v. to heat again, warm up, warm.recherche, f. scarching, investigation, search.rechercher, v. to search for again, seek again, search for, seek.récif, m. reef.récipient, m. recipient, receptacle.récit, m. recital, narration.réciter, v. to recite.réclamation, f. claim, complaint, protest.réclamer, v. to reclaim, claim, protest.recoin, m. recess, remote coner, nook.récolter, v. to harvest, collect.recommandation, f. recommendation; lettre de --, letter of introduction.recommander, v. to recommend, commend, bid.recommencer, v. to recommence, begin again.récompense, f. recompense, reward.récompenser, v. to reward.reconduire, v. to reconduct, lead back, take back.reconnaissance, f. gratitude, reconnoissance, reconnoitering party.reconnaître, v. to recognize, admit, realize, acknowledge; on ne s'y reconnaît plus, wedon't know any longer where we are.reconstituer, v. to reconstitute, recoup.reconter, v. to tell again, retell.recopier, v. to recopy.recours, m. recourse.recouvrer, v. to recover.recouvrir, v. to cover again, cover.recrutement, m. recruitment, recruiting.recteur, m. rector, priest (used in latter sense in Brittany).recueillement, m. meditation.recueillir, v. to gather, collect; pick up, take in; se --, collect one's thoughts, reflect; recueillezbien vos souvenirs, try to remember.reculer, v. to draw back, fall or go back, recoil; se --, go back, recoil, draw back.reculons (à), adv. backwards.redemander, v. to ask again, request the return of.redescendre, v. to descend again, go down again.redevenir, v. to become again.redingote, f. frock-coat.redoubler, v. to redouble, increase.redoutable, adj. dreadful, formidable, terrible.redoute, f. redoubt.redouter, v. to dread.redresser, v. to straighten, straighten up, erect again; se --, draw oneself up, straighten upagain.réduire, v. to reduce, compel.réduit, m. retreat, nook, small room (in garret, etc.).réel, -le, adj. real.réélection, f. reëlection.réellement, adv. really.

Contes Français

R 354

contes francais - [PDF Document] (355)

refaire, v. to make again.refermer, v. to close again, close or shut; se --, close again; -- les verrous de, bolt again.réfléchir, v. to refiect; réfléchi, -e, adj. thoughtful.reflet, m. refiection (of light, etc.).refléter, v. to refiect (light, etc.).réflexion, f. rcflection; faire une --, to reflect; toute -- faite, after thinking about it carefully.reflux, m. ebb, ebbing tide (x not pronounced).reformer, v. to form again.réformer, v. to reform, dismiss.refroidir, v. to cool.refuge, m. refuge, shelter.refugier (se), v. to take refuge.refus, m. refusal.refuser, v. to refuse; se --, to refuse, deny oneself; s'y --, refuse to do it.regagner, v. to regain, go or get back to, win back.régalade, f. treat, treating.régaler, v. to regale, treat.regaloper, v. to gallop again, trot around again (colloquial, derived from galoper).regard, m. glance, look, regard, eye.regarder, v. to look at, look, regard, watch, concern, look out (for).régime, m. diet, rule, cluster (of fruit).régiment, m. regiment.région, f. region.régional, -e, adj. regional, district, inter-departmental.registre, m. register.règle, f. rule; en --, all right.règne, m. reign.régner, v. to reign.regret, m. regret.regretter, v. to regret.régulier, -ère, adj. regular.régulièrement, adv. regularly.rehausser, v. to heighten, enhance, set off.rein, m. kidney, back; autour des reins, around the waist; les reins courbés, withback bent.reine, f. queen.rejeter, v. to throw back.rejoindre, v. to rejoin, meet, join; se --, meet.réjouir, v. to rejoice, cheer, delight; réjoui, -e, delighted, beaming.relayer, v. to relieve.relevé, m. course immediately following the soup.relever, v. to lift again, raise, lift, turn back; se --, raise oneself, rise again, stand up, get upagain, rise.relief, m. relief (projection).religieusem*nt, adv. religiously.religieux, -euse, adj. religious.religion, f. religion, piety.relique, f. relic.reluire, v. to shine, glisten.remarquable, adj. remarkable.remarque, f. remark.

Contes Français

R 355

contes francais - [PDF Document] (356)

remarquer, v. to remark, notice.rembourrer, v. to stuff, pad.remédier, v. to remedy, obviate.remercier, v. to thank.remettre, v. to put back, put on again, put again, deliver, give, give over, recover; se --, putoneself back, give oneself over, place oneself again, recover one's composure, make up;se -- à, begin again; se -- avec, get back into the good graces of, "make up with."remonter, v. to remount, go or come up again, go back, go up, get in again.remords, m. remorse.remorque, f. towing, tow.remorquer, v. to tow.remous, m. eddy.rempart, m. rampart, city wall.remplacer, v. to replace.remplir, v. to fill, fulfil; rempli, -e, filled, full.remporter, v. to carry off or back.remuer, v. to move, stir; se --, bestir oneself, stir, move about, move; remuant, -e, stirring,busy.renard, m. fox.renchaîner, v. to chain up again.rencontre, f. meeting; à sa --, to meet him.rencontrer, v. to meet; se --, meet, find.rendez-vous, m. rendez-vous, appointment, meeting; se donner --, to make an appointment,agree to meet.rendormir, v. to put to sleep again; se --, go to sleep again.rendre, v. to render, give back, make, restore, depict; se --, make or render oneself,surrender, betake oneself, go;rendu,-e, rendered, knocked up, done for, "all in."renfermer, v. to shut up again, enclose, contain.renfler, v. to swell; renflé, -e, swollen, bulging.renfoncer, v. to plunge deeper, settle down.renommé, -e, adj. renowned, noted.renommée, f. renown, fame.renoncer, v. to renounce, give up.renouveler, v. to renew, repeat; -- l'air, ventilate; se --, be renewed.renseignement, m. information (also in pl.); prendre des renseignements, to makeinquiries.renseigner, v. to inform; se--, get information.rente, f. income, annuity, income from government bonds or stocks, etc.renrée, f. reëntrance, return, return home.rentrer, v. to reënter, go back in, come in, return.renverse (à la), adv. backward, on one's back.renverser, v. to overturn, upset, throw over or back.renvoyer, v. to send back or away, dismiss, reflect.repaître, v. to feed; se -- de (avec), delight in.répandre, v. to scatter, spread; se --, spread, be spread, be spread out, scatter, launch,burst.reparaître, v. to reappear.réparer, v. to repair, make amends for, recover from.repartir, v. to set out again, start again, leave.repas, m. repast, meal.

Contes Français

R 356

contes francais - [PDF Document] (357)

repasser, v. to pass again, repass, pass on, iron, strop, sharpen.repeindre, v. to repaint.repentir (se), v. to repent; repentant, -e, repentant, penitent; repentir, m. repentance.répéter, v. to repeat.replacer, v. to replace, put back.replier, v. to fold again, fold, fall back; se --, fall back, retreat.réplique, f. reply.répliquer, v. to reply.replonger (se), v. to replunge, jump back (in).répondre, v. to respond, answer, reply; -- de, answer for, assure of.réponse, f. response, answer, reply.reporter, v. to carry or bring back.repos, m. repose, rest.reposer, v. to repose, rest; se --, rest.repousser, v. to push back, repulse; repoussant, -e, adj. repulsive.reprendre, v. to take again, get again, take on again, take up, take to, continue, catch again,take back, regain, reply, resume.représaille, f. retaliation, reprisal; pl. reprisal.représenter, v. to represent, give; se --, represent oneself, picture to oneself, imagine.reprise, f. retaking, darn; à plusieurs reprises, several times.reproduire, v. to reproduce; se --, be reproduced.république, f. republic.répugnance, f. repugnance.réputation, f. reputation.requin, m. shark (applied also to a predatory or voracious person).réserve, f. reserve.réserver, v. to reserve; se -- de, reserve the right to.résignation, f. resignation.résigner, v. to resign.résistance, f. resistance.résister, v. to resist, withstand.résolu, see résoudre.résolument, adv. resolutely.résolution, f. resolution.résonner, v. to resound.résoudre, v. to resolve, solve; résolu, -e, resolved, resolute.respect, m. respect (now usually pronounced respek).respectable, adj. respectable, venerable.respecter, v. to respect.respectueux, -euse, adj. respectful.respirer, v. to breathe, inhale.resplendir, v. to be resplendent; resplendissant, -e, resplendent.responsable, adj. responsible.ressaisir, v. to seize or take hold of again (in this word and in all the words to and includingressouvenir re is pronounced as in retenir).ressasser, v. to resift, reëxamine.ressemblance, f. resemblance.ressembler, v. to resemble.ressentir, v. to feel again, feel, experience.ressort, m. spring.ressortir, v. to go or corne out again, stand out (in contrast).

Contes Français

R 357

contes francais - [PDF Document] (358)

ressource, f. resource.ressouvenir (se), v. to remember again.restaurant, m. restaurant.restaurer, v. to restore.reste, m. rest, remains, trace; du (de) --, au --, for the rest, besides; ils ne sont pas beauxde reste, they are not any too good.rester, v. to remain, stay, stand; -- là, remain there or unchanged.résultat, m. result.rétablir, v. to reëstablish; le silence s'était rétabli, it had become silent again.retaper, v. to make over or up.retard, m. delay; en --, late.retenir, v. to retain, hold back, hold, keep, restrain.retentir, v. to resound, ring out.Rethel, town in northeastern France (department of Ardennes); it was captured in 1650 underLouis XIV, also by the duke de Guise in 1611 (minority of Louis XIII, not under Henri IV asstated by de Maupassant).retirer, v. to retire, draw back, take off or from, get, draw out; se --, retire, withdraw.retomber, v. to fall again, fall back, relapse.retour, m. return.retourner, v. to go back, return, turn around, turn over again or inside out, turn over, turn; se --,turn around or over; s'en --, return, go back; voir de quoi il retourne, to see how the land lies,get at the truth.retracer, v. to retrace, sketch, lay out.retraite, f. retreat, retirement, tattoo; battre en --, to beat a retreat.rétribuer, v. to remunerate, give a salary to.retrousser (se), v. to turn up.retrouver, v. to find again; se --, find oneself again, be found again, meet again.réunion, f. reunion, meeting, gathering.réunir, v. to reunite, bring together, collect; se --, meet.réussir, v. to succeed (in or with).revaloir, v. to pay back.revanche, f. revenge.rêve, m. dream.réveil, m. awakening.réveiller, v. to awaken; se --, awaken.réveillon, m. midnight feast, supper (on Christmas Eve, etc.).révélateur, -trice, adj. and s. revealing, tell-tale, revealer.révélation, f. revelation.révéler, v. to reveal.revenir, v. to come back; return, recover, be due; -- sur ses pas, retrace one's steps; revenuà lui, having recovered his self-possession, having become himself again.rêver, v. to dream, dream of.réverbération, f. reflection.réverbère, m. reflector, street-lamp.révérence, f. reverence, bow, curtsy.rêverie, f. revery, dreaming.revers, m. reverse, facing (of cloth), back stroke (from left to right), back.revêtir, v. to reclothe, put on, cover.rêveur, -euse, adj. and s. dreaming, dreamy, dreamer.revivre, v. to revive, come to life again, live again.revoir, v. to see again; au --, good-by (till next meeting).

Contes Français

R 358

contes francais - [PDF Document] (359)

révolution, f. revolution.revolver, m. revolver (pronounced: révolver).révoquer, v. to revoke, recall.revue, f. review.rez-de-chaussée, m. ground floor (first syllable is pronounced ré).Rhin, m. Rhine.rhingrave, f. wide breeches (of the 17th century).riboter, v. to go on a spree.ricaner, v. to sneer, chuckle.richard, m. rich fellow (familiar).riche, adj. and s. rich, rich person.richement, adv. richly.richesse, f. wealth, riches (also in pl.).richissime, adj. excessively rich (familiar).ride, f. wrinkle, ripple.rideau, m. curtain.rider, v. to wrinkle.ridicule, adj. and m. ridiculous, ridicule.rien, m. nothing, anything; ne ... --, nothing; -- que, only, merely; -- de bon, nothing good; -- detemps, no time; ça ne fait --, that makes no difference; -- autre chose que, nothing but.rigoler, v. to be very much amused, split one's sides (familiar).rigueur, f. rigor; tenir -- à, to treat coldly, refuse to come to.rime, f. rime.rimer, v. to rime.rin, dialectic for rien.riole, f. debauch (obsolescent).riposter, v. to reply (sharply).rire, v. to laugh; donner à -- à, make laugh; m. laughter, laugh; -- à, smile upon; -- aux éclats,burst out laughing.risible, adj. laughable.risque, m. risk.risquer, v. to risk.rite, m. rite.rivage, m. shore, beach.rival, -e, adj. and s. rival.rivaliser, v. to rival.rive, f. bank (of a stream).river, v. to rivet.rivière, f. river.robe, f. robe, dress, gown, frock.robinet, m. faucet, spigot.roc, m. rock (mass of rock still in the earth).roche, f. rock.Roche-Oysel, an imaginary town (=Bird-Rock).rocher, m. rock, cliff.rôder, v. to roam, prowl.rôdeur, m. prowler.roi, m. king.roidir, v. to stiffen, tighten.rôle, m. rôle, part; à tour de --, in turn.romain, -e, adj. and s. Roman (written Romain when s.).

Contes Français

R 359

contes francais - [PDF Document] (360)

roman, m. novel, story.roman, -e, adj. Romance (belonging to the Latin languages).romanesque, adj. romanesque, fantastic, romantic.rompre, v. to break, rupture, rend; se --, be broken, break.ronce, f. bramble, briar.rond, -e, adj. and m. round; -- de cuir, round leather cushion.ronde, f. round.rondin, m. billet, round log.ronflement, m. snoring, snore, humming, roar, roaring, whir.ronfler, v. to snore, roar, snort.ronger, v. to gnaw, eat away or out.roquefort, m. roquefort cheese (made in Roquefort in south-western France, department ofLandes).rose, f. rose; adj. pink.roseau, m. reed.rossignol, m. nightingale.Rôth, proper name; cf. roth or rot, red, in German.rôtir, v. to roast.roue, f. wheel.rouet, m. spinning-wheel.rouge, adj. and m. red, red-hot, redness, blush, rouge.rougeur, f. glow, blush.rougir, v. to redden, blush.rouiller, v. to rust; se --, get rusty.roulage, m. cartage; voiture de --, wagon.rouleau, m. roll, stack, roller.roulement, m. rolling, rumbling, beating (of a drum).rouler, v. to roll, roll up or about, turn on or over, turn; se --, roll oneself, roll about; -- sur,roll on, deal with.roulette, f. roller, little wheel, roulette.Roumanille (Joseph), Provençal writer and poet, one of the founders of the brotherhoodknown as les Félibres consisting at first of seven modern Provençal poets including Mistral(1818-1891).roussin, m. steed, stallion.route, f. route, way, highway, road; en --, on the way.roux, rousse, adj. russet, reddish brown.royal, -e, adj. royal; Place Royale, square in eastern section of Paris, now called Place desVosges, before the French Revolution it was a center of fashion.ruban, m. ribbon.ruche, f. hive.rude, adj. rude, rough; -- partie, great game.rudement, adv. rudely, roughly, terribly.rudesse, f. roughness.rue, f. street.ruelle, f. alley.ruer, v. to throw, cast; se --, throw oneself, rush, dash.rugir, v. to roar.ruine, f. ruin.ruiner, v. to ruin.ruisseau, m. small stream, gutter.ruisseler, v. to drip, trickle.

Contes Français

R 360

contes francais - [PDF Document] (361)

rumeur, f. rumor, murmur, uproar, noise.ruse, f. ruse, trick.rusê, -e, adj. crafty, tricky, cunning.russe, adj. and s. Russian (written Russe when s.).Russie, f. Russia.

S

s', see se or si.sa, see son.Saâdi, Sadi, celebrated Persian poet, see also Gulistan (c. 1190-1291).Saar, f. Saar (Alsatian river).sabir, m. mixture of Arabic, French, Spanish and Italian spoken in the Levant, jargon.sable, m. sand.sablonneux, -euse, adj. sandy.sabot, m. wooden shoe, hoof.sabre, m. saber.sac, m. sack, bag.sachet, m. sachet, scent-bag.sacrer, v. to consecrate.sacrificateur, m. priest, high priest (Jewish).sacrifier, v. to sacrifice.sacrilège, m. sacrilege.sacristain, m. sacristan, sexton.sage, adj. good, well-behaved, wise.sage-femme, f. midwife.saigner, v. to bleed; -- du nez, have the nosebleed.sain, -e, adj. healthy, sound.saint, -e, adj. and s. saintly, holy, sacred, saint.Saint-Christophe, Saint Christopher (name of a church and street in Heidelberg).Saint-Cloud, town on the Seine, a western suburb of Paris.Saint-Nazaire, city and port at the mouth of the Loire.sainte-nitouche, f. sanctimonious person, one who affects an innocent air.Saint-Paul (hôtel), former residence of Charles V in the Saint-Antoine quarter of Paris.Saint-Pierre (île de), island in the Swiss Lake of Bienne (Rousseau tried to take refuge herein 1765).Saint-Vincent, name of a footbridge over the Saône in Lyons.saisir, v. to seize, catch, grasp.saisissem*nt, m. shock.saison, f. season; marchand des quatre saisons, costermonger, huckster.salade, f. salad.salant, -e, adj. salt.sale, adj. dirty, nasty.salé, -e, adj. salt, spicy.salive, f. saliva.salle, f. hall, room, office; -- de police, guard-room; --à manger, dining-room; -- de jeu, gambling-room.salon, m. drawing-room, reception-room.

Contes Français

S 361

contes francais - [PDF Document] (362)

saltimbanque, m. mountebank, juggler, street actor.saluer, v. to bow to, bow, greet, salute.salut, m. salutation, bow, safety, salvation.samedi, m. Saturday.sandale, f. sandal.sang, m. blood.sang-froid, m. coolness.sanglant, -e, adj. bloody.sanglot, m. sob.sangloter, v. to sob.sanguinaire, adj. sanguinary, bloodthirsty.sans, prep. without, except for, had it not been for; --que, conj. without.santé, f. health.Saône, f. Saône (river flowing into the Rhone at Lyons; a not pronounced).saoul, -e, adj. drunk (also written soûl; pronounced: sou).sapas, m. a slang word, translate: greedy-gut.sapin, m. fir-tree, spruce.sarcastique, adj. sarcastic.Sardaigne, f. Sardinia (the ltalian island).sarde, adj. Sardinian.sardine, f. sardine.sarrasin, -e, adj. and s. Saracenic, Saracen (writtenSarrasin when s.).sarrasin, m. buckwheat.satan, m. Satan, evil genius.satin, m. satin.satisfaction, f. satisfaction.satisfaire, v. to satisfy.saucisse, f. Balisage.saucisson, m. Balisage (large).sauf, sauve, adj. safe.saumâtre, adj. briny, brackish.saumure, f. brine.saut, m. leap.sauter, v. to jump, leap, skip, leap over, pop, be broken (bank); -- sur les sabres, leap to drawthe sabers; -- au cou de, fall on the neck of.sautiller, v. to hop, skip, leap.sautoir, m. Saint Andrew's cross; en --, cross-wise, across the shoulders.sauvage, adj. and s. wild, savage.sauvagerie, f. shyness.sauver, v. to save; se --, save oneself, run away.sauvetage, m. rescue; bateau de --, life-boat.sauveur, m. savior.savane, f. savannah, prairie.savate, f. old shoe.Savenay, village in the department of Loire-Inférieure.savoir, v. to know, know how, know to be, find out, can; -- gré à, thank; on ne sait comment,somehow or other; je ne sais quel, I do not know what, some; je ne sais plus quel, I haveforgotten what; est-ce que je sais?, do I know, "and a lot of other things," etc.savourer, v. to savor, relish.

Contes Français

S 362

contes francais - [PDF Document] (363)

savoureux, -euse, adj. savory.scandale, m. scandal.scandaleux, -euse, adj. scandalous, shameful.scandaliser, v. to scandalize.scélérat, -e, adj. and s. wicked, heinous, villain, wretch, rascal.scellé, m. seal; mettre les scellés, to geal up (the possessions of a debtor).sceller, v. to seal, make fast.scène, f. scene.sceptique, adj. and s. skeptical, skeptic.schako, m. shako (military cap resembling a truncated cone and having a plume or pompon,now little used in the French army).scier, v. to saw.scintiller, v. to scintillate, twinkle, sparkle.scorpion, m. scorpion.scrupule, m. scruple.sculpter, v. to sculpture, carve, engrave (p not pronounced).sculpture, f. sculpture, carving (p not pronounced).se (s'), refl. pr. himself, herself, itself, themselves, etc.seau, m. pail, bucket.sec, sèche, adj. and s. dry, dried up, skinny, keen, sharp, curt, harsh, dried up fellow.sèchement, adv. dryly, curtly.sécher, v. to dry.sécheresse, f. dryness, harshness, lack of feeling.second, -e, adj. second (c pronounced as g).seconde, f. second (c pronounced as g).secouer, v. to shake, shake off.secourable, adj. helpful; -- pour, willing to help.secourir, v. to succor, aid, help.secours, m. succor, aid, help, assistance; au --!, help!secousse, f. shake, shaking, shock.secret, -ète, adj. and m. secret.secrétaire, m. secretary, clerk, writing-desk.séculaire, adj. secular, a hundred years old, venerable.séduire, v. to seduce, attract, lead astray, be attractive;séduisant, -e, seductive, attractive.seigneur, m. lord; le Seigneur, the Lord.seigneurial, -e, adj. seigniorial, lordly.sein, m. breast, bosom.Seine, f. Seine.seize, card. sixteen.séjour, m. sojourn, star, visit, staying.sel, m. salt.sélam, m. Oriental name for a bouquet of flowers expressing a thought (of love); derived fromArabic salam, salutation (m pronounced).selle, f. saddle.selon, prep. according to; -- que, according as.Seltz, Seltzer (town in Hesse); eau de --, Seltzer-water.semaine, f. week.semaison, f. seed-time, natural sowing of seeds by the plants themselves (obsolescent).semblable, adj. similar, like, of this kind.sembler, v. to seem.

Contes Français

S 363

contes francais - [PDF Document] (364)

semelle, f. sole (shoe); battre la --, to tramp.semer, v. to sow, strew.sémillant,